logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/02/2018

SNCF : UNE BATAILLE D'INTERET GENERAL

Romain Morlans
Oui on aime, on aime tout notre service public et on aime notre République lorsqu'elle est au service des citoyens et non pas au service des intérêts privés d'une minorité comme c'est le cas depuis trop longtemps. Merci aux cheminots
Cheikh Norris
Le 22 mars sera le 1 er avertissement a macron et sa clique ! Le saccage du service public ferroviaire et en marche. Il faut une grève dure et reconductible, n’oublions pas ceux qui souffrent en silence ( hôpitaux, l’école...) Macron et les médiacrates cherchent à diviser pour mieux régner ! Ils distillent avec l’aide de certains pseudo-journalistes l’idée que les cheminots sont les grands « profiteurs » du système

MON MEDIA FAIT LE POINT

Suite à la demande de pluieurs Socios, nous rendons publique la vidéo de la réaction de toute l'équipe du Média au départ de Aude Rossigneux et de Noël Mamère.

24/02/2018

MA PAGE INSOUMISE

 
Ajoutée le 21 févr. 2018
Intervention d'Eric Coquerel, député France Insoumise, lors de la commission des finances du 21/02/2018 à propos de la proposition de loi du groupe GDR de créer une listes française des paradis fiscaux. Assemblée nationale
 
 
 
 
Le Média
 
 
 

23/02/2018

Contre la manipulation, les amalgames ...les fausses infos... UN CONSEIL DE DEONTOLOGIE

LES BLOGS

La France insoumise préfère l’union du peuple à l’union des partis

Par fidélité à ses idées et par loyauté envers les électeurs qui lui font confiance, la France insoumise refuse que l'union se fasse à des conditions qui conduiraient à les trahir.

"Jean-Luc Mélenchon refuse l'union de la gauche". "Mélenchon est isolé". "La France insoumise veut écraser les autres partis". Ces accusations sont répétées en boucle, à l'unisson, par le Parti socialiste, par les Verts, par Benoît Hamon, ou encore par le Parti communiste. Elles sont reprises telles quelles par une partie des journalistes politiques, qui les présentent comme si c'étaient des vérités établies. Elles sont devenues un mantra des éditorialistes des médias mainstream –"Mélenchon-refuse-l'union"– dès qu'ils parlent de la gauche.

 

Ces accusations sont pourtant fausses. Les asséner encore, encore et encore n'en fera d'ailleurs toujours pas des vérités.

En réalité la France insoumise est pour l'union. Simplement, par fidélité à ses idées et par loyauté envers les électeurs qui lui font confiance, elle refuse que cela se fasse à des conditions qui conduiraient à les trahir.

 
Le PS ne sait manifestement pas où il habite sur une question pourtant fondamentale: soutenir le gouvernement ou être dans l'opposition.

Lorsque l'Assemblée nationale a voté la confiance au gouvernement macroniste, les députés du PS se sont dispersés entre le vote "pour", le vote "contre", et les abstentions. Ce parti ne sait donc manifestement pas où il habite sur une question pourtant fondamentale: soutenir le gouvernement ou être dans l'opposition. Or, pour que nous considérions que l'on peut discuter d'union avec un parti, il faut au moins qu'il soit clairement ancré dans l'opposition au projet antisocial d'Emmanuel Macron. C'est quand même la moindre des choses.

Le PS, les Verts et Benoît Hamon affirment qu'il faut une nouvelle Europe profondément démocratique, sociale et écologiste. Mais si nos partenaires européens refusent cette transformation, les mêmes disent d'avance qu'ils continueront d'obéir à l'Europe actuelle, qui est pourtant tout le contraire. Or, pour que nous considérions que l'on peut discuter d'union avec un parti, il faut au moins qu'il ne se soumette pas d'avance à cette Europe technocratique, antisociale et productiviste.

 
Le PS, les Verts, le PCF ont en commun de devenir des astres mourants du paysage politique. Ils ont également en commun d'avoir fait passer l'union comme but en soi pour gagner, avant la fidélité au projet et la loyauté envers les électeurs.

Plus profondément, le PS, les Verts, Benoît Hamon, le PCF, ont en commun de s'être effondrés électoralement au point de devenir des astres mourants du paysage politique. Or, ils ont également en commun d'avoir fait passer l'union pour l'union, l'union comme but en soi pour gagner, avant la fidélité au projet et à travers lui, avant la loyauté envers les électeurs. Cela a abouti à des cartels étendus jusqu'aux disciples de Jacques Delors, qui, eux, exigeaient sans faiblir que leur ligne politique s'impose – car "il n'y a pas d'alternative". Le paroxysme fut atteint sous François Hollande. Des coalitions taillées pour la gagne gagnèrent effectivement tout mais, du fait de l'inclusion des disciples de Jacques Delors, elles firent la même politique antisociale et anti-écologique que la droite. Au bout du compte, tous s'écroulèrent dans les urnes, tandis que les disciples de Jacques Delors finissaient par s'unir à ceux d'Alain Juppé dans le macronisme.

 

Ceci explique cela: c'est à force de ces trahisons que ces formations en sont arrivées à l'effondrement électoral. A contrario, la France insoumise assume que pour elle, la fidélité à ses idées et la loyauté envers les électeurs passent d'abord.

La France insoumise est un mouvement, créé pour donner un débouché positif au ras-le-bol populaire –le "dégagisme"– qui monte face à l'égoïsme prédateur des élites.

Enfin, plus profondément encore: la France insoumise n'est pas un parti, créé parmi d'autres partis, pour former entre eux des cartels. La France insoumise est un mouvement, créé pour donner un débouché positif au ras-le-bol populaire –le "dégagisme"– qui monte face à l'égoïsme prédateur des élites. Il ne s'agit donc pas d'additionner artificiellement les étiquettes de boutiques électorales. Il s'agit de rassembler progressivement le peuple autour de buts communs de justice sociale, d'écologie et de démocratie véritable: ceci, jusqu'à atteindre le point de bascule qui produira une révolution citoyenne par les urnes.

En d'autres termes, la France insoumise est pour l'union. Mais elle préfère l'union du peuple à l'union des partis.

 

Les amalgames, la malhonnêteté,

ne doivent pas rester sans réponse!

Hier toute la journée, ils ont salivé, bavé à FRANCE INFO, C a VOUS et j'en passe... sur des soupçons de surfacturation dans les comptes de campagne de J.L MELENCHON
 
Rien entendu sur MACRON...où l'on ne parle pas de soupçons mais de faits réellement prouvés.. motus et bouche cousue

 

 
 
Info Marianne

Comptes de campagne d'Emmanuel Macron : quatre donateurs signalés au fisc et à la justice

 
Sur la vingtaine de donateurs trop zélés détectés dans la campagne d'Emmanuel Macron en 2017, quatre n'ont pas régularisé leur situation. Selon nos informations, ils ont fait l'objet d'un signalement au fisc et à la justice. Des faits similaires avaient conduit à la condamnation d'un certain Robert Bourgi, donateur de Sarkozy et Fillon…

Concernant les dons à des candidats lors d'une campagne présidentielle, la règle est assez simple : un citoyen, un compte, un don. Ensuite, c'est à la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) de vérifier.

Et sur les comptes d’Emmanuel Macron, « nous avons fait des signalements », a révélé à Marianne son président, François Logerot. Il s’était pourtant promis de n’en rien dire mais, en répondant à une autre de nos questions, sa langue a fourché.

Maintenant que c'est lâché, précisons les choses : la commission a signalé au fisc et à la justice quatre cas de dons irréguliers.

Ces quatre cas font partie des 24 évoqués dans la décision de la commission, rendue publique le 13 février, faisant état d’irrégularités constatées dans les dons reçus par le candidat Macron, pour un montant total de 87.600 euros. La commission a en effet noté 24 dons supérieurs à la limite légale (4.600 euros par personne physique) car ils avaient été présentés comme effectués par deux personnes distinctes mais provenaient en réalité d’un seul compte bancaire (ce qui n'est autorisé, pour un couple par exemple, que dans le cas d'un compte joint).

 Parmi eux, 20 foyers ont pu échapper aux récriminations et au rejet de leur don par une simple déclaration sur l’honneur affirmant que le second virement était bien du fait de la volonté d’un autre membre du foyer : en clair, l'époux ou l'épouse.
 
On imagine d'ailleurs la scène de ménage le jour où Madame est venue voir Monsieur (ou l'inverse) pour lui demander de signer la petite lettre destinée à la CNCCFP, assurant qu’il ou elle avait bien donné 4.600 euros au Président : « Des clous ! ». Pas que, sans doute.

Robert Bourgi avait ainsi été condamné pour des dons à Sarkozy et Fillon

Pour les 4 autres, en revanche, le dossier a été remis aux services de Bercy, ainsi que les équipes de la CNCCFP nous l’ont confirmé. Et ce, parce que les dons en cause donnaient droit à un avantage sur la feuille d’impôt. Mais les dossiers ont aussi été transmis au parquet… « Nous faisons des article 40 tout le temps », tente de minimiser un membre de l’institution, en référence à l'obligation légale pour un fonctionnaire constatant un délit de faire un signalement à la justice.

Sauf que les conséquences de cette procédure "habituelle" ne sont pas toujours si anodines. L’avocat Robert Bourgi - souvenez-vous, celui qui se vante aujourd'hui d'avoir « niqué » Fillon - peut en témoigner : en 2016, la CNCCFP a signalé au parquet qu’il avait effectué en 2014 puis en 2015 deux dons de 7.500 euros chacun à l’UMP de Nicolas Sarkozy ainsi qu'à Force républicaine, le micro-parti de François Fillon. De fait, à 15.000 euros par an, il avait explosé le plafond annuel fixé depuis 2013 à 7.500. Résultat, le tribunal de grande instance de Paris a condamné en octobre 2017 l’avocat à 2.500 euros d’amende et un mois de prison avec sursis.

Les mêmes causes entraînant les mêmes effets, il y a fort à parier que les quatre donateurs trop zélés d'Emmanuel Macron en 2017 se verront aussi condamnés. Il y aura également un problème fiscal. Reste à savoir si la responsabilité du mandataire du candidat sera elle aussi interrogée.

En effet, en délivrant un reçu fiscal pour deux dons quand un seul y était éligible, celui-ci s’est aussi mis sous le coup de la loi puisque le Code général des Impôts (article 1740 A quater) dit ceci : « Toute personne, organisme ou groupement qui délivre irrégulièrement des certificats, reçus, états ou attestations permettant à un contribuable d'obtenir une déduction du revenu ou du bénéfice imposables, ou une réduction d'impôt, est passible d'une amende fiscale égale à 25% des sommes indûment mentionnées sur ces documents ».

 

 

------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
 En Belgique, il existe un Conseil de déontologie journalistique. Il est composé de journalistes et de membres de la société civile. Tous les citoyens belges peuvent saisir cet organe en cas de manquement à la déontologie dans un reportage, une émission ou un article. Le média responsable est alors obligé de publier un rectificatif.

Nous demandons la création d'un Conseil de déontologie du journalisme en France. Il devrait être composé de représentants des usagers des médias et de représentants des journalistes, y compris les précaires et pigistes. Ainsi, les citoyens disposeraient d'un recours pour faire respecter leur droit à une information objective.

 

RUGBY / HABAS ... de SAULT DE NAVAILLES à GRENADE SUR ADOUR dimanche

Dimanche 25 février 2018

En championnat Territorial Côte Basque Lanndes Promotion d'Honneur

Les 2 équipes seniors de l'U S HABAS se déplacent à Grenade surAdour

Coup d'envoi à 14h00 et 15h30

Arbitre Equipe I : M. Chouquet Vincent  du Comité Armagnac Bigorre

Arbitre Equipe II : M. Urricariet Julien du Comité Côte Basque Landes.

Représental Fédéral : M. Fauthoux Christophe  du Comité Côte Basque Landes.

 

ON A GAGNE... ON A GAGNE... ON A GAGNE ...

 

Samedi 17 février 2018

En Championnat territorial Promotion d'Honneur, Côte Basque Landes.

Habas  : 14  /  Sault de Navailles : 3

En Championnat territorial Réserves Honneur, Côte Basque Landes.

Habas  : 17  /  Sault de Navailles : 5

Equipe I

   Dans des conditions hivernales et sur une pelouse dégradée, face à des visiteurs combatifs et accrocheurs, les habassais ont longtemps « pataugé », avant de l’emporter, logiquement, dans la douleur. Après avoir inscrit par William Passicousset un bel essai en début de match, ils ont ensuite enrichi le score grâce à la botte de Fabien Vidaucoste pour préserver une victoire finale, longue à se dessiner et laborieusement acquise. Une prestation toutefos positive, compte tenu des circonstances climatiques.

Pour Habas : 1 essai de Willam Passicousset (7e) - 3 buts de pénalité de Fabien Vidaucoste (28e, 36e, 63e).

Pour Sault1 but de pénalité de Paul Labadesse (42e)

 

 

Equipe II

   Nouvelle victoire des réservistes habassais qui, sérieux et appliqués, ont dominé une formation béarnaise pourtant solide et pugnace. Ils l’emportent douloureusement grâce à 1 essai décidé de Maxime Pinheiro et au pied toujours précis de Lilian Lalanne, se qualifiant ainsi pour les demi-finales de fin de saison. Une juste récompense à leur émérite parcours durant les 2 phases.

Pour Habas : 1 essai de Maxime Pinheiro (34e) et 4 buts de pénalité de Lilian Lalanne ( 8e, 20e, 25e, 51e).

Pour Sault : I essai de Clément Darracq (78e)

Habas / Sault de Navailles

Photos Equipe I

Photos Equie II

http://habasrugby.waibe.fr/article-77--habas-sault-de-navailles.html