logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« 3. C'est dans la rue qu'ça se passe ! contre les nazis... L'INSURRECTION PARISIENNE | Page d'accueil | 5. C'est bien dans la rue qu'ça s'est passé pour libérer PARIS.. dans chaque immeuble, chaque toit, chaque fenêtre, chaque coin de rue »

28/09/2017

4. LA CAPITALE LIBEREE PAR L'INSURRECTION NATIONALE... C'est dans la rue qu'ça se passe.

2017-09-28 OUZOULIAS 2.jpg


Le Conseil National de la Résistance et Comité de Libération lancent un appel aux Français

 

A la Nation française, au peuple parisien,


Dans la capitale libérée par l'insurrection nationale, les premières troupes françaises ont fait leur apparition.
Le jour pour lequel par dizaines de milliers les plus purs ***Français ont donné leur vie, ce jour de bataille et de victoire, a lui glorieusement sur les barricades.
Nos soldats en uniforme et nos soldats sans uniforme ont opéré leur jonction aux carrefours d'une ville entière debout malgré la mitraille.
Dans une même fierté, la France et Paris saluent et remercient les uns et les autres.
Cette grande victoire ne met pourtant pas encore un terme à la guerre.
Après tant d'années d'une trahison obstinée, il reste encore des positions où l'ennemi s'accroche.
L'Allemagne hitlérienne n'est pas encore battue.
Des terres françaises sont encore sous la botte, pillées, souillées, ensanglantées. Aucun effort ne doit se relâcher. La guerre continue. Elle continue pour tous et partout. Elle continuera jusqu'à la victoire totale. Ainsi la France se présentera en grande puissance dans l'assemblée des peuples qui établira la Paix.
Soyons dignes de nos morts. Toute la France aux côtés des alliés pour les venger !"

*** Je vois venir les casse-noix, les dénigreurs, menteurs, manipulateurs...

"Les plus purs français qui ont donné leur vie" écrit OUZOULIAS... ce sont ceux qui n'étaient ni collabos, ni pétainistes, qui n'avaient pas vendu leur âme au diable nazi, qui n'étaient pas planqués derrière leurs volets, mais ceux qui se battaient pour la liberté au péril de leur vie.

N'allez pas comme d'habitude chercher des poux où il n'y en a pas... Ne faites pas semblant de ne pas comprendre ! on ne vous croit plus depuis belle lurette.

ah mais ... C'est qu'ils seraient encore capables de prendre un mot du texte et d'en faire tout un fromage ces pauvres médiocres.

 


... La lutte continue. Elle va se porter essentiellement en banlieue nord et est de Paris où s'accrochent encore des unités allemandes.


... Une parfaite union s'établit dès les premiers jours entre ceux qui depuis quatre ans, les uns en Afrique, les autres à Paris, mènent les mêmes combats pour les mêmes objectifs.


,,, Le 25 août, le fort de Nogent est pris, on se bat à Joinville, les nazis veulent faire sauter le pont stratégique ; dans ces combats onze F.F.I. sont tués. Le 29 août, dix mille personnes et deux cent cinquante F.T.P. en armes leur rendront les derniers honneurs...

 


.. les premières unités américaines arrivent dans la région parisienne. Le soir du 26 août, le Ritz, cet hôtel sélect de la place Vendôme reçoit des hôtes insolites. Ce sont des F.T.P. en bras de chemise, l'arme en bandoulière, mêlés à des soldats américains. Au milieu d'eux, un grand gaillard hirsute : c'est le grand écrivain américain Ernest Hemingway. Il va nous remettre un des plus beaux cadeaux qu'il pouvait faire à cette époque : un stock de carabines américaines et de colts avec les munitions.


Lors de cette cérémonie, des larmes viennent aux yeux de bien des participants.


C"est à Mainvilliers en Seine-et-Oise que les F.T.P. avaient rencontré HEMINGWAY. Avec son escorte de soldats américains, il était durement accroché par une unité allemande. Les F.T.P. de Seine et Oise étaient intervenus efficacement, l'avaient dégagé, lui permettant de poursuivre sa route sur Paris....


... le 27 août, un millier de combattants des barricades défilent à Aubervilliers avec huit canons de 88 pris à l'ennemi...


... la compagnie Georges Lachambre s'empare des trois fermes de Blanc-Mesnil. Quatre-vingt-dix nazis sont tués dans ces combats, soixante-dix faits prisonniers. Cependant nos pertes aussi sont sévères. Les nazis continuent à se battre avec acharnement.


F.F.I. soldats de la 2ème D.B. et Américains vont ensemble nettoyer définitivement les banlieues nord et est.

La région parisienne est enfin toute entière libérée.

Les débris de l'armée allemande se retirent définitivement vers l'Allemagne.

 

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique