logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« BOUVREUIL OU PINSON ? | Page d'accueil | En campagne chalossaise, route d'Ossages »

03/04/2017

FLEURS DES CHAMPS ET PUIS LES AUTRES accrochés aux arbres, aux maisons

2017-04-03 BALADE OSSAGES.jpg

2017-04-03 BALADE OSSAGES1.jpg

2017-04-03 BALADE OSSAGES2.jpg

http://www.jepoeme.fr/fleurs-des-champs/

FLEURS DES CHAMPS

Fleurs des champs
Si fragiles au vent
Naissent avec la pluie
Se nourrissent de soleil
Embrassent la terre battue
Elles sont une bouffée d’air
Aux couleurs ardentes
Vue du ciel, vue du ciel

Nature parfaite et divine
Qui rafraîchit l’esprit
Gracieuse et éclatante
Votre parfum est poésie
Il dévoile vos dessous
L’être humain en est fou
Il vous dépose d’un jet
Sur tous leurs vêtements

J’admire votre jolie robe
Allongée sur le champ
Je vous caresse en douceur
Pour ne pas vous faire peur

Fleurs authentiques
Je vous reproduis sur la toile
Mes pinceaux expriment
Votre univers sur le terrain
La joie est dans mon cœur
A vous dessiner sur fond blanc
Pour offrir à ceux que j’aime
Je souris en vous inspectant

Nature gracieuse à l’infini
Je vous savoure dans les parcs
Ici les champs ont disparu
Je fouine dans ma mémoire
Je vous retrouve au village
De mon enfance à cueillir
Un bouquet de boutons d’or
Dans le jardin de ma voisine

Allongée dans mes souvenirs
Je vous revois sur la table de la cuisine
Je vous caresse d’un regard amoureux
Vous me manquez là où je suis

D.Isabelle

2017-04-03 BALADE OSSAGES3.jpg

2017-04-03 BALADE OSSAGES4.jpg

Ce matin je n'ai pas regretté ma marche en solitaire

un besoin absolu de marcher, de prendre le large, la tangente, la route d'Ossages

Une heure et demie de pure liberté avec le soleil pour témoin

**

Je me souvenais de mes sorties d'internat dans le Berry

tous les mercredis après-midi

où nous chantions, en rang deux par deux, cette triste chanson 

de Jean-Jacques Debout :

"On passe le pont sur la rivière
On tourne au coin du cimetière
Pour suivre un peu le vieux canal
Puis vers cinq heures on rentrera
Suivant d'autres murs, d'autres grilles
A part ceux de l'école des filles
Jusqu'aux murs de l'orphelinat

En casquette à galons dorés
En capote à boutons dorés
Tout au long des jeudis sans fin
Voyez passer les orphelins"...

***
Nous n'étions pas logés à la même enseigne
mais la privation de liberté, l'éloignement des familles
nous pesait quelquefois
*
*
Ces sorties étaient heureusement égayées
par le bonheur que nous trouvions à contempler
la nature, les vignes, les pêchers, les cerisiers
Nous osions couper au passage une ou deux  branches d'aubépine ou d'églantine
Nous cueillions quelques fleurs dans les fossés,
boutons d'or à faire du beurre sous le menton,
pâquerettes à effeuiller de je t'aime
et quand nous dénichions des monnaies du pape
c'était cadeau

comme les bleuets, les coquelicots et marguerites

qui faisaient de magnifiques mais furtifs bouquets républicains

***
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique