logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/12/2017

REVEILLON EN CHANSONS AVEC LA FRANCE INSOUMISE.. RETROSPECTIVE ... ce soir on danse, on sourit

 

 

CHARLOTTE L'Insoumise, rebelle et belle

BONNE SANTE !

B9712240341Z.1_20170607090257_000+GMN97394R.1-0.jpg
 
Ajoutée le 26 déc. 2017
 
"Si jamais vous n'êtes pas fou en y rentrant, vous êtes fou en en sortant" François Ruffin a visité un hôpital psychiatrique à Amiens. Voilà ce qu’il a vu.


Loïc Prud'homme questionne la ministre de la santé sur les failles du projet BAHIA qui aboutira à la disparition de l'hôpital Robert-Picqué en 2021 et le manque flagrant de transparence, alors que l'administration refuse sans raison de communiquer le dossier aux associations comme aux élus.
MOINS
 
 
 

 

Avec des infirmiers surchargés de travail, la mortalité augmente

Si on fait passer de dix à six le nombre de patients à gérer, la mortalité diminue au contraire de 20 %.

À l'heure des contraintes budgétaires et des personnels soignants au bord du burn-out, une étude vient nous rappeler que la pression sur le personnel soignant dans les établissements de santé est surtout néfaste pour les patients. En effet, selon une étude publiée sur le site du British Medical Journal , dans les hôpitaux où les infirmières s'occupent de six patients, le taux de mortalité est inférieur de 20 % à celui des hôpitaux où elles sont en charge de dix patients.

Ces résultats confortent ceux de travaux antérieurs. En 2014, une vaste étude publiée dans The Lancet montrait que dans les hôpitaux où chaque infirmière est chargée de six patients en moyenne et où la majorité de l'équipe a le niveau licence, le risque de décès d'un patient dans les 30 jours est pratiquement inférieur d'un tiers à celui des établissements où chaque infirmière a à sa charge huit patients et où seulement 30 % d'entre elles possèdent ce degré d'éducation. Cette étude révélait notamment que chaque patient supplémentaire par infirmier augmentait le risque de mortalité de 7 %.

Des quotas en Australie et en Californie

Existe-t-il pour autant un quota d'infirmières par patient qui permette de garantir un seuil de sécurité? Les auteurs de l'étude du BMJ restent très prudents et estiment que leur étude ne permet pas de le déterminer. Seules l'Australie et la Californie ont mis en place des quotas de un infirmier pour quatre patients.

«Ils ont démontré l'intérêt des quotas sur la qualité des soins. Certes, cela augmente le coût en personnel mais il est compensé par la diminution des complications, des durées d'hospitalisation et de la mortalité», estime Thierry Amouroux, secrétaire général du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). En France, les quotas de personnels infirmiers existent uniquement pour certains services particulièrement sensibles comme les services de réanimation (deux infirmières pour cinq patients).

«Nous devrions avoir le temps de dialoguer»

Peut-on pour autant estimer que le nombre de patients par infirmière est devenu trop important? Certainement, répond Thierry Amouroux. Pour le représentant syndical, si le nombre de malades dont un infirmier doit s'occuper n'a pas évolué depuis dix ans, la charge de travail s'est considérablement alourdie. «En raison de la diminution des durées de séjour et du développement d'alternatives à l'hospitalisation, les patients qui sont hospitalisés sont des cas plus lourds qu'il y a dix ans», affirme-t-il.

Résultat: les infirmiers sont devenus des techniciens du soin au détriment de la relation avec les patients. «Or nous ne sommes pas uniquement là pour enchaîner les soins. Nous devrions avoir le temps de dialoguer avec le patient. C'est souvent le personnel infirmier qui lui traduit les paroles de l'interne, qui lui explique ses traitements», poursuit le représentant du SNPI, qui alerte sur la lassitude des personnels. Sur 25.000 personnes formées, un quart change de métier au bout de cinq ans Le risque est donc de faire face à un manque de personnel infirmier dans les années à venir.«Les remplacer par du personnel moins bien formé peut-être imprudent», mettent en garde les auteurs de l'étude du BMJ.

 

 carte-postale-voeux-muscadet.jpg

 

28/12/2017

JOYEUX NOEL avec nos jeunes !

Quand la jeunesse est là, la vieillesse se trouve ragaillardie

Célia est un sacré coach, une sacrée boosteuse

Elle n'engendre pas la mélancolie

Bastien est une compagnie bien agréable

Et Tonton J.Mi est un vrai tonton

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_10-48-59.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_10-59-55.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_11-04-06.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_11-11-31.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_11-15-41.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-28_08-37-42.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_11-25-33.jpg 

Ils sont repartis mardi

Célia avait une compétition de tennis mercredi matin

On les aurait bien gardés un peu plus ; ils seraient bien restés un peu plus

Du coup Julien a profité du co-voiturage

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_17-12-17.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_17-08-10.jpg

 

 

*****www.kizoa.com_collage_2017-12-27_11-37-55.jpg

LES ABSENTS ETAIENT BIEN PRESENTS A CETTE SOIREE FAMILIALE

Alicia et Julien sont passés voir leur père, leur soeur et les grands-parents

*

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_17-43-58.jpg

www.kizoa.com_collage_2017-12-27_17-55-11.jpg

****

 

24/12/2017

NOEL Fête païenne, chrétienne, profane, familiale, commerciale ... Points de vue

Depuis le milieu du 20ème siècle, dans les sociétés industrielles avancées et de culture occidentale (Europe, Australie, Amérique du Nord), Noël est devenu un phénomène commercial majeur, l'objet d'une célébration marketing. Tout le monde achète des cadeaux, croyants ou athées. Le symbole du père Noël a lui-même dépassé la symbolique originelle.
 
Aujourd'hui, de moins en moins de gens savent que le père Noël, avec sa barbe blanche, c'est Saint-Nicolas, et plus personne ne s'y intéresse. Le père Noël, c'est celui qui est dans les grand magasins. C'est une croyance généralisée, qui est l'objet de rituels particuliers, d'une manière de se comporter, de donner des cadeaux, que tout le monde pratique, même si on est athée. Sauf si on est un athée revendiqué.
 
Aux États-Unis, ce sont plutôt des groupes extrémistes protestants qui peuvent éventuellement refuser de fêter Noël, de façon très rare. En France, les extrémistes sont plutôt du côté des laïcistes durs, qui se refusent à pratiquer Noël parce que c'est une fête catholique, qui sont eux-aussi une extrême minorité, peut-être quelques centaines de personnes.
 
Dans les familles catholiques, on va à la messe de minuit, on mange un repas traditionnel qui comporte une dinde, on prépare la crèche, on suit le principe du calendrier de l'avent...
 
Et puis il y a la partie la plus populaire, le cercle le plus large, qui comprend des athées, qui fêtent Noël en se faisant des cadeaux et en mangeant en famille.
 
 
 

63 % des Français ne s'identifient à aucune religion

Selon de nombreuses études, la majorité des Français se considère comme athée.

 

La France est l’un des pays les plus athées au monde

La tendance à l'athéisme est mondiale d'après les critères établis par l'étude Gallup. Dans le top 5 des pays athées (sur 50 pays interrogés), la France tient la 4e place, derrière la Chine, le Japon et la République tchèque. L'étude met en corrélation ces résultats avec la richesse du pays concerné. Une grande partie des pays les plus religieux comptent également le plus petit revenu national brut : Ghana, Nigeria, Roumanie, Kenya, Afghanistan… A l'inverse,  les moins religieux sont souvent les plus aisés, comme la France, le Japon, la Suède, Hongkong, l'Australie, l'Allemagne ou les Pays-Bas.

http://www.atlantico.fr/pepites/63-francais-ne-identifient-aucune-religion-2771283.html

**

*


Read more at http://www.atlantico.fr/pepites/63-francais-ne-identifient-aucune-religion-2771283.html#709CsjxPjk5IXJrF.99
 
Le 25 décembre est le jour du solstice d'hiver, c'est-à-dire le moment où la lumière est la plus basse. Et à l'origine c'était l'occasion de fêtes païennes. C'est aussi une date spécifique à la chrétienté.
 
Du point de vue purement théologique, NOEL est une fête spécifiquement chrétienne. A postériori, l'Eglise catholique a choisi cette date pour célébrer la naissance supposée de Jésus - période que l'on appelle la Nativité - parce que pour elle, le moment où la lumière commence est la naissance du Christ.
 
Certains mouvements protestants ne fêtent pas NOEL parce qu'ils considèrent justement que c'est une fête païenne.
 
 
Toutes les religions fonctionnent sur le rythme des saisons... Le changement des saison est tout le temps l'objet de célébrations particulières. Il existe par exemple  une retraite d'hiver spécifique au bouddhisme.
 
Dans le monde juif, il existe la fête que l'on appelle Hanouka, on appelle aussi parfois la fête des lumières. Elle se réfère à l'édification du second temps à Jérusalem et à la lutte des juifs contre l'empire hellénistique. Comme elle correspond à peu près au solstice d'hiver, il y a beaucoup de familles juives qui ont tendance à mêler les deux, c'est à dire à traduire Noël par Hanouka. C'est assez fréquent, même si c'est pas exactement au même moment : Hanouka peut avoir lieu entre le 20 et le 28 décembre. Aux Etats-Unis, il y a presque une assimilation entre Hanoucca et Noël. En Europe c'est moins fréquent.
 

On peut opposer Noël au 31 décembre. Le 31 décembre, on va à l'extérieur, on sort, on visite ses amis. Noël est devenue une fête familiale par excellence, que l'on soit catholique, juif ou musulman...

Pour les musulmans, ce qui est intéressant, c'est qu'il n'y a pas de fêtes spécifiques qui peuvent être assimilées à Noël. Il existe donc des débats assez complexes sur le fait de fêter Noël ou non. Il est par exemple écrit dans le Coran que l'on ne doit pas être en contradiction avec la société dans laquelle on vit, donc si les gens se réjouissent, il faut se réjouir avec eux. Certains l'utilisent comme argument en faveur de Noël. D'autres arguent du fait que Jésus est considéré comme un très grand prophète dans l'Islam, et que l'on peut donc célébrer sa naissance.

Dans tous les cas, Noël est devenu une fête familiale.

 
http://www.atlantico.fr/decryptage/noel-avant-tout-fete-familiale-catholicisme-chretien-raphael-liogier-253117.html/page/0/1
 
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique