logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« 1. L'INSURRECTION PARISIENNE OU ... la rue contre les Nazis... La voilà | Page d'accueil | 3. C'est dans la rue qu'ça se passe ! contre les nazis... L'INSURRECTION PARISIENNE »

28/09/2017

2. L'INSURRECTION PARISIENNE .. C'EST DANS LA RUE qu'ça se passe

2017-09-28 OUZOULIAS 2.jpg


(extraits)


...En ces jours héroïques, Paris a rendez-vous avec la liberté.


Partout, sauf dans "les beaux quartiers",

où l'on reste derrière les volets clos, tout le monde est dans la rue.

Les arbres sont abattus, les camions renversés ; de vieux sommiers, des sacs de sable, des vieux meubles recouverts de milliers de pavés de nos rues, s'entassent empêchant toute circulation normale.


Hommes, femmes, enfants, vieillards font la chaîne. Chacun apporte sa pierre. Les barricades rendent plus difficiles les mouvements des unités nazies.


Rue Saint-Antoine, un énorme tank allemand démoli est renversé. Dans le XIème où mourut Baudin en 1848, il y a une barricade presque tous les cent mètres.


Paris ne perd pas sa gouaille même pendant ces heures solennelles. Dans le XIIIème, avenue des Gobelins, on affiche un portrait de Hitler sur une barricade ; au-dessous, on lit cette inscription : Achtung Minen (attention ! mines).


Une nouvelle phase de la bataille commence. Certes, les chars peuvent tirer au canon, renverser certaines barricades, mais celles-ci se reforment presque immédiatement derrière eux. Dans Paris insurgé, les chars des nazis font l'effet de grosses bêtes engluées prises au piège ; les bouteilles incendiaires arrêtent souvent et pour toujours leur pénible évolution.


Rue de Rome, rue Boursault, boulevard des Batignolles près du collège Chaptal et du pont de chemin de fer, des combats parmi les plus importants se déroulent. C'est là qu'apparaîtra le premier char de l'insurrection, réparé par les ouvriers de chez S.O.M.U.A. Ce char de l'insurrection participe immédiatement aux combats. Il ne sera pas le seul. Les travailleurs de chez Hotchkiss en utiliseront un autre pour les combagts qui se déroulent à Saint-Denis.


Simone Jacquerot, agent de liaison de l'état-major F.T.P. de la région parisienne, porte un pli au XVIIe. Elle arrive en pleine bataille et pendant une heure, elle devra faire du plat ventre sur le pont de chemin de fer alors qu'au-dessus d'elle, les balles sifflent dans les deux sens. Deux chars "Tigre" sont immobilisés, un canon antichar, un camion de munitions, deux voiturettes sont prises. Deux officiers et cinquante soldats allemands sont faits prisonniers par les F.F.I.


Rue de la Huchette, place Saint André des Arts, de durs combats se livrent autour des barricades défendues par quatre cents F.F.I. dont le groupe "Cévennes" de l'O.C.M.J. Plusieurs chars, quatre chenillettes, vingt et un camions, sept voitures allemandes sont détruits. Quai du Louvre, un jeune gars de Paris, envoie adroitement sous les chenilles d'un de ces "Tigres" sa pauvre bouteille incendiaire. Le char flambe, carbonisant ses occupants. ...

***

*

Alors, c'est du baratin quand J.L MELENCHON parle de la rue et des nazis ?

A moins qu'Ouzoulias ne raconte des bobards.

A moins que ce ne soit à cause des volets clos que tous ces bourgeois,

ces chroniqueurs à la manque ignorent l'Histoire.

 

Je poursuis ma lecture

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique