logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« MELENCHON = BASHING MEDIATIQUE | Page d'accueil | LA FRANCE INSOUMISE : CLARTE ET COHERENCE »

10/06/2017

LA DEMOCRATIE, un état des lieux par P. DUBOURG, candidat de la FI dans la 3ème circonscription des Landes

La Démocratie, un état des lieux [2012]

Video de présentation

Encore et toujours la démocratie, du local au global…

«La démocratie va mal»,pronostiquent depuis une décennie tous nos penseurs émérites, comme Marcel Gauchet. Le verdict se vérifie à tous les niveaux de notre échafaudage social et politique.

Le citoyen s’en laisse trop accroire par maint pouvoir en place trop pressé de fortifier ses positions stratégiques, se laisse dépasser par une réalité mondialisée de plus en plus complexe, et baisse les bras, perdant chaque jour du terrain par rapport à la cohérence de son information et à l’acuité de sa vigilance.

Dès le niveau du local, les Maires constatent les défaillances de la conscience citoyenne, le chacun-pour-soi et l’individualisme ayant souvent pris sa place. Or c’est dans la commune que réside la force des peuples libres» (Tocqueville), le lieu de la démocratie de proximité, de l’implication concrète du citoyen, à hauteur d’homme.

Les maires ruraux réaffirment sans cesse le rôle incontournable de la commune, et ont fait le buzz lors des récents Etats Généraux de la Démocratie Territoriale, avec le soutien du Président de la République.

Les Communautés des Communes doivent se cantonner à offrir des outils d’organisation sur la base de projets mutualisés, comme elles l’ont bien démontré depuis une décennie. Car la commune ne doit pas être vidée de son sens sur le dos de la crise économique. Cette dernière ne doit en aucun cas être le prétexte à la concentration des pouvoirs et à l'effacement de la légitimité communale aux yeux des citoyens.

Le maire est le garant de la cohésion sociale de tous les territoires.

Les affaiblir, lui et la commune, c'est renforcer plus encore la crise sociale et la défiance envers l'action publique. En tout, faisons la part des choses. La commune est le lieu historique de l’expression de la démocratie de base, creuset des autres niveaux de l’exercice démocratique : à chaque échelon son niveau de conscience…

Tout l’arrière-plan historique vecteur de nos communes depuis la Révolution française, et qui devrait unir davantage les maires de communes rurales autour de cette identité historique n’a-t-il plus aucune signification pour les nouvelles générations ?

En particulier, le transfert de la compétence scolaire à l’intercommunalité ne peut être la réponse simpliste et systématique aux inquiétudes financières légitimes des maires, acteurs de l’Ecole publique. La question des moyens humains et matériels dévolus aux communes ne doit pas être occultée.

Et aujourd’hui - en amont d’une réforme des rythmes scolaires qui s’annonce coûteuse pour les communes - plus que jamais. Il n’est pas acceptable que, sous prétexte de rationaliser les coûts financiers, l’on incite insidieusement à une réorganisation des compétences qui aboutirait à vider la commune de son sens.

Les maires ruraux ne veulent plus que monde rural rime avec désertification et abandon parfois même, ce que l’on appelle la ruralité quand elle n’existe déjà plus. Le rural est trop souvent considéré comme archaïque, dans un mouvement de fond qui fait que notre société urbanisée s’est détachée de la vieille civilisation de la terre et en condamne même les ultimes vestiges et traditions.

Dans ce mouvement de recentralisation, de concentration urbaines, va-t-on jeter aux oubliettes deux cents ans d’histoire de la commune ? Il ne faudra pas s’étonner ensuite si cette société virtuelle qui se met en place, sans fondements anthropologiques, celle des nouvelles générations « branchées ou Y», cette démocratie de façade «souffre de désaffection interne…Elle se veut sans territoire ni passé…Ce déracinement la fait vivre sur l’héritage d’une histoire qu’elle ne reconnaît plus…»(Marcel Gauchet)

A ce propos, la crise de l’après-tempête Klaus ne doit permettre à personne d’avoir bonne conscience à bon compte. Une grande partie de la forêt landaise restera au bon vouloir de la nature. D’une manière générale l’intercommunalité souffre d’un déficit démocratique et éloigne inévitablement le citoyen de la maîtrise de son destin local si sa participation raisonnable et néanmoins active n’est pas concrètement sollicitée.

L’insuffisance de la démocratie est d’autant plus patente qu’elle est confisquée par un pouvoir en place, à la botte d’une pensée unique, à la discrétion d’un système hégémonique, tel que l’Express le désigna et le décrivit dans les Landes en 2003. Tous les témoins de l’essai représentatifs de toutes les sensibilités politiques : «La démocratie, un état des lieux…» déplorent l’insuffisance de la démocratie, en particulier l’hégémonie politique en œuvre dans ce département, comme cela doit l’être également en d‘autres lieux.

Ils illustrent ainsi la définition de la démocratie donnée par Alain Touraine: «Il n’y a pas de démocratie qui ne soit pas pluraliste. La démocratie est le combat contre l’Un, contre le pouvoir absolu, contre la religion, la dictature du parti ou du prolétariat». A chaque élection l’on entend la même critique récurrente. De plus en plus nombreux sont les candidats qui osent mettre en question cette volonté hégémonique se targuant même de réaliser un « grand chelem » électoral…Car « la majorité trace un cercle formidable autour de la pensée…L’esprit se replie sur lui…» nous dit Tocqueville

Le microcosme local reproduit les insuffisances du macrocosme politique et social global où il est encore plus difficile au citoyen de trouver une cohérence. De multiples points de convergence existent entre cette enquête locale et les analyses de 34 penseurs de notre époque, qui ont tous écrit au sujet de la démocratie. Tous décrivent les tares constitutives de notre société de consommation qui a fait table rase de nombreuses valeurs en laissant s’installer une fausse démocratie, celle de l’addiction à l’objet. La démocratie est de l’ordre de l’idéal, mais doit rester notre horizon de sens afin d’éviter toutes ses insuffisances et déviances. Quelles questions pose l’essai ? L’esprit citoyen peut-il s’exercer pleinement face aux risques devenus flagrants de la mondialisation, de la médiatisation, du tout-commerce, du tout-technique, du tout-numérique, et au final de l’éclatement social et de la perte de sens ? Et donc notre société restera-t-elle à visage humain ?

Paul VIRILIO écrit: «J’aime bien le local quand il donne à voir le global et j’aime bien le global quand on peut le percevoir à partir du local. On ne doit perdre ni l’un ni l’autre, mais tenir les deux ensemble.»

Nous tous les citoyens de la base nous sommes laissés trop manipuler depuis cinquante ans pour en arriver à cette société en rupture de repères, que nous avons subie plus que voulue. Il suffit à l’essai de passer en revue le kaléidoscope de toutes les questions de société qui assaillent sans cesse le moindre citoyen ou élu, pour expliquer qu’ils ont de quoi se sentir perdus dans l’embrouillamini général qui enveloppe les esprits d’un brouillard inquiétant : son seul contre-pouvoir reste une conscience citoyenne affutée et vigilante, dans tous les niveaux de son être-au-monde, dès le local et jusqu'au global mondialisé…

L’essai tente donc de dessiner la cohérence globale de la vision du monde du citoyen de base, et de repérer les causes de la crise profonde de notre société,  ainsi que le disent même les économistes (Ph. Dessertine): «La crise gigantesque commencée en 2007 interroge l’Occident sur la pertinence de son modèle économique…»)

GUILLEBAUD (SOD 9-12-2012): «Seuls les myopes volontaires oublient de prendre la mesure du gouffre qui sépare le monde des décideurs et des commentateurs de ce que l’on appelle, avec une once de dédain, les classes populaires….Nous avons un devoir d’insolence critique, d’insoumission citoyenne…»

 

POUR SE PROCURER LE LIVRE : philippe.dubourg@wanadoo.fr  ou m’appeler : 05 58 44 18 04

 Philippe DUBOURG Maire de Carcarès-Ste-Croix 40400

PRESENT EN SA MAIRIE TOUS LES MATINS A 10 HEURES…: j’aimerais échanger avec tous ceux qui sont intéressés par le livre, ils ont des choses intéressantes à dire…

Retrouvez ce livre chez France Libris.

Depuis le 1er mars, le livre est en TELECHARGEMENT sur Amazone KINDLE

FI 003.jpg

 

 

 

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique