logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« REJOUISSONS NOUS... POUR LA PAIX ! | Page d'accueil | 4 CHORALES EN L'EGLISE D'HABAS pour le TELETHON 2012 »

29/11/2012

DEUX ETATS POUR DEUX PEUPLES

 

HIER

http://www.anarkismo.net/article/11859

 Anticolonialistes : Notre place est dans la rue

Les manifestations de soutien au peuple palestinien ont permis d’exprimer une large condamnation des crimes de guerre commis par l’armée israélienne. Pourtant, ici et là, des frilosités se sont exprimées sur ces mobilisations, face à la présence au sein des cortèges d’hommes et de femmes exprimant leur sentiment religieux, voire un soutien explicite aux islamistes du Hamas, des slogans antisémites, quand il ne s’agit pas carrément de tentatives de constitution au sein des manifestations de pôles d’extrême droite (Parti des musulmans de France, Mouvement des damnés de l’impérialisme (Kémi Séba), etc. 

Ne pas déserter

Des centaines de milliers de personnes sont descendues dans la rue spontanément en soutien à la Palestine, choquée par les massacres. À nous d’expliquer le sens de cette guerre, à nous de répéter inlassablement qu’il s’agit non d’une guerre de religions ou de civilisations, mais d’une guerre coloniale. À nous d’expliquer aux jeunes révoltés par cette situation que les anticolonialistes israéliens existent et aident courageusement les Palestiniennes et les Palestiniens, et qu’il n’y a pas de place pour le racisme et l’antisémitisme dans le combat anticolonialiste.

.... Déserter la rue reviendrait simplement à laisser le terrain libre aux groupes douteux qui veulent instrumentaliser le drame palestinien à des fins religieuses et antisémites...

Certes, côtoyer certaines expressions dans la rue n’est pas une partie de plaisir. Et il faut être prêt à se confronter à celles qui sont ouvertement organisées pour les éjecter.

 AUJOURD'HUI

http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/11/29/pa...

 

La Palestine devient un Etat observateur à l'ONU

 

L'Assemblée générale de l'ONU a accordé le statut d'Etat observateur non membre à la Palestine par 138 voix pour, 9 contre et 41 abstentions

http://www.lepetitmondecozillon.fr/2011/11/la-palestine-d...

Les Palestiniens ont laissé éclater leur joie à l’annonce d’un vote victorieux qui constitue une grande avancée vers la reconnaissance de la souveraineté de leur état : la Palestine devient membre à part entière de l’UNESCO.

L’adhésion de la Palestine vient d’être officialisée, et ce malgré la menace du Congrès américain de supprimer l’allocation de quelque 80 millions de dollars à l’agence culturelle des Nations unies.

C’est le 23 septembre que le président palestinien Mahmoud Abbas avait déposé officiellement une demande d’adhésion pleine et entière à l’ONU...

 

 

 Dans un billet publié sur le blog Open Zion du Daily Beast, l'ancien premier ministre Ehoud Olmert estime que "la demande palestinienne [...] est conforme au concept d'une solution à deux Etats. De ce fait, je ne vois aucune raison de s'y opposer". Une nécessité, selon lui, pour favoriser les forces modérées au sein du camp palestinien. A la suite de cette reconnaissance, "nous, en Israël, devront nous engager sérieusement dans un processus de négociations, afin de nous entendre sur des frontières spécifiques sur la base des frontières de 1967 et résoudre les autres questions", a-t-il ajouté

 

... LE CAMP DU "OUI"

Ehoud Olmert ne prêche pas seul dans le désert à en juger par les éditoriaux et tribunes publiés dans une partie de la presse israélienne. "Reconnaître un horizon diplomatique", titre ainsi le quotidien Haaretz dans son éditorial. "Un Etat palestinien reconnu donnera à Israël un partenaire responsable, ayant un soutien international, qui va représenter l'ensemble du peuple palestinien et pourra prendre des décisions en son nom. Il n'y a aucun fondement à la peur d'Israël de la reconnaissance internationale de la Palestine", met en avant le quotidien de centre-gauche. L'Onu adopte par 138 voix contre 9 le statut d'Etat observateur à la Palestine

 

Et de conclure : "La reconnaissance d'un Etat palestinien n'est pas un obstacle à la paix", appelant Nétanyahou à montrer qu'il est aussi pour la paix et qu'il peut ouvrir des perspectives diplomatiques que "les Israéliens méritent aussi".

Le "oui" est également soutenu par certains commentateurs à titre individuel qui voient dans le "non" une nouvelle erreur tactique d'Israël. "Après Gaza, avant l'ONU, Israël semble plus isolé que jamais dans une région qu'il s'est mise à dos et aliénée avec son occupation implacable et écrasante", écrit ainsi la journaliste israélienne Rachel Shabi dans une tribune au quotidien Haaretz.

"Ce qui est palpable, c'est le sens de l'impasse, des tactiques aveugles d'Israël qui active toujours les mêmes manettes, tout en espérant des résultats différents", poursuit-elle.

"Si Israël était un pays sage et raisonnable, il aurait rejoint la famille des nations, ce soir, pas celle qui comprend la Micronésie, et aurait voté fièrement pour l'achèvement du précédent vote un 29 novembre [en 1947 quand l'Assemblée générale de l'ONU a adopté le plan de partage de la Palestine qui prévoyait l'établissement d'un Etat juif et d'un Etat arabe] : deux Etats pour deux peuples", prêche également le journaliste Gideon Levy dans Haaretz. Le "non" d'Israël est aussi un non à son patron, les Etats-Unis, estime-t-il, qui "va apparemment une fois encore s'humilier et attirer davantage de haine en votant automatiquement pour Israël". Et de conclure : "Un Israël qui s'oppose à la résolution des Nations unies est un Israël qui veut renforcer le Hamas et le retour du terrorisme."

 

Le journaliste Zvi Barel, toujours dans Haaretz, ne voit que des avantages à la reconnaissance d'un Etat palestinien pour Israël : "Après qu'Israël aurait ravalé sa colère, il réalisera qu'un Etat palestinien officiel, même un Etat que le Hamas aide à gouverner, pourra être un partenaire plus responsable pour gérer le quotidien que deux autorités se combattant l'une l'autre. La paix peut ne pas en résulter, mais la qualité de vie de 5,5 millions de Palestiniens vaut aussi beaucoup. Ils méritent un Etat."

 Une analyse que partage l'éditorialiste du Yedihot Aharonot, Sever Plocker : "Le gouvernement israélien peut et doit faire un grand pas [...] en annonçant qu'il retire son objection à la demande de l'Autorité palestienne [...], enjoint-il. Israël doit même voter pour la résolution. Ce choix ne pose aucun risque à Israël, mais a beaucoup d'avantages : le gouvernement Nétanyahou cesserait immédiatement d'apparaître comme un 'objecteur de paix', nos relations avec le monde arabe modéré et les chefs du printemps arabe changeraient et le peuple palestinien réaliserait que l'Autorité palestinienne est son avenir et le Hamas son passé."

 

 

http://www.lepoint.fr/monde/la-palestine-reconnue-etat-ob...

"L'Assemblée générale reconnaît ainsi implicitement l'existence d'un Etat palestinien souverain, malgré les menaces de représailles financières brandies par les Etats-Unis et Israël contre l'Autorité palestinienne

*

Netanyahu accuse Abbas de "propagande mensongère" contre Israël."

 

************************************************************************************************

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/palestine.htm

 

Il faut considérer aussi que plus de deux millions d'Arabes palestiniens sont dispersés en Jordanie, au Liban et en Syrie, sans compter ceux qui résident en Israël. Ils attendent un retour éventuel dans leur patrie d'origine. Le tableau ci-dessous montre le nombre total des réfugiés, le nombre de ceux vivant dans des camps et le nombre de ces camps en Jordanie, au Liban et en Syrie:

 

Pays d'intervention de l'UNWRA
au 1er juin 1999
Nombre de camps Nombre total de réfugiés Nombre de réfugiés dans les camps
Jordanie 10 1 541 405 277 555
Liban 12 373 000 208 223
Syrie 10 378 382 110 427
Total 59 2 292 787 596 205

 

Source : UNWRA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient)

 

Il conviendrait également de compter de nombreux réfugiés palestiniens en Irak (env. 75 000), en Égypte (plus de 40 000), en Arabie Saoudite (274 000), au Koweït (35 000), d'autres États arabes (112 000) et d'autres pays (220 000), sans oublier les aux États-Unis (175 000).

 

En somme, la population palestinienne totale s'élève à environ huit millions, mais seuls 3,7 millions se trouvent en Cisjordanie et Gaza. Le reste du peuple palestinien habite des camps de réfugiés dans les pays arabes voisins ou constitue une diaspora. Autrement dit, sur une population palestinienne mondiale estimée en 2004 à plus de huit millions (y compris les Arabes d’Israël), 4,2 millions étaient classés par l’ONU dans la catégorie des réfugiés.

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique