logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« ALLEZ LES BLEUS ! à MONFORT EN CHALOSSE DIMANCHE | Page d'accueil | Méprisable crétin ce Barbier ! Les retraités nés entre 45 et 55 sont des enfants gâtés »

30/09/2017

LES PREDATEURS AU POUVOIR

B9712449834Z.1_20170627205107_000+G9B9B4KHS.1-0.jpg

index.jpg

 

«  Nous sommes des citoyens malheureux mais des sociologues satisfaits de constater chaque jour la validation de la thèse d’une guerre que les plus riches mènent contre les peuples avec l’Argent pour principale arme. » Spécialistes des grandes richesses et coutumiers des enquêtes au vitriol, Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot livrent une nouvelle fois bataille contre la «  classe dominante  », tout entière attachée à «  défendre ses intérêts  »,  «  unie autour du Dieu argent  », quitte à piétiner la planète et toute l’humanité, dénoncent les auteurs. Une charge qui n’épargne personne (Trump et autres milliardaires, Fillon, Le Pen, Hollande et bien sûr Macron). Un ouvrage de 60 pages proche du manifeste politique.

 

Aux Éditions Textuel (8 €)

extraits :

...Le célèbre couple de sociologues Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot livre ici une dénonciation impitoyable de la complicité des gouvernements avec le destructeur Dieu Argent.

– Quand vous prenez votre retraite, en 2007, votre propos devient beaucoup plus politique...

Monique : « Nous quittons le CNRS et n’avons plus de devoir de réserve. On intègre alors dans nos analyses le champ économique et politique. On publie Le Président des riches qui devient un best-seller inattendu, vendu à 150 000 exemplaires. À ce moment-là, on est encore «fréquentables». Il y a des grands patrons, des présidents de cercles, qui votent socialistes et comme ils voulaient prendre la place de Sarkozy... Même Hollande a mis notre livre en lien sur son site de campagne. Et puis on a été aidé par des très hauts fonctionnaires socialistes. Mais quand on a publié La Violence des riches, et que la gauche libérale en a pris pour son compte, là c’était terminé.

Michel : « Certaines de nos relations plutôt amicales au Jockey club ou à la direction du Bottin mondain se sont tassées. D’ailleurs, depuis, on ne le reçoit plus le Bottin mondain, faudrait qu’on l’achète ! »

– Avec « Les prédateurs au pouvoir », vous sortez de votre rôle de sociologues et livrez un manifeste militant...

« Difficile pour nous de les voir comme des créateurs de richesse. Nous, on les voit comme des prédateurs et les créateurs de richesse, ce sont les ouvriers, les agriculteurs, c’est vous c’est nous, ceux qui font fonctionner l’économie réelle. »

 

« Tous ces grands bourgeois sont des militants ! Sans arrêt en train de défendre leurs intérêts de classe »

Monique : « Non, la politique n’appartient pas aux politiciens ! Moi je revendique d’intégrer le politique dans mon travail de sociologue. On est dans une société profondément inégalitaire, violente. C’est une violence invisible, inaudible. La sociologie est un sport de combat – c’est une formule de Bourdieu – et on n’oublie jamais nos gants aux vestiaires. Par ailleurs, je trouve que ça peut nous stigmatiser de dire militant (alors que c’est un joli mot). Parce que nous n’avons jamais rencontré autant de militants, dès qu’ils sont bébés, ados, qu’ils soient garçons, filles, mariés, célibataires... tous ces grands bourgeois sont des militants ! Sans arrêt en train de défendre leurs intérêts de classe. Y compris à l’opéra, au théâtre... qui sont autant d’occasions de consolidation du capital social. Et ce, beaucoup plus que dans les milieux populaires où il n’y a pas cette vie collective et ces intérêts communs. »

– Les riches seraient donc une classe indivisible ?

Monique : « Elle est très hétérogène, mais elle a conscience d’être une classe sociale au sens marxiste du terme. »

Michel : « Hétérogène au sens où il y a des nobles, des pas nobles, des Français, des étrangers, des niveaux de fortune dispersés... Toujours dans la solidarité, dans l’entraide, dans la défense de ses intérêts, la seule classe sociale qui a conscience d’elle aujourd’hui, qui s’en réclame. Et l’hostilité noblesse-bourgeoisie qui existait à une époque n’existe plus. »

 

...« Macron, c’est l’emblème de l’oligarchie et la consécration d’un néolibéralisme radical et dangereux. »

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique