logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LE PRINTEMPS DES LANDES : HABAS était de la partie | Page d'accueil | MANIF DU 1er MAI A DAX »

30/04/2016

Gérald BLONCOURT à ROUBAIX -IL A LA BARAKA

Roubaix : offrez-vous une expo de Gérald

 

 

Bloncourt à Baraka

Publié le 29/04/2016

PAR JULIEN GILMAN

Le financement participatif est à la mode. À Roubaix, la coopérative Baraka s’y met : afin de monter une exposition des photos de Gérald Bloncourt à l’occasion de la prochaine Nuit des arts, elle fait appel à la générosité publique sur la plateforme Kiss kiss bank bank.

« Enfants dans une rue de Roubaix », photographiés par Gérald Bloncourt en 1955.
Roubaix en noir et blanc. Roubaix des années 50 et 60. Pas celui de Barbieux, des maisons de maîtres et des patrons, mais celui des ouvriers et des courées. Le Roubaix de Van der Meersch, en photographies, c’est ce que propose de découvrir la coopérative Baraka lors d’une exposition qui débutera à la prochaine Nuit des arts, le 21 mai.
 
La nouvelle gérante des lieux Nathalie Duparque s’était déjà démenée pour faire revenir à Roubaix, l’an passé, le photo-reporter Gérald Bloncourt. Cette fois-ci, elle voudrait que les Roubaisiens eux-mêmes s’approprient le travail de celui qui est aussi peintre, poète ou écrivain. Sur la plateforme de financement participatif – ou de crowdfunding, selon l’anglicisme consacré – Kiss kiss bank bank, on peut ainsi aider au financement de l’événement.

Haïtien d’origine, Gérald Bloncourt a découvert Roubaix grâce à sa première épouse, Roubaisienne. Il y viendra plusieurs fois, photographier des grèves ou manifestations, ou réaliser des reportages sur la condition ouvrière. « Il couvre ces événements, mais il va plus loin, explique Nathalie Duparque. Il s’intéresse aux gens. » Et il les prend en photo, dans leur quotidien, presque dans l’intimité. Il a ainsi en stock des centaines de clichés du Roubaix ouvrier, à la sortie de la Lainière, dans l’usine Phildar, à la Redoute, mais aussi sur les pavés et la terre battue des ruelles et courées, à l’intérieur des maisons ouvrières, des rues vides, beaucoup de portraits et des groupes.

L’ampleur de l’exposition dépendra de la participation

C’est un Roubaix humain que montre Bloncourt, entre passé et présent. « C’est un angle de vue sur des scènes populaires, pas si éloignées que ça d’aujourd’hui. Les photos de gamins des années 50 pourraient être d’aujourd’hui, note la gérante de Baraka. Sauf les pavés, l’homogénéité architecturale de la ville est la même. » Et c’est ce Roubaix-là qui a séduit la jeune femme. À l’instar du livre Le Paris de Bloncourt, elle a imaginé une exposition « Le Roubaix de Bloncourt ». « Une expo tout à fait modeste, mais au plus il y aura de participation, au plus elle sera importante », explique-t-elle.

Le budget prévu sur le site participatif est de 632 €, pour le financement des tirages. Le compteur, ouvert depuis jeudi dernier, indique déjà 71 % de participation. L’investissement, à partir de 1 €, donne droit à des contreparties, toutes symboliques pour les petites sommes, jusqu’à un tirage dédicacé à partir de 75 €. La campagne de financement s’achève le 16 mai, cinq jours avant le début de l’exposition.

Roubaix sur le blog de Gérald Bloncourt : bloncourtblog.net/

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique