logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« DE REDASS BRASS BAND à BAND A PART / animation musicale assurée | Page d'accueil | NADAU à ESTIBEAUX... sacrée soirée !! »

13/07/2016

LES AMITIES PARTICULIERES DE LA CFDT

Tu m'en diras tant !

***

Myriam El Khomri recrute Anousheh Karvar comme directrice adjointe de son cabinet

http://www.lalettredelexpansion.com/011-37787-1-Myriam-El-Khomri-recrute-Anousheh-Karvar-comme-directrice-adjointe-de-son-cabinet.html

 

Myriam El Khomri va recruter Anousheh Karvar, ex-secrétaire générale adjointe de la CFDT Cadres et trésorière du syndicat, en tant que directrice adjointe de son cabinet au ministère du Travail et de l'Emploi. Inspectrice des affaires sociales depuis 2012, elle reprendra les fonctions de Sébastien Jallet, qui a été nommé en décembre commissaire général délégué à l’égalité des territoires et directeur de la ville et de la cohésion urbaine.
 
http://www.actualite-de-la-formation.fr/le-quotidien-de-la-formation/articles-2016/anousheh-karvar-directrice-adjointe-du-cabinet-de-myriam-el-khomri.html

Anousheh Karvar, inspectrice des affaires sociales, a été nommée directrice adjointe du cabinet de Myriam El Khomri, ministre du Travail, de l’Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social, selon une information du Bulletin quotidien du 4 février, confirmée par la CFDT.

 

Myriam El Khomri | Gouvernement.fr

www.gouvernement.fr/ministre/myriam-el-khomri

Mme Anousheh KARVAR. Directrice de cabinet adjointe, chargée de l'emploi et du plan d'urgence pour l'emploi. JO du 16/03/16. Mme Sophie DELAPORTE.

 

L’Etat et les syndicats: la fin de l’anarcho-syndicalisme?

Ce texte a été lu 2731fois

Selon La Croix, François Chérèque, ancien secrétaire général de la CFDT, devrait être chargé du suivi du plan gouvernemental de lutte contre la pauvreté, auprès du Premier Ministre. Après avoir été nommé Inspecteur Général des Affaires Sociales (IGAS) et président du think tank Terra Nova***. Cette nomination montre que les relations entre l’Etat et les syndicats sont en pleine évolution, à rebours de la tradition française de l’anarcho-syndicalisme.

Rappelons d’abord quelques événements majeurs liés à la vie de la CFDT. Les tribulations de François Chérèque viennent d’être exposées. En soi, elles pourraient appeler certaines critiques, car il est étonnant de nommer dans un corps d’inspection une personnalité qui prend en même des responsabilités officielles dans un think tank,***** quelqu’il soit. Le métier d’inspecteur général est un plein temps, en théorie, et le mélange des genres amuse. Mais supposons… Le fait que ces nominations soient intervenues en plein cours de la négociation sur la sécurisation de l’emploi, jugée historique par le gouvernement, pourrait également être interprété comme une façon d’influencer les discussions par des offrandes peu discrètes. Dans ces conditions, en tout cas, il était difficile d’imaginer que la CFDT ne signât pas un accord voulu par le gouvernement.

La CFDT, ces dernières années, a comptabilisé quelques nominations du même acabit. Petit rappel: dernier événement en date, le recrutement au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem de Laurence Laigo, secrétaire nationale de la CFDT depuis 2006. L’intéressée, qui s’occupait des femmes et de la fonction publique, quitte donc sa direction au moment où Laurent Berger prend les rennes du syndicat.

Avant Laurence Laigo, Anousheh Karvar, elle aussi secrétaire nationale de la CFDT, avait été nommée IGAS (où elle accueillera son ex-patron François Chérèque). Elle y a rédigé un rapport sur le chômage partiel. Et s’est illustrée en juin, en participant aux rencontres de Bilderberg, objet de nombreux fantasmes de la part des mouvements complotistes. Joli parcours donc. Mais cette promotion bien sympathique date de janvier 2012. La chronologie n’est pas neutre: les amitiés entre la CFDT et le pouvoir ne datent pas de l’arrivée de François Hollande à l’Elysée.

Avant Anousheh, les gouvernements de droite n’avaient d’ailleurs pas hésité à transformer des dirigeants cédétistes en hauts fonctionnaires. En 2010, Nicolas Sarkozy avait ainsi nommé la présidente de l’UNEDIC, Annie Thomas, conseillère sociale à l’ambassade de France à Madrid.

On le voit, les amitiés particulières entre la CFDT et le pouvoir ne sont ni de droite ni de gauche. Simplement jusqu’ici, les gouvernements en place n’avaient jamais eu l’audace de « récupérer » un dirigeant syndical pour l’incorporer aussi rapidement dans des fonctions relevant directement du pouvoir. Avec la nomination de François Chérèque, ces amitiés prennent un tour nouveau, une dimension pour ainsi dire industrielle.

Il est très probable que, au-delà des péripéties circonstancielles liées à ces nominations, nous assistions à une évolution en profondeur de la tradition syndicale française. Celle-ci, marquée par l’anarcho-syndicalisme, a majoritairement refusé de se considérer comme un élément de la lutte politique, et a toujours tenu à marquer ses distances avec les partis. Dans l’esprit syndical français, l’action ouvrière est autonome et ne peut faire l’objet d’aucune récupération.

Le texte fondateur, pour les amateurs d’histoire, de cette tradition, n’est autre que la Charte d’Amiens, de 1906, adoptée au sein de la CGT sous l’impulsion de Griffuelhes et Pouget. Cette Charte prévoyait notamment ceci:

« La CGT groupe, en dehors de toute école politique, tous les travailleurs conscients de la lutte à mener pour la disparition du salariat et du patronat. »

Dans la tradition syndicale française, l’action collective est donc à la fois apolitique et tournée vers la disparition de la société de classes.

En acceptant des fonctions gouvernementales, les responsables de la CFDT modifient en profondeur cette tradition qui a toujours traversé l’ensemble du syndicalisme français. Faut-il y voir un signe encourageant de mutation progressive vers un syndicalisme de négociation? Ou le passage à une vision nouvelle de l’engagement syndical où les délégués syndicaux épaulent de façon de plus en plus complémentaire l’action des élus?

Ce mouvement est à surveiller de près.

 

************************************************Un think tank (en) ou laboratoire d'idées (en français) est généralement une structure de droit privé, indépendante de l'État ou de toute autre puissance, en principe à but non lucratif, regroupant des experts. L'activité principale d'un think tank est généralement de produire des études et d'élaborer des propositions, le plus souvent dans le domaine des politiques publiques et de l'économie

 

 

http://www.monde-diplomatique.fr/2010/02/ZEVIN/18824

Comment changer la règle du jeu socialiste

Terra Nova, la « boîte à idées » qui se prend pour un think tank

Un peu partout en Europe, les partis de gauche errent comme des bateaux ivres, incapables de définir une ligne politique, un projet de société. De là les mesures contradictoires, les discours creux et les difficultés croissantes à mobiliser, particulièrement dans les milieux populaires. Ce marasme favorise les entreprises de « refondation intellectuelle » du progressisme, parfois moins désintéressées que ne l’affirment leurs ambitieux promoteurs.

 ...Paru au cours de l’été 2008, le premier rapport de la « fondation progressiste » Terra Nova défendait l’idée de primaires à gauche pour préparer l’élection présidentielle de 2012

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique