logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« WEEK-END EN OVALIE à HABAS | Page d'accueil | QUAND FILLON SE PAIE LA TETE DU PERSONNEL SOIGNANT »

23/03/2017

DE LA VERTU nouveau livre de J.Luc MELENCHON

Jean-Luc Mélenchon : «Les gens ne croient plus à la vertu de leurs dirigeants»

INTERVIEW. Dans un contexte d'affaires et de crise institutionnelle, Jean-Luc Mélenchon, le candidat de la France insoumise, publie « De la vertu »...

Au surlendemain du premier débat de la présidentielle, hier, est sorti en librairie l'essai de Jean-Luc Mélenchon.

Vous avez déjà écrit de nombreux livres. Pourquoi ce dernier, intitulé « De la vertu »* ?
Jean-Luc Mélenchon.
C'est un livre de philosophie pratique. Dans le chaos actuel, je me suis demandé ce que serait une façon morale d'agir dans la vie publique. J'en suis revenu à la vertu, le grand mot de la Ire République.


En quoi la vertu est-elle utile dans le monde d'aujourd'hui ?
La vertu, contrairement à la morale, qui est nécessairement individuelle, est un principe qui nous est commun, que tout le monde peut pratiquer. Je le résume par : ce qui est bon pour tous. La société, sans s'obliger à un dogme, peut se donner des principes communs comme l'amour de la patrie et de la justice, le soin des pauvres... La vertu, c'est l'articulation entre le niveau individuel du comportement et le niveau collectif. Les gens ne croient plus à la vertu de leurs dirigeants. Les affaires qui impliquent Fillon et Le Pen doivent nous faire réfléchir au-delà de l'instant.

La vertu, c'est l'articulation entre le niveau individuel du comportement et le niveau collectif


Vous dénoncez « l'argent roi », qui serait mortifère pour la démocratie...
Pour les puissants, l'argent est devenu un idéal de vie ! C'est lamentable. Quand M. Macron veut que les jeunes rêvent de devenir milliardaires, il croit bien faire. Pour moi, c'est immoral. Car les milliards ne s'accumulent qu'au détriment des autres ! Pourtant, l'accumulation est vécue comme un phénomène magique ; c'est comme si elle se faisait hors de toute réalité humaine. L'argent des uns vient de la peine des autres ! Comment oublier tous ces gens qui vivent dans la gêne. Il n'y a jamais eu autant de pauvres en France : quelque 9 millions.

Pourtant, il y a de quoi pour tous ! Quand dure une injustice, si existe le moyen de la réparer, c'est une faute morale imprescriptible pour ceux qui la laissent durer.

L'argent des uns vient de la peine des autres



Les mesures que vous préconisez dans votre ouvrage s'articulent autour des trois principes de la République, et d'abord, la liberté. Quelles sont-elles ?
La liberté de conscience est primordiale. J'ai voulu en parler au-delà de la question traditionnelle des relations entre les religions et l'Etat pour y englober l'endoctrinement par l'idéologie consumériste. Je veux une réduction drastique de la publicité dans les villes et son interdiction totale dans les écoles. Je défends aussi la liberté absolue de disposer de soi, comme le suicide assisté ou l'IVG.

C'est ici que s'articule le principe de la morale individuelle, qui peut vous interdire de les pratiquer, avec celui de la vertu qui vous oblige, au contraire, à respecter la liberté de l'autre.

Que proposez-vous au nom de l'égalité ?
« L'autre » n'est-il pas mon semblable par ses besoins ? Il faut alors concrétiser le droit d'accès pour tous aux biens communs indispensables, comme l'eau, l'électricité ou le savoir. Je veux donc la gratuité des premiers mètres cubes d'eau, des premiers kilowatt heures et de tout à l'école, y compris la cantine !

Et comment la fraternité pourrait-elle se concrétiser de nos jours ?
Le modèle économique dominant, c'est la compétition de chacun contre les autres. Cela ne met pas en avant les solidarités et les coopérations. Le système est vicié à la base. Combien aujourd'hui n'ont pas la moindre objection morale à l'idée de rejeter des milliers de gens à la mer ? Remettre de la fraternité au cœur du système est un ressort de transformation, et de l'homme et de la société. Par exemple, en stoppant la précarité au travail, en éradiquant le management par la peur dans la fonction publique et l'entreprise, en humanisant les services aux personnes âgées.

Entre le moment où vous êtes entré dans la vie politique et maintenant, avez-vous changé de principes ?
Oui. Avant, on se référait au seul intérêt de classe. Pour moi, à présent, c'est l'intérêt général humain qui doit primer car l'écosystème est menacé pour tout le monde. Il y a trente ans, on pensait que la fin justifiait les moyens. Je ne le crois plus. Personne ne peut jamais abandonner sa responsabilité personnelle. L'indignation morale est un motif d'action politique aussi puissant que l'intérêt de classe. Aussi bien pour les classes populaires que pour les classes moyennes.

Quand François Hollande dit que l'offre crée la demande, c'est un siècle et demi de la pensée de gauche qui part à la poubelle


Le mouvement socialiste n'incarne-t-il plus ces valeurs ?
La synthèse entre les classes moyennes et les classes populaires que le Parti socialiste incarnait est rompue et le parti avec. Et puis, l'oeuvre dévastatrice de François Hollande a fracassé le cadre commun de pensée. Quand il dit que l'offre crée la demande, c'est un siècle et demi de la pensée de gauche qui part à la poubelle. Il faut donc que le Parti socialiste passe par une longue phase de réarmement moral et philosophique. Il ne sert à rien aujourd'hui. Moi, je suis passé à autre chose. Je propose un humanisme neuf autour de la vertu.

* « De la vertu », de Jean-Luc Mélenchon avec Cécile Amar, Editions de l'Observatoire, 5 €. Existe en version numérique.

 

A lire aussi. Jean-Luc Mélenchon, son programme, son entourage

 

L’image contient peut-être : 1 personne, texte

L’image contient peut-être : 30 personnes

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique