logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

03/05/2016

RETIRER LA LEGION D'HONNEUR A FRANCO

Chroniques Latines

Les chroniques Latines de Jean Ortiz portent un regard loin des clichés sur les luttes de libération du continent sud-américains... Toujours un oeil vif sur l'Espagne et les enjeux sous-jacents du quotidien...

legiondhonneur.jpg

ADALBERTO ROQUE / AFP
Jean Ortiz

Incroyable : Franco détenteur de la « légion d’honneur». Vite, vite, qu’on la lui retire !!

L’horreur, il aimait çà le « bouffon » fasciste et ventripotent  qui ensanglanta l’Espagne jusqu’à sa mort en novembre 1975. La « légion d’horreur », il en mérite une et même une tripotée. 

Mais la « légion d’honneur » pour crimes de guerre... Cela la salit. Franco commande depuis 1923 les « africanistes », les sabreurs et coupeurs de têtes du « Tercio » : la légion. Elle sent bon, en Espagne aussi, le sable chaud dégoulinant de sang.
 
La légion, bras colonial de l’Espagne, et la France de la Troisième République, sont engagées dans une guerre coloniale, atroce comme toutes le furent, et trop souvent reléguée : la « Guerre du Rif » (1921-1926), contre ce qu’il est convenu de mal nommer « la République rifaine d’ABDELKRIM ». Contre la soumission aux Espagnols.
 
Les deux puissances colonisatrices la France (à partir d’avril 1925) et l’Espagne (de 1921 à 1926), y rivalisent de violence, de racisme, et finissent par écraser l’insurrection anticoloniale qui menace le « protectorat marocain ». La guerre marque au fer rouge la construction du Maroc contemporain et porte en Espagne le dictateur Primo de Rivera au pouvoir, sous la houlette du roi bourbonneux Alphonse XIII, arrière grand-père de l’actuel Philippe VI, (Felipe Juan Pablo Alfonso de Todos los Santos de Borbón y Grecia), roi « new look » selon les médias.
 
Franco, « le plus jeune des généraux espagnols » de l’époque, fit ses classes dans ce « matadero » (abattoir) du Rif, et s’initia à la « guerre totale », appelée également « guerre d’extermination ». Brillant élève, il apprit vite, décrocha un master en cruauté, et engagea son ascension politico-militaire... Une véritable armée « européenne », commandée par Pétain, un corps expéditionnaire français de milliers de militaires peu soucieux des conventions de guerre, animés pour la plupart d’un solide esprit raciste, vint à bout des rebelles, des « barbares », et leur imposa, enfin, la « civilisation ».
 
La Troisième République coloniale, bonne mère reconnaissante, célébra la victoire sur Abdelkrim sous l’Arc parisien le 14 juillet 1926 ; la fine fleur de la politicaillerie y fit la roue... Le président du Conseil, Aristide Briand, celui qui célébra « l’œuvre de civilisation » accomplie au Rif magrébin (futur Prix Nobel) , se pavanait, entouré des E. Herriot, P . Doumergue, P . Pétain, du sultan du Maroc, et pour représenter l’Espagne : le dictateur Primo de Rivera, adoubé par le roi Alphonse XIII, « chassé » par la République en avril 1931. Désormais, Pétain, gratifié de la médaille militaire espagnole, accéléra sa stratégie fascisante et Franco lorgna de plus en plus vers Mussolini. Les deux compères s’aimaient et s’aimèrent d’amour tendre (plagiat).
 
En France, le parti communiste, les surréalistes, sauvèrent l’honneur grâce à leur solidarité. Au gouvernement, le « Cartel des gauches »...
 
La France officielle, celle des élites, du patronat, de la banque, s’acoquina à tel point avec Franco qu’elle lui remit le 22 février 1928, la légion d’honneur (nommé « officier » par la Chancellerie) et le fit même « commandeur » le 26 octobre 1930.
 
Un citoyen ami, de Mazamet, ancien consul, et avec lui des associations mémorielles de l’exil, exigent que l’affront soit lavé sans tarder, que le président de ce qu’il reste de République et la Chancellerie retirent par décret post mortem à Franco, au « boucher des Asturies » et de l’Espagne, la plus haute distinction française. C’est possible par décret (dans les textes) si le décoré devient imprésentable, infréquentable... donc : pas d’arguties, aucun prétexte Monsieur le Président !!
 
L’association ASEREF a lancé une pétition (voir son site) adressée à F . Hollande. En cette année « anniversaire » de la Guerre d’Espagne, ce geste honorerait la France et rendrait hommage à tout ce qu’elle doit à l’exil républicain des Espagnes.
 
Aux « rouges ». Oui aux « rouges », cocos, anars, socialistes, simples républicains, antifascistes espagnols, poumistes, azagnistes, nationalistes progressistes catalans et basques, féministes, intellectuels, artistes, prolétaires...
 
Si vous avez oublié votre gauche, (l’eûtes-vous un jour ?) Monsieur le Président, l’exil républicain espagnol et ses descendants, eux, ne sont pas devenus, par calcul politique, amnésiques.
 
P.S  Les textes stipulent que la "légion d'honneur"peut  être retirée en cas de condamnation pénale du "légionniste" ou d'actes qu'il aurait commis, contraires à l'honneur, ou de manière à nuire aux intérêts de la France.

BASKET ARRIGANS : COUPE DES LANDES demi-finale

13100926_10204648032959199_853861749411929585_n.jpg

02/05/2016

L'OPA de MELENCHON SUR LA BONNE VOIE (Marianne)

 

Gauche de la gauche : l'OPA de Mélenchon en bonne voie

 
 
Vilipendé par certains de ses camarades pour s'être déclaré en solo candidat à la présidentielle de 2017, Jean-Luc Mélenchon semble être en passe de remporter son pari. Car entre-temps, l'idée d'une "primaire de toute la gauche" a montré ses limites et, portée par un retour du mouvement social en France, sa candidature grappille toujours plus de points dans les sondages.
Ce printemps 2016 lève des vents propices à la candidature de Mélenchon. - SIpa

Ils avaient vu rouge, à la direction du PCF mercredi 10 février, lorsque Jean-Luc Mélenchon avait annoncé sur le plateau de TF1 sa candidature pour la présidentielle de 2017. "Le Front de gauche n'a pas été consulté ni informé. Cette proposition de candidature se fait en solo, sans aucune démarche collective", avait vivement regretté Olivier Dartigolles, le porte-parole du Parti communiste, Oubliant au passage que le secrétaire national du PCF en avait fait autant lorsqu'il avait annoncé son intérêt pour une "primaire de toute la gauche".

Mais depuis, la situation a sensiblement évolué et à Colonel Fabien, les teints ont dû blêmir tant Jean-Luc Mélenchon semble bénéficier ces derniers temps d'un alignement des planètes favorable à la réussite de son pari : se déclarer le plus tôt possible pour prendre de court des possibles prétendants de la gauche de la gauche, miser sur l'échec de la primaire et s'appuyer sur la résurgence du mouvement social français.

Il y a bien sûr ce récent sondage TNS Sofres-OnePoint pour Le Figaro, LCI et RTL, publié dimanche soir, Face à chacun des quatre postulants les mieux placés dans la primaire de la droite (Alain Juppé, Nicolas Sarkozy, François Fillon et Bruno Le Maire), Jean-Luc Mélenchon ferait ainsi mieux que son score à la présidentielle de 2012. Surtout, il talonne François Hollande et, dans l'hypothèse d'une candidature Le Maire, arrive même devant le président sortant. De quoi faire sérieusement tousser à l'Elysée et à Solférino. dans le JDD confirme cette bonne santé sondagière. Si Emmanuel Macron y apparaît comme le candidat préféré de l'ensemble des Français (de gauche et de droite) et Manuel Valls comme celui des sympathisants du Parti socialiste, les deux personnalités qui arrivent en tête chez les sympathisants de gauche sont Martine Aubry (51%) et Jean-Luc Mélenchon, devancé d'un petit point seulement (50%). Loin devant Cécile Duflot, Arnaud Montebourg ou Nicolas Hulot.

"C'est une confirmation de ce que l'on sentait sur le terrain"

Encore mieux, pour le candidat de "la France insoumise" qui aimerait attirer à lui les déçus de François Hollande et les absentéistes : une pour le Huffington Post et iTélé, réalisée les 30 et le 31 mars, révèle que dans la tranche d'âge des 18-34 ans, Jean-Luc Mélenchon est la personnalité politique qui bénéficie le plus d'opinions positives (26%) à droite comme à gauche.

Antoine Léaument, le responsable de la commission "réseaux sociaux" du Parti de Gauche, n'y voit rien "d'étonnant" : "Jean-Luc Mélenchon ne ménage pas ses efforts en direction de nos compatriotes les plus jeunes. Depuis des mois, il sillonne la France pour donner des conférences dans des universités ou des écoles. Et il rassemble à chaque fois une foule considérable de jeunes autour de lui". Or, ce sont les "jeunes" qui rechignent le plus à se déplacer dans les isoloirs.

De quoi réjouir, donc, l'équipe de campagne de Jean-Luc Mélenchon. "C'est une confirmation de ce que l'on sentait sur le terrain, que cette candidature de Jean-Luc prend. Et nous n'en sommes qu'au début de l'inversement de la courbe", se félicite Eric Coquerel, coordinateur politique au Parti de gauche. "La société française est en plein mouvement, sur la fin de la Vème république, sur le partage des richesses ou l'écologie. Autant de thèmes que Jean-Luc porte depuis longtemps ", appuie-t-il. Et le retour du mouvement social en France, avec la mobilisation contre la loi El-Khomri et Nuit Debout, lève des vents propices à sa candidature. Quand Emmanuel Macron avance fièrement le chiffre de 13.000 soutiens sur son site, le Parti de gauche revendique 95.000 appuis à la proposition de candidature de Mélenchon. 

Un atout pour convaincre les alliés du Front de gauche, communistes en tête, de se rallier à sa candidature.

"Avec un score entre 11% et 15%, et ce risque plus présent que jamais d'un FN au deuxième tour, il serait surréaliste de ne pas utiliser ce point fort. Mais je suis d'un tempérament optimiste, j'ai confiance dans la direction et le peuple communiste", veut croire Eric Coquerel.

La primaire divise au PCF

Au sein du PCF, par ailleurs, l'attitude de Pierre Laurent face à la primaire agace de plus en plus. Il y a par exemple , qui a démissionné en janvier du comité exécutif du parti, intitulée "Communistes, nous soutenons Jean-Luc Mélenchon pour 2017".

Le candidat peut aussi compter sur la députée Marie-George Buffet, candidate communiste à la présidentielle de 2007 et ancienne ministre du gouvernement Jospin. Par petites touches, l'ancienne secrétaire nationale distille discrètement son soutien.

Ainsi s'étonne-t-elle, le 30 janvier sur son compte Facebook, "de l'engouement suscité par une primaire à gauche, (...) Certains conditionnent la tenue de cette primaire à la présence de F Hollande et de JL Mélenchon, il faudra donc choisir entre celui qui met en œuvre une politique et celui qui la combat et après selon le résultat, on met nos idées, valeurs dans la poche, un mouchoir dessus et on fait du vainqueur notre candidat à la présidentielle !" Dans un autre post sur le dernier remaniement, elle s'amuse encore à glisser le slogan de la "France insoumise", l'air de rien...

A "Ensemble", l'une des composantes du Front de Gauche, pour siffler la fin de la partie et réclamer un soutien clair au candidat. "L'heure n'est plus à attendre et à tergiverser, mais à agir et rassembler dans la clarté (…) La candidature de Jean Luc Mélenchon est un premier pas concret pour rassembler tous ceux qui ne se résignent pas", écrivent-ils.

Clémentine Autain, porte-parole du mouvement, a relativisé quelque peu cet appel "qui n'est pas majoritaire" au sein de sa formation, tout en ne cachant pas sa proximité intellectuelle avec l'eurodéputé : "Ce n'est pas une fin de non-recevoir. Je sais ce qui me rapproche de Jean-Luc Mélenchon, c'est substantiel je vous assure. Il a été notre candidat en 2012, ce serait logique qu'il le soit en 2017. Notre socle commun est considérable".

Un socle commun qui semble dorénavant dépasser largement les simples contours du Parti de gauche.

Premiers secours à HABAS : c'est tout bon !

lundi 2 mai 2016
 
 
 

Les commerçants formés aux premiers secours

[LEG_LEGENDE_WW]Les groupe des stagiaires autour de leur formateur, Jean-Philippe Ripoll.
[LEG_LEGENDE_WW]Les groupe des stagiaires autour de leur formateur, Jean-Philippe Ripoll. ©
Photo A. M.[]

À l'initiative de l'Association des commerçants de Habas, une dizaine de commerçants ont reçu, sous la houlette de Jean-Philippe Ripoll, sapeur-pompier...

À l'initiative de l'Association des commerçants de Habas, une dizaine de commerçants ont reçu, sous la houlette de Jean-Philippe Ripoll, sapeur-pompier volontaire, formateur du centre, une formation initiale aux premiers secours, au sein du centre de secours des pompiers de Habas, lundi dernier. Cette bénéfique action d'initiation leur a permis de découvrir les gestes et attitudes à adopter en cas d'accident dans leurs locaux, ou à proximité.

André Marimpouy

LES CADETS EN DEMI-FINALE après leur victoire contre HENDAYE URRUGNE

banniere

Samedi  30 avril  2016

En Championnat Territorial Teulière B (1/4 de finale - N2)

 P H L : 23  /   Hendaye-Urrugne : 6

2016-04-30 CADETS PLH  26 URRUGNE HENDAYE 62.jpg

 Belle et convaincante victoire des jeunes cadets  face à une formation basque très physique et solide. Après un début laborieux, nos jeunes ont su profiter du vent violent pour prendre le jeu à leur compte et développer de pétillantes attaques et inscrire par Labeyrie et Dubecq, 2 beaux essais, complétés par la botte des canonniers Montagut et Bergeron. Ils sont parvenus, en seconde période,  à s’arrimer, contre le vent, pour garder leur capital point et le gain du match. Une belle prestation dont nous les félicitons.

Pour P H L : 2 essais de Jérémy Labeyrie  et Jules Dubecq – 2 transformations de Maxime Montagut et Rémy Bergeron – 3 buts de pénalité de Maxime Montagut.

Pour Hendaye-Urrugne : 1 but de pénalité et 1 drop-goal.

P H L - Hendaye-Urrugne Pkotos du match

 

***

 https://www.facebook.com/groups/245553208912283/?fref=ts

-:-:-:-:-

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique