logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« MEDECIN DES PAUVRES.. | Page d'accueil | Il m'a pris dans ses bras »

16/02/2007

UN AUTRE 15 FEVRIER .. MORT d'Anna MARLY

medium_ANNA_MARLY.gif
Les jeunes s’éloignent de notre passé...» et la chanson peut être un bon moyen pour les informer et les motiver.
« J’ai fait la guerre en chantant et en écrivant son histoire en chansons – ayant eu l’honneur, je puis dire, de bien connaître les premiers Grands Résistants… "

http://www.aeri-resistance.com/

 

La compositrice Anna Marly, née Anna Betoulinski le 30 octobre 1917 à Saint-Pétersbourg, compositeur de l'inoubliable Chant des partisans immortalisé en 1943 par Kessel et Druon, est décédée en Alaska, à l'âge de 88 ans,le 15 février 2006.

Anna Marly, «troubadour de la Résistance», ainsi que le disait le titre du très beau livre publié il y a quelques années était une femme exceptionnelle. Danseuse dans la troupe des Ballets russes, avant d'entamer une carrière de chanteuse dans les grands cabarets parisiens.

Son père avait été fusillé aux premiers jours de la révolution. Exilée en France, la guerre la jette sur les routes, l'Espagne, le Portugal, Londres enfin. Elle s'engage au théâtre des armées. Elle compose... 300 chansons dont La Complainte du partisan, reprise par Joan Baez et Leonard Cohen, et Une chanson à trois temps pour Édith Piaf.

En 2000, Anna Marly avait participé à un hommage à Jean Moulin, à la veille du 40e anniversaire de l'appel du 18 juin . Ele avait chanté Le Chant des partisans avec les Choeurs de l'armée française .


podcast


Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Ami, entends-tu les cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ohé, partisans, ouvriers et paysans, c'est l'alarme.
Ce soir l'ennemi connaîtra le prix du sang et les larmes.

Montez de la mine, descendez des collines, camarades !
Sortez de la paille les fusils, la mitraille, les grenades.
Ohé, les tueurs à la balle et au couteau, tuez vite !
Ohé, saboteur, attention à ton fardeau: dynamite...

C'est nous qui brisons les barreaux des prisons pour nos frères.
La haine à nos trousses et la faim qui nous pousse, la misère.
Il y a des pays où les gens au creux des lits font des rèves.
Ici, nous, vois-tu, nous on marche et nous on tue, nous on crève...

Ici chacun sait ce qu'il veut, ce qu'il fait quand il passe.
Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place.
Demain du sang noir sèchera au grand soleil sur les routes.
Chantez, compagnons, dans la nuit la Liberté nous écoute...

Ami, entends-tu ces cris sourds du pays qu'on enchaîne ?
Ami, entends-tu le vol noir des corbeaux sur nos plaines ?
Oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh oh...


THE PARTISAN ou la complainte du partisan chantée par Léonard COHEN et Joan BAEZ
When they poured across the border
(Quand ils eurent traversé en masse la rivière)
I was cautioned to surrender,
(Ils me demandèrent de capituler,)
This I could not do ;
(Mais je ne pouvais pas faire ça;)
I took my gun and vanished.
(J'ai pris mon arme et j'ai disparu.)

I have changed my name so often,
(J'ai changé si souvent de nom,)
I've lost my wife and children
(J'ai perdu ma femme et mes enfants)
But I have many friends,
(Mais j'ai beaucoup d'amis,)
And some of them are with me.
(Et certains sont avec moi.)

An old woman gave us shelter,
(Une vieille femme nous a hébergés,)
Kept us hidden in the garret,
(Nous gardant cachés sous la mansarde,)
Then the soldiers came ;
(Puis les soldats vinrent ;)
She died without a whisper.
(Elle mourut sans un murmure.)

There were three of us this morning
(Nous étions trois ce matin)
I'm the only one this evening
(Il n'y a plus que moi ce soir)
But I must go on ;
(Mais je dois continuer ;)
The frontiers are my prison.
(Les frontières sont ma prison.)

Oh, the wind, the wind is blowing,
(Oh, le vent, le vent souffle,)
Through the graves the wind is blowing,
(A travers les tombes, le vent souffle,)
Freedom soon will come ;
(La liberté viendra bientôt ;)
Then we'll come from the shadows.
(Puis nous sortirons de l'ombre.)

Les allemands étaient chez moi,
Ils m'ont dit : "résigne-toi",
Mais je n'ai pas peur ;
J'ai repris mon âme.
J'ai changé cent fois de nom,
J'ai perdu femme et enfants
Mais j'ai tant d'amis ;
J'ai la france entière.
Un vieil homme dans un grenier
Pour la nuit nous a cachés,
Les allemands l'ont pris ;
Il est mort sans surprise.

Oh, the wind, the wind is blowing,
(Oh, le vent, le vent souffle,)
Through the graves the wind is blowing,
(A travers les tombes, le vent souffle,)
Freedom soon will come ;
(La liberté viendra bientôt ;)
Then we'll come from the shadows.
(Puis nous sortirons de l'ombre.)

 

Cette femme méritait bien qu'on en parle ! à mon avis..

Commentaires

C'est un hommage bien mérité pour cette Dame.

A bientôt...

Écrit par : Crabillou | 16/02/2007

tu as eu raison de parler d'Anna Marly, ce texte est prenant; à l'école primaire, on nous demandait d'assister aux célébrations en mémoire des anciens combattants et cette chanson m'a toujours donner des frissons en l'écoutant recueillie.Bonne journée Miche, amitiés.Renée

Écrit par : Renée | 16/02/2007

cette chanson me don e toujours une grande émotion. Il me semble l'avoir quelque part sur une cassette ou un CD par Anna MARLY. On ne peut pas évoquer la résistance sans pener immédiatement à ce chant ....
A BIENTOT
ANNIE

Écrit par : MAMINIE | 16/02/2007

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique