logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« Le Barça PLUS QU'UN CLUB ... Real Madrid, joyau de l'Espagne Franquiste | Page d'accueil | HARO SUR Danièle OBONO de LA FRANCE INSOUMISE ...pauvre Apolline, tu me fais pitié »

04/10/2017

N'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre

 

 Ma dernière note sur le sujet

Capture NAZIS.JPG

Quand je découvre ce sac poubelles sur un blog parmi d'autres déclarations de mauvaise foi

je suis obligée de répondre à ces infâmies
par mes lectures

***

"PARIS ETAIT DEJA AUX MAINS DES PARISIENS

 Nous avons donné le coup de grâce (Eisenhower)"

 

"L'INSURRECTION  A ECLATE TROP TOT" (VON CHOLTIZ)

 

Battle_for_paris_FFI1.png

"Si Paris n'a pas été détruit, c'est grâce à l'insurrection parisienne bouleversant à la fois les plans de l'état-major allemand et ceux des Alliés. On sait aujourd'hui que le plan initial des armées alliées était de contourner Paris par le Sud (vers Melun).

Le général américain Bradley l'a écrit noir sur blanc :

"Paris n'avait aucune signification tactique.

En dépit de sa gloire historique Paris ne représentait qu'une tâche d'encre sur nos cartes ; il fallait l'éviter dans notre marche sur le Rhin".

les Alliés ne comptaient pas s'engager dans des combats de rue à Paris (trop coûteux), mais plutôt le contourner. Ils pensaient obtenir la reddition de la ville en "l'enveloppant".

Ils ont été pris de court par

L'action armée des résistants unis au sein du F.F.I.

et le soulèvement de la population

Parachevée par les blindés de Leclerc 

qui ont chassé l'occupant

liberation_de_paris_aout_1944.jpg

****

De Gaulle avait prévu de longue date une unité française face aux puissances alliées qui avaient prévu d'imposer à la France une administration militaire anglo-saxonne (AMGOT)

***

Liberation_of_Paris_2nd_French_Armoured_Division_shoot_at_German_snipers.jpg

 

 Attaquer l'ennemi partout où il se trouvera »

Le 17, le Comité parisien de libération,
qui réunit les dirigeants de la Résistance, adopte à l'unanimité le texte de l'appel.

Il est imprimé, rendu public et affiché sur les murs de Paris dès l'après-midi du 18 (en même temps que le texte de la Résistance communiste).

Ce jour-là, dans la continuité des mouvements des métallos, des postiers et des agents du métro, la CGT (en accord avec la CFTC) lance un appel à la grève générale, à l'exclusion de services de distribution d'eau, de gaz et d'électricité.


En même temps, 150 tonnes d'armes légères tombent aux mains des FFI : plusieurs centaines de combattants supplémentaires sont sur le pied de guerre.

Dans l'appel signé de Rol-Tanguy, ordre est donné à tous les Parisiens de rejoindre les FFI et « d'attaquer l'ennemi partout où il se trouvera ».

Conclusion solennelle et déterminée : « L'heure de la libération a sonné. »

 http://www.leparisien.fr/politique/le-18-aout-1944-l-appel-a-l-insurrection-18-08-2004-2005219007.php

 

 19 août 1944 : Le début de l'insurrection Parisienne
Sans attendre les Alliés, Paris se soulève pour se libérer du joug allemand.

Alors que les troupes alliées débarquées en Normandie progressent rapidement vers Paris, le peuple Parisien se soulève : les cheminots sont les premiers à se mettre en grève le 10 août. Le 18 août, c'est la grève générale. Paris se couvre d'affiches appelant le peuple à s'insurger.

Les Barricades
Le 19 août, les barricades fleurissent, les escarmouches se multiplient, les tireurs s'embusquent dans Paris. Sur l'île de la Cité, les insurgés hissent le drapeau tricolore en haut de la préfecture de Police. Le soulèvement est coordonné par le chef des FII, le Colonel Rol-Tanguy, qui a installé son quartier général dans les catacombes, place Denfert-Rochereau.

 

 http://www.39-45.org/portailv2/articles/articles-13-100+19-ao-t-1944-le-d-but-de-l-insurrection-par.php

 

25 août 1944 : Paris libéré par l’insurrection de son peuple

Yves Housson
Lundi, 25 Août, 2014
L'Humanité
AFP

Après quatre ans sous le joug allemand, la capitale sort de la nuit. L’action armée des résistants unis au sein des FFI, 
conjuguée avec le soulèvement de la population, 
parachevée par les blindés de Leclerc, chasse l’occupant.

 

Le 24 août, les FFI tiennent la rue, les Allemands sont confinés dans leurs retranchements, lorsque, dans la soirée, arrive à l’Hôtel de Ville un premier détachement de la 2e division blindée (DB) de Leclerc, celui du capitaine Dronne, composé de républicains espagnols. Suivront, le lendemain, guidés par les FFI, freinés par des foules en liesse tout au long de leur chemin, l’ensemble de la 2e DB ainsi que la 4e division d’infanterie américaine, qui, avec leur armement lourd, pourront « finir le travail », réduisant les derniers points fortifiés : le Palais Bourbon, le Luxembourg, la caserne de la République, l’École militaire, le central téléphonique Archives, l’hôtel Majestic, et enfin l’hôtel Meurice, QG de von Choltitz. Lequel signera l’acte de capitulation dans l’après-midi du 25 avec Leclerc et Rol-Tanguy.

Il aura fallu la forte insistance des FFI auprès des généraux américains pour obtenir l’envoi de la 2e DB, encore placée sous leur commandement :

leurs plans ne prévoyaient pas de passer par Paris, dépourvu à leurs yeux de « signification tactique », mais de le contourner.

« Les FFI me forcèrent la main », reconnaîtra 
Eisenhower.

L’insurrection populaire s’est imposée à lui, bousculant ses schémas.

« Quand nous sommes arrivés, nous les troupes régulières, résumera le général américain, nous avons donné le coup de grâce à l’ennemi, mais Paris était déjà aux mains des Parisiens. »

 

En août 1944, alors que les armées allemandes refluent vers l’Est, l’enjeu militaire de Paris paraissait certes limité. Outre réprimer l’insurrection, von Choltitz avait mission d’assurer le passage des ponts sur la Seine pour les troupes de la Wehrmacht en retraite au sud. L’enjeu politique de la libération était, lui, considérable. En chassant l’occupant, la Résistance montre que la France entend reprendre en main son destin. Message de poids quand on sait que les Américains avaient envisagé de placer le pays – comme ils l’avaient fait en Italie – sous une administration militaire provisoire (l’Amgot) et une monnaie idoine. Les fonctionnaires américains formés pour cela ne seront jamais mis en place. Aussitôt Paris libéré, le gouvernement provisoire de la République française, dirigé par de Gaulle, comprenant toutes les forces de la Résistance, s’installe. La libération totale du territoire ne sera pas obtenue avant mai 1945, mais la souveraineté nationale est d’ores et déjà rétablie.

 ****

*

 

Le peuple de Paris tout entier s’est levé, magnifique d’enthousiasme; le sol de la capitale s’est hérissé de barricades, et si des misérables, en concluant une trêve avec les Boches, ont fait le jeu de l’ennemi, ils ont été bien vite jugés à leur juste valeur par le peuple de Paris.

C’est par haine du peuple, par anticommunisme, que des personnages officiels négocièrent avec les Boches en pleine insurrection et mirent tout en œuvre pour faire cesser le feu des patriotes. Mais pendant que les négociateurs de la trêve, marqués au front du stigmate de la trahison, s’employaient à faire cesser le feu, les Boches massacraient des patriotes à l’entrée du Jardin des Plantes.

Ces hommes, dont les mains sont rouges de sang français, auraient dû être traduits en justice, mais il n’en est rien, et le principal d’entre eux est aujourd’hui placé à un poste très important. Mais rien ne peut effacer le crime commis.

Il était indispensable de dire la vérité sur la trêve, cette vérité dont certains ont peur. C’est ce que fait cette brochure qui donne une relation objective des événements et ne craint pas de dire tout ce qui doit être dit.

Il faudra bien que la lumière soit faite sur cette trêve qui aurait pu déshonorer Paris, si notre Parti ne s’était pas mis en travers de cette trahison en faisant reculer les capitulards et les lâches.

Jacques DUCLOS  - député de la Seine, Secrétaire du Parti communiste français.

https://www.initiative-communiste.fr/articles/culture-debats/25-aout-linsurrection-parisienne-la-liberation-de-paris-par-la-resistance-menee-par-les-communiste/

www.histoire-pour-tous.fr › Histoire de France

 

Capture INSURRECTION.JPG

Capture INSURRECTION 2.JPG

Capture INSURRECTION PARISIENNE.JPG

Capture INSURRECTION 3.JPG

Commentaires

Bravo Miche pour cette note de remise à niveau dans l'Histoire !

Écrit par : Biche | 04/10/2017

Merci ma petite Biche... ! Bisous

Écrit par : miche | 04/10/2017

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique