logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« LA LETTRE DE MACRON AUX FRANCAIS | Page d'accueil | PETITION : AMNISTIE POUR LES GILETS JAUNES »

14/01/2019

«Le peuple peut débattre, Jupiter tranchera» : l’opposition charge Macron sur sa lettre aux Français

La lettre d’Emmanuel Macron supposée poser le cadre du grand débat national promis par le chef de l'Etat a été rendue publique. Aussitôt dévoilée, elle a suscité les vives critiques de l’opposition, qui juge l'initiative inutile et insuffisante.

Le chef de l’Etat a adressé le soir du 13 janvier, avec un peu d’avance, sa lettre aux Français alors que la mobilisation des Gilets jaunes connaît un regain depuis le début de l’année 2019. Cette initiative est censée précéder le grand débat national promis par Emmanuel Macron, qui doit débuter le 15 janvier. Et tout comme le grand débat, qui fait face aux critiques avant même son coup d'envoi, le contenu de la lettre présidentielle n'a pas fait l’unanimité au sein de la classe politique. Nombre de ses représentants, de droite comme de gauche, ont fustigé la démarche du locataire de l’Elysée tant sur la forme que sur le fond.

Lire aussi : L'expression «Gilets jaunes» désespérément absente de la lettre d'Emmanuel Macron aux Français

L'opposition de gauche ne mâche pas ses mots 

Le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, a publié une longue déclaration sur sa page Facebook, intitulée Le coup du grand débat, dans laquelle il explique que la démarche du président de la République «confirme l’incompréhension de Macron sur la nature du moment politique en cours». «Imagine-t-on Mai 1968 se terminant dans un colloque décentralisé de cette sorte ?», ajoute le député de Marseille. Sur le fond du texte, il déclare : «Cette lettre sera un flop. Bavarde, sans angle qui souligne les enjeux politique, elle faufile son discours entre les sujets qu’elle aborde de façon erratique. La demande de clarté et de sincérité qui monte du pays se dilue ici dans une dissertation laborieuse et chafouine.»

Jean-Luc Mélenchon
 
@JLMelenchon
 
 

Le grand débat ? Une grande diversion. On refait le débat de la présidentielle mais le gouvernement fixe les conclusions. Rappel : après le « Débat » DOM-TOM et celui sur l'Europe, aucun résultat. La France de est-elle vouée aux bavardages ?

 
 
 

Le député insoumis Eric Coquerel a regretté un débat qui ne permettra pas de revenir sur les principales trajectoires économiques prises par l’exécutif. Si Emmanuel Macron a en effet fait savoir qu’il n’y aurait «pas de question interdite» lors du grand débat, il a prévenu que le gouvernement ne reviendrait pas sur les mesures fiscales déjà adoptées. «Le peuple peut débattre, Jupiter tranchera. Hors sol», s’est insurgé l’élu de Seine-Saint-Denis.

Eric Coquerel
 
@ericcoquerel
 
 

Pas de question interdite mais pas touche aux mesures économiques et fiscales.Pour le reste les questions énumérées par @EmmanuelMacron renseignent sur les décisions qu’il annoncera seul. Le peuple peut débattre,Jupiter tranchera. Hors sol

 
 
 
 
 

Même tonalité du côté de Ian Brossat. Pour l’adjoint communiste au logement à la Ville de Paris, Emmanuel Macron «balaye d’un revers de la main le possible rétablissement de l'ISF». Une revendication qui est, selon lui, «soutenue par 77% des Français».

Ian Brossat
 
@IanBrossat
 
 

"Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises (...) afin d’encourager l’investissement."
En une phrase, balaye d'un revers de main le possible rétablissement de l'ISF, revendication pourtant soutenue par 77% des Français.

 
 

Toujours à gauche, Benoît Hamon n’est pas plus tendre avec Emmanuel Macron. Le chef de file de Génération-s a notamment dénoncé l’absence d’un débat sur «le rôle du président de la République».

Benoît Hamon
 
@benoithamon
 
 

La lettre d'@EmmanuelMacron est explicite. On ne bougera pas la répartition des richesses et il faut continuer à réduire la dépense publique. En matière de démocratie, tous les sujets sont ouverts à la discussion sauf le rôle du Président de la République. Faible et prévisible.

 
 
 
 

Une lettre illisible selon la droite et le RN

A droite, chez Les Républicains (LR), le député Eric Ciotti a dénoncé «une lettre creuse qui n’apporte aucune solution concrète à la colère populaire», tandis que Jean Leonetti, premier vice-président et vice-président délégué du parti, a regretté «des sujets tabous», «des questions orientées» et «une ligne politique maintenue».

Eric Ciotti
 
@ECiotti
 
 

Comme toujours avec @EmmanuelMacron beaucoup de suspens pour pas grand chose. Une lettre creuse qui n’apporte aucune solution concrète à la colère populaire. Les Français ne veulent pas des questions mais des solutions https://www.lepoint.fr/tiny/1-2285444 

 
 
 

 

 

 

Jean Leonetti
 
@JeanLeonetti
 
 

La d’@EmmanuelMacron pour le face aux :
Des sujets tabous
Des questions orientées
Une ligne politique maintenue
Les maires en première ligne
Le flou sur le recueil et l’utilisation des résultats
Tous les ingrédients pour un espoir déçu

 
 
 

 

 

De son côté, le leader de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a exhorté Emmanuel Macron à cesser son «bla-bla».

N. Dupont-Aignan
 
@dupontaignan
 
 

Avec sa , @EmmanuelMacron ne cherche qu'à gagner du temps.

Le seul c'est un sur des décisions concrètes. Assez de bla-bla !

 
 
 

Interrogé par France 3, l'eurodéputé du Rassemblement national (RN) Nicolas Bay a jugé que le président de la République essayait de «gagner du temps face à la colère des Français» : «La lettre de Macron part dans toutes les directions... Il essaie en réalité de gagner du temps face à la colère des Français, avec des questions fermées, orientées», a-t-il dénoncé.

Rassemblement National@RNational_off
 
 

.@NicolasBay_ : "La lettre de part dans toutes les directions... Il essaie en réalité de gagner du temps face à la colère des Français, avec des questions fermées, orientées." @France3tv

 
 
 

Pour sa part, le président des Patriotes Florian Philippot a qualifié la lettre de «longue» et «illisible», estimant que certains «sujets fondamentaux» n'étaient pas abordés, notamment la question de l'Union européenne.

Florian Philippot
 
@f_philippot
 
 

: extrêmement longue, illisible, et surtout des questions souvent fermées, orientées, des sujets fondamentaux absents, rien sur l’UE !...https://amp.lepoint.fr/2285444#click=https://t.co/v8om4Ov1IL 

 
 

 

La majorité salue l'initiative

La député de la 12e circonscription de Paris Olivia Grégoire a loué l’initiative d’un «président qui pose de vrais enjeux sur la table».

Olivia Gregoire
 
@oliviagregoire
 
 

Une dans laquelle je reconnais totalement @EmmanuelMacron
✔️ un président qui pose de vrais enjeux sur la table
✔️ un président qui ouvre toutes les questions notamment celles attendues
✔️ un président qui va rendre compte 2/2

 
279 personnes parlent à ce sujet
 
 

«Dans sa lettre aux Français, Emmanuel Macron pose les bonnes questions et n'évite aucun sujet difficile. Le Grand débat national est l'occasion pour tous de renouer un dialogue respectueux des avis divergents, républicain et responsable», a tweetté Nathalie Loiseau, ministre chargé des affaires européennes auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères.

Nathalie Loiseau
 
@NathalieLoiseau
 
 

Dans sa @EmmanuelMacron pose les bonnes questions et n'évite aucun sujet difficile. Le est l'occasion pour tous de renouer un dialogue respectueux des avis divergents, républicain et responsable.

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique