logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/07/2006

CARICATURES D'UN ANCIEN COMBATTANT DE 14-18

Je vous l'avais bien dit que je ne jetais rien de ce qui me touche, qui me va au coeur. En l'occurence, il s'agit ici de caricatures réalisées en son temps par le grand-père de mon Minou. Lorsque ce dernier a quitté la maison maternelle pour retrouver miche, il a eu ce petit cadeau en héritage. Des morceaux de papier dessinés par le grand-père alors décédé dans les années 60, que miche a minutieusement recollés pour les conserver.

Ce brave homme, ancien combattant de la "drôle" de guerre, celle de 14-18 n'avait pas imaginé qu'il passerait à la postérité grâce à la petite fiancée, tout juste entrevue, de son petit-fils. Eh bien voilà, aujourd'hui c'est fait, grâce au blog.

Je crois savoir, si ma mémoire ne me fait pas défaut, que ces caricatures avaient trait, entre autres, à la religion et à l'armée. Si leurs têtes vous disent quelque chose, faites-le moi savoir.

Il était parfois coquin le grand-père... j'ai eu beaucoup de plaisir à les regarder. Et vous ?


medium_file0122.jpgmedium_file0123.jpgmedium_file0124.jpgmedium_file0125.jpgmedium_file0126.jpgmedium_file0127.jpgmedium_file0128.jpg

28/07/2006

LES ECHASSES ET HOLLANDAIS

le saviez-vous ?

Les échasses seraient apparues, en Poitou, vers 1130. Dans les Landes, leur introduction dterait de 1714 et elles auraient été importées par des Hollandais, venus au début du XVIIème siècle pour assécher les marais du Bas-Poitou et ceux de Bordeaux.

Rien de plus naturel que cette référence au Poitou, car, depuis la Haute Antiquité, les échanges avec les Landes, étaient fréquentes et plus nombreux qu'aujourd'hui.
Le sel, le brai, le poisson, les huîtres, le vin, le bois étaient transportés de port en port. On sait aussi que les Hollandais ont introduit la charrue à roue, en Gironde.


Elles sont constituées de deux pièces de bois:
- l'escasse ("jambe" en patois landais) d'où le nom actuel d'échasse
- le paouse pé ("repose pied" en patois landais), fixé sur l'escasse, le plus souvent à une hauteur comprise entre 90 cm et 1 m 20.
L'échassier attache à sa jambe l'échasse ainsi constituée grâce à deux lanières de cuir.


Juste un peu d'histoire...

27/07/2006

COMME AU MOYEN AGE : 9ème marché médiéval

medium_dsc02332.jpg

Juste un peu d'histoire. Voici le texte de la charte signée en 1358 par le roi Edouard III d'Angleterre, qui donne au vicomte d'Orthe le droit d'avoir un marché...




"... Le Roi salue individuellement et dans leur ensemble les sénéchaux, les connétables, les châtelains, les baîllis et tous autres sujets installés dans notre duché d'Aquitaine.
"Sachez que nous avons concédé, par notre grâce spéciale, et que nous le confirmons par notre charte que voici à notre cher et fidèle Arnault Raymond, vicomte d'Orthe, le droit d'avoir pour lui et ses héritiers un marché chaque semaine, dans son domaine de Peyrehorade, dans notre duché d'Aquitaine, avec les pouvoirs et les privilètes dont nos autres sujets qui ont des marchés semblables dans le même duché, ont usé et joui dans les mêmes marchés, pourvu que ce marché ne nuise pas aux autres marchands et n'apporte préjudice à quiconque.
"C'est pourquoi nous voulons et prescrivons absolument, en notre nom et au nom de nos héritiers, qu'Arnault Raymond susnommé et ses héritiers aient ledit marché dans le lieu déjà nommé.
"Ceci a été fait en présence des vénérables pairs, de l'archevêque de Canterburry, primat de toute l'Angleterre.
"Ce 1er avril 1358, signée par le roi en personne à Westminster."


Un texte qui a été lu ce mercredi par le maire de Peyrehorade en ouverture de cet anniversaire de la création du marché de Peyrehorade.


Ce marché hebdomadaire de PEYREHORADE a donc été vécu comme en 1358, lorsqu'il fut créé, avec echoppes, campement, ateliers archerie, artisans d'art et déjeuners médiévaux... (cochon de lait et haricots blancs). sans oublier les gentes dames et "gentils" hommes
medium_dsc02334.jpg

MARCHE MEDIEVAL EN PAYS D'ORTHE

medium_peyrehorade1.jpg

Aujourd'hui, Miche est allée faire avec sa petite famille une balade au Pays Basque à côté de AINHOA, à DANCHARRIA côté Espagne et a fait une pause au retour dans le Pays d'Orthe, à PEYREHORADE exactement car il y avait aujourd'hui le marché médiéval.

medium_dsc02336.jpgdes peaux de bêtes pour braver la tempête et des cannes pour gravir la montagne


Situé au coeur des Landes, le Pays-d'Orthe constitue l'un des nombreux pays des Landes. Cerné entre le pays de Maremne (côte Atlantique), le Marensin au nord, et la Chalosse à l'Est, il s'étend au sud de Dax, jusqu'au tracé des Gaves Réunis, limite naturelle entre les Landes et le Pays-Basque.

Peyrehorade, ville de 3500 habitants, nichée aux bords des Gaves, est la capitale du Pays-d'Orthe. Le passé riche de cette ville offre aujourd'hui encore au visiteur plusieurs vestiges bien conservés, notamment le château des Vicomtes d'Orthe, datant du XIème siècle. Tout comme sa capitale, le Pays-d'Orthe possède un patrimoine architectural important, notamment religieux.

medium_peyrehorade05.jpg
A côté de ce patrimoine, subsistent encore de nombreuses traditions telles que le marché de Peyrehorade qui a lieu tous les mercredis depuis 1358 ! Vous pourrez y trouver toutes sortes de produits frais (fromages, jambon de pays...), ainsi qu'un marché de volailles et foie gras.

Particularité : chaque été, le mercredi précédant les fêtes de Peyrehorade (avant-dernier week-end de juillet) a lieu un marché médiéval et artisanal pour revivre le marché comme à son origine. medium_dsc02339.jpgmedium_dsc02340.jpg

D'autres activités culturelles sont organisées en été pour faire découvrir ce patrimoine : le festival des Abbayes et le festival international du chant choral en juin, le festival des Nuit d'été en Pays-d'Orthe...


Le Pays d'Orthe possède un patrimoine architectural important, notamment en architecture religieuse.
Vous le voyez, j'aurai encore quelques photos à partager avec vous lors de prochaines sorties. Côté vieilles pierres je suis gâtée.
medium_sorde-abbatiale-portail-nord.jpg

Un ancien monastère bénédictin et les vestiges gallo-romains à Sorde l'Abbaye ;
L'ancienne abbaye d'Arthous (XIIème et XVIIème) et le village médiéval d'Hastingues ;
L'église de Cagnotte qui date du IXème siècle ;
L'église romaine de Pey ;
etc...

les langues parlées sont le français (langue officielle, parlée et comprise par l'ensemble de la population)
gascon (langue vernaculaire, encore en usage dans les zones rurales).

25/07/2006

XALBADOR le BERTSULARI ????

medium_paysbasque-urupel-pano.jpg

sur le CD d'Anne ETCHEGOYEN, UNE CHANT ECRIT EN HOMMAGE A UN GRAND "BERTSULARI" DE LA VALLEE DES ALDUDES, nommé XALBADOR. "Où es-tu berger d'Urepel, dans quels pâturages, tu voles de montagnes en montagnes, de souvenirs en souvenirs. Tu avais libéré la chanson en voulant la sentir libre de toutes attaches. Ton dernier soupir a été vers le plus profond, le cri le plus violent des vérités cachées à jamais".

UN BERTSULARI ?? ni vu, ni entendu.. Qu'est-ce donc ? Miche a chercher sur le Net (quand ça marche, c'est merveilleux).

Eh bien ! ce berger très renommé était un chanteur de place, un improvisateur.


L'art du bertsularisme
Bien avant qu'elle ne s'écrive, la langue basque a connu une expression orale intense, irriguée en particulier par l'improvisation chantée, versifiée et rimée nommée bertsularitza en Pays Basque.

Non spécifique au Pays Basque, cette tradition s'y est toutefois développée de manière remarquable dans les auberges, cidreries ou autres lieux de convivialité.

Aujourd'hui enseigné à l'école, le bertsularisme, au travers de ses championnats, a atteint un niveau artistique sans précédent.



Longtemps pratiqué à travers l’Europe et l’Amérique, le bertso reste en Pays basque un art populaire vivant. Plus de cent cinquante bertsulariak à travers les sept provinces -dont une dizaine en Iparralde- se sont faits les spécialistes de cette improvisation chantée en vers et en public, selon des règles strictes de composition poétique et musicale.
Au moins trois grandes figures ont marqué le bertsolarisme, ces cinquante dernières années : le gipuzcoan Basarri; le bas-navarrais Fernando Aire, dit Xalbador -”le berger d’Urepel”- et le biscayen Xavier Amuriza.




Fernando Aire Etxart dit Xalbador né le 19 juin 1920 à Urepel (Pyrénées-Atlantiques) en Basse-Navarre et décédé le 7 novembre 1976 dans la même commune, était un bertsulari renommé du Pays basque nord. Berger et agriculteur, il demeure toute sa vie dans sa commune natale.medium_urepele.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique