logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

11/12/2010

Livres cadeaux pour les fêtes

LE PARIS DE GERALD BLONCOURT

Gérald Bloncourt

signera son livre

le LUNDI 20 DECEMBRE

à 18 Heures

10_12_le_paris_de_gerald_bloncourt.jpg

à la Mairie du 11e

12 Place Léon Blum
75011 Paris
01 53 27 12 32

Métro Voltaire

en présence de Patrick Bloche

député-maire du 11e


Gerald BLONCOURT
gerald.bloncourt@club-internet.fr

Le Paris que je vous montre dans cet ouvrage est une accumulation d’instants vécus. Des fractions de secondes… une mise en vue, une mise en forme, une mise en mémoire, une mise à sac des scènes idylliques magnifiées par d’autres.

Dans ce livre, en vrac, sans ordre particulier, voici des petits bouts d’existences, des égratignures de l’Histoire, des parcelles-témoins, des marqueurs de Temps...

J’ai pris parti… J’ai pris Paris… sans fard, sans parure. Paris, découvert en 1946, lorsque j’avais vingt ans, débarquant d’Haïti, chargé des effluves de mon île lointaine. Chargé des mille révoltes d’une adolescence assoiffée d’un Monde Meilleur.

Prendre Paris en prenant parti pour ceux des rues, ceux des petites joies, modestes, pures, ceux d’en bas, ceux des immenses défilés chargés de colère. Pour dire aussi ses artistes, ses peintres, ses chanteurs, dont les voix et les oeuvres ont collé aux luttes populaires et dont j’ai pu saisir une parcelle de leurs expressions.

Mon Paris n’est pas La Ville Lumière qui brille de tous ses feux, la ville des Parisiennes habillées de chic, des beaux hotels, des beaux quartiers et des sublimes gravroches en noir et blanc.

Ma première vision de Paris, en débarquant de mon Haiti natale, aujourd’hui si meurtrie, à l’époque encore Perle antillaise, déjà blessée, ce fut le métro, les visages tendus et en grosses lettres énormes, DUBO-DUBON-DUBONNET, jaillissant dans les noirs couloirs

Mon Paris a les entrailles qui grouillent des lignes de la R.A.T.P , d’égouttiers qui auscultent ses canaux souterrains, qui tirent des cables, de flots de travailleurs déversés..

Mon Paris trime aux Halles au petit matin, comme moi frais immigré déchargeant les cageots. Les hommes de mon Paris bâtissent des tours, défoncent le sol au marteau piqueur, embauchent à l’aube chez Citroen et sont encore là, la nuit, sur l’Ile Seguin, dans le paquebot Renault, toutes lumières allumées. Ils peuplent les ateliers et les cours du Faubourg St Antoine, taillent le bois, portent les meubles ou sont dockers sur les quais de la Seine

Les gosses de Mon Paris jouent dans la rue, se fabriquent des planches à roulettes avec deux bouts de bois mais sont aussi de corvée d’eau.

Mon Paris est en lutte, il défile, il brandit des pancartes. Il marche et crie sa colère. Il dit NON, dresse des barricades et défie la police et les pouvoirs.

Dans mon Paris, on dort dans la rue, sur des cartons, dans des tentes, dans des taudis.

On porte sa vieillesse à petits pas, on fait ses courses, on achète le pain et on compte sa monnaie, on pousse ses gamins en poussette.

Mes Parisiens viennent du monde entier, débarquant dans les gares leurs maisons sur leur dos.. Mon Paris s’habille en boubou, porte le voile.

Mon Paris ne s’arrête pas aux frontières du périph. Il a beau les tenir à distance, … elles sont là ses banlieues avec leurs camps, leurs bidonvilles, leurs « classes dangereuses ». Et ce Paris–là, ce Paris d’en dehors, que certains préfèreraient ignorer, il appartient à Mon Paris.

Mais dans mon Paris aussi, les amoureux se tiennent par les mains, s’embrassent sur les bancs publics, et se dévisagent les yeux dans les yeux. Les cafés brillent le soir sur le Bd St-Germain, et on danse pour le 14 juillet.

C’est tout ça Mon Paris… le Paris de Gérald Bloncourt et bien plus encore.

J’ai voulu fiancer chaque image à un petit texte pour poursuivre ma réflexion autour de ce qu’elle aura déclenchée en moi au moment de la prise de vue. J’essaierai de situer le lieu, voir le temps  (synonyme évidemment d’ « époque »). Une sorte de course contre la montre durant les dernières années de mon parcours. Mon PARI de dire PARIS, à la façon dont je l’ai vécu, découvert, respiré....Paris par fractions de seconde, au goutte à goutte, au pas-à-pas, au nez à nez, au fil d’un demi-siècle de mémoire...

Soixante trois ans ont coulé. Nous sommes en 2010. Obstinément je quête encore ces images à dire le Temps qui passe. J’additionne les quotidiens d’une Ville qualifiée de “lumière”, berceau des Communards …

 

Gérald Bloncourt


Edith PIAF/PARIS

podcast



_______________________________________________________________________________________________________


mes-photos-.-1090.JPG


Un nouveau blogueur sur Notre Temps "Le blog de Pascal Djemaa"

http://pascaldjemaa.over-blog.fr/

Mon livre sur Jean Gabin pour les fêtes

Enfin, mon bouquin est sorti ! "Jean Gabin, monstre sacré et mythe populaire" parait aux Editions Autres Temps avec une dizaine de photos et quelques rares dessins de Gilles Rimbert. Je fais de la publicité pour ce livre de 200 pages vendu au prix de 20 euros. Une belle idée de cadeau pour soi ou les autres ! Certaines biographies retiennent l'attention, espérons que ce soit le cas de celle-ci ! Bonnes fêtes de fin d'année à tous ! Je vous montre la couverture du livre avec un portrait de Gabin datan de la fin des années 60.



*****
***

img239.jpg

 

 

 

 

 

 

 

01/12/2010

savoureuse Hélène

 

Montages3 Hélène.jpg

OV_PineTrees.jpg
Les pins de ton aquarelliste préféré

*
*
*

PRENDS BIEN SOIN DE TOI MON HELENE

bises de Miche




23/11/2010

UN PETIT FEU AVANT DE PARTIR

 

 

Demain matin, comme les grues, je pars

mais pas vers le Sud

4 jours en Loire-Atlantique

faire la bise à Catherine

qui vient de subir une petite intervention chirurgicale

***

L'occasion de faire la tournée des blogs

en ne publiant pas de notes


BISES

Je vous offre un petit feu de cheminée

pour vous réchauffer un peu

 

 

Pour obtenir le plein écran, cliquez sur le carré en bas à droite avec la croix

vous sentirez les flammes

 

 

 

NOUGARO

MA CHEMINEE EST UN THEATRE

Ma cheminée est un théâtre
Où l'on ne joue qu'un seul auteur : le feu
J'ai pris ma place devant l'âtre
C'est un spectacle pour les vieux
J'adore me régaler de flammes
J'ai pris assez de bûches pour ça
C'est mon harem de jeunes femmes
Mon corps de ballet d'opéra
J'ai pris ma place devant l'âtre
Ma cheminée est un théâtre.

Regardez-les, les chaudes gamines

Batifoler à qui-mieux-mieux
Je leur sers des serments de vigne
Ca leur fait dresser les cheveux
C'est bien le moins que je leurs dois
Elles m'ont assez brûlé les doigts
Je deviens le metteur en scène
De ces flamencos fastueux
Parfois lascifs, jamais obscènes
Que je me paie à petit feu.

Le feu raconte des histoires

Illuminant la nuit des temps
Je connais tout le répertoire
De ce génie incandescent
Le feu est un vieux compagnon
Le plus ancien des minitels
Le cinéma de Cromagnon
Et la télé de Tautavel
Me voici parmi mes aïeux
Fauteuil d'orchestre au coin du feu.

Ma cheminée est un théâtre

Un vrai théâtre rouge et or
Pour vous plaire, il se met en quatre
Brûle les planches et les décors
Mais quoi ? J'ai dû fermer les yeux
Dans le bois de Trousse-Cerise
Le festin s'éteint peu à peu
De mon théâtre ne reste que
Des braises dans la poudre grise
Des braises dans la poudre grise

L'homme et la flamme savent s'entendre

Ils se ressemblent tant tous deux
Dresseurs de feu, laisseurs de cendres
feu le feu.




 

 

01/10/2010

SIGNORET et LECOIN

signoret1.jpg

Le 30 septembre 1985, Simone Signoret, de son vrai nom Simone Kaminker,  née le 25 mars 1921 à Wiesbaden (Allemagne), alors sous occupation française suite à la Première Guerre mondiale, décédait.

Née en Allemagne de parents français, Simone Signoret a grandi à Paris et part en Angleterre pendant la Seconde Guerre mondiale. Alors qu'elle travaillait pour une organisation de la France libre, elle fit de la figuration dans les productions de guerre des studios anglais. Son premier mari, le cinéaste Yves Allégret, lui donne son premier grand rôle dans 'Les Démons de l'aube"

 Après son mariage avec Yves Montand en 1951, sa carrière prend un tournant décisif avec 'Casque d'or' de Jacques Becker (1952) : elle donne une remarquable interprétation de femme malheureuse en amour et remporte le trophée de la British Film Academy .

Elle interprète ensuite "Thérèse Raquin" (1953) de Marcel Carné, "Les diaboliques" (1954) de Clouzot et "La mort en ce jardin" (1956) de Luis Bunuel. Le film "Les chemins de la haute ville" (1958) de Jack Clayton lui vaut un prix d'interprétation féminine à Cannes. Un an plus tard, elle obtient un Oscar a Hollywood.

la_ronde_1950_diaporama.jpg

La deuxième partie de sa carrière en fait un monstre sacré. "L'armée des ombres" de Jean-Pierre Melville (1969), "L'aveu" de Costa Gavras (1969), "Le chat", "La veuve Couderc" (1971) de Pierre Granier-Deferre, "La vie devant soi", où elle incarne l'inoubliable Madame Rosa qui lui vaut un César, de Moshé Mizrahi (1977), autant de films qui font d'elle la figure tutélaire du cinéma français.

18473821.jpg


Durant les dernières années de sa vie, Simone Signoret se révéla également écrivain avec "La Nostalgie n'est plus ce qu'elle était", immense succès réédité ces jours-ci, et "Adieu Volodia". 

etoile-du-nord-1982-06-g.jpg

Simone Signoret forma avec Yves Montand le couple mythique du cinéma des années 60 et 70, tant pour leurs choix artistiques que pour leurs prises de position politiques. Les deux acteurs ont longtemps été compagnons de route du Parti communiste. Puis, ils s'en éloignèrent peu à peu.

SimoneSignoretYvesMontand.jpg

 

 ****

Cet après-midi dans la voiture qui nous ramenait d'une balade à ST JEAN DE LUZ

j'évoquais quelques souvenirs avec THOMAS

"Tu sais, j'ai rencontré Simone SIGNORET avec Yves MONTAND lors des obsèques d'Henri LECOIN, le père d'une collègue amie quand je travaillais aux P.T.T. au RAINCY, dans les années 60, début 70".

Simone portait un fichu sur la tête. Si ma collègue ne m'avait pas désigné le couple discret qui venait d'arriver : "C'est Simone SIGNORET et Yves MONTAND ; ils sont venus"; je n'en aurais rien su.

"...Le 29 juin 1971, 500 personnes assistent aux obsèques de LECOIN au Père Lachaise. Autour de la famille, se pressent syndicalistes C.F.D.T et F.O., pacifistes et anarchistes français ou espagnols.

On remarque les couronnes de la Fédération Anarchistes, de l'Union Pacifiste de France, du groupe Louise MICHEL, des Citoyens du Monde et du Canard Enchaîné. La présence de personnalités telles que Bernard CLAVEL, Eugène DESCAMPS,Yves MONTAND, Simone SIGNORET montre que LECOIN exerçait son influence au-delà du mouvement libertaire".

Louis LECOIN était un pacifiste, libertaire, anti-militariste qui a passé douze années de sa vie en prison pour ses idées".

lecoin.jpg

*

 

*

Sa fille, très marquée par par une grève de la faim qu'il avait faite en 1962,

 car elle craignait pour sa santé

 me parlait souvent de lui et m'avait offert un livre publié en 1965 "LE COURS D'UNE VIE". Un livre prêté qui ne m'a jamais été retourné comme c'est souvent le cas.

"... En mai 1959, un jeune appelé de 20 ans, habitant près de Nîmes tente de fuir pour échapper à la guerre d’Algérie. Il est abattu par un gendarme. Pour avoir traité ce meurtre d’ "odieux assassinat", Louis Lecoin est à nouveau condamné.

Le projet de Statut des objecteurs initié en 1958 est freiné par la guerre d’Algérie. Cette cause devient une affaire nationale quand Louis Lecoin, à 74 ans, le 1er juin 1962, commence une grève de la faim qui durera un mois.

Le journal "Le canard enchaîné" mène campagne en sa faveur et donne un grand retentissement à son action. Il est soutenu par des personnes aussi diverses que Yves Montand, Lanza del Vasto, Robert Buron, le Président de la République italienne, ou l’Abbé Pierre.

Il obtient la promesse d’un statut des objecteurs de conscience qui n’aboutira qu’en décembre 1963 après de nombreuses péripéties. Quelques temps plus tard, une autre loi interdit à quiconque de faire la réclame du nouveau statut et de le divulguer !"....

 

***

*

Louis LECOIN était un païs,

à Saint-Amand-Montrond dans le Cher

un 30 septembre (1888) comme Simone SIGNORET !

 

**

D'une pierre, deux coups si je puis dire

l'occasion m'a ainsi été donnée de faire un petit clin d'oeil à une amie perdue de vue depuis longtemps mais que je n'ai jamais oubliée

 

 

 

03/09/2010

Sauve-toi !


AU CHAT ET A LA TAUPE
envoyé par mememiche. - Regardez des vidéos d'animaux mignons.

CHUPA ET LA TAUPE1.jpg
CHUPA ET LA TAUPE.jpg
CHUPA ET LA TAUPE2.jpg


CHUPA ET LA TAUPE -suite CHAT ET TAUPE
envoyé par mememiche. - Regardez des vidéos d'animaux mignons.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique