logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

10/03/2016

FETE ANNULEE suite au décès de Jordan LAPEYRIE

Annulation de la Fête de la Saint Patrick des Éducateurs de P H L


Suite au cruel décès de Jordan Lapeyrie, jeune et estimé junior

au sein de l’Entente P H L,

la fête de la Saint Patrick,

programmée ce samedi 12 mars 2016,

est annulée.

LES AMIS DE L'USH PRESENTENT LEURS SINCERES CONDOLEANCES

A LA FAMILLE DE JORDAN

A TOUS SES AMIS DE L'USH

Capture.JPG

Capture JUNIORS USH.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08/03/2016

La loi EL KHOMRI : un texte rédigé par la droite ?

La semaine dernière, dix-sept parlementaires Les Républicains, Nathalie Kosciusko-Morizet en tête, affirmaient dans le très libéral quotidien L'Opinion leur volonté de voter en faveur du projet de loi sur le code du travail. Ce texte porte la signature de Myriam El Khomri. Mais pour certains élus socialistes, son véritable auteur serait Pierre-Henri Himbert, son directeur de cabinet, qui, selon eux, serait "le vrai ministre du travail".

Inconnu du grand public, celui-ci fut un proche collaborateur de Raymond Souble; l'ancien "Monsieur social" de Nicolas Sarkozy à l'Elysée. Tout s'éclaire ?

 

... ET LE CONSEILLER DE GAUCHE S'EN VA

Auparavant collaborateur de Clémentine Autain, Pierre Jacquemain était devenu conseiller de Myriam El Khomri au secrétariat d'Etat à la politique de la Ville en mai 2015, avant de la suivre au ministère du Travail, chargé de sa communication publique. Il vient de démissionner de son cabinet car, comme il l'a déclaré à l'Humanité du 29 février, "la politique du ministère du Travail se décide ailleurs, à Matignon". Surtout, le texte constitue, selon lui, non seulement "une erreur historique" et "une régression en matière de droits sociaux", mais aussi un "non -sens économique puisqu'il n'est pas prouvé que cette loi créera de l'emploi".

C'est surtout "un non-sens politique quand on se dit de gauche, qu'on s'estime progressiste, je ne vois pas comment on peut soutenir un tel texte". Tout est dit.

 Afficher l'image d'origine

une autre façon de voir le monde. Avec POLITIS, retrouvez chaque jeudi un gros plan sur l'actualité française et internationale, une chronique économique "à contre-courant", un dossier, des pages culture et médias, des débats, des tribunes. Qu'est ce que POLITIS ? D'abord, un journal de résistance. Un espace rare d'information, de réflexion, de débats, et d'actions pour tous ceux qui ne tiennent pas pour acquise l'injustice du monde. Un journal pour lequel les mots "service public", "lutte sociale" et "projets de société" ont un sens. Un journal profondément indépendant, qui doit ses dix-sept ans d'existence en premier lieu à ses lecteurs, avec lesquels il entretient un rapport d'amitié, de confiance et de fidélité. Si vous croyez que la violence du monde a toujours une cause, si vous êtes préoccupés par l'injustice sociale, en France et ailleurs, si vous vous refusez à recevoir l'information comme un spectacle ou un produit de consommation, alors Politis est votre journal. Au cur du mouvement altermondialiste, c'est l'hebdo de l'action citoyenne. Magazine disponible en version numérique

LE TEMPS DES COLERES : fin de cycle pour la social-démocratie

L'impopularité persistante des dirigeants socialistes français ne relève pas d’une exception nationale qu’on pourrait imputer à de mauvais chiffres de l’emploi ou au reniement méthodique des principaux idéaux de la gauche. L’épuisement d’un cycle idéologique incarné il y a vingt ans par la « troisième voie » de MM. William Clinton, Anthony Blair, Felipe González, Dominique Strauss-Kahn, Gerhard Schröder s’observe aussi aux Etats-Unis et dans la plupart des pays européens.

Cette déroute d’un social-libéralisme longtemps triomphant ne profite plus exclusivement à des forces situées encore plus à droite. Elle s’accompagne depuis peu de la renaissance d’un courant contestataire dont on prétendait les idées dépassées, archaïques, balayées par la mondialisation, la flexibilité, les nouvelles technologies (lire « Les démocrates américains envoûtés par la Silicon Valley »). Des campus américains aux banlieues de Londres en passant par les municipalités de Madrid et de Barcelone, cette gauche décomplexée dispose dorénavant de relais politiques. Et elle ose parfois désigner ses ennemis : la mainmise du capital sur les moyens de production (lire « Pour la république sociale »), le pouvoir des médias, la surpuissance de la finance. Bien sûr, les rebelles ne sont encore qu’une volée d’hirondelles en hiver. Mais, à une époque où la droite extrême occupe souvent le rôle de dépositaire de toutes les colères, ce rayon d’espérance pourrait bien lui disputer les saisons qui viennent.

Décidément, les sociaux-libéraux n’ont pas de chance. A l’été 2015, avec le concours de Mme Angela Merkel, ils avaient soumis les dirigeants grecs de Syriza à un tir de barrage afin de les contraindre à rallier leur camp. Ils pensaient ainsi avoir liquidé toute opposition sur leur flanc gauche. Mais, coup sur coup, émergent MM. Jeremy Corbyn — au Royaume-Uni — et Bernie Sanders — aux Etats-Unis. Mobilisant une fraction appréciable de la jeunesse de leurs pays, ils réhabilitent à la fois le combat politique et certaines des aspirations anticapitalistes que la « troisième voie » avait espéré (...)

 

Serge HALIMI

Le Monde diplomatique

Clara Zetkin, à l'origine de la célébration du 8 mars

Afficher l'image d'origineNombreux sont les pays dans le monde qui célèbrent la journée internationale de la femme chaque année, à la date du 8 mars. Cette célébration a vu le jour suite à la proposition d’une militante féministe : Clara Zetkin.
 
 

Politiquement engagée…

Clara Zetkin, Clara Eissner de son nom de jeune fille, est née le 5 juillet 1857 à Wiederau en Saxe. Elle devient enseignante et participe souvent, vers le milieu des années 1870, aux manifestations de l’Association générale des femmes allemandes. Elle marque ainsi ses débuts dans le mouvement socialiste. Coupant tout lien avec sa famille, elle intègre le SAP en 1878.

Contrainte de s’exiler à Zurich, elle rencontre son compagnon russe Ossip Zetkin, lui aussi révolutionnaire. Ce dernier lui donnera deux enfants. Prenant le nom du père de ses enfants, elle se fait appeler Clara Zetkin, un nom qu’elle conservera même après son mariage en 1899 avec l’artiste Friedrich Zundel. Clara Zetkin est convaincue que la femme doit travailler pour pouvoir s’offrir plus d’autonomie.

Elle contribue alors à la création de la Deuxième Internationale, où elle revendique l’égalité totale des droits sociaux et professionnels entre les hommes et les femmes. Ainsi, elle passe d’enseignante à femme politique, en luttant contre les idéologies endoctrinantes.
 
 

 http://www.aufeminin.com/portraits-de-femmes/clara-zetkin-d48234.html

Clara Zetkin, contre la Première Guerre mondiale, le nazisme et Staline…

Femme politique à part entière, Clara Zetkin devient membre du parti social-démocrate allemand (SPD) jusqu’en 1917. C’est au cours de cette période qu’elle devient très proche de Rosa Luxemburg, qui milite à ses côtés contre la Première Guerre mondiale. Les deux femmes participent à de nombreuses manifestations pacifistes qui feront connaitre à Clara Zetkin la prison en 1915.

En 1918, le « sexe faible » obtient le droit de voter et d’être élu. Clara Zetkin devient alors membre du parti communiste d’Allemagne (KPD) qui s'inspire de la ligue spartakiste. Elle est élue députée du KPD entre 1920 et 1933. Membre du comité central du KPD, elle devient la présidente et doyenne de Reichstag en août 1932 et se mobilise contre le nazisme.

Le 30 août 1932, elle est chargée du discours inaugural en tant que doyenne alors qu’Hitler vient de prendre le pouvoir. Affaiblie par l’âge, elle entame son discours contre le nazisme devant plus d’une centaine de nazis en uniforme.
Suite à l’interdiction du KPD par les nazis, elle se trouve obligée de fuir l’Allemagne une fois de plus, et s’exile à Moscou. Le 20 juin 1933, quelques semaines seulement après son arrivée, elle trouve la mort à Arkhangelskoïe, dans des circonstances douteuses qui ont fait couler beaucoup d’encre.
 
 

 

 

Clara Zetkin et la journée internationale de la femme

De retour en Allemagne après l’annulation des lois antisocialistes, Clara Zetkin crée vers 1891 le magazine des femmes socialistes appelé Die Gleichheit ("l’égalité") qu’elle éditera jusqu’en 1917, tout en militant dynamiquement pour les droits de la femme.
Le 8 mars 1910 à Copenhague, au cours de la Deuxième conférence internationale des femmes socialistes, Clara Zetkin, qui s’inspire des manifestations d’ouvrières aux Etats-Unis, suggère que chaque année un jour soit consacré aux femmes pour marquer leur lutte pour le droit de vote, l’égalité entre les sexes et le droit au travail.
 
Adoptée à l’unanimité par les 17 pays représentés, la date du 8 mars sera retenue comme « journée internationale de la femme ».
 

"Elle parle, elle parle non point comme une femme isolée, comme une femme qui a pris conscience pour elle-même d’une grande vérité, comme une femme à qui des circonstances exceptionnelles ont donné les connaissances et les facultés d’un homme, comme une femme de génie, née dans un laboratoire humain.

Elle parle au contraire comme une femme pour les autres femmes, pour exprimer ce qui pensent toutes les femmes d’une classe. Elle parle comme une femme dont l’esprit s’est formé dans les conditions de l’oppression au milieu de sa classe opprimée. Elle n’est pas une exception, ce qu’elle dit vaut parce que des milliers, des millions de femmes le disent avec elle…

 

" Elle est la femme de demain ou mieux, osons le dire: elle est la femme d’aujourd’hui. L’égale»

 

Aragon en parlant de Clara Zetkin dans «Les cloches de Bâle» 1976

 


NOUVELLE LISTE NOIRE DES MEDICAMENTS

 
 
 

La nouvelle liste noire des médicaments

Par Rica Etienne le
La nouvelle liste noire des médicaments
70 médicaments jugés "plus dangereux qu'utiles" ont été listés par la revue "Prescrire" qui insiste sur son indépendance vis-à-vis des laboratoires pharmaceutiques. Elle en demande le retrait pour éviter aux malades des risques inutiles. Explications.

La liste des produits dénoncés par Prescrire reprend les spécialités contre lesquelles la revue a lancé des alertes au cours des trois dernières années. (Dossier dans le numéro de février et consultable sur leur site).
Parmi elles, des spécialités prescrites en cardiologie, rhumatologie, neurologie, cancérologie, diabétologie, dermatologie… et des noms dont on a déjà entendu parler: Glucosamine®, Protelos®, Zyban®, Xenical®, Livial®...

Il s'agit de produits, récents ou pas, présentant selon la revue, plus de risques que de bénéfices. En cause: des effets indésirables trop importants ou trop d’associations de principes actifs. Il s’agit encore de médicaments jugés inefficaces, alors que l'on pourrait leur préférer des traitements éprouvés, dont les effets nocifs (il y en a toujours un peu) sont rendus acceptables par une efficacité démontrée.

Un certain nombre de molécules dans le collimateur de Prescrire figurent déjà parmi les médicaments placés "sous surveillance renforcée" par l'Agence nationale de sécurité (ANSM). La liste est consultable sur leur site.

Alors que les autorités de santé sont mises en cause dans leur incapacité à retirer du marché ces spécialités, la ministre de la Santé Marisol Touraine soutient  Prescrire. Elle estime la démarche de la revue "extrêmement positive". "J'ai demandé à l'Agence de sécurité du médicament de mettre sur son site dans les mois qui viennent l'ensemble des éléments concernant les médicaments qui ont été réévalués", a déclaré la ministre sur RMC.

Page suivante : Cardiologie
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique