logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

17/03/2014

HABAS : REUNION PUBLIQUE le 19 MARS

L'équipe municipale sortante

-photos 2008-

Le conseil municipal de Habas est composé de 15 élus dont le Maire et 4 Adjoints

 
Le maire
Les adjoints
Les conseillers municipaux

 

 

Sébastien VIDAUCOSTE

Sébastien VIDAUCOSTE

Ne se représentent plus -co-listiers du maire sortant- :

Serge DUTAUZIA

Michel SIBE

Annabelle EYMERIE

Jean-Paul GRIHON

Jean LALANNE

Michel LALANNE

Nadège LESFAURIES

 

**

 

LISTE

VIVRE ET AGIR POUR HABAS

Les petits nouveaux -co-listiers du maire sortant -

sur  15 candidats

Chantal BONNEHON

Damien DELAVOIE

Sandrine TARIS-LALANNE

Françoise GALAND

Dominique DUPUY

Maurice PEREZ-LOPEZ

Alain HOURDEBAIGT

Laurence BEYTET

Marie-France PEPIOT

Nicolas MAGESCAS

Viviane MAGESCAS

 

C'est donc une équipe renouvelée

7 femmes, 8 hommes

qui se présente à nos suffrages

img296.jpg

 ***

*

VOUS VOULEZ FAIRE CONNAISSANCE ?

LES ENTENDRE ?

QUESTIONNER ?

LES SOUTENIR

 

RENDEZ-VOUS AU FOYER MUNICIPAL

MERCREDI 19 MARS 2014

 20 Heures

 

 

 

 

15/03/2014

18 Mars : LES LYCEENS DANS L'ACTION

 

Les lycéens dans l’action

 

Face à l’annonce par le gouvernement de nouvelles réductions des dépenses publiques,

les lycéens,

à l’appel de l’Union nationale lycéenne,

seront dans la rue

aux côtés des salariés

le 18 mars.

« Alors que les perspectives d’avenir pour les jeunes restent sombres, déclare l’UNL dans un communiqué paru le 13 mars, ces annonces sont inquiétantes quant à la volonté du gouvernement de vouloir investir dans la jeunesse et dans l’Education. »

L’UNL rappelle au gouvernement son engagement de faire de la jeunesse sa priorité et demande que celle-ci se traduise par des mesures fortes et universelles comme l’accès des jeunes au droit commun en matière d’emploi et de protections collectives.

Le service public d’éducation reste encore très affaibli après 10 ans de baisse de moyens. L’UNL refuse qu’une nouvelle baisse des dépenses publiques marque un coup d’arrêt à la refondation de l’Ecole et à la mise en place des 60 000 postes annoncés au début du quinquennat.

« En descendant dans la rue, précise Ivan Dementhon, président de l’organisation lycéenne, les lycéens veulent rappeler au gouvernement que c’est en investissant dans la jeunesse et dans l’Éducation que nous pourrons sortir durablement de la crise.

Si le gouvernement est prêt à donner 30 milliards d’euros supplémentaires aux entreprises, l’UNL exige que des moyens supplémentaires soient mis en œuvre rapidement pour l’Éducation et la jeunesse. »

18 MARS : MOBILISATION MASSIVE ET UNITAIRE

Mobilisation massive et unitaire le 18 mars

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, la CGT, FO, FSU et Solidaires décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive.

Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grèves du 18 mars.

 

Cette journée se prépare activement dans les professions et sur tout le territoire. Elle sera marquée par des arrêts de travail, des manifestations unitaires. Pour l’occasion, le site du Comité régional vous propose de découvrir les lieux et heures de mobilisation en Poitou-Charentes.

Cette liste n’est pas exhaustive...

Charente-Maritime 17

Ville : La Rochelle
Lieu : Rassemblement
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

Ville : Saintes
Lieu : Rassemblement
Heure : 10h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

Charente 16

Ville : Angoulême – Cognac
Lieu : Distributions de tracts dans les entreprises et au niveau des ronds points stratégiques.
Heure : informations à venir
Organisation : CGT

Deux-Sèvres 79

Ville : Niort
Lieu : Place de la Brèche
Heure : 11h
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

Ville : Thouars
Lieu : devant le théâtre de la ville
Heure : 18 h
Organisation : CGT et FSU

Vienne

Ville : Chatellerault
Lieu : Manifestation au départ du Kiosque
Heure : 10H
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

Ville : Poitiers
Lieu : Manifestation au départ de la place de la gare de Poitiers
Heure : 14h30
Organisation : CGT, FO, FSU, SOLIDAIRES

 

 

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grèves du 18 mars.
Lire le communiqué intersyndical

Cette journée se prépare activement dans les professions et sur tout le territoire. Elle sera marquée par des arrêts de travail, des manifestations unitaires.


Les appels dans les professions

Word - 203.5 ko
Lire l’adresse aux syndicats CGT Mines Energie
Word - 592.5 ko
Appel CGT et FO Banques et assurances
PDF - 185.7 ko
Appel CGT, FO, FSU Equipement et Environnement
Word - 1.4 Mo
Appel CGT, FO, FSU, Solidaires Fonction publique
Word - 5 Mo
Appel CGT FO FSU SOLIDAIRES Retraités
PDF - 175.6 ko
Appel CGT FO Services Publics
PDF - 610.8 ko
Appel CGT FO SOLIDAIRES Commerce et Services
Word - 147 ko
Appel CGT et FO des Travailleurs de l’Etat
PDF - 237.4 ko
Appel CGT Travailleurs de l’Etat
Word - 31 ko
Appel Retraités CGT
PDF - 79 ko
Appel CGT Fonction publique
PDF - 293.9 ko
Appel de la CGT Chimie
PDF - 142.4 ko
Appel CGT FO SUD Santé Action Sociale
PDF - 52.3 ko
Préavis de grève de la CGT Santé et action sociale
PDF - 61.3 ko
Appel CGT Organismes Sociaux
PDF - 46.8 ko
Appel de la CGT Métallurgie
PDF - 129.5 ko
Préavis UGFF CGT
PDF - 221.4 ko
Appel Fédération Cheminots
PDF - 880.5 ko
Appel Fédération Ports et docks

 

Déclaration intersyndicale

Appel à une mobilisation massive le 18 mars 2014

vendredi 21 février 2014

Déclaration des organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires se sont rencontrées le 21 février 2014.

Face à la situation sociale vécue par les salariés du privé et du public, les privés d’emploi et les retraités de notre pays, elles décident de faire du 18 mars une journée interprofessionnelle de mobilisation massive. Elles les appellent à prendre toute leur place dans cette journée d’action tant sur leur lieu de travail que dans les territoires.

Elles invitent à rechercher l’unité d’action la plus large pour exiger des mesures urgentes en faveur des salaires, de l’emploi, de la protection sociale et du service public.

La stagnation du SMIC et le gel du point d’indice des fonctionnaires sont intolérables et handicapent gravement la relance économique. L’augmentation des salaires dans le public comme dans le privé est donc une priorité.

Les entreprises reçoivent plus de 172 milliards d’aides publiques sous la forme d’allègements ou d’exonérations fiscales et sociales, sans aucune conditionnalité ni évaluation de l’efficacité de ces aides en matière d’emploi et d’investissements, et sans contrôle. L’ensemble de ces aides doit être remis à plat et évalué économiquement et socialement.

La relance de l’emploi passe par un plan socialement utile, d’investissements industriels, de sécurisation de l’emploi pour les salariés, de création d’emplois de qualité, de relance du pouvoir d’achat et de développement des services publics.

Nos organisations considèrent que les annonces liées au "Pacte de responsabilité", et en particulier les 50 milliards d’euros d’économies programmées, répondent d’une logique inacceptable d’austérité et attaquent inévitablement le financement des services publics, de la protection sociale et de la solidarité nationale alors que les besoins sociaux augmentent.

Nos organisations réaffirment que la protection sociale est un droit universel. Celle-ci est partie intégrante du salaire socialisé. Supprimer la cotisation des entreprises à la branche famille conduit de fait à le diminuer. Elles s’opposent au transfert du financement de la branche famille des entreprises vers la fiscalité des ménages (y compris par la fiscalité locale). Elles réaffirment leur attachement aux droits familiaux financés par la branche famille de la sécurité sociale. C’est un des éléments qui concourt à l’égalité entre les femmes et les hommes en favorisant l’accès au travail des femmes.

Les organisations syndicales CGT, FO, FSU, Solidaires appellent l’ensemble des salariés, chômeurs et retraités à se mobiliser et à participer massivement aux actions interprofessionnelles de manifestations, rassemblements et grèves du 18 mars.

Paris, le 21 février 2014

 

 

13/03/2014

GOURETTE C'EST CHOUETTE

P1420765.JPG

en images

avec BASTIEN et CAMILLE

2014 GOURETTE.jpg

2014 GOURETTE2.jpg

2014 GOURETTE1.jpg

2014 GOURETTE3.jpg

 Pas pu les suivre sur la piste rouge !

2014 GOURETTE4.jpg

2014 GOURETTE5.jpg

2014 GOURETTE6.jpg

2014 GOURETTE7.jpg

2014 GOURETTE8.jpg

 

2014 GOURETTE9.jpg

2014 GOURETTE10.jpg

2014 GOURETTE11.jpg

Demain le départ

Bastien retrouvera ses guitares

Camille ses études littéraires

J'espère que ce bref séjour aura été profitable à la Jeunesse

 

12/03/2014

JEAN FERRAT ... 4 ANS DEJA ! MAIS TOUJOURS LA

 

L'auteur-compositeur-interprète

Jean Ferrat a mis en musique et chanté les textes de nombreux poètes ou écrivains tels que Guillaume Apollinaire, Louis Aragon, Georges Coulonges, Claude Delécluse, Pierre Frachet, Henri Gougaud, Philippe Pauletto, Michelle Senlis et Guy Thomas.

L'artiste engagé

Compagnon de route du PCF sans jamais en avoir été membre, il garde ses distances avec l'URSS et, en 1968, dans la chanson Camarade, il dénonce l'invasion de Prague en 1968 par les troupes du Pacte de Varsovie.

 

Avec son ami Georges Coulonges, il y préfère la révolte des humbles, des simples gens. Opposé à l'orientation pro-soviétique prise à l'issue du vingt-troisième congrès du Parti communiste en 1979, il fustige dans la chanson Le Bilan, la déclaration de Georges Marchais, secrétaire général du PCF, qui évoque alors — en 1979 — un bilan globalement positif des régimes socialistes.

 

 

 

Il apporte néanmoins son soutien à Georges Marchais lors des élections présidentielles de 1981, expliquant quelques années plus tard, dans la chanson Les Cerisiers (1985), les raisons pour lesquelles il est demeuré fidèle à la mouvance communiste.

Il accuse l'industrie du disque qui fait passer les considérations financières avant l'art des artistes créatifs. Publiant des lettres ouvertes aux différents acteurs de la vie culturelle, présidents de chaînes, ministres, il dénonce une programmation qui selon lui privilégie les chansons « commerciales » plutôt que les créations musicales et poétiques.

Il était membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie internationale de la promotion d'une culture de non-violence et de paix ainsi que du Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples.

Jean Ferrat, dès ses débuts, oriente son inspiration dans deux directions : l'engagement social (il est proche du PSU puis du Parti communiste français) et la poésie. "Je ne chante pas pour passer le temps".

 

Ferrat a mis en musique de nombreux poèmes de Louis Aragon, et a tout au long de sa carrière cherché à donner à ses chansons une signification militante derrière le texte populaire.

(JPG)

La SACEM (Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) a dans son hommage tenté de rendre compte du foisonnement de son inspiration et de la diversité des personnages croisés dans son répertoire : « C'était le temps où les chansons parlaient de bourgeois, de croquants, d'anars et de blousons noirs, et Jean y fit entrer des ouvriers, des paysans, des déportés, des mutinés, des guérilleros, des communards, des étudiants, des profs, des peintres, des maçons, des nomades, des demoiselles de magasin et autres minorités émouvantes — on ne parlait pas encore de « foules sentimentales ».

L'artiste censuré

 

Il évoque en 1963 la déportation par les Nazis, à une époque où la diplomatie préfère occulter ce passé récent — la France et l'Allemagne sont alors en pleine phase, stratégique, de réconciliation — tout autant que l'existence en France de camps tels que Drancy durant l'occupation. Le passage de sa chanson Nuit et brouillard est « déconseillé » par le directeur de l'ORTF, mais le public suit, et l'album Nuit et brouillard obtient le prix de l'Académie Charles-Cros.

 

À la sortie en 1965 de l'album Potemkine, les problèmes de censure recommencent de plus belle. Georges Coulonges, le parolier de la chanson-titre a pourtant pris des gants, il écrit « M'en voudrez vous beaucoup… ». Dans son autobiographie, il indique "Pourquoi demander au public s'il m'en voudrait d'écrire ma chanson ? On l'a compris : ce n'était pas à lui que la question était posée. C'était aux antennes vigilantes de la radio, de la télévision gaullienne. J'avais des raisons de me méfier d'elles".

 

En 1966, il est interdit de petit écran, sous le prétexte de sa candidature sur la liste PCF aux élections municipales d'Antraigues (Ardèche).

Après un voyage à Cuba qui le marque profondément et d'où il rapporte tout un album et ses célèbres moustaches, c'est et ses « événements » qu'il vit intensément. Jean Ferrat retourne à sa passion pour la poésie ; il met en musique Louis Aragon d'une façon magistrale. Les déboires de Jean Ferrat se poursuivent la même année avec la sortie de l'album Ma France, dont la chanson éponyme sera interdite d'antenne, provoquant son boycott des plateaux de télévision. Jean Ferrat n'y retournera qu'en 1970 et devra patienter un an de plus pour voir la censure brisée par Yves Mourousi, qui diffuse en 1971 un extrait de Ma France.

Le 16 mars 1969|à la télévision, Jean-Pierre Chabrol invite Jean Ferrat dans son émission télévisée L'Invité du dimanche, ainsi que Georges Brassens et Chabrol. En plein débat d'idées, le chef de plateau arrive avec une ardoise où il est écrit à la craie : "Ordre de la direction, que Jean Ferrat chante, mais qu'il ne parle plus".

Un tollé général s'ensuit et toute l'équipe est renvoyée. Jean Ferrat ne fera plus de télévision pendant près de 3 ans à la suite de cet événement.

 

 

Auteur-compositeur-interprète, Jean Ferrat a à son actif quelque 200 chansons. Bien qu'il soit souvent l'auteur de ses chansons, Ferrat a également interprété des textes de Georges Coulonges, Michelle Senlis, Guy Thomas et d'autres… Il est également connu pour avoir mis en musique beaucoup de poèmes, notamment de Louis Aragon, Guillaume Apollinaire. Son œuvre se partage entre textes engagés, chansons d'amour et hommages multiples : à l'Ardèche, sa région d'adoption à la femme (comme dans La femme est l'avenir de l'homme, dont le titre est un clin d’œil à Louis Aragon), à différentes personnalités, corps de métiers ou peuples, historiques ou contemporains, d'Europe ou d'Amérique latine.

 

Jean est fortement marqué par l'occupation allemande.

Son père, qui est de nouveau engagé volontaire en 1939, est cependant touché par les Statuts des Juifs (1940 et 1941). En 1942, il est astreint au port de l'étoile jaune, mais se croit protégé par son statut de Français (et d'époux d'une non juive) : il refuse de partir en zone non occupée. Peu après, durant l'été 1942, il est enlevé et séquestré au camp de Drancy, puis déporté à Auschwitz où il sera assassiné (convoi 39 du 30 septembre 1942), dans le cadre de la Solution finale (plus tard, Ferrat évoquera la disparition de son père dans la chanson Nul ne guérit de son enfance - album Dans la jungle ou dans le zoo).

L'enfant est caché un moment par des militants communistes, puis la famille (Jean, sa mère, sa sœur et ses frères) se réfugie en zone libre, à Font-Romeu .

Il y reste deux ans, et y fait sa sixième et sa cinquième, puis retourne vivre à Versailles avec sa tante. Il entre au collège Jules-Ferry (aujourd’hui lycée Jules-Ferry) le décembre 1943 en cinquième moderne.

En juin 1944, la famille décide de les faire revenir en Cerdagne afin d'éviter les affrontements qui s'annoncent, liés à la Libération. Mais, arrivés à Perpignan, ils reçoivent l'instruction de ne pas terminer le trajet : sa sœur est retenue par la Gestapo à la citadelle de Perpignan, tandis que l'un de ses frères se cache dans la montagne et que sa mère est interrogée par la Gestapo. Jean et sa tante logent alors à l'hôtel pendant un peu plus d'un mois, jusqu'à ce que sa sœur soit libérée.

 

 

Il était le musicien, le parolier, l'interprète

mais aussi l'ami, le camarade, le frère

et il le restera

Il était unique !

 

 
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique