La Grande Boucle passera par Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette le 28 juillet 2018.

Une étape de 65 kilomètres !

Beaucoup moins classique en revanche sera l’antépénultième étape, entre Lourdes et Laruns, sur seulement 65 kilomètres. Oui, vous avez bien lu : 65 kilomètres (comme le département des Hautes-Pyrénées).

Partant du principe que les étapes les plus courtes sont souvent les plus spectaculaires dans le cyclisme d’aujourd’hui, Christian Prudhomme et le directeur de course Thierry Gouvenou ont semble-t-il poussé le raisonnement jusqu’au bout. Les coureurs franchiront le Soulor et l’Aubisque et plongeront vers Laruns. En manque de repères, les favoris et leurs équipes pourraient tout gagner ce jour-là, ou tout perdre…

Ils n’auront alors plus qu’à tenter de rectifier le tir le lendemain, entre Saint-Pée et Espelette, un très joli "chantier" contre la montre. Attention notamment à la descente du col de Pinodieta et ses 17 virages.

 

un contre-la-montre 100 % Pays Basque,

entre Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette.

 

Saint-Pée-sur-Nivelle et Espelette accueilleront l’étape décisive de la Grande boucle 2018 le 28 juillet. Un parcours de 31 kilomètres, extrêmement exigeant, a été dessiné entre les deux villages. Afin de reconnaître le contre-la-montre, le boss du Tour avait affrété un car pour accueillir les élus, les journalistes et les forces vives d’Amaury Sport Organisation.

L’extrême difficulté du parcours

L’étape a été commentée en direct par le coureur professionnel basque, Romain Sicard. Ce dernier a mis en exergue l’extrême difficulté du parcours. La dernière difficulté, la côte de Pinodieta (900 mètres à 10% de moyenne), située à 3 kilomètres de l’arrivée entre Souraïde et Espelette, fait froid dans le dos. La preuve en image.