logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/05/2008

3.DU BERRY EN BOURGOGNE A NEVERS

Dimanche, nous franchissons le Cher pour la Nièvre
nous passons du BERRY en BOURGOGNE 
 
medium_DSC01409.JPG
 
Une petite balade dans une ville d'art et d'histoire
à NEVERS, la Cité des Ducs,
en accompagnant l'ami polynésien à la gare
l'occasion de découvrir encore de beaux bâtiments

medium_800px-Nevers_-_Vue_depuis_la_rive_sud_de_la_Loire.jpg
 
 La magnifique cathédrale
 
medium_DSC01410.JPG
 qui mérite le détour
 
medium_DSC01419.3.JPG 
 
La Cathédrale Saint-Cyr - Sainte-Julitte de Nevers connaît une histoire architecturale exceptionnelle depuis le VIème siècle. La plus remarquable de ses spécificités est qu'elle comporte deux choeurs, l'un roman (XIème) et l'autre gothique (XIVème) situés à l'opposé l'un de l'autre.
La Cathédrale est dédiée aux martyrs Saint-Cyr et Sainte-Julitte depuis le IXème siècle quand l'Evêque de Nevers, Saint-Jérôme, fit bâtir une vaste église épiscopale, grâce à l'aide de Charlemagne.


 
medium_DSC01411.2.JPG
 
 
medium_neverscathedrale.jpg
 
medium_DSC01422.JPG
Le choeur roman (XIème) est situé au-dessus d'une crypte dans laquelle se trouve une superbe "mise au tombeau". Il abrite une fresque exceptionnelle représentant le Christ en Gloire.
medium_DSC01418.JPG
Le chœur roman de la cathédrale
medium_DSC01417.JPG
medium_Copie_de_VIERZON_MAI_2008_002.2.jpg
 
Parmi ses trésors, on trouve une ancienne cuve baptismale, des peintures murales de différents siècles, une chapelle de "l'Immaculée Conception" et ses peintures murales du XIXème, de l'orfèvrerie, des menuiseries... objets souvent listés aux Monuments Historiques.
 
medium_DSC01420.2.JPG
Les vitraux des XXe et XXIe siècle.
Refaits, cette fois dans un style contemporain.
La lumière passant par les vitraux se reflète dans les piliers, ce qui montre le talent des auteurs : Jean-Michel Alberola, Claude Viallat, Gottfried Honegger, Raoul Ubac, François Rouan.

 
medium_DSC01423.JPG
 un gisant
medium_DSC01421.JPG
Une grande partie fut détruite en 1944 durant la seconde guerre mondiale.
C'est à ce moment-là que l'on découvre le baptistère du VIème siècle.
 
Il se trouve en soubassement de la Cathédrale, à 3 m sous le sol actuel. Il date du VIème siècle, du temps du premier Evêque de Nevers : Saint-Eulade. Il fut redécouvert après le bombardement de la Cathédrale en 1944. Il servait uniquement au baptême des adultes, baptisés à la vigile pascale, la nuit précédent le jour de Pâques.

***
LE PALAIS DUCAL
 
Le Palais Ducal, lieu de résidence des Ducs de Nevers est considéré comme l'un des premiers château de la Loire, avec sa large façade Renaissance, encadrée de tourelles polygonales et de fausses draperies. Conçu comme une façade pour affirmer le prestige de la Cité des Ducs pour qui la découvrait depuis la Loire. Longtemps, il a accueilli le Palais de Justice. Rénové au début des années 1990, il est pour partie affectée au services municipaux dont il représente une annexe de l'Hôtel-de-Ville : principalement salle du Conseil Municipal Pierre-Bérégovoy. Il accueille également les visiteurs (nombreux aquariums présentant des poissons de la Loire, expositions). Il fait face à la place de la République, sommet de la butte de Nevers et qui recèle des ruines gallo-romaines.
 

 
 
 
medium_DSC01407.JPG
***
 
 Nous nous rendons au MUSEE  MUNICIPAL FREDERIC BLANDIN
qui abrite une très belle collection de faïences de Nevers et de verres filés.
medium_faience.2.jpg
medium_150px-Faience_Nevers.2.JPG
 
Dans le hall d'exposition 

Une voiture de course de l'écurie LIGIER
témoigne de la proximité du circuit automobile de Magny-Cours où se court le Grand Prix de France de Formule 1 et le bol d'Or, compétition motocycliste
medium_2257032.jpg
medium_800px-Andrea_de_Cesaris_1984_Dallas.3.jpg
 
 
 ***
Une courte visite au premier étage car il est bientôt 18 heures
le musée va fermer 
 
Nous avons le temps de "visiter "  Bernadette SOUBIROUS
bien présente sur tous les murs 
medium_200px-Bernadette_Soubirous.png
 
medium_images.19.jpg
medium_Incorrupt_Body_of_St._Bernadette.jpg
 
On peut visiter la châsse qui abrite le corps de Bernadette Soubirous dans une des chapelles de l’Espace Bernadette Soubirous-Nevers. Fille aînée d’une famille de meuniers que l’arrivée de la vapeur jeta dans l’extrême pauvreté, Bernadette Soubirous est connue car la Vierge Marie lui serait apparue 18 fois dans l’année 1858. La célèbre religieuse mourut à Nevers, et son corps retouvé intact fut déposé dans une châsse de verre et de bronze. Elle fut béatifiée en 1925, puis canonisée en 1933. Chaque année, des milliers de pèlerins viennent se recueillir sur sa dépouille.

medium_arton169-1de3c.2.jpg
 
Depuis plusieurs années, la Mairie de Nevers a pour projet l'agrandissement de son musée municipal, rue Saint Genest, afin de mettre en valeur, d'une façon moderne une plus grande partie de ses collections, et notamment ses faïences.

Les risques de découvertes archéologiques étant évidents, une évaluation de la qualité et de la quantité des vestiges enfouis s'est avérée nécessaire avant la poursuite de l'agrandissement


medium_DSC01413.JPG
Un clin d'oeil en passant
au théâtre municipal de NEVERS
 
medium_DSC01406.JPG
 UNE VILLE A VOIR SANS RETENUE
Peut-être une prochaine fois ?
medium_nevers2.jpg
 
 
 
 

2. au pays du BERRY .. Cousins, cousines

 
LES GRANDES RENCONTRES  chez Chantal
qui réserve habituellement ses chambres d'hôtes à d'autres 
medium_Copie_de_DSC01361.JPG
miche heureuse !
Entourée de gens chaleureux
Jacky et Alain les cousins berrichons
Eliane et Chantal notre hôtesse d'accueil
Des femmes charmantes 
 
 ***
J'avais rencontré Jacky deux fois
Alain jamais
C'est chose faite .. Que du bonheur !
Les fils de l'oncle Georges, ce n'est pas rien
 
 

 
medium_DSC01350.JPG
 dans un cadre agréable
 
medium_Copie_de_DSC01362.JPG
Et la cousine Arlette alors ?
La voilà .. une petite brune de 7. ans !
C'est la fille de ma tante Alice
Je la voyais également pour la première fois
 

 
 
medium_DSC01404.JPG

Un invité sympathique chez Chantal
venu de Polynésie s'initier à la technique de la pêche à la mouche
avec le cousin Alain
 
Minou et Jean-Paul, le mari d'Arlette
écoutent attentivement
 
medium_Copie_de_DSC01363.JPG
 Des discussions chaleureuses autour de bons petits plats
arrosés de bonnes bouteilles
Le coeur était à la fête 
Mauricette, la maman de Jean-Paul apprécie comme tout le monde
 
***
Pendant que les uns s'initient à la pêche à la mouche
d'autres font un petit tour aux vide-greniers
medium_DSC01400.JPG
 
 
 
UNE BELLE SORTIE L'APRES-MIDI
A QUELQUES KILOMETRES DE LA
A APREMONT, classé parmi les plus beaux villages de France
 
  3. APREMONT SOUS LES PARAPLUIES
 
medium_DSC01385.JPG
Alain et Chantal préparaient le couscous royal pendant ce temps-là
medium_DSC01366.JPG
 
medium_DSC01368.JPG
 
 
medium_DSC01369.JPG
 
medium_DSC01374.JPG
medium_DSC01371.JPG
medium_DSC01370.JPG
 
medium_DSC01375.JPG
medium_DSC01379.JPG
medium_DSC01376.JPG
 
 
medium_DSC01382.2.JPG
 
medium_DSC01391.JPG
medium_DSC01393.JPG
 
medium_DSC01387.JPG
medium_DSC01384.JPG
 
medium_DSC01380.JPG
 
medium_DSC01388.JPG
 
medium_DSC01377.2.JPG
medium_DSC01367.JPG
medium_DSC01394.JPG
 Même sous la pluie la balade a été radieuse
 
Un joli petit village à ne pas rater dans la région
 
*** 

29/05/2008

1. au pays du BERRY... mon CHATEAUMEILLANT

Six jours de plaisir ! pas de soucis, des rires, des embrassades, des retrouvailles merveilleuses, des souvenirs à se raconter les uns les autres autour de bons repas, en balade à LA GUERCHE SUR L'AUBOIS, NEVERS, APPREMONT, AUBIGNY SUR NERE et VIERZON.


Avant cela, un détour par CHATEAUMEILLANT, la ville de mon enfance.

C'était cadeau

Arrivée par LA CHATRE 

 medium_DSC01302.4.JPG
medium_DSC01308.3.JPG
 Je me suis retrouvée garée devant l'école qui m'avait reçue de 6 à 14 ans.
medium_DSC01348.JPG
medium_DSC01305.3.JPG
au fond le réfectoire
à droite les classes en rez-de-chaussée
les chambres des internes au premier étage
 
medium_DSC01306.JPG

 

medium_DSC01307.JPG

le petit préau près du réfectoire

***

La gorge serrée j'ai refait le trajet à pied jusqu'à la maison

medium_DSC01304.2.JPG
medium_DSC01309.JPG

 la pâtisserie était toujours là

50 ans après

medium_DSC01310.2.JPG
J'approche de l'église de ma rue Saint-Genest


medium_DSC01313.JPG

ma petite maison aux persiennes grises
 
*** 
 
Je passe devant la boutique du marbrier SANDRIER 
où j'étais reçue le dimanche quand j'étais "orpheline" à l'internat
Le nom est gravé sur la vitre
medium_DSC01319.4.JPG

Envie de pousser la porte pour voir
 Qui ?
mon ami d'enfance J.Claude SANDRIER député communiste du CHER 
 
A-t-il gardé la maison de ses parents ?
 
 ***
Là c'est le bistro chez DECHAUDAT  en face l'église
medium_DSC01317.2.JPG
 Je grimpe comme il y a bien longtemps sur la Place de l'Eglise
 
medium_DSC01318.JPG
Et je m'avance

medium_DSC01321.2.JPG

Oh le coeur bat plus fort, je l'aperçois à travers les branches 
 elle est là ...

medium_DSC01344.JPG
  
Un demi-tour et je m'arrête devant l'épicerie LEGIER
qui m'accueillait aussi le dimanche
 "Je me souviens des oeufs à la neige en dessert" 
medium_DSC01323.2.JPG
 La rue qui conduisait au jardin des réfugiés
et chez ma copine Françoise  
 ***
J'arrive...
tout près de la boulangerie et du marchand de cycles 
  

medium_DSC01325.2.JPG

medium_DSC01326.JPG
Les larmes aux yeux miche ? 
la chambre des parents aux persiennes ouvertes
c'est là que Denise est née
A côté la chambre des enfants aux grands lits en bois rose et bleu
que Papa avait fabriqués 
  
*** 
Plus d'atelier, un appartement... pas envie de pousser la porte ...
Sur le mur je devine
la trace à peine visible, un peu plus claire
de l'enseigne disparue du père
M. CHAUSSE - Menuisier Ebeniste -
 
medium_DSC01330.3.JPG

En face la rue de la RAGOTERIE où j'allais chercher le lait
comme Perrette avec mon petit pot
medium_DSC01331.JPG 
medium_DSC01334.JPG
 
 
**
Le café à la marche grinçante a fait place à une maison d'habitation
medium_DSC01342.2.JPG 
 
mais l'arrière-cour d'OLGA où j'allais si souvent jouer me rappelle de bons souvenirs
medium_DSC01332.2.JPG
 
Une autre correspondante chez qui j'avais droit de sortie le dimanche 
Je pense que les cabinets à deux trous dans le plancher ont disparu 

 
medium_DSC01333.JPG
Derrière cette porte, une grande cour
où je jouais avec ma copine Jacqueline JAMMOT
à la balle au mur, à l'élastique
 
medium_DSC01336.JPG

  Plus haut dans la rue Saint-Genest
un atelier de menuiserie à l'abandon
C'était un collègue du père, M. AUTISSIER 
medium_DSC01341.2.JPG
 cette page est pour toi ma petite soeur
Nous y reviendrons ensemble
Promis 
 
nous reprendrons la Grande rue, la rue de la Libération, la rue St-Genest
 
un dernier coup d'oeil avant de rejoindre la voiture
medium_DSC01343.JPG
 
medium_DSC01329.JPG
 
medium_collage.7.jpg
Place du Chapître
 
 
Et maintenant, en route pour LA GUERCHE SUR L'AUBOIS
où nous sommes attendus 

 
 



 

31/10/2007

en BERRY méfiez-vous des j'teux d'sort

Longtemps cataloguée comme une région à sorciers, le Berry d’aujourd’hui s’est réapproprié les histoires mystérieuses et les croyances diaboliques d’autrefois. Dans un parcours devenu touristique, chacun peut désormais plonger dans l’histoire de la sorcellerie et approcher, dans une démarche scientifique ou ludique, le monde des sorts, des maléfices, du diable, des sabbats, des birettes, medium_le_meneu_d_loup.jpg  des meneurs de loups,  des animaux symboles du malin et autres instruments sataniques. 
 
On rencontre encore en Berry bien des sorciers et des rebouteux, barreurs, ou magnétiseurs. Le Pays n'a pas à envier ses châteaux hantés à l'Ecosse ...
 
 

 
Evitez l'étang du mauvais pas et ses monstres qui y sommeillent, ne les réveillez pas ! Si nombre d'écrivain ont retranscrit cette image du Berry, Georges Sand en tête, ce n'est peut-être pas si anodin ! Si les Trois Géants de Pierre vous poursuivent, n'omettez pas de vous signer pour en réchapper.

En Berry, si les revenants s'appellent les « retournants », c'est parce que les âmes des noyés sont condamnées éternellement à tourner et retourner les pierres dans le fond du lit des torrents, et vous entendrez le jour les plaintes, et la nuit les cris déchirants des morts qui se lamentent.
 
Méfiez-vous du Grand-Serpent qui dévore les hommes, et que l'on craint bien plus que les nombreuses vipères !
medium_les_demoiselles.jpg

ATTENTION aux demoiselles


aux sorcières : Elles sont généralement vieilles, d'aspect sordide, elles marchent pieds nus,

cheveux au vent et s'appuient sur un bâton et lancent de mauvais regards en marmonnant des mots mystérieux. chez elles ont trouvent des crapauds, des chouettes, des chats noirs, des chauves-souris et des serpents.
Elles connaissent tous les secrets de la nature, les vertus des plantes et fabriquent leurs philtres avec les herbes qu'elles ramassent en prononçant des paroles mystérieuses et en faisant des signes étranges.

A minuit pour aller au sabbat, elles se couvrent le corps d'huile de noisille, de graisse de vipère et autres plantes narcotiques puis elles sortent de chez elles par le trou de la cheminée (le jour du sabbat elles n'ont pas le droit de sortir par la porte) puis se rassemblent sur le clocher d'une église. Après avoir prononcé des paroles magiques, elles sautent à cheval sur des fourches, des manches à balai, des quenouilles puis s'élancent dans les airs.


aux lupeux : C'est un démon dont la nature n'a jamais été bien définie et dont l'apparence varie selon les localités. Il réside dans la Brenne.

Les fées : Appelées aussi martes, fades ou marses dans le bas-berry. Vers La Châtre on les appelle dames ou demoiselles. On les trouve surtout sur les bords de la creuse, de la Bouzanne, de l'Anglin, du Porte-feuille.

medium_le_casseu_d_bois.jpgLa grand'bête : Sorte de chienne de la grosseur d'une génisse, qui suit, sans leur faire de mal, les passants attardés.

à la hure : Animal hideux, qui gravi la nuit contre les murs et si laid que l'on ne peut le regarder sans mourir de peur.

aux lavandières ou laveuses de nuit : Elles hantent certains étangs où elles sont condamnées à tordre des langes sanglants. Ce sont des mères qui ont assassiné leurs enfants. Si ceux qu'elles poursuivent refusent de tordre leur lessive, elles les assomment et leur brisent les membres à coup de battoir.

medium_lubins_lubines.jpgLes lupins : Bêtes diaboliques de la race des garous qui s'introduisent dans les cimetières pour ronger les ossements.

La cocadrille : d'après G. Sand, a la forme d'un lézard qui répand la peste dans tous les endroits où elle passe. A l'épreuve des balles, elle prend des proportions effrayantes d'une nuit à l'autre.

La levrette   : Elle est généralement confondue avec la grand'bête . On la dépeint comme un animal affamé qui, la nuit , tantôt sous l'apparence d'un lièvreblanc, tantôt sous la figure d'une grande chienne blanche efflanquée, rôde à mauvaise intention, autour des bergeries, effraie et disperse le bétail. On essaie souvent de la tuer avec des balles que l'on a fait bénir le jour de la Chandeleur
mais à chaque coup de fusil la levrette fait des bonds prodigieux, il semble que les balles ne servent qu'à activer son incroyable agilité. ( Laisnel de La Salle ).

medium_les_follets_d_ep_nell.jpgmedium_le_lupeux.jpgmedium_les_laveuses_de_nuit.jpgLe follet : Espèce de démon familier qui vient panser les chevaux dans les écuries.
Il y a des chevaux qu'il aime et d'autres dont il a juré la perte. Ceux qu'il a pris en haine
maigrissent à vue d'oeil et périssent malgré les soins apportés ; les autres sont toujours
gras et luisants : le follet les soigne, les brosse. (A. Bernard 1923 )

Le casseu de bois : Malheur à la ramasseuse de bois qui rencontre sur son chemin,
l'homme de fer rouge ! Ravageant les arbres de la forêt, il ne permet pas que les humains
profitent de ses dégâts. ( Le pays berrichon H. Lapaire )

 
medium_les_flambettes.jpgmedium_la_grand_bête.jpgLes flambettes : Ce sont des esprits taquins et pernicieux. Dès qu'elles aperçoivent un
voyageur, elles l'entourent, le lutinent et parviennent à l'exaspérer. Elles fuient alors, l'entrainent au fond des bois et disparaissent quand elles l'ont tout à fait égaré.
( Le pays berrichon H. Lapaire )


 


 ... Les superstitions des villages et des chaumières de la Creuse, dans le bas Berry, admettent donc les géants, qui, par opposition, tiennent peu de place dans les chroniques du haut pays. Le haut pays est découvert et ondulé ; le bas pays, raviné, est assis sur la roche qui sert de contreforts aux escarpements du terrain. Ces roches micaschisteuses, de formes bizarres, prennent volontiers l’aspect de figures gigantesques mais il s’en faut de beaucoup qu’elles paraissent risibles au pêcheur de mauvaise foi qui va, durant la nuit, lever les nasses de ses confrères. Ce n’est pas le joyeux Gargantua qui lui apparaît : ce sont les « trois hommes de pierre » que, dans le jour, il appelait les rochers du moine, et qu’il voyait sans frayeur se mirer debout et immobiles sur le bord de l’eau transparente.
medium_les_trois_hommes_de_pierre.jpg

Une nuit, Chauvat, du moulin « d’en bas », les vit remuer, descendre de leur immense piédestal et se promener sur le rivage en gesticulant ; mais quels horribles gestes ! quelle marche terrifiante ! Ils ne paraissaient avoir ni pieds ni jambes, et pourtant, ils allaient plus vite que les eaux de la Creuse, et les cailloux broyés criaient sous leur poids. Il s’enfuit jusqu’à sa maison et s’y barricada de son mieux ; mais les hommes de pierre l’avaient suivi, et, comme c’était un mécréant qui ne songea point à se recommander à Dieu, le plus petit de ces colosses appuya son coude sur le pignon de la maison, qui s’écrasa comme une motte de beurre.

Chauvat, épouvanté, se sauva dans sa grange mais le second des hommes de pierre y posa la main et la fendit en quatre comme si c’eût été une vieille « huguenote » en terre de Bazaiges.

Chauvat eut le temps de se sauver et de se réfugier sur la grande écluse qui coupe la rivière en biais d’un bord à l’autre. Là, il se crut sauvé ; mais les trois hommes de pierre prirent ce chemin pour s’en retourner à leur place ordinaire sur l’autre rive et il se vit forcé de rester là, ou de se jeter dans la rivière qui est très profonde de chaque côté de l’écluse ; car de courir plus vite que les géants n’avançaient, il n’y fallait point songer.

Il se rangea et se fit tout petit, n’osant souffler, couché de tout son long au ras de la chaussée, espérant que ces méchants blocs ne l’apercevraient point. Le premier passa, puis vint le second, qui passa aussi. Chauvat commençait à respirer. Enfin vint le troisième, qui était, de beaucoup, le plus grand et le plus lourd, et qui fit mine de passer de même que les autres. Mais la chaussée était glissante et l’homme de pierre glissa.

Par bonheur, Chauvat « se ressouvint enfin de son baptême », et fit le signe de croix en demandant l’assistance du ciel. L’homme de pierre trébucha et ne tomba point, sans quoi le pauvre pécheur eût été écrasé comme une coquille d’oeuf.  (GEORGE SAND)

 



Jean-Louis Boncoeur (Edouard Lévèque dit) est un homme de lettres et comédien français (La Châtre, Indre, 26 mai 1911 - Saint Maur, ibid., 21 mars 1997). Professeur de lettres et d'arts plastiques, il est une des figures les plus célèbres du Berry.


LE SORCIER.. c'est JEAN-LOU
Qui fait crever les poules de l'adjoint ?
Qu'ôte l'Iait des vaches et qu'térit les fousses ?
Qui commande au blé : " Là j'veux qu'tu pousses "
Et au lieuve qui court : " T'eus bin assez loin ? "
Qui qu'a fait languir l'Hortense et l'Angèle ?
Fait sécher l'Farnand cuomme un couton d'bois
Qu'a fait tourner fou l'gend'e au père François ?
Qui qu'a fait péri' la p'tite à l'Adèle ?
Pour prend'e l'gibier et griller les foins.
Jiter la clav'lée su' les bêtes et l'monde.
Faut qu'y asse au pays un quéqu'zum d'malin
(Les malins cheu nous c'est pas qu'ça l'abonde !)
On voit pas trop qui... Mais on sent les coups.
Et on dit tout bas : " Ça s'rait bin Jean-Lou ? "
C'est Jean-Lou !...

C'est Jean-Lou l'gambi, l'Sorcier du village
Une vraie maudition pour la société
Paraît qu'dans son coeur y a qu'de la ch'ti'té
Parsounne sait son nom... son pays, son âge...
Il est v'nu coumme ça... " Dieu sait pas d'là vou ! "
Qu'disont les bounnes âmes de son voisinage
Et on fait l'signe de croix su' son passage
Pour conjurer l'sort. " Dieu ! protégez-nous...
In nomen fili sanctou spiritou "
J'ons rencontré l'Aut'e !... l'Aut'e... l'savez-vous
C'est Jean-Lou !...

Qui qu'a pour amis qu'les bêtes à malchance
Les aspics, les coires, et les grands ch'tits loups
Et les grapauds, les souris-chaudes et les z'hibous ?
C'est Jean-Lou !...
 
medium_jl_boncoeur.jpg


Ses fleurs à lui, les herbes à sa conv'nance
C'est les ortruges, les échaussis, les z'houx
Les fausses potrelles, la ciguë et l'chimou...
Çui-là qu'counnaît toutes les poisons d'la science
C'est Jean-Lou !...

Qui qu'va à ménuit, dans les vieux cem'tières
Grobiller les os des morts, et qui qu'va
Les soirs de pleine lune anvec les sorcières
Au bois du Pendu t'nir l'grand sabbat ?
Et les nuits d'hiver si des lavandières
Tapont du battoué à la Font d'End'ssous
Savez-vous qui qui mène tout ça ? l'savez-vous ?
C'est Jean-Lou !...

A'vous rencontré l'tornant, la birette,
Anvec son drap blanc qu'dansaient su'l'carroué
Et qu'jouaient au clair de lune à la cachette
En grignant des dents derrié la vieill' crouéx ?
Ses yeux t'arluisont, c'est coumme deux flambettes !
Hou Hou Hou Hou Hou !... Hou Hou Hou hou hou !...
v'là qu'la peur vous met les jambes à vout' cou !

Ensauvez-vous pas ! l'fantôme est d'vant vous !
C'est Jean-Lou !...

L'follet qu'vint danser au mur du cem'tière
Et au quart du Bois Noir, l'loup-garou...
La chasse à Bodet dans l'guernier du Pierre
Et al grand' bête, et l'moine Bourru, et l'meneu'd'loups
Tout ça c'est Jean-Lou... c'est Jean-Lou
C'est Jean-Lou !...

la SORCIERE DU BERRY

 la voilà la sorcière du BERRY...

 medium_Gratte-cul75Lueur.gif

 

La "Sorcière du Berry" est une bière locale arômatisée au "gratte-cul"(ou cynorrhodon, nom scientifique du fruit de l’églantier) que l’on trouve dans les haies du Berry.


La bière est commercialisée essentiellement en direct, sur les marchés et les foires et on commence à la trouver dans certains bars ou restaurants. La Sorcière du Berry n'a guère, pour l'instant, dépassé les frontières de la région.

 

Alors pour une fois si vous passez par là, laissez-vous ensorceler. 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique