logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« A 14 H... MANIF EN LIGNE DE LA FRANCE INSOUMISE CONTRE LA MONARCHIE PRESIDENTIELLE ABSOLUE | Page d'accueil | "LE ROI DES RICHES" le "MONARQUE" est à VERSAILLES... A SA PLACE ! »

09/07/2018

9 JUILLET 1789, l'Assemblée Nationale se donne le nom d'ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE

 

Le 9 juillet 1789, l’Assemblée nationale se donne le nom d’Assemblée nationale Constituante.

 

En ce 9 juillet, il y a exactement 223 ans, notre pays vivait l'un de ses moments qui ont fait l'histoire de France grâce à l'action des représentants du peuple (Le Tiers État) et du clergé, rejoint par quelques nobles.
 
Alors que les états généraux sont réunis depuis le 5 mai 1789 pour la première fois depuis 175 ans (1614 étant la dernière réunion des États généraux) les trois ordres (Noblesse, Clergé, Tiers-États) se réunissent en une "Assemblée nationale constituante", dont seront issus

  • l'abolition des privilèges féodaux (4 août 1789), , 
  • le décret proclamant la liberté des opinions religieuses et la liberté de la presse (23 et 24 août 1789),
  • la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (26 août 1789)
  • les grands principes de la Constitution (fin 1791)
  • création de 83 départements  (fin 1789)
La souveraineté n'est plus exercée par le Roi qui devient Roi des Français mais n'est plus Roi de France, la primauté de la Nation devient l'élément clé de cette "révolution" qui fût d'abord constitutionnelle.
 
Mais pour bien comprendre ce jour il faut auparavant savoir que cela ne c'est pas passé facilement, la volonté du Tiers État qui représentait 97% de la population a été la clé de voute de ces jours de Mai,  Juin et Juillet 1789.
 
Les États généraux réunissaient 3 ordres (Noblesse, Clergé, Tiers État) composés de 291 députés du clergé, 270 de la noblesse et 578 du Tiers État mais chaque ordre possédait une voix et par conséquent le Clergé et la Noblesse s'alliaient pour contrer les idées du Tiers État qui n'avait qu'une voix Il est donc facile de deviner que sans la volonté marquée du Tiers Etat, le Roi aurait fait passer ses réformes décevantes avec l'appui des 2 ordres "à sa botte".
 
Mais les députés du Tiers État on entamé une épreuve de force face au Roi et aux autres ordres. Dès le 6 mai 1789 les députés du Tiers État refusent de se réunir séparément des deux autres ordres et exigent le vote par tête. Si chaque député dispose d’une voix cela change forcément beaucoup de chose. Il est à noter que cette démarche était appuyée par quelques réformistes de la noblesse et du clergé. 
 
Évidemment le Roi refuse et après d'interminables négociations rien ne se passe si ce n'est une évolution de la part d'une partie des membres du clergé favorable aux députés du Tiers État, il faut dire que le Clergé est composé majoritairement de simples curés. Alors, le 17 juin 1789 une motion des députés du Tiers État fait d’eux l’Assemblée Nationale, la seule à pouvoir consentir l’impôt. Les députés du clergé, soutiennent ce qu'il faut bien appeler un coup d’État non violent et décident le 19 juin de se joindre à ceux du Tiers Etat. L’heure du triomphe se rapproche.
 
Ce 17 juin 1789 est une date importante de l'histoire de France car c'est ce jour là que furent construits les fondements de la représentation nationale et des pouvoirs de son assemblée qui perdurent encore de nos jours.

 

Mais bien évidemment Louis XVI résiste et décide d'empêcher tout débat et toute nouvelle décision nouvelle avant qu'il ne réunisse le 22 juin lui-même l'ensemble des 3 ordres. Par conséquent, le 20 juin 1789, le Roi fait interdire par ses gardes l’accès, aux députés du Tiers État, à la salle de l’hôtel des Menus Plaisirs, où se tenaient les états généraux. Qu'à cela ne tienne, les députés se réunissent alors dans la salle du Jeu de paume, à Versailles. 149 représentants du Clergé et deux représentants de la noblesse se joignent aux députés du Tiers État.
 
Et là, se produisit un haut fait de l'histoire de France, les députés firent serment de ne pas se séparer avant l’élaboration d’une Constitution :  
"ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides".

 

 Le 23 juin, Louis XVI croyant encore en son pouvoir, casse les décisions du Tiers Etat et interdit toute réunion des 3 ordres en commun tout en promettant des réformes, il ordonne aux députés de se retirer ce que le Tiers État refusa, s'en suit alors une séquence célèbre et présente dans tous les manuels d'histoire.

Les gardes veulent disperser par la force les députés du Tiers qui refusent d’obéir. Après que quelques députés de la noblesse, dont La Fayette eurent mis la main à l’épée, Mirabeau prononce alors  la fameuse phrase :

 Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous ne quitterons nos places que par la force des baïonnettes ! "

Le 27 juin 1789, le Roi capitule devant tant de volonté et enjoint au Clergé et à la Noblesse de se joindre au  Tiers Etat en une chambre qui le 9 juillet devient "Assemblée Nationale Constituante".

Cette assemblée vivra ainsi jusqu'au 30 septembre 1791 ou "L'assemblée Législative" prit la suite.

 http://www.perdre-la-raison.com/

 

 

 

 

 

 

 

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique