logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/02/2015

ENRICHISSEZ-VOUS ! MOTUS ET BOUCHE COUSUE pour les délinquants en col blanc

« Ayez envie devenir milliardaires »

« enrichissez vous »

vive « le secret des affaires »

 

 

Le discours du ministre Macron, c’est le désert des idéaux dans lequel meurt l’espoir et naissent de dangereux scorpions comme ceux qui tuent les Charlie.

 

Comment peut on se moquer ainsi de la jeunesse ? La priver de tout idéal alors qu’elle est déjà privée d’emploi ? La moquer en lui proposant de s’enrichir alors que les patrons la cantonnent exprès, pour des raisons politiques et nullement économiques, de 19 à 29 ans, dans des stages et des CDD ?

 


Devenez milliardaires ! Il y a 78 milliardaires en France, le record d‘Europe.  Deux d’entre eux possèdent plus que 20 millions de Français.  Il est impossible d’être à la fois milliardaire et honnête : parce que pour posséder tant d’argent il faut avoir exploité, surexploité, volé le travail des autres, spéculé avec, triché, fraudé, accumulé, écrasé, sinon c’est impossible. Le travail n’enrichit personne, c’est l’exploitation du travail des autres qui enrichit. Et pour s’enrichir au point d’être milliardaires il faut  avoir pillé abusivement des milliers de travailleurs pendant des générations !

 

Et puis, en sus, au passage,  Macron nous dit de  réaliser un autre « idéal » vendre triomphalement des « Rafale » aux sinistres dictateurs égyptiens qui massacrent leur peuple révolté et assassinent des femmes seules dans la rue. C’est sur que la jeunesse va sentir l’apartheid plutôt que d’être fascinée par « l’Argent » de Zola et les Rougon-Macron.

 

Regardez les Mathieu Pigasse et Pierre Bergé qui tempêtent contre le fait que deux de leurs journalistes du Monde participent à « offshoreleaks » et révèlent l’ampleur de la fraude fiscale. Ils ne parlent pas de « Luxleaks » ni de Jean-Claude Juncker, Cahuzac puissance 10000, patron de l’Europe, qui blanchit depuis 30 ans au Luxembourg, l’argent de 340 multinationales, dont 58 françaises, nous prenant chaque année 100 milliards dans les caisses ainsi vidées de la République. La mise en place d’une «commission d’enquête » du Parlement européen est empêchée.

Les Offshore Leaks (littéralement « fuites extraterritoriales », en référence à WikiLeaks) sont une série de fuites d'informations relatives aux paradis fiscaux et à leur utilisation à des fins de fraude fiscale et de blanchiment d'argent à travers le monde.

 

 

Forcément, le ministre Macron a tenté de faire passer un article de loi sur « le secret des affaires » et la « punition » de ceux qui contribuaient à le lever.  A peine deux ans après Cahuzac ou l’on nous avait fait le coup de la « transparence »,  Macron a tenté de faire le forcing pour le coup de l’opacité légale.

 

Sur 80 milliards de fraude fiscale « officielle » reconnue par Bercy, le ministre du budget ne vise officiellement à faire rentrer que 2 milliards en tout et pour tout en 2014. Alors quil baisse le budget de nos besoins sociaux de 50 milliards pour verser 41 milliards au Medef.

 

Le simple fait que la fraude fiscale estimée en Europe atteigne un tel niveau devrait faire la «une » de tous les médias pendant des semaines. Il s’agit d’argent volé, détourné, enlevé aux peuples, aux salariés par les banques spéculateurs, actionnaires. Pour la simple Grèce, l’oligarchie, 1 % de sa population les armateurs, a «planqué » 400 milliards en Suisse, plus que la « dette » qui lui est indignement exigée.

 

Avec cette somme retrouvée, identifiée, car on sait tout d’elle, où elle est, à qui elle est, dans le moindre centime, on peut la pourchasser, on peut la rattraper, on peut la récupérer, la question de la prétendue « dette » est réglée, la « crise » est finie, tous nos pays redeviennent officiellement riches, les budgets sont en équilibre, on peut relancer l’économie, refaire de l’emploi en masse, instaurer les 32 h, augmenter les salaires.

 

« La délinquance financière la République vous rattrapera » s’écriait François Hollande au Bourget !

 

Quand Lagarde et Le Pen hurlent toutes deux, ensemble : « une dette est une dette » à propos de la Grèce, hé bien non, ces deux dames de l’establishment défendent leurs amis banquiers respectifs ! Refusant de s’en prendre aux banquiers, elles s’en prennent forcément aux peuples.

 

Car c’est entre le mensonge et la lumière, entre les banquiers d’HSBC, du Luxembourg, des iles Caïman ou Jersey … et nous que tout se joue : il existe 600 milliards d’avoirs français dans les paradis fiscaux, le double du budget de l’état. Tout est là.

 

Il suffit d’embaucher 2000 inspecteurs des impôts, des centaines d’informaticiens, de faire un pont d’or aux journalistes d’offshore-leaks, de prendre les mesures légales pour traquer la fraude, et d’avoir la volonté politique d’affronter l’oligarchie, les 1 %, les 58 sociétés qui trichent… Il suffit d’être de gauche, de vouloir lutter  contre la misère le chômage et les inégalités.

EMBAUCHE des enfants de 14 à 18 ans : décret en préparation = recul des protections

 

... "Je vais vous le dire parce que vous ne le savez pas : il y a un décret absolument monstrueux qui se prépare depuis le 2 février, pour faciliter, paraît-il, l’embauche des enfants de 14 à 18 ans.

La commission générale du Coct (Conseil d’Orientation sur les Conditions de Travail) l’a examiné le 2 février 2015 : il s’agit de faire reculer les protections qui sont attachées au travail des enfants.

Car il s’agit de travail des enfants depuis que Villepin a permis l’apprentissage à 14 ans.

Le 15 novembre 2010 à Mulhouse, comme ça, un enfant de 15 ans a été mis dans un pétrin de boulanger pour le nettoyer. Le pétrin s’est remis en marche et le gamin est mort broyé. Le projet de décret vise à supprimer ce qui relève de l’interdiction, de la prévention a priori, et des autorisations préalables avant qu’un enfant puisse travailler – y compris le dimanche et la nuit.

Car vous le savez sans doute, par exemple dans la restauration c’est à coups de gifles, à chaque assiette cassée, à chaque plat avec des traces de doigts, que les commis cuisine et restaurants sont « dressés ».

Vous le savez, un gamin ce n’est pas pareil face à une machine dangereuse ou un risque de chute… alors on a soumis les mineurs à des interdits, à des précautions préalables strictes, à des visites préventives sous contrôle des enseignants, pas des patrons."

 

Tout cela va sauter, il est question « d’information » « d’éducation », « de dérogations allégées » etc… le fameux travail en hauteur, échelles escabeaux, marchepieds, deviendra autorisé « lorsque l’évaluation du risque a établi que ce risque est faible et qu’il s’agit de travaux de courte durée ne présentant pas un caractère répétitif ».

Et hop cela devient ordinaire et incontrôlable !

Vous imaginez l’inspecteur du travail trouvant le jeune en hauteur «  il est là sur cette échelle, depuis peu, et pas pour longtemps, et il a été formé au risque » c’est le contraire, en esprit, en pratique, en droit, de toutes les batailles de prévention, d’obligation de résultats, d’interdiction que nous avons mis des décennies à obtenir.

Je suis personnellement CONTRE le travail des enfants avant 18 ans. Je suis pour l’apprentissage dans des conditions contrôlées sévèrement, plus sévèrement par les maitres d’école pas par les patrons, c’est trop dangereux, malléable, trop sur-exploitable !

Et ce sera la gauche qui fera ainsi que des enfants mourront au travail ? Pour plaire au Medef dont le chantage est insatiable ?

Avec toujours ce même stupide raisonnement qui fait croire que si le patron n’embauche pas c’est à cause de cela , qu’il faut qu’il puisse exploiter, débaucher et maintenant faire courir des risques à des enfants de 14 à 18 ans, comme il veut ?

Soit disant pour développer l’apprentissage… qui stagne par la seule faute et rapacité des patrons… lesquels viennent de prendre 1 600 000 stagiaires, soit un million de plus en dix ans, parce qu’ils ne les paient pas (ou si peu 432 euros, 583 euros en septembre, la loi Chaynesse Khirouni a du limiter à 10 % par entreprise, ce qu’on devrait faire aussi pour les CDD…) parce qu’ils préfèrent ne pas les former pour mieux les exploiter gratuitement, tout comme les travailleurs dits « détachés »,… c’est sans limite tout ça, la logique de la soumission au profit maximum, à la finance…

Y soumettre les enfants c’est une honte de plus !

 

CENSURE ET MANIPULATION télévisuelle

 

 

Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon
Publié le 21 février 2015 par O.P.I.A.M.

Sur son blog, Antoine Léaument a répliqué à la propagande anti-Mélenchon malhonnête et déloyale employée par CANAL+ dans l’émission du 18 février 2014 « La nouvelle édition » : « Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon ».

 

canal plus censure melenchon

Canal+ censure la critique des médias de Mélenchon

Le 17 février, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de l’émission « Le divan », animée par Marc-Olivier Fogiel. Il y a expliqué qu’il était atteint par l’image agressive que les médias essayaient de faire passer de lui (« l’acide passe sous l’armure ») et a développé une critique des médias. Voici l’extrait concerné :

 

Pour que les choses soient clairement écrites, voici ce que dit Jean-Luc Mélenchon sur le monde des médias :

« Je sais que votre jeu consiste à, sans cesse, planter le clou au même endroit de la croix. Narguer, moquer, parce que je ne suis pas de votre monde. Parce que je ne suis pas né comme vous avec une cuillère d’argent dans la bouche. Parce que je ne passe pas mes vacances avec vous. Parce que je déteste votre monde, ses valeurs de pacotille. Cet univers entier, fait de paraître, m’écœure. »

Le lendemain de l’émission, Canal+ a voulu faire un « debrief » de la séquence. Évidemment, il s’agissait d’un « debrief » entre gens de médias. Mais voilà, problème : il manque tout un bout, peut-être le plus important de la séquence où Jean-Luc Mélenchon développe sa critique. Voici l’extrait concerné à l’émission de Canal+ (voir à partir de 02:10) :

 

Toute la critique sociologique (ou, dit autrement, la critique de classe) a été supprimée de l’extrait. N’apparaissent plus les phrases suivantes :

« Parce que je ne suis pas de votre monde. Parce que je ne suis pas né comme vous avec une cuillère d’argent dans la bouche. Parce que je ne passe pas mes vacances avec vous. »

Ne reste plus que l’extrait suivant :

« Je sais que votre jeu consiste à, sans cesse, planter le clou au même endroit de la croix. Narguer, moquer. Parce que je déteste votre monde, ses valeurs de pacotille. Cet univers entier, fait de paraître, m’écœure. »

Disparue, la critique de classe, pourtant au centre de l’extrait. Ajoutons à cela que la séquence est lancée par Ali Baddou de la manière suivante : « Il reste très très remonté contre les journalistes ». Ajoutons que la séquence est conclue par Ali Baddou de la manière suivante, sourire aux lèvres : « Ça l’écœure ? ». S’ensuit un débat dans lequel une star de plateau quelconque déclare, comme c’est la règle dans le milieu, que l’extrême droite et Mélenchon, c’est tout un et que : « La rhétorique anti-média, l’extrême droite la cultive aussi… cette même heu… ».

Surprise, c’est Nicolas Demorand qui rompt avec la tambouille habituelle et déclare, en réponse à l’autre qui mettait un signe égal entre Mélenchon et Le Pen :

« Pas de la même manière. Pas de la même manière. Il faut faire très attention. Quand on commence à rentrer, avec Jean-Luc Mélenchon, dans la critique des médias… il a une critique des médias très très particulière, qui lui appartient. Moi j’ai fait un débat de deux heures et demie, avec lui, sur « pourquoi je n’aime pas les médias », en substance, et c’est en fait une lecture très précise du capitalisme… on va pas rentrer dans les détails, mais voilà : elle est quand même différente de l’extrême droite. »

Le problème, c’est que « cette lecture très précise du capitalisme » dont parle Demorand, qui est en partie (mais pas seulement) une lecture de classe, Canal+ l’a purement et simplement effacée. Pour faire coller Mélenchon à l’image médiatique habituelle du personnage « très très remonté contre les médias ». Quitte à tricher et à mentir pour faire rentrer le vrai Mélenchon dans le moule que quelques médiacrates ont construit pour lui.

 

 

24/02/2015

"PAS POUR L'INSTANT"... POUR QUAND ALORS ?

Pour maintenant

 

Le trio " Pas pour l'instant " fait découvrir des chansons françaises actuelles ou du patrimoine n'ayant pas la faveur des médias, chansons porteuses de problématiques sociales ou politiques..

. tout en voyageant vers la chanson douce, la poésie amoureuse.

 

 

Excellente reconversion pour Christine à la retraite, que j'ai connue directrice d'établissement scolaire à MITRY-MORY (S et M)

Bises à toi, à ton Georges et bonne route pour le trio.

 

 

 

21/02/2015

ON EST DANS LE CACA...c'est la cata !

ça fait du bien de rire de ces c.....ies !

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique