On le savait sur les rangs. Jean-Luc Mélenchon a officialisé sa candidature à l'élection présidentielle dans le 20h de TF1, ce mercredi 10 février, après un rapide commentaire de l'information du jour, le vote par l'Assemblée nationale du projet de loi constitutionnelle : « Je propose ma candidature pour la présidentielle de 2017. C'est une occasion formidable de dénoncer les liens qui nous paralysent aujourd'hui. » Avant de préciser le sens de sa candidature :

Mon adversaire, c'est la résignation, le rabougrissement, la haine de l'autre. Mon ennemi, c'est la misère et la France abaissée alors qu'elle est si riche.

Sa « proposition » d'« incarner la France insoumise, qui n'a pas de muselière ni de laisse » n'est toutefois pas un acte de candidature à l'une des primaires en débat dans la gauche et le PS.

Le candidat du Front de gauche en 2012, qui avait remis pour l'occasion la cravate rouge qu'il portait lors de la précédente campagne présidentielle, n'y voit que « carabistouille entre partis politiques ».

Je propose ma candidature, c'est le peuple qui va en disposer, a précisé le fondateur du Parti de gauche, parti au sein duquel il n'occupe plus aucune fonction. Je ne demande la permission à personne, je le fais hors cadre des partis. Je suis ouvert à tout le monde, les organisations, les réseaux, mais les citoyens d'abord.

« Tout le monde peut se joindre à moi pour travailler sur le programme et agir », a indiqué le député européen qui se veut « dans un rapport ouvert sur les citoyens » et entend incarner « la France insoumise et fière de l'être ».

Au passage, il a donné l'adresse de son site de campagne, hébergé sur la « même plateforme que Bernie Sanders », sur lequel il explique plus longuement sa démarche.