logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« Patrimoine. Mort en silence de la « vieille dame du quai Voltaire » | Page d'accueil | YASSINE ou YA6N.Com à HABAS ; L'INFORMATIQUE N'A PAS DE SECRET POUR LUI. »

04/02/2018

"l’invasion" des migrants , NON ! il ne s'agit pas d'invasion mais de flots de désespoir....

Par Jean Ortiz.

 

« Non », parce qu’il ne s’agit pas d’une « invasion » mais de flots de désespoir, de traversées humaines de la dernière chance, de drames sans nom, des conséquences de la domination du monde par une poignée de salauds « occidentaux », fmi’stes, eurocrates, fonds de pension, actionnaires pleins aux as et qui n’en ont jamais assez, grands patrons qui prennent le monde pour leur compte en banque, leur chasse gardée plusvalustique , leur « françafrique »...

Les milliers de migrants, je préfère parler de « réfugiés », variables d’ajustement de l’ordre capitaliste, ne sont pas des bébés phoques, et c’est peut-être regrettable pour eux, mais bel et bien nos semblables, nos frères, fuyant surtout la guerre, nos sales guerres, dans des pays que « l’occident » a pillé pendant des siècles, en toute impunité, sans scrupules, et cassé aujourd’hui (Libye, Syrie, Irak, Afghanistan), pour des raisons très humanitaires : pétrole, métaux précieux, néocolonialisme, intérêts géostratégiques, orgies des multinationales...

L’Europe est confrontée à la plus grave crise migratoire depuis la Deuxième guerre mondiale ; et le système dit « néo-libéral », les impérialismes occidentaux, en sont, ne nous lassons jamais de le dire, les responsables.

Des milliers de « non Blancs » : 340 000 pour les 7 premiers mois de l’année, se pressent aux frontières de l’Union européenne. 340 000 ! Quelle horreur ! 340 000. L’équivalent des victimes de la faim dans le monde sur dix jours. Et la faim, on le sait, est une calamité naturelle... 340 000, un raz-de-marée ! Ils vont ruiner nos systèmes sociaux, voler nos emplois, nous « africaniser », menacer notre « américanisation », nous obliger à nous mélanger, à apprendre leurs langues barbares... Ce « raz-de-marée » peut se résumer en quelques chiffres : 42 Libyens ont obtenu le statut de réfugié en France depuis 2013 (350 en Suède) ; 1 500 Syriens l’ont demandé sur la même période (21 000 en Allemagne). Selon l’OFPRA et le Haut-commissariat de l’ONU aux réfugiés, la France a reçu en 2014, 65 000 dossiers de régularisation de migrants (202 000 en Allemagne). On est loin des couleuvres qu’on voudrait nous faire avaler... de la psychose créée, de la xénophobie, et du climat de haine ambiants... Au rythme actuel, en 2015, 10 000 réfugiés mourront noyés en Méditerranée. Après tout : ils n’avaient qu’à apprendre à nager ! Répétons et répétons encore que les « immigrés » rapportent à notre pays plus qu’ils ne coûtent. Droite et fausse gauche tentent de créer un climat délétère, de stigmatisation de l’autre, alors que 80% des demandes d’asile en France sont refusées, et que le nombre des sans-papiers (400 000) ne représente que 0,6% de la population. D’aucuns sont bien contents d’exploiter leur travail (même pour rénover l’Assemblée nationale). Ne laissons pas s’installer la diabolisation de ces réfugiés, pas plus que celles des jeunes de banlieues. Ils sont nous-mêmes. 100% des Français ont le sang mêlé, et c’est une richesse. Et surtout ils sont des hommes, des femmes, des enfants, comme nous, comme toi.La crise actuelle permet à la droite et à la fausse gauche d’en rajouter, pour des raisons surtout électoralistes et de division des pauvres.

Mme Merkel, grand cœur et rondeurs généreuses, a appelé « à faire preuve de solidarité ». Et elle s’y connaît ! Vas donc faux-cul ! La première étape du périple aux mille dangers, ce sont souvent les côtes grecques ; la Grèce : un pays envers lequel la chancelière a largement prouvé son amour.

Passons aux choses sérieuses. En adhérant au Parti communiste, j’ai adhéré à des valeurs humanistes, altruistes, de partage, d’entre-aide, de justice sociale, d’humanité universelle... Pourquoi ne pas dire que la France se grandirait, redeviendrait un phare pour le monde, si elle accueillait toute cette détresse ? Tant pis si ce discours va à contre-courant de l’opinion : la terre appartient à tous. Aucun mur, aucun barbelé n’empêchera les damnés de la terre de tenter l’impossible pour un quignon de pain.

Je sais, le plus important est de parvenir à un ordre du monde juste, partageux, équitable, et nous menons le combat. Mais en attendant... Tant que les milliards s’afficheront avec insolence et cynisme au CAC 40, dans la spéculation financière, les profits pharamineux des « gagneurs », tant que les ressources seront accaparées par quelques crapules, tant que Macron sera ovationné par le MEDEF, je refuse d’entendre tout discours du type « la France ne peut accueillir toute la misère du monde ».

Je sais, on va m’accuser d’œcuménisme, de bons sentiments, d’angélisme, c’est-à-dire en réalité d’internationalisme, m’accuser de provoquer un appel d’air, préférable pourtant à la puanteur ambiante.

Qu’importe ! Chaque fois qu’un homme est atteint dans sa dignité, c’est toute l’humanité qui est bafouée.

Messieurs les Cassandre : vous êtes une bande de sans-âme.

Où sont vos valeurs chrétiennes ?

Il y a des moments où lâcher sur les principes reviendrait à lâcher sur notre condition d’être humain.

Toujours un poing levé et une main tendue, Jean Ortiz est un internationaliste assumé.
 
Jean Ortiz est un maître de conférences, syndicaliste et parfois homme politique. Il est d’abord spécialiste des littératures des Amériques et des littératures de langue espagnole, il est aussi journaliste, donnant des chroniques à L'Humanité, et à la revue altermondialiste Mémoire des luttes

Biographie

Né en 1948 dans le Tarn, Jean Ortiz est le fils d’un combattant républicain espagnol de la Guerre d'Espagne, par la suite résistant dans l’Aveyron. Il a fait des études supérieures à Montpellier et Toulouse. Il milite dans sa région mais reste connu dans plusieurs pays d'Amérique du sud, sur lesquels il a publié un grand nombre d'articles et d'ouvrages.

Après un séjour en Amérique latine en tant que journaliste de L'Humanité, il enseigne dans l’Aveyron, le Lot-et-Garonne et à Toulouse. Depuis vingt ans maître de Conférences à l’Université de Pau, il travaille sur la République espagnole, l’anti-franquisme, les maquis, et sur le vingtième siècle latino-américain en particulier sur les révolutions cubaine, vénézuélienne, bolivienne. Dans la revue en ligne de l'association Mémoire des luttes, il signe un article sur le Vénézuéla et la révolution Bolivarienne

Il a créé et anime depuis 1992, à Pau, le festival latino-américain « CulturAmérica » dans un esprit de rapprochement avec le cône sud-américain. S'il anime au niveau régional des rencontres citoyennes autour de ce thème il est reconnu internationalement comme auteur de référence dans son domaine, cité pour la venue en France de l’avocat chilien Eduardo Contreras qui fut le premier à soulever la question des victimes de la dictature Pinochet au Chili en 2005.

Politique

Jean Ortiz a été candidat aux législatives à Castres en 1973. Après une longue parenthèse, il est revenu à la politique en 2009, en tant que candidat en 9e position sur la liste Sud-Ouest du Front de Gauche lors des élections européennes.

En 2010, il s’est beaucoup investi dans le soutien au juge Baltasar Garzón qui réclamait un jugement des crimes des franquistes malgré la loi d’amnistie de 1977. Sur ce point, Bartolomé Bennassar reste plus prudent et redoute « l’ouverture d’une boîte de Pandore, sachant qu’il y a eu aussi des crimes commis par les républicains »

En 2017, il cosigne une tribune dans médiapart intitulée « Faire gagner la gauche passe par le vote Mélenchon ».

Il est considéré par certains médias comme un spécialiste de l’Amérique latine et de Cuba.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique