logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« DERBY : US HABAS reçoit PEYREHORADE | Page d'accueil | rugby : MERIGNAC vainqueur face à HABAS »

30/03/2014

APPEL DE CALI A PERPIGNAN

"Cali : Tribune Libre.
Vous qui n'avez pas voté dimanche dernier, vous savez aujourd'hui que le Front national a établi de gros scores partout en France et notamment chez nous à Perpignan. Vous qui n'avez pas voté dimanche dernier, pouvez-vous imaginer un maire d'extrême-droite à la tête de notre ville ?
"Je suis triste, triste que ceux qui se sont déplacés aient porté en tête le FN lors du premier tour des élections municipales à Perpignan.
"Triste que le ratissage de terrain du FN ait porté ses fruits, triste que le FN profite du marasme et se poste en oiseau de proie sur une autre grande ville du Sud, notre belle Perpignan.
"Ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible, je pense à mon père, à mes grands-parents qui ont fui le fascisme, c'était hier. A leur mémoire, je ressens de la honte.
"Vous qui n'avez pas voté dimanche, prendrez-vous le risque de porter ce sentiment de honte au soir du deuxième tour ?
"Je suis triste que l'on puisse accepter qu'un parti à l'idéologie inacceptable s'impose dans notre cité.
"J'appelle aujourd'hui tous ceux qui ne se sont pas exprimé à se déplacer en masse dimanche pour voter et ne pas laisser passer le Front National à Perpignan.
Cali, citoyen, chanteur."
http://www.lindependant.fr/2014/03/26/municipales-de-perpignan-le-chanteur-cali-prend-position,1864005.php

"Cali : Tribune Libre.
Vous qui n'avez pas voté dimanche dernier, vous savez aujourd'hui que le Front national a établi de gros scores partout en France et notamment chez nous à Perpignan. Vous qui n'avez pas voté dimanche dernier, pouvez-vous imaginer un maire d'extrême-droite à la tête de notre ville ?
"Je suis triste, triste que ceux qui se sont déplacés aient porté en tête le FN lors du premier tour des élections municipales à Perpignan.
"Triste que le ratissage de terrain du FN ait porté ses fruits, triste que le FN profite du marasme et se poste en oiseau de proie sur une autre grande ville du Sud, notre belle Perpignan.
"Ce n'est pas possible. Ce n'est pas possible, je pense à mon père, à mes grands-parents qui ont fui le fascisme, c'était hier. A leur mémoire, je ressens de la honte.
"Vous qui n'avez pas voté dimanche, prendrez-vous le risque de porter ce sentiment de honte au soir du deuxième tour ?
"Je suis triste que l'on puisse accepter qu'un parti à l'idéologie inacceptable s'impose dans notre cité.
"J'appelle aujourd'hui tous ceux qui ne se sont pas exprimé à se déplacer en masse dimanche pour voter et ne pas laisser passer le Front National à Perpignan.
Cali, citoyen, chanteur."

***

*

Et moi, je rajoute : Honte à ceux qui ont permis que le FN s'installe en France.

Non, ce n'est pas un Parti comme les autres.

Ce n'est pas un Parti républicain

 

Qu'est-ce que le fascisme ? 
La création et l'évolution du fascisme résultent de l'état de malaise et d'incertitude, des difficultés grandissantes de la vie, des menaces économiques et autres, qui surgissent de toutes parts, en un mot de la situa­tion précaire où se débattent actuellement dans presque tous les pays toutes les couches moyennes de la population. Le vrai moteur du fascisme, ce sont les pouvoirs d'argent, qui ont su et qui ont pu, grâce aux moyens gigantesques de publicité, de propagande et d'action dont disposent ceux qui disposent des richesses, attacher à leur politique la petite et la moyenne bourgeoisie en canalisant dans le sens de la conservation et de la réaction sociale son mécon­tentement, ses appréhensions et ses souffrances.
Nul ne peut contester que de nos jours, et dans les institutions actuelles, tout ce qui est fait d'essentiel est plus ou moins conduit par les grands détenteurs du capital. Si le capitalisme, c'est à dire la main mise de l'oligarchie de l'argent sur les choses sociales, a toujours plus ou moins conduit les affaires humaines, cette emprise et arrivée aujourd'hui à toute sa plénitude. Ce ne sont pas seulement les capitalistes américains qui l'affirment (et ils ont l'autorité de le faire), ce sont tous les économistes et tous les observateurs, à quelque opinion ou à quelque caste qu'ils appartiennent. Or, partout le capitaliste a suscité le fascisme. Il l'a mis sur pied et lui a donné l'élan. Et ce n'est un secret pour personne que le fascisme italien et tous les autres fascismes nationaux sans exception se sont accrus grâce à l'appui financier de la grande bourgeoisie riche, de la grande industrie et des banques. Le fascisme sort du capitalisme. Il en est la résultante logique, le produit organique.
Le fascisme international
Henri Barbusse

Qu'est-ce que le fascisme ?


La création et l'évolution du fascisme résultent de l'état de malaise et d'incertitude, des difficultés grandissantes de la vie, des menaces économiques et autres, qui surgissent de toutes parts, en un mot de la situa­tion précaire où se débattent actuellement dans presque tous les pays toutes les couches moyennes de la population.

Le vrai moteur du fascisme, ce sont les pouvoirs d'argent, qui ont su et qui ont pu, grâce aux moyens gigantesques de publicité, de propagande et d'action dont disposent ceux qui disposent des richesses, attacher à leur politique la petite et la moyenne bourgeoisie en canalisant dans le sens de la conservation et de la réaction sociale son mécon­tentement, ses appréhensions et ses souffrances.


Nul ne peut contester que de nos jours, et dans les institutions actuelles, tout ce qui est fait d'essentiel est plus ou moins conduit par les grands détenteurs du capital. Si le capitalisme, c'est à dire la main mise de l'oligarchie de l'argent sur les choses sociales, a toujours plus ou moins conduit les affaires humaines, cette emprise et arrivée aujourd'hui à toute sa plénitude.

Ce ne sont pas seulement les capitalistes américains qui l'affirment (et ils ont l'autorité de le faire), ce sont tous les économistes et tous les observateurs, à quelque opinion ou à quelque caste qu'ils appartiennent.

Or, partout le capitaliste a suscité le fascisme. Il l'a mis sur pied et lui a donné l'élan.

Et ce n'est un secret pour personne que le fascisme italien et tous les autres fascismes nationaux sans exception se sont accrus grâce à l'appui financier de la grande bourgeoisie riche, de la grande industrie et des banques. Le fascisme sort du capitalisme.

Il en est la résultante logique, le produit organique.
Le fascisme international

Henri Barbusse

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique