logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« NON A LA L.G.V. ! | Page d'accueil | ARUDY - HABAS »

01/10/2010

SIGNORET et LECOIN

signoret1.jpg

Le 30 septembre 1985, Simone Signoret, de son vrai nom Simone Kaminker,  née le 25 mars 1921 à Wiesbaden (Allemagne), alors sous occupation française suite à la Première Guerre mondiale, décédait.

Née en Allemagne de parents français, Simone Signoret a grandi à Paris et part en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors qu'elle travaillait pour une organisation de la France libre, elle fit de la figuration dans les productions de guerre des studios anglais. Son premier mari, le cinéaste Yves Allégret, lui donne son premier grand rôle dans 'Les Démons de l'aube"

 Après son mariage avec Yves Montand en 1951, sa carrière prend un tournant décisif avec 'Casque d'or' de Jacques Becker (1952) : elle donne une remarquable interprétation de femme malheureuse en amour et remporte le trophée de la British Film Academy .

Elle interprète ensuite "Thérèse Raquin" (1953) de Marcel Carné, "Les diaboliques" (1954) de Clouzot et "La mort en ce jardin" (1956) de Luis Bunuel. Le film "Les chemins de la haute ville" (1958) de Jack Clayton lui vaut un prix d'interprétation féminine à Cannes. Un an plus tard, elle obtient un Oscar a Hollywood.

la_ronde_1950_diaporama.jpg

La deuxième partie de sa carrière en fait un monstre sacré. "L'armée des ombres" de Jean-Pierre Melville (1969), "L'aveu" de Costa Gavras (1969), "Le chat", "La veuve Couderc" (1971) de Pierre Granier-Deferre, "La vie devant soi", où elle incarne l'inoubliable Madame Rosa qui lui vaut un César, de Moshé Mizrahi (1977), autant de films qui font d'elle la figure tutélaire du cinéma français.

18473821.jpg


Durant les dernières années de sa vie, Simone Signoret se révéla également écrivain avec "La Nostalgie n'est plus ce qu'elle était", immense succès réédité ces jours-ci, et "Adieu Volodia". 

etoile-du-nord-1982-06-g.jpg

Simone Signoret forma avec Yves Montand le couple mythique du cinéma des années 60 et 70, tant pour leurs choix artistiques que pour leurs prises de position politiques. Les deux acteurs ont longtemps été compagnons de route du Parti communiste. Puis, ils s'en éloignèrent peu à peu.

SimoneSignoretYvesMontand.jpg

 

 ****

Cet après-midi dans la voiture qui nous ramenait d'une balade à ST JEAN DE LUZ

j'évoquais quelques souvenirs avec THOMAS

"Tu sais, j'ai rencontré Simone SIGNORET avec Yves MONTAND lors des obsèques d'Henri LECOIN, le père d'une collègue amie quand je travaillais aux P.T.T. au RAINCY, dans les années 60, début 70".

Simone portait un fichu sur la tête. Si ma collègue ne m'avait pas désigné le couple discret qui venait d'arriver : "C'est Simone SIGNORET et Yves MONTAND ; ils sont venus"; je n'en aurais rien su.

"...Le 29 juin 1971, 500 personnes assistent aux obsèques de LECOIN au Père Lachaise. Autour de la famille, se pressent syndicalistes C.F.D.T et F.O., pacifistes et anarchistes français ou espagnols.

On remarque les couronnes de la Fédération Anarchistes, de l'Union Pacifiste de France, du groupe Louise MICHEL, des Citoyens du Monde et du Canard Enchaîné. La présence de personnalités telles que Bernard CLAVEL, Eugène DESCAMPS,Yves MONTAND, Simone SIGNORET montre que LECOIN exerçait son influence au-delà du mouvement libertaire".

Louis LECOIN était un pacifiste, libertaire, anti-militariste qui a passé douze années de sa vie en prison pour ses idées".

lecoin.jpg

*

 

*

Sa fille, très marquée par par une grève de la faim qu'il avait faite en 1962,

 car elle craignait pour sa santé

 me parlait souvent de lui et m'avait offert un livre publié en 1965 "LE COURS D'UNE VIE". Un livre prêté qui ne m'a jamais été retourné comme c'est souvent le cas.

"... En mai 1959, un jeune appelé de 20 ans, habitant près de Nîmes tente de fuir pour échapper à la guerre d’Algérie. Il est abattu par un gendarme. Pour avoir traité ce meurtre d’ "odieux assassinat", Louis Lecoin est à nouveau condamné.

Le projet de Statut des objecteurs initié en 1958 est freiné par la guerre d’Algérie. Cette cause devient une affaire nationale quand Louis Lecoin, à 74 ans, le 1er juin 1962, commence une grève de la faim qui durera un mois.

Le journal "Le canard enchaîné" mène campagne en sa faveur et donne un grand retentissement à son action. Il est soutenu par des personnes aussi diverses que Yves Montand, Lanza del Vasto, Robert Buron, le Président de la République italienne, ou l’Abbé Pierre.

Il obtient la promesse d’un statut des objecteurs de conscience qui n’aboutira qu’en décembre 1963 après de nombreuses péripéties. Quelques temps plus tard, une autre loi interdit à quiconque de faire la réclame du nouveau statut et de le divulguer !"....

 

***

*

Louis LECOIN était un païs,

à Saint-Amand-Montrond dans le Cher

un 30 septembre (1888) comme Simone SIGNORET !

 

**

D'une pierre, deux coups si je puis dire

l'occasion m'a ainsi été donnée de faire un petit clin d'oeil à une amie perdue de vue depuis longtemps mais que je n'ai jamais oubliée

 

 

 

Commentaires

Une très belle évocation de ces deux vies.
J'aimai beaucoup Simone Signoret, comme actrice, et je revois toujours ces films avec plaisir.
Bonne journée Miche
Je t'embrasse.
Anita.

Écrit par : Anita | 01/10/2010

Bonjour Miche,

En 1960, j'étais bon pour le service militaire et je me souviens de la prise de position de cet homme courageux. Moi même, j'ai été "brimé" pour avoir oser dire à un gradé, en dehors de la caserne, que la guerre d'Algérie était ingagnable et qu'il vallait mieux donner l'indépendance avant un bain de sang.

Quand la grande dame que fut Simone Signoter, je ne l'ai admirée qu'en film.

Bises du grillon

Écrit par : Christian | 01/10/2010

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique