logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LES AMIS DU RUGBY à HABAS | Page d'accueil | 16 octobre : journée d'action interprofessionnelle »

13/10/2014

LA BATAILLE DES IDEES DANS LA PERIODE ACTUELLE

"On l'a souvent dit, nous vivons une époque peu ordinaire. La Révolution des sciences et des techniques est là à l'ordre du jour ; nous constatons des changements dans notre façon de travailler, de penser, de vivre et tout va très vite.

Dans tous les domaines, de vastes questions se posent. La crise générale règne. Les "féodalités financières et industrielles" qui dirigent notre pays ont suffisamment démontré leur incapacité à régler au mieux nos problèmes actuels.

En effet, la réalité quotidienne met à jour, avec éclat, l'impuissance d'un système capitaliste incapable aussi bien de résorber le chômage que d'augmenter le pouvoir d'achat des travailleurs, incapable de permettre à ceux qui produisent les richesses du pays de vivre harmonieusement.

Cela peut-il durer ainsi indéfiniment ?

PUISQUE LES CHOSES NE VONT PAS

NE FAUT-IL PAS LES CHANGER ?

**

Qui a écrit cela ?

la C.G.T.

En quelle année ?

1978

ça fait 36 ans !

"faut-il pleurer ? faut-il en rire ?

Je n'ai pas le coeur à le dire

On ne voit pas le temps passer" (J. Ferrat)

img637.jpg

La crise, leur crise est toujours là ...36 ans plus tard !

avec les mêmes mots, les mêmes maux

les mêmes mensonges, les mêmes tromperies

les mêmes aux commandes

 

img637.jpg

 1978

 Reprenons la lecture syndicale

Je savoure

Aujourd'hui, la lutte de classe prend une dimension considérable et la bataille des idées -au coeur de notre combat syndical- devient déterminante.

S'il est vrai que "LES HOMMES MARCHENT AVEC LEUR TETE", il importe, alors, que les idées qui sont dans la tête des travailleurs soient le plus claires possible.

Le comportement d'un travailleur dépend inévitablement de ses idées. Mais, chacun n'a pas, de façon spontanée, automatique, la juste analyse de la situation dans laquelle il se trouve. Ce n'est pas si simple ! Il faudra, pour tel ou tel, plus ou moins de temps pour se rendre compte qu'il est exploité, pour comprendre la nécessité de se syndiquer, etc.

Si tous ceux -la très grande majorité- qui souffrent du système actuel avaient une claire conscience de l'exploitation et des injustices qu'ils subissent et s'ils connaissaient les solutions possibles avancées par notre organisation syndicale pour une vie meilleure, alors - bien sûr- tout serait plus facile ! Mais nous n'en sommes pas là.

De plus, l'opinion publique -dont nous faisons partie- est façonnée par les idées de ceux qui dirigent le pays. N'oublions pas que les forces dirigeantes du Grand Capital sont puissantes et sont, ce qui est essentiel, détentrices du pouvoir économique et politique.

La bourgeoisie ne se trompe pas sur l'aspiration des travailleurs à vouloir changer leur vie. Dès lors, comment resterait-elle impassible devant une telle aspiration capable de remettre en cause sa domination sur le pays ?

 

img637.jpg

 

Avant tout, elle tient à ses privilèges. Pour les conserver, elle devra masquer sa politique anti-sociale contraire au monde du travail ; pour cela, un impératif, tromper l'opinion et c'est là que l'information prend une place capitale. En effet, c'est l'information "officielle" qui sera largement diffusée.

Certes, les formes y seront ; on trouvera le ton et les astuces qu'il faut pour faire croire au pluralisme et à la démocratie ! Les apparences seront sauves mais c'est là, justement, toute la tromperie !

Que ce soit au travers de la radio, de la télévision, de la presse -principaux moyens d'information- les exemples ne manquent pas pour illustrer nos propos.

Autre moyen de berner : celui qui consiste à nous faire entendre les hommes du pouvoir bavarder des jours et des jours sur tel ou tel projet, à tel point qu'au bout d'un moment, l'auditeur est persuadé que ledit projet est bel et bien réalisé alors qu'il n'en est rien !

Ou bien encore, lorsqu'il y a conflits, c'est, de très loin, la version "officielle" qui prime. Reconnaissons que l'on voit et que l'on entend, tout de même, plus de ministres et des patrons à la télévision et à la radio que de représentants des travailleurs !

Certains propos démesurément grossis, d'autres escamotés purement et simplement : les moyens de tromper sont nombreux !

D'ailleurs, qu'a fait la bourgeoisie avec les grands moyens d'information ?

Nous avons assisté à la "réorganisation" -pour ne pas dire la domestication- de l'ex ORTF, à la mise au pas des radios périphériques, à la remise en ordre de l'AFP (Agence France Presse). Quant au quadrillage de la presse écrite, il se rôde petit à petit.

Nous parlons de la concentration de la presse mais en effet, du rachat de Paris-Match à celui de France-Soir, nous comptons avec Hachette, Amaury, Prouvost, Boussac et Del Duca, sept groupes qui constituent l'essentiel de la presse, aidés par l'intervention des grandes banques d'affaire et du patronat.

N'oublions pas, non plus, la patronat : ses publications, au niveau de la profession  ou de l'entreprise, tiennent une place de choix dans le dispositif d'ensemble de la grande bourgeoisie.

Les journaux d'entreprise patronaux sont très divers selon les professions, les catégories et même les régions des travailleurs auxquels ils s'adressent. Pourtant, au-delà de cette variété, leurs traits essentiels sont communs et les idées abordées rejoignent celles de la propagande gouvernementale avec un angle d'attaque bien étudié.

 

cgt,lecture syndicale,information,la crise

On y retrouve, abordés de façons différentes, des thèmes comme :

L'exploitation capitaliste n'existe pas. "on est tous sur le même bateau" et la lutte de classe est une idée absolument dépassée, à ranger au musée...

Il est important d'avoir l'esprit "maison" : ce n'est pas à une classe que le travailleur appartient mais à une entreprise, il doit donc s'intégrer.

Autre thème, celui de l'exportation :

"Si l'entreprise ne vend pas, elle est menacée ; mais pour vendre, il ne faut pas être trop cher...". De là à conclure qu'il ne faut pas revendiquer d'augmentation de salaire pour laisser l'entreprise compétitive, le pas est vite franchi.

 Bref, ces journaux -souvent attrayants- ont un type d'intervention qui masque leur contenu idéologique.

Et notons, d'ailleurs, que la presse d'entreprise n'est pas le seul moyen utilisé par le patronat pour "entrer dans l'arène" ; d'autres éléments interviennent comme les conférences, les réunions, les séminaires, etc.

 Aujourd'hui, c'est "J'AIME MA BOITE"

ça me donne envie de ....

img637.jpg

1978

Le point de départ de la démocratie syndicale et démocratie ouvrière, C'EST L'INFORMATION DE TOUS, LA CONNAISSANCE POUR LE PLUS GRAND NOMBRE. Ce sont des millions de travailleurs qu'il faut mettre en mesure de juger et de décider avec lucidité, à propos d'idées essentielles et de problèmes d'envergure dont le maniement n'est pas toujours facile.

Il n'y a pas d'action de masse sans une information et une réflexion de masse.

C'est à ce niveau que se situe la bataille des idées.

 

TOUT CONFIRME QUE, DE NOS JOURS, L'INFORMATION

EST DEVENUE UN ENJEU QUOTIDIEN ET CAPITAL

 Nous nous apercevons que les moyens mis en présence par ceux qui nous combattent sont de taille ...

DE LA, NOTRE EXIGENCE POUR UNE INFORMATION PLURALISTE ET DEMOCRATIQUE.

 

img637.jpg

 Si les syndiqués avaient été plus nombreux, on n'en serait pas là !

Il est peut-être temps de s'informer, de réfléchir,

de réagir !

Allez les jeunes ! syndiquez-vous !

Il faut comprendre les évènements pour agir sur eux

Pendant ce temps-là, la droite et la social-démocratie rigolent... LOL

 **

cgt,lecture syndicale,information,la crise

Si on n'avait pas bougé le nôtre , on en serait encore aux 45 Heures

 

En France, dans les années 1950 et 1960, alors que la durée légale est de 40 heures,

les durées effectives moyennes oscillent entre 45 et 46 heures hebdomadaires

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique