logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

22/10/2018

IL FAUT LEUR CRACHER A LA GUEULE, LEUR MARCHER DESSUS, LES ECRASER

 

Jean-Luc, tu exagères là !

Mais non, ce n'est pas lui qui l'a dit, il les a juste traités d'abrutis (pour certains). CE QU'ILS SONT puisque

le synonyme c'est CRETIN, STUPIDE... C'est gentil !

Les abrutis, offensés, passent en boucle l'indignation justifiée de Jean-Luc MELENCHON.

Radio France annonce ce samedi déposer plainte après les propos du député de La France insoumise qui a qualifié de «menteurs» les journalistes qui enquêtent sur ses comptes.

 

Qu'en a-t-il été pour SARKO ??? RIEN..

C'EST AUTREMENT PLUS VIOLENT

non ?

 

Sarkozy fidèle à lui-même : « Il faut leur cracher à la gueule » !

Avec cette phrase, Nicolas Sarkozy visait les journalistes. Le président français est visiblement de plus en plus énervé contre cette profession.

C’est le Canard Enchaîné qui parle de cette info. Le quotidien satirique français reprend en fait les paroles du président lors d’un discours devant les dirigeants de la majorité en mars dernier.
Nicolas Sarkozy a toujours eu des rapports compliqués avec la presse (du moins une certaine presse), mais ceux-ci se sont encore dégradés depuis le voyage du couple présidentiel au Mexique.
Les journalistes reprochant à Nicolas Sarkozy d’avoir logé chez un banquier soupçonné de blanchir de l’argent de la drogue. Le Canard Enchaîné est parmi les quotidiens français l’un de ceux qui soulignent le plus les écarts ou les paroles acerbes du président.
Il reprend donc la totalité de la citation de Nicolas Sarkozy dans son édition de mercredi : « Les journalistes, ce sont des nullards, il faut leur cracher à la gueule, il faut leur marcher dessus, les écraser. Ce sont des bandits. Et encore, les bandits eux, ont une morale. »


Si la profession ne se sent pas vraiment vexée par l’affront, les termes utilisés par le président français sont, une fois de plus, assez déplacés.
http://torapamavoa.blogspot.com/2009/04/sarkozy-il-faut-l...

 

Les journaleux valets insultés grossièrement par Macron et son équipe prêts à manger sa merde malgré tout ?

 

GROS CONNARD

DEBILE PROFOND

SAGOUIN

Les journaleux valets insultés grossièrement par Macron et son équipe

Le torchon brûle-t-il entre Macro-con et les journalistes qui se sont échinés à le vanter, le mettre en valeur… pendant des mois ?

L’atterrissage est rude. Non seulement c’est l’Elysée qui dorénavant choisira les journalistes chargés de couvrir communications, déplacements etc.

Mais en sus, les valets du pouvoir sont traités en valets.

Rien ne va plus entre Emmanuel Macron et les médias. Pas moins de 25 sociétés de journalistes – dont celle de franceinfo –, des directeurs de rédaction et l’organisation Reporters sans frontières ont écrit jeudi 18 mai au président de la République pour protester contre l’organisation de sa communication. L’Elysée est notamment accusé de vouloir choisir les journalistes couvrant les déplacements du président de la République.

Face à l’émotion suscitée par cette décision, la présidence a assuré vendredi ne pas vouloir« imposer un journaliste plutôt qu’un autre », mais « ouvrir l’Elysée aux journalistes sectoriels » – comprendre spécialisés dans une thématique – plutôt que de les réserver aux journalistes politiques. Pour sa part, le nouveau porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner, a jugé que le différend devait être « réglé » car « c’est la liberté de la démocratie française qui est en cause ». D’autant que ce n’est pas la première fois que les relations entre l’équipe d’Emmanuel Macron et les journalistes sont pour le moins tendues.

Les images de la Rotonde : « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? »

Les relations entre l’équipe de campagne du candidat et les médias se sont brusquement tendues au soir du premier tour de l’élection présidentielle, lors de l’épisode de la Rotonde, relate M, le magazine du Monde. Emmanuel Macron invite ses troupes dans la célèbre brasserie parisienne. Les images tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Elles rappellent celles de Nicolas Sarkozy invitant ses proches au très sélect Fouquet’s au soir de sa victoire en 2007.

Les conseillers du candidat appellent immédiatement les journalistes pour leur reprocher leur traitement de l’information. « Vous voulez faire passer le FN, c’est ça ? », lancent-ils, selon des propos rapportés par Le Monde.

Interrogés quelques jours plus tard, Emmanuel Macron lui-même ne cache pas son agacement. Interrogé en conférence de presse, il lance : « C’est vous qui n’êtes pas réveillés là ! Vous n’êtes plus en lien avec le terrain ! (…) Tournez la page, redescendez, vous ! Passez à autre chose, passez à la vraie vie du pays ! »

Voir video sur l’article

Yann Barthès : le « gros connard » menacé de boycott

Au lendemain du premier tour et de cette soirée à la Rotonde, un journaliste de « Quotidien », l’émission de Yann Barthès diffusée sur TMC, pose la question qui fâche : « La Rotonde, c’est votre Fouquet’s ? » La réponse d’Emmanuel Macron est cinglante. Il réplique au reporter qu’il n’a« rien compris à la vie », et que lui n’a « pas de leçon à recevoir du petit milieu parisien ».

En représailles, relate Le Monde, l’émission reçoit « des menaces de boycott et des pressions directes ». Sylvain Fort, l’attaché de presse du candidat, devenu depuis le directeur de la communication de l’Elysée, qualifie Yann Barthès de « gros connard » et de « débile profond ». Dans le magazine du quotidien du soir, l’intéressé récuse la seconde formule… mais pas la première.

Michel Field : victime de « l’exaltation de la soirée » électorale

Au soir du second tour, un autre épisode déplaît aux équipes du désormais président élu. Pendant sa couverture de la soirée électorale, France 2 diffuse le discours de Jean-Luc Mélenchon.

Le directeur de l’information de France Télévisions, Michel Field, reçoit alors un coup de téléphone. Au bout du fil, un conseiller du président fraîchement élu est furieux et critique ce choix éditorial. « J’ai mis ça sur le compte de l’exaltation de la soirée, excuse Michel Field. Ils ont dû se chauffer la tête. Je leur ai expliqué le b.a.-ba de l’information et de la priorité au direct. »

« Les Inrocks » : un « travail de sagouin »

Le documentaire « Emmanuel Macron : les coulisses d’une victoire », diffusé sur TF1 au lendemain de l’élection du champion d’En marche !, comporte une autre séquence révélatrice. On y voit Sibeth Ndiaye, l’incontournable chargée des relations presse du candidat, passer un savon à un journaliste des Inrocks. Elle lui reproche un article intitulé : « Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers ». Les Inrocks reprennent une interview d’Emmanuel Macron dans L’Obs. Le candidat y déplore « l’humiliation » qu’auraient subie, selon lui, les opposants au mariage pour tous, après l’adoption de la loi Taubira.

« Je me permettais de vous appeler parce que j’étais un peu étonnée par un titre dans un papier sur votre site internet. Vous indiquez que Macron prend la défense de La Manif pour tous et revendique de parler avec Zemmour et de Villiers. Son propos est légèrement plus nuancé, en particulier concernant Zemmour », commence-t-elle.

Et elle poursuit, furieuse : « Non, il n’a pas dit : ‘On a humilié La Manif pour tous, putain !’ Faites votre boulot les gars aussi. Non mais là, ça me saoule. Franchement, là, je suis saoulée(…) Ça, c’est pas du travail de journaliste. C’est du travail de sagouin. »

 http://mobile.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/t...

 

L’arrogance de Macron et de ses équipes sont connues, il y a beau temps, nous l’avons maintes fois dénoncée, nous avons maintes fois montré à quel point Macron se voyait en Bonaparte, en roi au-dessus de la mêlée, distribuant à la volée bons et mauvais points, prétendant détenir la vérité absolue. Attitude dans laquelle il a persévéré pendant le débat du second tour mais comme tout le monde avait les yeux fixés sur Marine, il est passé à travers les gouttes.

Bien fait pour les journaleux, sera-t-on tentés de dire. Avec raison.

Mais n’en espérons pas pour autant des articles lucides et à charge contre Macron.

Ils sont majoritairement mondialistes, européistes, anti-Marine.

Si Macron leur demande de manger leur merde, ils le feront. Par idéologie. Et par intérêt. Il faut bien manger, mâme Michu.

Et la liberté d’expression ? Et l’information objective ? Il y a beau temps qu’elles ont disparu en notre beau pays, Mâme Michu.

 

Christine Tasin

Présidente de Résistance républicaine ; professeur agrégé de lettres classiques.

http://resistancerepublicaine.eu/2017/05/20/les-journaleux-valets-insultes-grossierement-par-macron-et-son-equipe-prets-a-manger-sa-merde-malgre-tout/

 

JUSTICE DESEQUILIBREE... politisation des actes judiciaires (Vice-Bâtonnier Basile ADER)

 
Excellente opération de réinformation sur le coût des prestations de communication à la suite des non-dits des points informations réguliers du journalistes. A rééditer régulièrement, parce que cela démontre en particulier que ces journalistes ne font pas leur métier, ce que l'on savaient en fait déjà, mais qui est inacceptable de la part d'une chaine financée par nos impôts.
Merci Adrien pour ton calme, ta présence, ton argumentation circonstanciée, ... merci de remettre les pendules à l'heure de ces beaux parleurs de France Info (Fauvelle & Dély) préoccupés essentiellement à monter la colère d'un homme à défendre les intérêts de ceux là même qui l'interrogent sans s'intéresser aux pourquoi de cette colère. Faut-il que ces Fauvelle, Dély et consorts soient à ce point aveuglés par la haine à l'encontre de cet homme qui défend leurs intérêts de salariés, d'indépendants, de citoyens ... Mais sur quelles fondements ces "gogos" sont-ils recrutés à bourrer le crane des gens avec des infos en boucle qui ne parlent jamais de l'essentiel. Vivement qu'ils dégagent tous. Qu'ils prennent conscience de la leçon que vient de leur donner Adrien Quatennens ... encore un grand bravo à ce garçon qui a l'âge du plus jeune de mes petits enfants ... La relève est là et ces beaux parleurs de Fauvelle, Gély et consorts feraient bien d'en prendre de la graine.
 
Bravo Adrien, toujours au front !! toujours clair, toujours incisif !! Résistance !!!
franchement ce jeune parle tres bien pour son jeune age bravo monsieur
Jean-Luc Mélenchon
 
 

Interview de Basile Ader, vice-bâtonnier de l'ordre des avocats de Paris.

"JUSTICE DESEQUILIBREE"  Notre Justice est devenue déséquilibrée au profit du procureur, qui a remplacé le juge d’instruction. Il n’y a presque plus d’instructions ouvertes en France,
sauf en matière criminelle où c’est une obligation.


"POLITISATION DES ACTES JUDICIAIRES"

Rappelons que le juge d’instruction est un magistrat indépendant.
Par exemple, une fois qu’il est nommé sur un poste, vous ne pouvez plus le déplacer contre son accord. A l’inverse, le procureur, lui, est dépendant du pouvoir politique, il est nommé sur proposition du
ministère de la Justice. Au point que la Cour Européenne refuse que les parquetiers soient considérés comme des juges, car ils ne sont ni indépendants, ni impartiaux. Et puis, autre différence de fond, les
avocats ne disposent pas des mêmes droits dans le cabinet d’un juge ou dans le bureau du procureur.

Certains de vos confrères considèrent même que les droits de la défense sont actuellement en régression.

C’est le moins que l’on puisse dire. En réalité, nous sommes revenus un siècle en arrière ! Il nous a fallu attendre 1897, pour pouvoir rentrer dans le bureau du juge d’instruction, afin d’assister nos clients, puis, peu à peu, nous avons gagné le droit d’avoir accès au dossier d’instruction. Enfin, nous savions quels étaient les charges et les éléments de preuves retenus contre les personnes que nous défendions, et nous pouvions demander à entendre des témoins, ou faire réaliser des contre-expertises.

Aujourd'hui, tout ceci est en train de disparaître. Dans le cadre des enquêtes préliminaires, nous n’avons plus aucun droit. Aucun. Jusqu'à la date du procès, nous ignorons quels sont les éléments sur lesquels s’appuie l’accusation. C’est juste scandaleux.

La France, immanquablement, va se voir condamnée par les instances européennes. Notre système est trop déséquilibré. L’égalité des armes entre l’accusation et la défense - l’un des piliers du droit - n’est plus respectée. D’ailleurs, nos politiques, quand ils sont poursuivis, en sont eux-mêmes surpris.

Ils demandent à leurs avocats de les défendre, mais souvent face aux procureurs, faute de moyens légaux, cela s’apparente à une mission impossible.

Une partie de la colère de certains politiques contre la justice vient aussi peut-être de là.

 

LARCHER, Président LR du SENAT.
«La réaction de Mélenchon est nulle» mais il émet des réserves sur la méthode

Le sénateur LR émet toutefois des réserves sur la méthode des enquêteurs. « Soixante-dix policiers et neuf magistrats, paraît-il ! C’est quand même beaucoup. J’ai cru que c’était les moyens pour un grand narcotrafiquant. »

Et de se demander si « une perquisition ne nécessite pas la présence d’un avocat ». C’est une disposition que le Sénat a votée cette semaine, indique son président.

 

CONTRE-ATTAQUE DE L'AVOCAT DE J.Luc MELENCHON

L’image contient peut-être : 2 personnes, chapeau et texte

Ajoutée le 21 oct. 2018
 
 
Mathieu Davy, avocat de Jean-Luc Mélenchon, répond aux questions de BFMTV le 20/10/2018. Plusieurs vidéos prises lors de la perquisition au siège de la Fi démontrent à plusieurs reprises que M. Mélenchon a tenté de dénoncer certaines irrégularités dans la procédure... Merci à AntParis sur BitTube.
 
Enfin un peu de clarté sur la méthode utilisée .Que les grands psychologues de plateau arrêtent de faire ch....avec leurs analyses de comportement de Mélenchon
Le juge n'a pas eu les éléments mais la presse les a eus !!! Bravo
LA MEILLEURE DÉFENSE C EST L ATTAQUE.....IL FAUT ALLER JUSQU'AU BOUT ET PROUVER QUE L INSTIGATEUR DE CE CINÉMA EST BIEN MACRON
 
Merci Mr Davy de remettre les choses dans l'ordre en clarifiant cette situation. Tout mon soutiens la FI
 
Y a des images, hein y a des images.. En cœur mdrr C'est pas leurs bonne foi qui les étouffent chez Bfmtv
Honte à Médiapart , ils ont des problèmes financiers ??
 
Je constate des heures de médisances médiatiques et seulement 4:25 minutes de faits à l'égard de la procédure. Ce n'est pas du journalisme. C'est de la désinformation avérée, de la manipulation de l'opinion publique au profit de l'audimat et du gouvernement en place... sinon à quoi cela servirait-il ?
 
2:32 le silence des journalistes face à un avocat quand celui ci les corrige sur leur méconnaissance de la procédure !!
 
Bravo, c'est clair. Faut vraiment se camoufler : hop, ils «volent» des données; hop, rapport interprétatif (fantasme sadique de la culpabilité); hop, fuite dans certains médias. Ils font peur
Merci du partage, comme je ne regarde pas BFM, j'aurai loupé et ç'aurait été domage. à lire les réponses de la CEDH (Cour Européenne des Droits de l'Homme) sur les perquisitions http://fbls.net/cedh.htm#4
Les méthodes utilisées rappellent celles en vigueur dans les pays dominés par des dictatures.
 
Enfin un autre élément dans cette enquête dans l'escarcelle de la vérité que JLM ne cesse de clamer même très fort qui pour d'autres sont de la violence. Même face à l'avocat, ces perroquets merdiacratiques n'ont pas pris le soin de vérifier leurs fiches pour annoncer que l'avocat a demandé la destitution de la juge, alors que c'est celle du parquetier donc du Proc (anagramme aussi de "porc" ;dommage pour le mammifère ). Ils sont moins bons que les psittaciformes qui eux répètent précisément ce qu'ils ont réellement appris !
 
Ah voilà un super avocat qui claque les beignets des journaleux ! Enfin !!!!!!!! ...
 
Tous aux européennes pour FI.....
 
Merci Monsieur Davy
Leur mettre le nez dans leur caca. La peur doit changer de camp maintenant. La macronie va se chier dessus quand toute la lumière sera faite sur ce raid contre la FI. Il est évidant que le petit procu. nommé et protégé par  Macron n'a pas agi sans ordre. Justice pour tous, oui mais pas avec des méthodes dignes d'un état despotique .Aux urnes les insoumis et en attendant, n'oubliez pas de vous abonner sur tous les sites des FI et de JLM.Dans l'adversité se serrer les coudes.On ne juge pas une personne sur ses erreurs mais sur ce qu'il est.
 
Bravo Médiapart. Bravo.
 
Enfin le début de la riposte j'espère qu'elle va être sainglante et que tout le monde va enfin réaliser dans quel monde on survie
 
Une fois que les fripouilleries de ce gouvernement pourri seront mis à jour, il se pourrait que ce coup de force se retourne contre leur auteur, il vaut mieux une personne spontanée pouvant se mettre en colère que ce gouvernement de limaces visqueuse s capable de toutes les fripouilleries à l'image de leurs maîtres de la finance.
 
Voilà plusieurs fois que je regarde cette vidéo. Voir la tête des "journalistes" est particulièrement jouissif ! C'est parti pour les mises au point et la riposte !
 
Plus Insoumis que jamais.
 
 
 
 
 

 

Danièle Obono, députée La France Insoumise de la 17e circonscription de Paris, répondait le 19/10/2018 aux questions d’Audrey Crespo-Mara dans la matinale d’Europe 1.

Elle a indiqué que “De notre point de vue, il s’agit d’une affaire politique, clairement”, et dénoncé un déploiement exceptionnel de moyens. “Le procureur de Paris est sous l’autorité du parquet, de la ministre de la Justice et donc du pouvoir politique”, a voulu rappeler la députée de Paris. “Une perquisition de cette ampleur-là, sur une bonne quinzaine de sites, et dix domiciles privés, avec une centaine de policiers engagés, ne se fait pas sans que la garde des Sceaux et le ministre de l’Intérieur, donc le Premier ministre, soient au courant”, pointe-t-elle.

“Il y a une exception dans la disproportion des moyens mis en œuvre”, s’agace l’élue. “Quand on compare à d’autres partis, sur le même type d’affaires, il n’y a pas le même déploiement de moyens”, souligne-t-elle.

Quant au fond de l’affaire, elle récuse les accusations dont son mouvement fait l’objet.”C’est quelque chose que nous contestons et que nous contesterons. Nous sommes le parti dont les comptes de campagne ont été validés, et dont les remboursements ont coûté le moins cher au contribuable”, explique Danièle Obono. “Nous avons dit, dès le départ, que nous sommes prêts à ce qu’ils soient réexaminés. Mais pour cela, il faudrait que tous les autres comptes soient réexaminés, car le focus sur nos comptes de campagne fait aussi oublier qu’un autre compte – celui de Macron –a été signalé et le procureur Molins a choisi de ne pas poursuivre la procédure”, dénonce encore l’insoumise. “On voit bien qu’il y a un deux poids, deux mesures”.
“Cette réaction est à la hauteur de l’indignation et du sentiment d’injustice que ressentent à ce moment-là Jean-Luc Mélenchon et toutes les personnes présentes sur le lieu”.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique