logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/05/2018

PREMIER DE CORDEE DE MACRON. Cékoi ce langage emprunté aux montagnards ?

Frédéric Lordon

Économiste
Frédéric Lordon, né le 15 janvier 1962, est un économiste et chercheur en philosophie français. Il est chercheur au Centre de sociologie européenne en sociologie économique sous le statut de directeur de recherche au CNRS. Il est chercheur en philosophie depuis 2012 à la section 35 du CNRS. Il est membre du collectif Les économistes atterrés.

Le président de la République a reçu une corde du député européen Philippe Lamberts, au Parlement européen, à Strasbourg. Une manière d'imager sa formule «premier de cordée», pour parler de «ceux qui réussissent». Mais d'où vient-elle ?

C'est ce qui s'appelle un cadeau empoisonné. Mardi 17 avril, l'eurodéputé belge Philippe Lamberts a profité de la présence du président Emmanuel Macron dans l'hémicycle du Parlement européen pour lui remettre une corde d'escalade. Le «symbole de la cordée à laquelle vous semblez tellement tenir», a expliqué l'homme au calme olympien, avant de s'emporter devant la figure jupitérienne du chef de l'État.

 

 

Mais d'où vient cette étrange expression «premier de cordée»? Le Figaro revient sur son origine.

«Ce qui définit la cordée, c'est la corde. C'est elle qui empêche les derniers de cordée de tomber dans le ravin», explique l'eurodéputé Philippe Lamberts. C'est vrai. Le mot «cordée» s'emploie en effet en alpinisme, pour caractériser un «groupe d'alpinistes reliés entre eux par une corde passée autour de la taille lors de leurs ascensions», indique Le Trésor de la langue française. Mais cette origine n'est pas première.

 

 

Mais qu'en est-il alors de l'expression «premier de cordée»? La formule serait née, selon toute vraisemblance, dans la première moitié du XXe siècle, quelques années avant le roman éponyme de Roger Frison-Roche, sorti en 1942. Elle définit le chef de la cordée, c'est-à-dire, celui qui mène le groupe et assure, grâce à sa corde, ceux qui le suivent, en cas de chute. Le premier de cordée est donc par extension celui donne l'élan et doit donner l'exemple, au risque d'entraîner ses suiveurs, comme les moutons de Panurge, dans sa chute.

Pour l'heure, le cadeau de l'eurodéputé rappelle surtout au président Emmanuel Macron qu'il est, au vu de tous les dossiers qui l'attendent, sur la corde raide.

 

 

14/05/2018

BAIN DE SANG A GAZA

Trump

 

Trump et Netanyahu : les pyromanes au milieu de la poudrière

dans À la une, Actualités, Assemblée nationale, Communiqués de presse, Le groupe

Le groupe de la France insoumise condamne fermement l’action de l’armée israélienne à Gaza. Celle-ci a causé aujourd’hui la mort de dizaines de Palestinien·ne·s protestant contre l’installation de l’ambassade étasunienne à Jérusalem. Les avertissements que la France insoumise avait formulé à l’annonce de cette provocation de Washington ont hélas été vérifiés. Alors que le gouvernement d’Israël viole le droit international en poursuivant la colonisation et que la situation humanitaire à Gaza est extraordinairement précaire, Messieurs Trump et Netanyahu jettent de l’huile sur le feu.

L’un et l’autre font preuve dans cette affaire d’un cynisme répugnant et dangereux : ils parient sur la montée du conflit et menacent la paix mondiale pour faire autour d’eux l’unité que leurs politiques et leurs embarras avec la justice rendent autrement impossible.

Nul ne saurait aujourd’hui invoquer raisonnablement le droit d’Israël à exister ou à se défendre pour justifier les morts atroces de ce jour. Le gouvernement israélien bafoue encore un principe fondamental : la responsabilité qui existe du fort au faible. Ce faisant, il affaiblit la position de celles et ceux qui défendent sincèrement pour Israël la possibilité de vivre durablement dans la paix et la sécurité.

Le groupe de la France insoumise répète sa volonté de voir appliquer le droit international dans ce conflit et ainsi reconnu les droits du peuple palestinien.

 

Communiqué du groupe parlementaire de la France insoumise.

 

 

12/05/2018

lLE DEPUTE ADRIEN QUATENNENS SUR LA 3 à 12 H 10

L’image contient peut-être : 3 personnes, personnes souriantes, texte

11/05/2018

C'EST PAS UNE BLAGUE ! MACRON sur écran au festival de CANNES avec COHN et GOUPIL

 

REFORME DE LA SNCF : de l'insoumis RUFFIN au cinéaste Robert GUEDIGUIAN.. FAUX ARGUMENTS

Réforme de la SNCF : "Il y a de faux arguments absolus", s'indigne le réalisateur Robert Guédiguian

Le cinéaste Robert Guédiguian, qui apporte son soutien aux cheminots grévistes, a affirmé  sur franceinfo, qu'à la SNCF "il y a des choses qu'il faut améliorer", mais "que ça marche plutôt bien".

Le réalisateur Robert Guédiguian a réagi  à la tribune qu'il signe sur un blog de Mediapart. Avec une trentaine d'écrivains, de réalisateurs ou d'universitaires ils ont lancé une cagnotte pour aider financièrement les cheminots grévistes. Sur franceinfo, le cinéaste a voulu expliquer qu'à ses yeux la réforme ferroviaire ne se justifie pas.

franceinfo : Pourquoi soutenez-vous les cheminots ?

Robert Guédiguian : Je considère qu'ils ne défendent pas seulement leurs positions, je crois qu'ils défendent l'unité générale qu'on pourrait appeler l'idée du service public. L'idée du service public est pour moi un marqueur très fort de la gauche. Depuis que je suis né les services publics se réduisent comme peau de chagrin.

Le gouvernement explique-que la SNCF ne fonctionne pas. Qu'en pensez-vous ?

Ce n'est pas exact. Cela fait des mois que les uns et les autres, pour préparer cette réforme, prétendent que la SNCF est un désastre. Ce n'est absolument pas vrai. Il y a des choses qu'il faut améliorer, mais je trouve que ça marche plutôt bien. Quant à la dette, c'est une chose qui ne dépend absolument pas du statut des cheminots. Cela dépend des politiques de droite et de gauche menées depuis 30 ans et qui ont conduit à cet endettement.

Que pensez-vous de la réforme ferroviaire ?

Il y a de faux arguments absolus. C'est une croyance d'un côté et les autres ne croient pas à la même chose. A partir de là, il y a un rapport de force qui s'installe. C'est une opposition droite-gauche sur une conception du monde : ou le libéralisme ou le service public.

Emmanuel Macron a dit que l'État allait reprendre la dette. Cela vous rassure-t-il ?

Non, parce qu'il est très flou sur les dates de la reprise de la dette. Très franchement je ne le crois pas. Je ne comprends pas pourquoi on change le statut. Donc, je suis obligé de penser qu'on le change parce qu'on glisse, comme on dit en maçonnerie. On met un coin dans une faille pour qu'elle s'élargisse. Donc, on change le statut et on a un peu grignoté cette affaire. Je n'y vois là qu'un cheval de Troie.

 

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique