logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« CE SOIR OU JAMAIS ... SIGNEZ LA PETITION | Page d'accueil | Tableaux en mouvement »

20/01/2014

Mon corps m'appartient ... le droit d'avoir un enfant ou pas

INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE


Trente-neuf ans, presque jour pour jour, après l'adoption de la loi Veil, la question de l'avortement revient devant le Parlement, lundi 20 janvier. Dans le cadre de la loi sur l'égalité homme-femme, des députés PS ont proposé deux amendements qui ont mis dimanche, les anti-IVG dans la rue.

Le projet de loi prévoit d'abord d'étendre le "délit d'entrave à l'IVG". Les pressions sur les médecins et les femmes enceintes dans les hôpitaux étaient déjà passibles de poursuites. Devient un délit la simple entrave à l'information, telle que la pratiquent des sites internet soit-disant "officiels" portant la voix des anti-IVG.

Le deuxième amendement veut supprimer la notion de "situation de détresse". Toute femme qui ne souhaite pas poursuivre sa grossesse pourra demander une IVG. "C'est le choix des femmes de mener à terme une grossesse : elles n'ont pas à se justifier sur ce choix, souligné la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem. Il faut faire confiance aux femmes, ce sont les mieux placées pour savoir ce qu'elles font de leur grossesse." 

Ces deux mesures sont à l'opposé du projet espagnol, qui veut limiter le droit à l'avortement aux seuls cas de viol ou de danger pour la santé de la mère.

 

L'I.V.G. A ETE VOTEE LE 20 DECEMBRE 1971

Le Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC) n'aura plus besoin d'organiser des voyages en ANGLETERRE. Le Parlement a définitivement voté la loi de Simone VEIL sur l'Interruption volontaire de grossesse. Toute femme pourra subir une IVG en milieu hospitalier durant les dix premières semaines de sa grossesse, après deux entretiens avec des médecins et un délai de réflexion.

Le gouvernement fait de l'avortement un problème de conscience et non une question politique.

Médicalisée, mais non remboursée par la Sécurité Sociale, l'IVG légale met fin à une situation "d'hypocrisie", selon le président de la République...

 

**

*

LUTTE DES FEMMES

*

un petit rappel ne fera pas de mal

extrait

 

img217.jpg

Editions Sociales 1975

 

LE DROIT D'AVOIR OU DE NE PAS AVOIR D'ENFANTS

Tout en menant l'action -nous avons vu dans quelles conditions difficiles- pour que les travailleurs puissent élever leurs enfants dans les meilleures conditions possibles, et satisfaire par conséquent au légitime désir d'en avoir le nombre qu'ils souhaitent, les syndicats ne sont jamais restés indifférents aux possibilités de limiter les naissances.

Si cette question est rarement abordée dans les congrès, elle n'en est cependant pas absente.

En 1937, on trouve dans La Vie Ouvrière n° 935, un article du docteur Jean Dalsace.

"Je m'étonne toujours qu'on ne donne pas à l'avortement la place qu'il mérite. De tous les fléaux sociaux, c'est celui qui fait le plus de victimes. Y a-t-il plus d'avortements chez les femmes laborieuses que chez les femmes aisées, nous ne le croyons pas.

Mais la femme aisée, tout en avortant,  a moins de complications.

C'est dans les conditions dans lesquelles l'avortement est pratiqué qu'il faut en chercher les causes (dissimulation de la grossesse et de l'avortement pour ne pas perdre son travail, conditions de septicité révoltantes, impossibilité de se soigner, reprise immédiate du labeur".

D'où fréquence particulière des infections graves, qui, si elles ne font pas de tous les avortements des avortements mortels, en font trop souvent des avortements mutilants".

Au fur et à mesure que le développement de la science permet des méthodes de contraception efficaces, ces questions viennent avec de plus en plus de fréquence dans les réunions de femmes de la C.G.T."

**

img217.jpg

Les travailleuses doivent être informées

Le journal féminin de la CGT, Antoinette, mène résolument campagne pour l'information sur les moyens contraceptifs, pour l'abrogation de la loi répressive sur l'avortement de 1920 et pour l'établissement d'une nouvelle loi".

 

"La C.G.T., tout en considérant que la responsabilité d'avoir ou de ne pas avoir d'enfants est une responsabilité individuelle, et sans prétendre, comme le fait le M.L.F., que la libération de la femme passe par l'avortement libre,

se prononce pour la modification radicale de la loi de 1920,

la suppression de toute répression de l'avortement,

le remboursement des frais médicaux d'avortement

par la Sécurité Sociale.

 Mais, en même temps, elle réclame le dégagement de crédits, la prise de mesures propres à assurer une large éducation sexuelle, une large information relative aux différentes méthodes de contraception.

Dans les grandes entreprises occupant de la main-d'oeuvre féminine, dans les hôpitaux, les dispensaires, doivent exister des service médicaux bien équipés, avec consultations gratuites de contraception  : les femmes, les couples doivent pouvoir décider en toute liberté d'avoir ou non des enfants, du nombre qu'ils souhaitent avoir et du moment souhaité pour les mettre au monde.

 A cet effet, l'information et les moyens modernes de régulation doivent leur être dispensés.

En matière de contraception, la lutte des femmes et l'action des parlementaires de gauche ont imposé que la contraception est devenue libre en 1974 (les produits contraceptifs seront notamment remboursés par la Sécurité Sociale). Il reste maintenant -et ce ne sera pas le plus facile- à obtenir le dégagement des crédits nécessaires pour organiser à l'intention de toute la population une réelle information sexuelle leur permettant la maîtrise de la fécondité.

 

img217.jpg

En ce qui concerne l'avortement

Sous la pression de l'action des femmes et du soutien apporté par l'opinion publique aux propositions du Programme commun, le gouvernement a été contraint de proposer une loi suspendant (pour cinq ans), la répression pour interruption volontaire de grossesse.

Cette nouvelle loi qu'a combattue, avec une hargne relevant d'un obscurantisme moyenâgeux, la majorité des députés progouvernementaux, n'a pu être adoptée au parlement en novembre 1974, que grâce aux voix unanimes des députés de gauche.

Tout en considérant que cette législation constitue un progrès réel, il faut cependant regretter que le gouvernement se soit opposé au remboursement par la Sécurité Sociale des frais occasionnés par l'avortement, ce qui maintient en ce domaine une inégalité sociale évidente...

La contrainte qui subsiste

On ne peut que se féliciter de telles décisions, elle aussi arrachées par la lutte.

Mais disons que "ces réformes concernant un droit légitime ne peuvent être tenues pour la véritable liberté que nous souhaitons pour les familles de travailleurs".

La contrainte qui subsiste pour nombre de couples de condition modeste, c'est la limitation volontaire pour des raisons économiques, pour des raisons de foyer.

C'est seulement quand chaque famille pourra ne pas avoir mais aussi avoir autant d'enfants qu'elle en désire qu'on  pourra dans ce pays et à ce sujet parler de liberté.

 

img217.jpg

 

 ***

*

Les anti IVG, le gouvernement espagnol

ont fait le choix de la reprise des avortements clandestins

HORREUR ! MALHEUR !

 

 

LA SOUFFRANCE DE NOS GRANDS-MERES

Pendant très longtemps, la clandestinité de l'acte eut pour conséquences qu'il se pratiquait dans des conditions déplorables, sans hygiène.
Ces actes étaient effectués par des personnes incompétentes (faiseuses d'anges) sur des personnes voulant se débarrasser à n'importe quel prix de leur grossesse.

En général, les substances abortives populaires étaient inefficaces
Il existait des substances actives mais toxiques qui provoquaient la mort du foetus .
Ces substances pouvaient provoquer des hémorragies utérines qui tuaient le foetus mais aussi mettaient gravement en danger la mère.

Des procédés mécaniques étaient également utilisés

Les avortées mouraient très souvent dans des conditions et des souffrances horribles; ces décès étaient le plus souvent liés à l'infection, à des perforations, parfois à un choc, une embolie foudroyante et une septicémie qui emportaient la femme en quelques heures après les manoeuvres abortives


Vu que l'avortement était pénalement condamné, peu de médecins prenaient le risque de se voir interdire l'exercice de leur profession et de subir de lourdes peines ( 6 mois à 2 ans de réclusion et 5 ans de suspension, avant 1974).
Ce travail était donc laissé à des personnes dépourvues de toutes compétences et de tous diplômes.

 

 ***

SOUS PETAIN... UN CRIME D'ETAT !

Quand la dénatalité menace le pays, quand la guerre décime la population, le gouvernement réagit, ainsi les lois de 1920 et de 1923.

Et même si les poursuites passent des Assises aux correctionnelles, on va par contre poursuivre beaucoup plus souvent, la moyenne des acquittements passant sous les 20%.


Ensuite, peu à peu, la répression se relâche et les natalistes obtiennent la loi de 1939, dite "code de la famille" avant que Vichy n'en fasse un crime d'Etat.

Du coup c'est le silence, la peur, la culpabilité qui règnent, ce qui n'empêche malgré tout pas les avortements clandestins de se poursuivre, avec tous les risques; certains chiffres sont effarants : 20.000 à 60.000 décès par an dans les années trente (d'après l'UNCAF).

Après la guerre, si la peur de l'enfant existe encore dans toutes les classes sociales,

les risques encourus ne sont pas les mêmes pour les petites ouvrières ou les vedettes du cinéma ou de la littérature.


Bon nombre d'actes se pratiquaient au domicile de la candidate, avec un médecin complaisant ou dans des cliniques privées où les clientes attendaient dans un salon semi obscur pour ne pas être trop tentées de se dévisager.


Car, entre l'interdiction absolue accompagnées de poursuites pénales effectives et la libéralisation, il y a eu, dans de nombreux pays, une période où l'interruption se faisait dans des conditions sanitaires correctes, mais soit dans certains pays moins regardants, soit moyennant un paiement relativement élevé, soit encore dans certains centres de plannings familiaux, travaillant de manière plus ou moins clandestine.


De nos jours, peu de choses sont encore taboues; les jeunes ainsi que les moins jeunes sont mis au courant des moyens pour éviter une grossesse.


Grâce à la loi qui a " accepté " l'avortement, les mentalités ont évolué et l'avortement est une chose dont on peut parler librement.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique