logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

16/06/2015

la CLIQUE D'ESTIBEAUX était à la fête au lac de Tastoa

Vraiment agréable de se retrouver autour du lac de Tastoa

avec la Clique d'ESTIBEAUX et les amis rencontrés 

P1230449.JPG

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX1.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX2.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX3.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX4.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX6.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX9.jpg

2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX10.jpg

MERCI POUR CE MOMENT MUSICAL, CHALEUREUX .... A L'HEURE DE L'APERO2015-06-07 CLIQ ESTIBEAUX8.jpg

"Maman, les p'tits bateaux qui vont sur l'eau

ont-il des ailes ?

Mais non mon grand nigaud

S'ils en avaient ils voleraient"

 CLIQ ESTIBEAUX (105).JPG

Une belle exposition de bateaux-miniature

télécommandés pour l'occasion

pour glisser sur le lac de TASTOA

 CLIQ ESTIBEAUX (90).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (91).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (92).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (95).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (97).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (99).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (94).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (100).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (102).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (106).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (107).JPG

 CLIQ ESTIBEAUX (108).JPG

un monsieur très sympathique pour nous documenter sur le sujet CLIQ ESTIBEAUX (104).JPG

 

 

clique estibeaux,fete au lac de tastoa,bateaux miniature,landes

 

15/06/2015

UN RASETEUR CEKOI ? C'est ça

Les courses de rasets ou à la "cocarde" se pratiquent avec des bêtes fines et légères.

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

 Les écarteurs, les cordiers, j'avais vu mais les raseteurs, jamais.

J'ai bien aimé.  ESTIBEAUX COCARDES 123.JPG 

Ce dimanche matin dans les arènes d'ESTIBEAUX (Landes), j'ai fait connaissance avec les raseteurs.

Mamie Monique et ses triplés 

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

 

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

les Amis de l'USH Rugby

les grands-parents BARUCQ

 

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

 

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

 

LA CLIQUE D'ESTIBEAUX, chez elle, toujours présente dans les Arènes.

 

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

Récemment mis à jour16.jpg

Tradition camarguaise reprise par nos sportifs landais qui  retirent des objets appelés

"attributs",  en l'occurrence, ici, cocarde entre les cornes et glands accrochés 

sur ces bestiaux lancés à vive allure

ESTIBEAUX COCARDES 084.JPG

Récemment mis à jour12.jpg

Récemment mis à jour13.jpg

Tiens donc ! Alexandre LESPARRE de POMAREZ n'est pas seulement rugbyman à HABAS

je le découvre raseteur  

 

Capture plein écran 14062015 175838.bmp.jpg

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

Capture plein écran 14062015 175923.bmp.jpg

 

ILS ONT LARGUE LES MAMIES ET PAPY, MAIS LES GRANDS-PARENTS LES ONT A L'OEIL

parce qu'ils n'ont pas l'air endormis ces gamins-là

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

Récemment mis à jour14.jpg  

Récemment mis à jour17.jpg

Récemment mis à jour18.jpg

Récemment mis à jour19.jpg

Récemment mis à jour20.jpg

2015-06-14 ESTIBEAUX COCARDES8.jpg

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteursFrancine d'Ossages, fidèle amie de l'USH Rugby d'HABAS et notre trésorier de la MAYADE

que nous retrouvons ici, à TEMPO COURSAYRES

Francine, bien dans le décor, avec son gilet fleuri

 **

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

*

On remballe, ravis de cette petite heure passée dans les arènes, si typiques, d'ESTIBEAUX !

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

Certains veulent assister au retour des vaches dans le camion

et les grands-parents les attendent patiemment

Mais il est l'heure d'aller se restaurer

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

 Les unes partent, les autres arrivent mais celles-là auront à faire avec les écarteurs et les cordiers pour la course landaise de 16 H 30

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

ALLEZ LES JEUNES ! EN ROUTE !

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

Sacrés mômes ! et sacrés mamie, mamé, papy

tempo coursayre,estibeaux,landes,concours de cocardes,raseteurs

HISTORIQUE DE LA COURSE CAMARGUAISE


A l’origine de la course est le "jeu taurin" : animaux de toutes sortes (lions, chiens, ours…) et valets de ferme se mêlent pour combattre et jouer avec le taureau. Le plus ancien témoignage sur l’origine de la course camarguaise remonte en 1402 à Arles : une course avait été donnée en l’honneur de Louis II, comte de Provence.


Un peu plus tard, vers la fin du 19° siècle, ces jeux du cirque sont violemment critiqués et  l’on passe à un jeu taurin moins cruel où l’homme seul joue avec le taureau : on fixe les attributs sur les cornes du taureau (fleurs, foulards, cocardes tricolores aux couleurs de la manade, parfois même saucissons ou autres victuailles) destinés à être enlevés par les jeunes amateurs.

 

 C’est dans les années 1890 que les éleveurs de taureaux prennent conscience de l’importance de la race de taureau "camargue". Sa morphologie et sa combativité le prédispose à la course plutôt qu’au travail ou à la production de viande. Ainsi dès le début du siècle, dans de petites arènes de fortune (les "plans"), voit-on s’affronter des taureaux de grande qualité et des hommes passés maîtres dans l’art du "raset".
On commence alors à fixer une cocarde sur les cornes du taureau et des primes sont attribuées à celui qui ira décrocher l’attribut. : c’est la course libre.

http://www.camarguegardoise.com/
Un règlement concernant les cocardes et les crochets est alors adopté. Seuls les "vrais raseteurs" habillés désormais de blanc sont acceptés en piste. De nouveaux attributs seront ajoutés un peu plus tard.

 

 

EQUATEUR : MENACE DE COUP D'ETAT ?

Accueil
 

Menace de coup d'Etat en Equateur ?

EUGÉNIE BARBEZAT AVEC AFP
DIMANCHE, 14 JUIN, 2015

raf4.jpg

afp
Le président socialiste d'Equateur, Rafael Correa, a affirmé samedi qu'"une conspiration (était) en marche" pour le "renverser".
"Cela a été une semaine très dure pour le pays (...). Une conspiration est en marche", a déclaré Rafael Corréa lors de son émission hebdomadaire radiotélévisée, cette fois depuis Milan (Italie) dans le cadre de sa tournée européenne.
 
"Ce sont des gens très violents, ils ont la complicité éhontée des médias", a-t-il poursuivi. "Il ne s'agit pas d'empêcher la loi sur les héritages, il s'agit de renverser le gouvernement", a-t-il poursuivi.
 
Au cours des cinq derniers jours et aux cris de "Dehors Correa, dehors!", des politiciens, hommes d'affaires et membres des classes moyennes et élevées ont manifesté à Quito, mais aussi à Guayaquil et Cuenca, contre le projet de loi controversé de "redistribution de la richesse".
 
Le 5 juin, le président Correa, une des figures de la gauche radicale en Amérique latine, a en effet présenté au Parlement une réforme de la fiscalité prévoyant de taxer les héritages supérieurs à 35.400 dollars, l'équivalent de cent salaires de base, abaissant de près de moitié le seuil du montant imposable jusqu'à présent.
 
Le projet doit être approuvé en juillet par le Parlement, où le parti présidentiel Alianza Pais (AP) détient la majorité.
 
Pour défendre le gouvernement, des milliers de sympathisants sont également descendus dans la rue, mais aucun incident ni blessé n'a été signalé entre les deux camps.
 
Si la mesure a soulevé un tollé dans les milieux d'affaires, avec lesquels M. Correa entretient des relations conflictuelles depuis son élection en 2007, son effet devrait toutefois être limité : seuls trois Equatoriens sur 100.000 perçoivent un héritage d'une valeur supérieure à 50.000 dollars, selon des chiffres officiels.
 
Selon le ministre de la Politique économique, Patricio Rivera, "la loi sur les héritages vise le secteur le plus élevé de la société, les 0,1% plus riches (....), 98% des Equatoriens ne paieront pas un centime".
 
Face à ces protestations, Rafael Correa a appelé ses partisans à "faire très attention", jugeant que "la situation du pays est assez grave".
De nouvelles manifestations sont prévues par l'opposition de droite, ce dimanche.
 
 

Je dénonce la tentative de coup d'État en Équateur.

Depuis trois jours, les riches manifestent violemment contre une loi sur l'héritage. En Equateur en 2012, les 20% les plus riches accaparent pourtant encore 52,5% des revenus (5 points de moins qu'avant la révolution citoyenne en 2006). Le président Rafael Correa a proposé une loi de redistribution de la richesse, visant les plus-values immobilières et l'évasion fiscale. Les recettes ainsi dégagées seront reversées aux programmes sociaux. Les riches refusent ce partage favorable au grand nombre. Cette oligarchie qui reçoit des héritages supérieurs à 50 000 dollars ne représente pourtant que trois pour cent mille équatoriens mais ils prétendent représenter le peuple !

Ces putschistes minoritaires veulent s'emparer du président Correa qu'ils qualifient de tyran alors qu'il a été réélu avec 57% des voix en 2013.

Une partie de l'armée et de la police impliquées dans le précédent coup d'État reste menaçante pour la démocratie. Comme d'habitude, les États-Unis sont à la manœuvre. Une fois de plus, l'oligarchie des grandes fortunes et les États-Unis font violemment cause commune contre le peuple et la justice sociale.

J’assure le président Correa de tout le soutien des progressistes français. J'appelle solennellement les autorités françaises à faire de même et a ne pas renouveler les lâchetés du passé qui consistent à attendre la fin des tentatives de coups d’État pour prendre acte du résultat. Il faut isoler les putschistes sur la scène internationale. J'appelle toutes les forces de gauche, les syndicats, les associations à manifester leur solidarité avec la révolution citoyenne équatorienne et son président.

 J.Luc MELENCHON

13/06/2015

1ère MARCHE INTERNATIONALE POUR LA PAIX ET LA FRATERNITE

 Isabelle Aubret, marraine d'honneur depuis 2002 de l'association La Vie en Marche sera la marraine de la Marche internationale pour la paix et la fraternité qui se déroulera à Mulhouse le dimanche 14 juin.
Isabelle, une femme debout, malgré les épreuves.
Avec ténacité, détermination et courage, elle a toujours répondu à l'appel des grandes causes humanistes.
Ce 14 juin à Mulhouse, elle sera le porte-drapeau du combat pour la paix, elle qui sait mieux que quiconque faire germer dans le cœur des gens les graines de la tendresse, de la compassion et de l'amour de la vie et du respect des autres.
Isabelle, juste quelqu'un de bien. Isabelle, UNIVERSELLE. 
Vous êtes à jamais et pour toujours dans nos cœurs.

 

 

Le parrain Louis Schittly, co-lauréat du prix Nobel de la Paix avec Médecins sans Frontières

 

Qui

veutmarcher

pour lapaix ?

Capture la vie en marche.JPG

 

MARCHE POUR LA PAIX ET LA FRATERNITÉ

Logo paix fraterniteMarche pour la paix et la fraternité

Tout au long de son histoire faite de guerres, de déchirements, de ravages, de massacres, d’atrocités, l’Humanité a toujours su se relever, mettre ses passés, ses dynamismes, ses volontés, ses cultures, ses intelligences, pour servir la paix et la fraternité.
Malgré les souffrances dues aux guerres, aux génocides, aux haines, des humains, tout simplement humains parmi les humains, ont choisi de se lever, de résister et d’agir contre l’égoïsme, l’exclusion, le rejet de l’autre, la stigmatisation de la différence, l’intolérance, la vanité, l’ignorance, la haine, la violence, le fanatisme. Avec quelle arme ? Celle que personne ne peut détruire, celle qui comme le vent, ne peut être emprisonnée dans les mains, celle qui sans cesse invite, accueille, partage, donne et reçoit. L’AMOUR. L’amour de l’autre, l’Amour pour un monde sans violence, sans haine, sans guerres. Un monde des nations réconciliées qui, parce que nous le voulons et que nous sommes déterminés, donnera naissance à la solidarité mondiale du genre humain et à la conscience commune que nous sommes toutes et tous des frères et des sœurs, partageant la même planète, reliés entre nous et interdépendants, vers un même destin universel comme le rappelait dans ses discours Nelson Mandela. Oui, mes frères et mes sœurs, les messages de Mandela, Luther King, Gandhi résonnent de plus en plus forts dans nos consciences. Ces redresseurs d’espérance sont les lumières, les phares de l’humanité et leurs rêves de paix et de fraternité éclosent partout, mobilisent partout, unifient partout, préparent à la fraternité universelle.
Le sillon a été tracé. Le chemin est caillouteux, semé d’embûches et de catastrophes mais il l’a toujours été. Le monde, notre monde s’est construit sur des douleurs humaines, des guerres, des séismes, des injustices, des maladies, des plaies atroces jamais refermées. Mais il y a toujours eu des individus de toutes origines et de toutes couleurs, capables de changer l’ordre établi et de donner à l’humanité, la vision de la renaissance, la vision d’un monde nouveau. Une nouvelle forme de pensée, une solidarité partagée, le souci et le respect de l’autre. Souvenez-vous : Aurions-nous pu imaginer qu’un jour la France et l’Allemagne vivent en paix ? N’aurions-nous plus aujourd’hui la force de penser que la paix et plus forte que la guerre ? N’aurions-nous pas aujourd’hui la conviction de choisir d’avancer ensemble pour créer l’unité dans la diversité ? C’est à nous, en qualité d’êtres humains, de déterminer notre avenir. Car ce qui a été possible, hier, entre la France et l’Allemagne, le sera demain en éveillant nos esprits à traduire en actes, notre volonté à faire de nous des citoyens terrestres solidaires, pacifistes et fraternels. 
Aujourd’hui, c’est à chacun de nous, à toi et à moi, à continuer l’œuvre de nos Anciens et d’inscrire nos actions au service de cette espérance universelle attendue dans le monde entier. À devenir des têtes de proue à la manière d’Aimé Césaire. À parler à nos cœurs pour façonner un monde nouveau.
Nous, Humains au milieu des humains, formulons le vœu d’un nouvel espoir, d’une révolution morale, d’un appel à l’action pour accéder à la paix, à la fraternité, à l’humanité, au respect planétaire de tous les terriens. Par nos actes et nos engagements, Humains avant toute chose et face aux problèmes globaux qui nous entourent, là où nous sommes, apprenons à réagir avec humanité, à dire bonjour à l’inconnu, à aider celui qui est seul, à sourire à celui qui a besoin de réconfort, à ne pas juger celui qui est différent de soi, à aller à la rencontre de l’autre, à servir celui qui est dans le besoin, à AIMER avec partage sans limites et sans frontières. A vivre pour aimer.
Soyons conscients que nos paroles, empreintes de bonté, nos écrits, respectueux de toutes les cultures, nos actes imprégnés d’altruisme, et nos engagements fondés sur les forces de l’unité humaine, des diversités culturelles et de la pluralité d’individus sont les signes fondateurs d’une humanité vivante à vocation universelle, interdépendante, interrelationnelle, où l’être humain a toute sa place dans son entité entière, biologique, sociale, économique, métaphysique. 
La bonne volonté ne suffit pas. Il faut vouloir réussir, Il faut vouloir le dialogue entre cultures, civilisations, pays, continents, religions. Mais avant tout, il faut vouloir le dialogue entre nous, la compréhension de l’autre.
Voici notre réponse face à la haine que prônent certains humains, brebis égarées sur les chemins de l’injustice et de la souffrance. Qui que nous soyons, quelles que soient nos convictions et nos croyances, devenons ENSEMBLE, les artisans, les travailleurs de la paix et de la fraternité comme les petits fragments d’une mosaïque où chacun a sa place et son rôle à jouer. A l’échelle planétaire, Oui, nous voulons être des frères et des sœurs, unis par l’Amour Universel
Mes Amis, mes compagnons, mes frères et mes sœurs. Tout reste possible puisque nous sommes Humains : L’aspiration à un monde meilleur et fraternel où les Droits de l’Être Humain, quelles que soient ses origines, ses croyances, ses idéologies, soient respectés et développés pour le bonheur de tous.
Du temps, il en faudra. Du travail, aussi. Des larmes, certainement. Mais nous sommes déterminés à réussir, à vouloir ce monde.
Notre révolution est celle de l’Esprit, celle qui donne à chaque individu la plénitude de la vie.
Il n’est pas loin le temps où on se rendra compte que l’humanité est appelée à la solidarité entre les peuples et où l’empathie sera le départ de toutes choses. Ce jour-là, vous pourrez dire : « J’ai agi pour cela ».
Alors, sur le chemin de la paix et de la fraternité, viens nous rejoindre, on t’attend. 
On a besoin de toi.

Capture marche pour la paix.JPG

SAUVONS LES SERVICES PUBLICS

Il y a dix ans, le 5 mars 2005, le collectif Convergence Services Publics avait rassemblé 6.000 personnes dans les rues de Guéret.

 

A l'initiative d'un collectif creusois, 10.000 personnes sont attendues dans les rues de Guéret pour manifester contre la fermeture des services publics en zone rurale.

 

 

A Guéret, grande mobilisation de défense des services publics

par Fanny Bouvard samedi 13 juin 2015 08:33
  • Share
En 2005, ils étaient 6.000 dans les rues de Guéret pour défendre les services publics © MAXPPP

En 2005, 6.000 personnes avaient manifesté à Guéret (Creuse) pour défendre le maintien des services publics. Ce samedi, 10 ans plus tard, une nouvelle journée de mobilisation nationale est organisée et, cette fois-ci, 10.000 personnes sont attendues.

Les services publics se font de plus en plus rares dans les campagnes et petites villes. Une manifestation nationale se prépare ce samedi à Guéret, commune de 14.000 habitants, contre la fermeture des petits hôpitaux, des bureaux de la Poste ou encore des gares.

10 ans après, toujours mobilisés

Mars 2005, ils étaient 6.000 à défiler dans les rues de Guéret (Creuse) pour dire leur colère après la fermeture de nombreux services de l’Etat. 260 élus avaient aussi présenté leur démission symbolique.
Dix ans plus tard, une nouvelle manifestation nationale est prévue et cette fois-ci près de 10.000 personnes sont attendues. Selon les organisateurs, depuis 2005, les choses ne se sont pas améliorées dans les zones rurales. Pour le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez : "Les pouvoir publics ne respectent plus rien. Ils investissent plus, ils mettent plus d’argent dans les services publics et donc il faut que ça change."

 France Info

Point départ d'un mouvement anti-austérité ?

Au-delà de la manifestation de ce samedi, des tables rondes et des débats sont prévues tout le week-end. Les organisateurs espèrent que ce sera le point départ d’un grand mouvement anti-austérité. Dès dimanche 14 juin, des assises nationales de défense et de développement des services publics seront officiellement lancées. 

 L’appel à manifester a été lancé par la convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics. Il a été relayé par des partis de gauche (PG, PCF, NPA, EELV), des centrales syndicales (CGT, Solidaires, FSU) et des mouvements comme Attac. - Michèle DELPY

Des autocars vont converger de toute la France vers Guéret aujourd’hui. La manifestation nationale pour les services publics a lieu dans un Limousin qui est parmi les perdants désignés de la métropolisation en cours.

Un poste supprimé dans une direction départementale, c’est moins visible qu’un poste de professeur dans une école rurale. Pourtant, il y a un rapport de cause à effet : en Limousin, la RGPP (révision générale des politiques publiques) a un impact démographique ravageur depuis plusieurs années.

Guéret, « ville de fonctionnaires », a perdu « 400 emplois publics et privés induits ces dernières années », selon le président de l’agglo, Eric Correia. Et les familles qui vont avec. A l’échelle de la Creuse, la perte sèche est évaluée à 350 fonctionnaires d’Etat depuis dix ans. Sur cette même période, l’Etat a effacé 1.434 agents de ses tablettes, la plupart étant transférés aux collectivités.

« 1.000 à 1.200 postes menacés
à Limoges »

Jusqu’ici, Limoges a été relativement épargnée par ses prérogatives régionales. En Corrèze, la facture a été allégée à plusieurs reprises grâce aux relais de ce département au sommet de l’Etat. Mais la réforme territoriale s’annonce douloureuse : « ce sera même pire que la réforme que projetait Sarkozy », prédit Daniel Clérembaux, ancien élu du Front de gauche à Limoges et responsable de la convergence des services publics sur la Haute-Vienne.

Actuellement, le conseil régional du Limousin emploie 1.600 fonctionnaires. Dans un premier temps, 10 % de l’effectif serait appelé à muter vers Bordeaux. Pour Daniel Clérembaux, qui est également délégué syndical de la FSU-Territoriaux : « le transfert va être progressif. Bordeaux va aspirer les jeunes cadres et dans la fonction publique d’Etat, ils n’auront pas le choix : Limoges va perdre 1.000 ou 1.200 postes généralement qualifiés et avec un bon pouvoir d’achat. Lorsque nous avons perdu 800 militaires, l’immobilier a chuté […] Je me souviens que l’ancien maire, Alain Rodet, disait : “ce qui est bon pour Limoges est bon pour Guéret”. Alain Juppé nous dira bientôt que ce qui est bon pour Bordeaux est bon pour Limoges?! La Haute-Vienne va être creusifiée sur l’autel de la réforme territoriale ».

Etat des lieux en Limousin sur trois services publics vitaux :

1. Education. La Creuse est toujours en première ligne avec une démographie scolaire légèrement négative et des ponctions continues dans le primaire (toujours en discussion pour la rentrée 2015). Analyse de Cathy Jean, enseignante et militante : « l’Etat privatise l’enseignement. L’instauration des activités périscolaires a accentué les différences entre les écoles. Les petites communes ne peuvent pas suivre, donc on ferme ». Dans le nord de la Haute-Vienne, la faiblesse démographique provoque aussi des regroupements d’écoles. Fort contraste en Corrèze entre les zones urbaines et le plateau de Millevaches, mais l’inquiétude porte sur plusieurs collèges ruraux, « dont plusieurs ont une centaine d’élèves ou moins », note Jean-Louis Puydebois, de la FSU.

 

Le maillage des collèges creusois est lui aussi très fragile. Dans les trois départements, des lycées professionnels sont régulièrement sur la sellette. Une fermeture de LP pourrait changer des petites villes comme Neuvic, Bort-les-Orgues ou Felletin.

2. Hôpitaux. Saint-Junien et Saint-Yrieix-la-Perche ont pu conserver leurs services d’urgences, Ussel redoute toujours de perdre sa maternité. Aubusson a déjà tout perdu. Après plusieurs situations tragiques dues aux distances à parcourir, un service d’intervention a été mis en place sur le Sud-Creuse par l’agence régionale de santé avec le concours de médecins libéraux volontaires.

« Désormais, c’est la psychiatrie qui est menacée à Aubusson », alerte Cathy Jean. Les défenseurs des services publics surveillent également les projets de fusion de cliniques et de centres hospitaliers, notamment à Brive.

3. Transports. Les perspectives sont très inquiétantes pour le rail : sans soutien de l’Etat (voir le récent rapport Duron), la Creuse pourrait ne plus avoir de gare connectée au réseau national. C’est en tout cas une hypothèse de la SNCF. Si la radiale Paris-Orléans-Limoges-Toulouse pourrait éviter le tronçonnage, c’est au prix de la suppression d’arrêts (Uzerche est dans le collimateur).

Pour le Limougeaud Daniel Clérembaux : « la desserte vers Toulouse est devenue très faible ». Vers l’est, c’est-à-dire l’Auvergne et Rhône-Alpes, les relations se limitent à Brive-Aurillac et Limoges-Montluçon. 

Julien Rapegno
julien.rapegno@centrefrance.com

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique