logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/11/2015

DES RISQUES LIES A LA RELIGION

IMG_20151114_0002.jpg

 

 

La religion peut créer des liens entres les hommes et donner un sens à leur existence.

Mais elle peut aussi donner lieu à des dérives néfastes pour la vie en commun.

 

LE COMMUNAUTARISME

Quand on se sent mal accepté dans un pays ou qu'on craint par exemple les conséquences de la mondialisation sur sa vie personnelle, on a tendance à se replier sur des valeurs anciennes que l'on partage avec d'autres.

La religion devient un refuge, qui rassure et donne un sens à ce que l'on fait.

On peut être tenté de se regrouper entre juifs, entre musulmans, entre chrétiens, et de rejeter tout ce qui fait la vie avec le reste de la société.

Ce "communautarisme" peut conduire au fanatisme et à l'intolérance. Il peut menacer la laïcité, qui définit chacun d'abord comme un "être humain" plutôt que la violence terroriste : certains imams, dans les mosquée, poussent des jeunes gens à s'engager dans des mouvements islamistes qui pratiquent le djihad (la "guerre sainte") et en font des candidats aux attentats suicides.

 

LA GUERRE

Certains dirigeants utilisent les croyances religieuses des populations pour les mobiliser contre des rivaux ou des ennemis à l'intérieur ou à l'extérieur de leur pays.

Ainsi, beaucoup de conflits apparemment religieux sont des conflits entre des groupes ou de pays.

C'est vrai dans l'Histoire, où les religions ont souvent servi de prétexte aux dirigeants politiques pour faire la guerre (par exemple, les "guerres de Religion" entre catholiques et protestants, au XVIe siècle).

C'est encore vrai aujourd'hui : le conflit entre Israéliens et Palestiniens n'est pas un conflit entre des Juifs et des musulmans, mais entre un pays (Israël) qui occupe certains territoires et un peuple (les Palestiniens) qui considère que ces territoires lui appartiennent.

Mais dans les deux camps, certains n'hésitent pas à utiliser des arguments religieux pour justifier leur combat.


Jean Ferrat - le sabre et le goupillon par jolysable

LE TERRORISME

IMG_20151114_0002.jpg

Imprimé en 2010

*

 POUR LES APPRENTIS CITOYENS DU MONDE

DES 10 ANS !

 

Prises d'otages, assassinats, attentats contre les populations civiles : les terroristes utilisent tous les moyens possibles pour semer la terreur afin d'obtenir ce qu'ils veulent.

Les buts recherchés par le terrorisme peuvent être différents : libération d'un territoire, reconnaissance d'une identité nationale, revendication politique ...

Cependant, ce ne sont pas à ses objectifs, parfois légitimes, qu'on reconnaît un groupe terroriste, c'est à son mode d'action.

Les terroristes bafouent toutes les règles internationales. Ils s'attaquent aux civils et aux enfants, et ils financent leurs actions par des trafics contraires aux lois.

Ce sont des criminels.

Peut-on faire la guerre contre le terrorisme ? Pour faire la guerre, il faut qu'on ait un ennemi en face de soi, avec un  territoire.

Dans le cas du terrorisme, quel ennemi faut-il attaquer ?

Et où l'atteindre ?

Le meilleur moyen  pour qu'il n'y ait plus de terrorisme est de mettre fin aux trop grandes injustices dans le monde.

 ***

PRINCIPALES ORGANISATIONS TERRORISTES

 

Elles utilisent les moyens les plus modernes pour communiquer à travers le monde (vidéos, Internet) et cherchent à recruter leurs "combattants" parmi des jeunes gens, fanatisés et entraînés dans des camps.

AL-QAIDA ("la base" en arabe)

Cette organisation islamiste a été fondée par Oussama Ben Laden, milliardaire saoudien d'origine yéménite.

Elle est née en Afghanistan, lors de la guerre contre l'URSS (1979-1989), avec l'accord des Etats-Unis qui voyaient dans ces combattants musulmans un moyen de lutter contre leur grand ennemi de la guerre froide.

Depuis, Ben Laden s'est retourné contre les américains et les pays occidentaux, au nom d'un islam fanatique, pour soumettre les pays de culture musulmane à la loi islamique, la charia.

 Oussama ben Laden, né le 10 mars 1957 à Riyad et mort le 2 mai 2011, tué par un commando américain des SEAL à Abbottabad, est un islamiste apatride d'origine saoudienne, chef spirituel du réseau jihadiste Al-Qaïda.

 

GROUPE TERRORISTE EN EUROPE

L'ETA est une organisation clandestine de lutte armée pour l'indépendance du Pays basque. A l'origine, elle luttait contre la dictature de Franco. Elle agit surtout en Espagne (enlèvements, assassinats, attentats). Un cessez-le-feu a été signé en mars 2006 et des négociations sont prévues entre gouvernements espagnol et français.

 Le 20 octobre 2011, l'organisation indépendantiste basque annonce « la fin définitive de son action armée »

GROUPES TERRORISTES PALESTINIENS

Le Hamas, la Brigade des martyrs d'Al-Aqa et le Djihad islamique, qui luttent contre l'occupation israélienne par des moyens terroristes, n'ont pas de lien avec Al-Qaïda.

 

GROUPES TERRORISTES LIES A AL-QAIDA

Al-Qaida fournit un entraînement militaire et de l'argent à de multiples groupes terroristes islamistes, du Maroc à l'Indonésie : le Djihad salafiste marocain, les salafistes pakistanais, le front islamique des combattants du Grand-Orient (Turquie), le groupe Al-Masri qui a remplacé Zarkaoui, tué lors d'une attaque américaine en juin 2006 (Irak), la Jamaah islamiyah (Indonésie)

 

Mise à jour en 2015

Organisation armée ultra-radicale, le groupe Etat islamique -auparavant État islamique en Irak et au Levant, EIIL- a proclamé un "califat islamique" en juin 2014 en Irak et en Syrie. Daech (en arabe), également nommé ISIS ou ISIL en anglais, attire des djihadistes du monde entier. 

 C'est en Syrie et en Irak, enjeux de rivalités géopolitiques tenaces, que les djihadistes s'intoxiquent. Retour sur le bourbier politique, militaire et confessionnel où s'aguerrissent les vocations. (AFP/Photo d'illustration)http://www.lexpress.fr/actualite/monde/proche-moyen-orient/le-djihadisme-en-vf-un-fleau-qui-vient-de-loin_1736021.html

C'est en Syrie et en Irak, enjeux de rivalités géopolitiques tenaces, que les djihadistes s'intoxiquent. Retour sur le bourbier politique, militaire et confessionnel où s'aguerrissent les vocations.

Par leur ampleur et leur cruauté, les carnages survenus en ce vendredi noir de novembre tendent à éclipser les ressorts géopolitiques d'une crise déclenchée voilà près de cinq ans à plus de 3000 kilomètres de Paris. Or, la tragédie qui plonge la France dans l'hébétude est indissociable des conflits endeuillant le Moyen-Orient.

Lien établi explicitement par l'un des tueurs du Bataclan à l'heure de l'hallali : "C'est la faute de Hollande. Il n'avait pas à intervenir en Syrie !"  

 

LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

de nombreux pays sont d'accord pour combattre le terrorisme.

Les Etats-Unis sont à la tête de ce combat, mais le nouveau gouvernement américain veut rompre avec les méthodes de l'ancien président Bush.

LES POLICES EN ACTION

Interpol mène la lutte contre le terrorisme en relation avec les services de renseignement.

CIA (Etats-Unis), M16 (Grande-Bretagne), DGSE (France), Mossad (Israël), FSB (Russie)...

Grâce à des enquêtes approfondies, Interpol recueille en permanence des informations qui peuvent servir à empêcher des attentats et donc à assurer la sécurité des populations.

Et cela concerne d'autant plus les polices que le terrorisme est souvent financé par des trafics illicites (armes, drogue, diamants).

 

LE ROLE DES ETATS-UNIS

En réaction aux attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, l'ancien président américain George Bush avait déclaré la "guerre contre le terrorisme", fournissant armes et finances aux pays qui se rangeaient à son côté.

Mais les méthodes employées dans ce combat ont trop souvent été en contradiction avec les droits de l'homme et la démocratie.

Plutôt que d'attaquer tous les "suspects", le gouvernement Obama a choisi d'assurer la défense et la sécurité des populations.

 

 

 

 

 

L'ART D'ETRE GRANDS-PARENTS

CONTRE L'INCOMPREHENSION DES PARENTS,

LA JALOUSIE DES MERES ...

A LIRE ABSOLUMENT

 

 

L’art d’être grands-parents
Source: Louise Lamontagne, n.d.


Chaque fois que naît un enfant, un grand-père ou une grand-mère naît aussi. On ne choisit pas d’avoir des petits-enfants, pas plus qu’on ne choisit de naître. C’est quelque chose qui arrive, un cadeau du ciel. Pour l’enfant, c’est le cadeau de la vie, pour le grand-parent celui d’un nouveau lien rempli de tendresse.

Quand les grands-parents voient leur petit-fils ou leur petite-fille pour la première fois et le prennent dans leur bras, il s’imprime dans leur esprit et dans leur coeur, une marque indélébile. De tels instants ne sont pas seulement précieux mais leur impact affectif les fixe dans la mémoire comme des souvenirs inoubliables.

Comme un coup de foudre amoureux...
Écoutez les grands-parents...: «Ce n’est pas parce que c’est ma petite-fille, mais elle est vraiment intelligente.» ou «Ce n’est pas parce que c’est mon petit-fils, mais il est vraiment très beau.» À les entendre, on s’étonne que tous les petits-enfants du monde n’aient pas le quotient intellectuel d’un génie ou la beauté d’une déesse ou d’un Adonis. Dites-vous bien que ce sont des phrases de grands-parents tout à fait «normaux» et c’est fort bien qu’il en soit ainsi.

Un nom pour l’éternité
Avec une acuité qui s’intensifie au fil des mois de grossesse, les grands-parents se demandent: «Comment mes petits-enfants vont-ils m’appeler?» Quel que soit le nom que vous choisissez, celui-ci devient le symbole de votre relation particulière avec un enfant. Votre surnom est une marque d’amour, un terme de tendresse qui signifie que vous occuperez pour toujours une place spéciale dans le coeur d’un enfant.

Le lien affectif
Le lien très important qui relie grands-parents et petits enfants est unique. Les conflits habituels qui apparaissent entre parents et enfants sont simplement inexistants entre ces deux générations éloignées. On dit toujours que les grands-parents n’ont que les plaisirs que peuvent apporter un enfant et aucune des responsabilités que son éducation entraîne. Ces deux générations sont donc tout naturellement à l’aise l’une avec l’autre et n’ont pas besoin de faire quoi que ce soit pour se rendre réciproquement heureux. Leur bonheur vient de ce qu’ils sont ensemble.

Maturité des grands-parents
Bien que vous ayez maintenant droit aux rabais de l’âge d’or, ce n’est pas ce qui vous qualifie pour être grand-père ou grand-mère!!! Cela demande de la maturité.

Les petits-enfants ont besoin d’exemples de grands-parents qui se conduisent de façon responsable, qui relèvent encore des défis, qui profitent au mieux de leur situation et qui vivent heureux. Les petits-enfants qui ont la chance d’avoir de tels grands-parents, ouverts et pleins d’energie, ont de la vie un exemple positif. C’est un héritage dont tout enfant a besoin.

Ce que partagent grands-parents et petits-enfants
N’en doutez surtout pas, ces deux générations-là partagent quelque chose de spécial. Observez le regard des grands-parents quand ils vous parlent de leurs petits-enfants. Ce n’est pas un regard de tous les jours; c’est un regard venu de l’âme, un regard de joie, de fierté et de reconnaissance.

Grands-parents et petits-enfants se comprennent. Ils ont une façon unique de communiquer, un sixième sens. Ils s’offrent les uns aux autres de l’espoir et de l’optimisme, de la compréhension et de la compassion.

Aimez chaque enfant
Que vous ayez deux, trois, quatre petits-enfants ou même dix, chacun est un être unique, doté de ses talents à lui, de son destin à lui.

 

......

Accordez-leur toute votre attention
L’attention est un des éléments les plus importants pour le développement physique, émotionnel et spirituel des enfants. Les attentions des grands-parents sont des «vitamines» pour l’esprit des enfants.

Même si vous demeurez au loin, montrez-leur que vous pensez à eux: appelez, écrivez, envoyez de petites surprises qui feront comprendre à vos petits-enfants qu’ils comptent pour vous.

N’oubliez jamais l’instant où la vie vous a décerné cette promotion intime, plus élevée dans votre coeur que n’importe quel diplôme ou grade professionnel: devenir, pour la première fois, grands-parents. Soyez à la hauteur de cette relation privilégiée qui vous ouvre un monde de mystère, de magie et d’émerveillement.

**

*

*

 

 

Dans ce nouveau livre, elle dit son bonheur à la naissance de sa petite-fille. Cette passion dévorante qui va les unir toutes les deux (...) Puis l'interdiction formelle de voir les enfants. Des portes qui se ferment. Définitivement (...)

L'histoire d'une petite mort, sur fond de vieillesse et de tristesse. Qui touchera certainement tous les grands-parents, victimes collatérales de divorces où ils perdent le droit de voir leurs petits-enfants (...) Ce n'est pas une histoire de féminisme à la noix, c'est juste une histoire d'amour. Touchante...
Gracianne Hastoy - www.critica.fr

 

Lorsque son fils aîné lui donne une petite-fille, c'est pour elle un éblouissement affectif.
Elle conçoit pour sa petite-fille, une passion, un amour fusionnel incandescent que la petite fille dans une étrange alchimie lui rend bien.
L'osmose affective est totale (...) soudain, c'est la déchirure (...) un désespoir aggravé par l'incompréhension (...) Une histoire émouvante où la passion prend le pas sur la raison.
Catherine Merveilleux - www.lejouretlanuit.net

 Mère de trois garçons, la célèbre avocate féministe découvre enfin le bonheur d'une lignée féminine. Et la farouche opposante de la résignation de décrire cette passion fusionnelle, sévignéenne qui la lie à sa petite-fille.

Une relation qu'elle analyse avec d'autant plus d'acuité et d'émotion qu'elle fut soudain interrompue, en 2002, par décision de "l'Autorité parentale" (...)
Le récit revit une succession de moments joyeux et complices, apanage des grands-parents. Et pose la cruelle question du deuil de cette relation et du pouvoir arbitraire des parents.
Il fallait oser.

DES VOIX DISCORDANTES ... AUX VA-T-EN GUERRE !

 
Éditorial Clivage La semaine La suite Le dernier hebdo Acheter le dernier hebdo Archives Abonnement Soutenez Politis
Accueil du site > Web > Sur le vif > Villepin : « Faire croire que nous sommes en guerre est un piège (...)
Par Michel Soudais - Suivre sur twitter - 15 novembre 2015

Villepin : « Faire croire que nous sommes en guerre est un piège »

Pour l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, le discours martial largement popularisé par Manuel Valls, le PS et l’opposition est une erreur.

C’est une voix discordante. Mais elle bienvenue. Invité dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, Dominique de Villepin a récusé l’idée « d’être en guerre », une expression abondamment utilisée par Manuel Valls, le PS et l’opposition depuis les attentats de vendredi soir. Or pour l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, « nous sommes dans une période où les mots doivent avoir du sens  ».

« Une guerre ce sont deux États et deux armées qui se confrontent », justifie Dominique de Villepin, ce qui n’est pas le cas des terroristes qui ont agi à Paris et au stade de France :

« Le fait [que les terroristes aient] utilisé des kalachnikovs, des grenades, un certain nombre de munitions [ne] constitue pas une armée reconnue dans le cadre d’un État. En l’occurrence, nous avons des groupes fanatiques, un parti totalitaire. »

La nature de « l’ennemi » n’est pas le seul argument avancé par Dominique de Villepin pour refuser de se considérer en guerre. « Je ne veux pas faire le jeu de l’ennemi », ajoute-t-il en mettant en garde contre les conséquences de cette idée. Un « piège », selon lui :

« Quelle est la conséquence de cette idée  ? La première, c’est de déresponsabiliser les combattants terroristes qui se disent : ’Nous frappons, nous sommes des guerriers’. La seconde, c’est que nous légitimons qu’ils sont en guerre, qu’ils ont des objectifs de guerre et qu’ils veulent conquérir notre territoire, des positions. »

Ce n’est pas « parce qu’une bande d’assassins fanatiques vous déclare la guerre que vous tombez dans le piège de la surenchère », argumente-t-il. Surtout quand ces assassins « veulent nous diviser et pousser notre pays à la guerre civile ».

Tirons les leçons des engagements occidentaux au Moyen-Orient, demande l’ancien ministre des Affaires étrangères, qui s’était opposé en 2003 à la guerre en Irak :

« Ces attentats sont en grande partie liés à un processus historique qui s’est accru avec les interventions en Afghanistan, en Irak, en Libye, et ailleurs et qui ont toutes rajouté de l’huile sur le feu. (…) Tirons les leçons de l’expérience : les choses n’ont fait que s’aggraver en 10 ans, les choses sont pires en Libye, en Afghanistan, en Irak. »

« Quelle est le sens de la guerre totale » interroge encore Dominique de Villepin, qui met en garde :

« On va aller jusqu’au bout pour détruire une organisation terroriste. Cette organisation a toute les chances, à partir de là, parce que nous allons mobiliser une partie des opinions publiques et des peuples au Moyen-Orient contre nous d’accroître une contamination encore plus grande. »

Pour l’ex-ministre des Affaires étrangères, « ce n’est pas à nous d’engager le combat avec nos armées là-bas. Cette approche de ‘guerre’ contre le terrorisme n’est pas la bonne ».

En septembre 2014, Dominique de Villepin avait déjà tenu des propos similaires, en réponse au discours de François Hollande, à l’Assemblée générale des Nations Unies. Dans l’émission Ce soir (ou jamais !), retrouvée par Les Inrocks, il déclarait : « Ayons conscience que nous avons nous-même en grande partie enfanté l’Etat islamique. Nous nous sommes enfermés dans un cercle vicieux ». Et d’ajouter : « Il n’y a pas de contre-exemple, tout ce que nous savons de ce type de guerre menée depuis des décennies a conduit à l’échec, en particulier depuis l’Afghanistan»

***

*

C'est son avis et je le partage, mais chacun pense ce qu'il veut, ça ne me gêne pas.

C'est tellement compliqué, tellement complexe.

Qui a raison ?

PAS CEUX QUI FONT DE LA SURENCHERE ! Je le pense fortement

15/11/2015

MINUTE DE SILENCE DANS LE STADE

 

A HABAS QUI RECEVAIT ONDRES

MINUTE DE SILENCE !

Récemment mis à jour20.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique