logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

« APPEL A LA GREVE GENERALE LE 5 FEVRIER | Page d'accueil | REVUE DE PRESSE »

28/01/2019

LE CLIMAT SE RECHAUFFE, GARDONS LA TETE FROIDE... Pour une VIe République sociale écologique

Les 25, 26 et 27 janvier 2018, plus d’une centaine de manifestations protéiformes se sont tenues en France et en Belgique pour exiger des politiques à la hauteur de l’urgence climatique. À Paris, une « agora pour le climat » a rassemblé plus de 8.500 personnes place de la République.

 

« Dans l’immédiat, j’aimerais par exemple que le ministère de la Transition écologique et solidaire obtienne des arbitrages sur les ministères des Transports ou de l’Agriculture, propose-t-il. Ce qui est hallucinant, c’est de voir des gens comme Macron, qui a priori font partie de générations très concernées par les conséquences des changements environnementaux, ne pas se saisir de ces enjeux à bras le corps. Ces gens-là ont un logiciel qui ne fonctionne pas… »

Le rassemblement fait la part belle aux échanges et à l’émergence de propositions concrètes pour repenser une société plus respectueuse de la planète, du vivant et des questions sociales.

Les débats sont organisés autour des cinq thèmes suivants : « Fin du monde, fin du mois », « Changer sa ville », « Mobilisation étudiante et lycéenne », « Quel “grand débat” ? » et « Désobéissance civile pour le climat ».

 

« Chacun peut apporter sa petite graine, dit cette participante assidue aux rassemblements pour le climat. Même si on peut avoir du mal à s’entendre sur certains points, c’est la somme de nos idées qui permet de faire émerger des solutions robustes. C’est ça la démocratie ! »

Une fois les débats clos, les porte-paroles de chaque commission rendent compte des propositions qui ont émergé. Mégane, rapporteuse de la commission « mobilisation lycéenne et étudiante », fait le point : « Nous avons recueilli des propositions diverses comme : sensibiliser les étudiants et les lycéens à l’écologie en vue de la mobilisation du 15 mars, pouvoir manger bio dans les restaurants universitaires, créer un grand réseau étudiant en vue de la grève internationale pour le climat… »

Au sein de la commission « changer la ville », les questions de mobilité urbaine et d’autosuffisance ont été plébiscitées.

Une proposition est sortie du lot : la mise en place d’une ceinture verte autour de Paris, au niveau de sa petite couronne, pour manger local, créer des espaces verts et redynamiser l’économie circulaire.

 

De nombreux rassemblements ont essaimé partout ailleurs, explorant un large éventail d’actions pour sonner le tocsin climatique. Marches, agoras, die-in, flashmobs, chaînes humaines : au total, près de 150.000 personnes se sont mobilisées, en Belgique et en France, pour exiger des politiques plus ambitieuses et plus justes face à l’urgence climatique.

De l’autre côté de la frontière, à Lille, des citoyens se sont étendus sur le sol pavé de la porte de Paris. Ce die-in — le nom de cette action de désobéissance civile consistant à simuler la mort — avait pour but de dénoncer les morts prématurées causées par la pollution de l’air. Selon Santé publique France (SPF), la pollution serait responsable de près de 1.700 morts prématurées, chaque année, dans l’agglomération lilloise.

 

Contre des modes de consommation néfastes pour la planète et en plein week-end de soldes, un autre die-in a été organisé à Orléans au cœur de l’artère commerciale de la ville, la rue de la République. À Dijon, le parvis de la mairie a été investi par 1.200 citoyens, les mains peinturlurées de rouge pour symboliser l’urgence climatique. Ils étaient aussi des milliers, à Lyon et Brest, à constituer de grandes chaînes humaines. Servoz, dans la vallée de l’Arve, a accueilli une « manif des asphyxié.e.s », Perpignan a érigé un mur des résolutions citoyennes pour la planète et 180 personnes ont bravé la tempête sur la côte dunkerquoise.

Des projets autoroutiers jugés climaticides en ont pris pour leur grade à Grenoble, où une action s’est concentrée contre l’élargissement de l’autoroute A430, mais aussi à Strasbourgles marcheurs pour le climat ont dénoncé le « grand contournement ouest » (GCO). Au palais de justice de Nantes, un street chaman a orchestré un procès fictif : il s’agissait de juger des dirigeants politiques et patrons de multinationales pour inaction climatique.

La sentence des citoyens, sans appel : Emmanuel Macron et Donal Trump ont été condamnés à planter 2 millions d’arbres fruitiers dans toute la France.

Enfin, à Nancy, 106 personnes se sont rendues à la police et se sont déclarées coorganisatrices de la manifestation du 8 décembre dernier, interdite par la préfecture. Ce jour-là, quatre coorganisateurs avaient été convoqués par la police et Florent Compain, président des Amis de la Terre France, et Denys Crolotte, du Mouvement pour une alternative non violente, avaient passé une nuit en garde à vue. Samedi, devant l’afflux de la centaine de citoyens solidaires, le commissariat a fermé ses portes.

 

https://reporterre.net/Ce-week-end-les-mobilisations-pour-le-climat-ont-fleuri-en-France-et

 

Commentaires

OK et ça urge ! amitiès
-----------------------------
Bisous. On va se manquer même si j'étais infidèle, je pensais toujours à la famille de blog 50. Sur quelle autre plate-forme iras-tu ?

Écrit par : ventdamont | 30/01/2019

Écrire un commentaire

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique