logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LA REVOLTE DES BONNETS ROUGES | Page d'accueil | DEPUIS L'AN I - REVOLTES CONTRE IMPOTS ET TAXES EN TOUS GENRES... »

03/12/2013

CONTRE L'INJUSTICE FISCALE

01/12/2013 à 19:07

La marche du Front de gauche mobilise "contre l'injustice fiscale"

 

Le Front de gauche a organisé dimanche à Paris une manifestation "pour une révolution fiscale" qui, par delà les querelles de chiffres (7.000 participants selon la préfecture de police, 100.000 selon les manifestants), a démontré sa volonté de ne pas laisser aux Bonnets rouges le monopole de la rue.

 


augmenter la taille du texte diminuer la taille du texteFront de gauche: "marche pour une révolution fiscale"

 


Marche pour la Révolution fiscale -Discours de... par lepartidegauche


Dimanche, les manifestants, brandissant fanions aux couleurs du Parti de gauche, du PCF, du Front de gauche et pour certains d'entre eux des balais, ont défilé pendant deux heures de Place d'Italie à Bercy, siège du ministère des Finances, afin de faire entendre une "opposition de gauche" à la politique fiscale du gouvernement.

 

En tête de cortège, derrière une banderole proclamant "Contre l'injustice fiscale, taxer le capital, non à l'augmentation de la TVA", se tenaient les co-présidents du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon et Martine Billard, le secrétaire national du PCF Pierre Laurent, Clémentine Autain, responsable d'une autre composante du Front de gauche, de même que l'ancienne candidate à la présidentielle de Lutte ouvrière (LO), Nathalie Arthaud. Son parti ainsi que le Nouveau parti capitaliste (NPA) d'Olivier Besancenot et plusieurs sections de la CGT ont pris part au défilé.

 
Eco France Monde - La marche du Front de gauche mobilise contre l'injustice fiscale - 1

 

"Nous sommes des gens de gauche, nous sommes des partageux, et ça nous fait mal au coeur de voir, nous qui nous sommes toujours battus pour l'égalité, qu'on soit en quelque sorte marginalisés, et que des gens qui défendent des intérêts particuliers occupent tout le terrain", a dit M. Mélenchon à TF1, peu avant le départ de la manifestation. Il faisait allusion aux Bonnets rouges qui ont défilé samedi à Carhaix (Finistère).

 

M. Mélenchon a appelé les partenaires du Front de gauche et "toutes les forces syndicales, politiques et associatives" à se rencontrer "dans la quinzaine" afin d'"examiner les campagnes de mobilisation pour l'annulation de la hausse de la TVA", en vue d'une "action de masse" en janvier 2014.

 

"L'ennemi, ce n'est pas l'immigré, ce n'est pas le fonctionnaire, ce n'est pas le travailleur révolté!", a-t-il poursuivi dans son discours de clôture de la manifestation. "Nous ne nous trompons pas de colère! L'ennemi, il y en a un: c'est la finance française et mondialisée qui profite, salit et saigne sans limite!"

 

"Nous sommes le matin qui va se lever sur 1788 !", a déclaré l'ex-candidat à la présidentielle, reprenant son parallèle avec l'injustice fiscale de 1788 qui a mené à la Révolution française.

 

En rangs serrés, derrière des slogans comme: "on est fiers de l'impôt quand il est juste" ou encore "Hollande caresse la finance, le peuple répond: résistance!", les manifestants, venus de toute la France, ont réclamé une "politique fiscale ambitieuse", avec un "vrai redécoupage fiscal" et la suppression de la hausse de la TVA, prévue pour le 1er janvier 2014.

 

"Il faut des portiques et des taxes, mais sur les autoroutes de la finance !", a déclaré pour sa part Pierre Laurent.

 

Le dirigeant communiste avait estimé au début de la marche qu'il fallait "construire une solution de gauche, une solution juste". "Nous discutons tous les jours sur les marchés, au porte-à-porte dans nos cités, avec des électeurs qui ont voté écologiste, qui ont voté socialiste et qui ne se reconnaissent absolument pas dans les choix du gouvernement actuel", a-t-il souligné.


J.-L. Mélenchon au "J.T." de TF1 le 01/12/2013 par lepartidegauche



 www.jean-luc-melenchon.fr/

Non au chacun pour soi

ManifTVA_foule-6Cette marche a été construite en trois semaines. Si elle est un succès, c’est parce qu’elle est une respiration de la force populaire !

Il était temps ! Il était temps !

Tant de détresses sociales frappent notre peuple ! Tant d’angoisses du lendemain accablent nos familles ! Le savez-vous, vous autres, les puissants ? Il n’y a jamais eu tant de millionnaires en dollars dans notre pays. C’est même le record d’Europe. Et dans le même temps il n’y a jamais eu tant de pauvres !

Pourtant, voyez quelle indifférence pour ces souffrances, parmi les belles personnes très importantes, qui s’indignent du moindre fait divers populaire ! Quel silence autour des souffrances au travail, du suicide quotidien d’un agriculteur – chaque jour ! -, des deux morts au travail par jour dont aucun n’est jamais évoqué, des 100 000 personnes qui passent leur journée à chercher un abri pour la nuit, des 10 millions de pauvres que l’on condamne à quémander sans cesse la moindre et qu’ensuite on montre du doigt comme des privilégiés !

Il a raison ! Il a raison, le poète ! Il a raison, Victor Hugo, quand il dit : « c’est de l’enfer des pauvres qu’est fait le paradis des riches » ! 

Et c’est le moment où il faudrait entendre de nouveau la musique maléfique du chacun pour soi, du mépris de l’autre, celui qui n’a pas la même couleur de peau, la même région, les mêmes ancêtres !

Notre marche dit avant toute chose ce premier message : dans l’épreuve que vit le pays, nous autres, nous ne perdons pas ni le sens et le message de notre cœur, ni celui de notre intelligence. L’ennemi, ce n’est pas l’immigré, ce n’est pas le fonctionnaire, ce n’est pas le travailleur révolté ! Paris n’est pas l’ennemi des régions de France, la laïcité n’est pas l’ennemi des croyants ! Nous ne nous trompons pas de colère !

L’ennemi, il y en a un : c’est la finance française et mondialisée qui profite, salit et saigne sans limite tout ce qu’elle touche !

L’incorruptible Robespierre nous l’a appris : « Les grandes richesses enfantent les excès qui corrompent tout à la fois ceux qui les possèdent et ceux qui les envient »

L’ennemi, ce sont les 200 000 émigrés fiscaux en Suisse qui volent 85 milliards par an au Trésor public ! Ce sont les profiteurs des 120 Milliards de dividendes supplémentaires qui, chaque année, prennent le pain quotidien de 4 millions de travailleuses et de travailleurs au Smic ! L’ennemi, c’est celui qui fait flotter sa barque personnelle sur l’océan du malheur des autres !


Commentaires

les impots c'est embétant mais ça reste la seule garantie du vivre ensemble
amitiès

Écrit par : ventdamont | 05/12/2013

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique