logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

27/04/2017

PAUVRE HOLLANDE ! PATHETIQUE... pas de leçons à recevoir !

  il voudrait nous donner des consignes de vote ? JE REVE !

lui qui a été infect avec MELENCHON

n'a pas été aussi virulent avec Marine LE PEN au 1er tour

Il fallait bien l'utiliser

et compter sur la naïveté des électeurs

Mais les insoumis ne sont pas dupes du piège qui leur a été tendu

et ne sont pas à tes ordres, toi qui a fait couler le navire

***

Capture HOLLANDE.JPG

«Dictateur»? Hollande attaque mais oublie ses actes – #JLMDésintox

dans #JLMDesintox, Actus

Aujourd’hui, Le Canard Enchaîné rapporte des accusations inouïes, d’une grave violence, de la part du chef de l’État en exercice contre un candidat pour le remplacer et ce à quelques jours même de l'élection. François Hollande est aux abois, face à la chute sondagière de son héritier désigné, Emmanuel Macron. Il tente de cacher son bilan catastrophique et d’enrayer l’accès de Jean-Luc Mélenchon au second tour de l’élection présidentielle en le traitant de « dictateur ». Quelle blague !

En monarchie présidentielle, le roi est nu

Qui est ce président sortant pour qualifier de « dictateur » le porte-parole d’une 6e République démocratique ? Cette fin de mandat crépusculaire n'en finit plus.

Est-il effrayé à l’idée que l’on puisse révoquer les élus, résolu qu’il est à violer systématiquement toutes ses promesses ? Craint-il un pays sans 49.3, sans possibilité d’obliger le parlement à voter ce qu’il refuse ? A-t-il peur d’un pays où les élus corrompus seraient inéligibles ?

Effectivement, en 6e République, le mandat de François Hollande n’aurait pas duré cinq ans avant que les citoyens n'y mettent un terme !

Hollande et ses fréquentations dictatoriales

Mais d’ailleurs, d’où parle-t-il ce président qui a pactisé avec les tyrans du monde entier ?

Qui a reçu en catimini, le roi Al-Khalifa du Bahreïn, dès août 2012, c'est-à-dire tout juste sorti de la répression violente du printemps arabe place de la Perle ?

Qui est parti trinquer avec Joseph Kabila au Congo, l’homme qui reporte les élections éternellement et brutalise ses opposants ?

Qui a visité Paul Biya au Cameroun, dirigeant d’une main de fer le pays depuis 35 ans ?

Qui a rencontré sans aucune critique José Eduardo dos Santos en Angola, record de longévité avec 37 années de présidence sans partage ?

Qui a accueilli en secret le président d’Azerbaïdjan Ilham Aliev, successeur de son père, et qui a investi son épouse vice-présidente ?

Qui a félicité Idriss Déby au Tchad pour une énième réélection sans autre candidat ?

Qui a déroulé le tapis rouge à l’émir Al Thani du Qatar en 2014, fermant les yeux sur l’esclavage moderne des chantiers de la coupe du monde de football 2022 ?

Juste avant de poser à côté du maréchal égyptien Abdel Fattah al-Sissi la même année, dont les opposants ont tendance à disparaître par centaines ?

Qui a validé les trucages électoraux du président Sassou-Nguesso au Congo Brazzaville ?

Qui a salué Mahamadou Issoufou au Niger, tortionnaire de ses opposants ?

Qui a protégé le bourreau du Burkina-Faso Blaise Compaoré, exfiltré en Côte d’Ivoire pour le sauver des manifestants ?

Qui a osé décorer en 2016 le prince héritier d’Arabie Saoudite Mohammed ben Nayef, ministre de l’intérieur qui fait fouetter les blogueurs dissidents ?

Qui a signé un accord de renvoi des migrants avec la Turquie de Recep Tayyip Erdogan ?

Qui a vendu, le mois dernier, pour 500 millions d’euros de matériel militaire à l’Arabie Saoudite afin de l’aider à écraser le Yémen ?

Oui, c’est bien cet homme, François Hollande, ce monarque en fin de règne qui va chercher auprès des bourreaux de toute espèce une reconnaissance que le peuple français a vite cessé de lui accorder !

Un règne hollandais liberticide

Et c'est bien lui calomnie Jean-Luc Mélenchon quand la campagne de la France insoumise sans précédent.

Non seulement il s’est couvert de honte, mais il a abaissé la France en participant comme premier chef d’État occidental en mai 2015 à un sommet du Conseil de coopération des États arabes du Golfe, alors que les pétromonarchies qui le dirigent écrasaient le Yémen sous les bombes.
Manifestement, le monarque François Hollande a appris de tous ces dirigeants autoritaires.

Lui aussi a mis en place un état d’urgence permanent et la répression violente des mouvements sociaux et écologiques.

Lui aussi a vu un manifestant mourir sous son régime, au barrage de Sivens, et des jeunes être torturés par les forces de l’ordre, notamment à Aulnay-sous-Bois.

Lui aussi a organisé la liquidation de journalistes hostiles, comme Aude Lancelin débarquée de l’Obs à son instigation.

Durant son mandat, la France est passée de la 38e à la 45ème place dans le classement annuel de la liberté de la presse, basculant derrière l’Afrique du Sud, Trinité-et-Tobago, le Botswana ou le Suriname. Autant de pays où les médias sont plus libres qu’en France.

François Hollande n’est donc pas en situation de délivrer des certificats de libertés publiques.
Alors quand ce complice de toutes les dictatures les plus atroces, ce président sous lequel nos libertés ont diminué, accuse Jean-Luc Mélenchon d’être un dictateur, nous nous demandons s’il a perdu la tête. D’autant plus que L'Avenir en commun, le programme de Jean-Luc Mélenchon a obtenu les félicitations d’Amnesty international, référence en matière de libertés publiques.

Devant tant de confusion dans les mots, et tant d’atteintes au respect républicain entre candidats, il est urgent que le monarque sortant cesse ses ingérences douteuses dans la campagne électorale. Qu’il balaie devant sa porte et fasse le compte des bourreaux qu'il a blanchi à l'Élysée. Il en est de même pour les éditorialistes en panique, parlant de «coup d'État» ou affabulant sur l'Alba.

D'ailleurs, Jean-Luc Mélenchon, c'est 40 ans de défense pour les libertés individuelles et les droits humains dans le monde entier, la preuve par les faits.

DANS LE DOS LA BALAYETTE !

 

Les petits arrangements d’un tract d’extrême droite pour récupérer le vote Mélenchon

« L’Avenir en commun, c’est aussi avec Marine [Le Pen] » : un tract appelle les électeurs de La France insoumise à voter pour la candidate.

Ce tract veut inciter les électeurs de Mélenchon à voter pour le FN

 

Présidentielle : quand le FN drague les Insoumis de Mélenchon avec un tract

Les militants frontistes rivalisent d'imagination pour séduire les électeurs de Jean-Luc Mélenchon.

REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Depuis lundi, un tract pro-Le Pen destiné aux électeurs de Jean-Luc Mélenchon circule largement sur les réseaux sociaux. Il reprend les points communs entre les deux programmes.

Séduire les Mélenchonistes sur le fond des propositions. Depuis l'annonce des résultats du premier tour de l'élection présidentielle, les regards se tournent vers Jean-Luc Mélenchon. Pour cause, le candidat de la France insoumise a refusé de se livrer à une quelconque consigne de vote, préférant organiser une consultation des militants afin de définir la marche à suivre.

Le tract redoutable de adressé aux électeurs de .. pic.twitter.com/LuBepfYyCH

@fmomboisse Sur les 16 points cités, 3 sont faux. Ah, et il reste environ 360 points de désaccord total avec le programme de Mélenchon.

 

Forcément, le document n'a pas manqué de faire réagir. Certains mélenchonistes réfractaires à Marine Le Pen jugent le document réducteur, en ce qu'il ne tient pas compte de tous les points de divergence entre les deux programmes. "Il reste encore 360 points de désaccord total avec le programme de Mélenchon", tweete un compte "insoumis". Par ailleurs, le tract prend tout de même quelques distances avec la réalité du programme de Jean-Luc Mélenchon. Ce dernier n'avait pas l'intention de sortir de Schengen. S'agissant de la sortie des traités européens, le candidat en prônait d'abord la renégociation dans son célèbre "plan A". 

Si les militants frontistes se livrent à une telle opération séduction, c'est que la base électorale de Jean-Luc Mélenchon s'avère particulièrement attrayante dans la perspective du second tour. Au premier tour, a recueilli 19,5% des voix. Une belle réserve potentielle.

 

PAS POUR LES "SANS MOI LE 7 MAI"

QUI A FLEURI SUR LES RESEAUX SOCIAUX AU LENDEMAIN DES ELECTIONS

**

*

 

. http://www.famillechretienne.fr/

Par pitié, que les électeurs ne s'en tiennent pas aux caricatures qui sont faites de nous ! Le programme de Marine Le Pen n'est pas celui de Jean-Luc Mélenchon ! Nous n'avons rien de commun avec lui, à part l'analyse qu'il a pu avoir sur la guerre en Syrie. Nous pouvons lui reconnaître qu'il a été beaucoup plus équilibré que d'autres sur ce sujet.

Pourtant, au cours de cette campagne, Jean-Luc Mélenchon a employé un discours patriotique et critique de l’Union européenne qui semblait à des bien des aspects similaires au vôtre...

Il y a peut-être une partie du constat qui est partagé, mais les solutions sont radicalement différentes. En écoutant M. Mélenchon, je n’ai pas compris ce qu’il comptait faire concrètement vis-à-vis de l’Union européenne ! On ne sait pas comment il souhaite changer cette Europe, dans quelles modalités, pour en faire quoi… En outre, la souveraineté est le contenant : c’est fondamental, c’est ce qui permet d’agir. Mais il y a aussi le contenu : c’est prioritaire, et le contenant est à son service, c’est la vision de la société. Or, la vision de la société que nous proposons n’a rien à voir avec celle de Jean-Luc Mélenchon, si ce n’est de vouloir une économie protégée, et lutter contre la financiarisation. A part ça, Jean-Luc Mélenchon est le chantre de l’immigration, même s’il a pris quelques précautions à la marge ! Avec lui, c’est le triomphe du laxisme et du multiculturalisme. Et il a manifestement un problème pathologique avec les racines chrétiennes de la France...

Pour autant, comptez-vous sur les électeurs de Jean-Luc Mélenchon pour l’emporter le 7 mai ?

Bien sûr ! Nous nous adresserons à tous les Français, y compris à ses électeurs mais pas en leur disant « Jean-Luc Mélenchon – Marine Le Pen : même combat » ! Nous nous adresserons à eux en restant ce que nous sommes. La lutte contre le libre-échange, la dérégulation, les délocalisations, la concurrence déloyale, les abus des banques : ça, c’est nous ! Ils peuvent trouver satisfaction dans notre doctrine, qui remet l’homme au cœur de l’économie.

Compte dessus ma fille ..

DANS LE DOS LA BALAYETTE !

26/04/2017

CONFERENCE DE PRESSE DE LA FRANCE INSOUMISE

PAS UNE VOIX NE DOIT ALLER AU FRONT NATIONAL

PAS DE CONSIGNE DE VOTE

CONSULTATION DE LA FRANCE INSOUMISE

3 options se dégagent, toutes respectables

1. VOTE NUL OU BLANC

2. ABSTENTION

3. MACRON

MELENCHON avait prévenu depuis le début de la campagne ses Insoumis : "Si je ne suis pas élu,  je ne donnerai pas de consigne de vote". Et tous étaient en plein accord avec lui.

Si les journalistes sont surpris, si les EL KHOMRI, CAMBADELIS et autres PS jouent l'étonnement ça les regarde. Pas de leçons à recevoir de ces gens-là qui ont voulu rafler la mise en jouant MACRON-HAMON et en dédiabolisant LE PEN, pour l'avoir face à eux le moment voulu et jouer sur le réflexe républicain pour voter pour la marionnette HOLLANDE.

Qu'ils aillent se faire voir tous ces dynosaures du P.S. !

25/04/2017

AU BLANC-MESNIL.. Il manque 30 voix à MELENCHON dans les résultats envoyés à la PREF.

Une correspondante m’a envoyé un message pour me faire part d’une différence entre, les comptages du bureau de vote Le Blanc Mesnil et les résultats diffusés sur le site du gouvernement.
 
Voici son message. Il peut s’agir d’une erreur mais, si vous constatez vous aussi, des « erreurs » signalez les. Un trop grand nombre d' »erreurs » pourraient remettre en cause le scrutin. […]

Mise à jour: Vidéo ajoutée. Nous rajouterons au fur et à mesure les signalements « d’anomalies ».

Un groupe de soutiens à la campagne de JLM a remarqué une fraude dans les élections. En effet quand on compare les resultats de la commune ci dessus avec ceux affichés sur le site du gouvernement on constate que Melenchon a perdu 30 voix et Fillon 10 voix.
Or 30 voix multipliées par 36 000 (nombre de communes en France) cela ferait près de un million de voix en moins pour JLM !!!

J’ai déjà contacté le secrétariat de JLM et je voulais en faire d’avantage donc j’ai décidé de vous faire part de l’information, sait-on jamais.
Merci et bonne soirée, Julie

 
 

En savoir plus sur http://free.niooz.fr/un-signalement-derreur-dans-les-comptages-de-bulletins-de-vote-17751241.shtml#bufLzsWDXribzqB3.99
 
PAS SURPRISE ! j'ai déjà connu ça dans ma jeunesse...
 
C'est comme ça que ça se passe au final... Les résultats envoyés en Préfecture diffèrent de ceux officiellement comptabilisés dans les bureaux.
 
ALLEZ AU TRAVAIL ! On a noté les résultats sur des feuilles à l'annonce par le Président du bureau de vote... VERIFIONS AVEC LE RESULTAT DONNE PAR LE MINISTERE et signalons-le de suite.
 
Ayus-Ved

Des enveloppes contenant déjà des bulletins dans des bureaux de vote à Paris

Le soir des élections présidentielles, un certain nombre d’anomalies a été constaté dans le XVe arrondissement de Paris, où des bulletins de vote auraient été glissés dans les enveloppes ensuite distribuées aux électeurs, estime le journaliste Geoffroy Lang.

Dimanche 23 avril, plusieurs observateurs ont fait part d’anomalies troublantes dans des bureaux de vote du XVe arrondissement, où des bulletins de vote au nom de François Fillon et d’Emmanuel Macron auraient été glissés dans les enveloppes avant d’être distribuées aux électeurs, écrit le journaliste de RTL, Geoffroy Lang.

engel

Pour ceux qui ne l’aurait pas lu, je remets mon post de hier…car cela semble massifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

Du concret du vécu!
…Alors à quand des observateurs de l’ONU pour superviser le vote en France???

Histoire vraie:
-Par cette douce ensoleillée journée dominicale, moi et ma mie sommes allés à l’urne de notre grande ville de 186 habitants(vaches non comprises).
…Hé b’hein, a fallu attendre 10mn, Nom-di-Diou de non di diou!!!

Motif:
-Refus du maire pour un vote par procuration.
Qu’un père voulait faire valoir pour son fils.
Malgré que tous deux soient inscrits sur la liste électorale villageoise.
Que tous les papiers soient en règle.
Avec en prime, un certificat de la police nationale qui indiquait que l’intéressé était effectivement bien domicilié dans le village.

– Le maire pour se justifier a brandi (sans rien comprendre, vu qu’il est fort bête!) une RÉCENTE DIRECTIVE PRÉFECTORALE stipulant:
Les ressortissants temporairement à l’étranger (la mère y habite) étaient dans l’obligation de voter à l’ambassade du pays concernée.
Alors même, qu’ils sont inscrits légalement sur liste électorales en France.

– De plus, le maire n’a pas jugé « utile » de prévenir en avance, bien qu’il ait reçu la demande de procuration bien en avance…..et ceci, dans un village de 186 habitants.
Des fois que le fiston fasse la démarche nécessaire…

Alors, perso mon opinion est faite.
Quand je vois les mesures qui furent prises pour dissuader les ressortissants français à l’étranger de voter.
Un exemple, le Québec avec ses 57 000 votants pour…. 1 BUREAU DE VOTE !!!!!!…!!!!!….!!!!!…!!.!..

L’incompétence à des limites!
Là, nous sommes dans la trahison avérée.
Surtout quand on sait que le vote de cette communauté est un vote de personnes qui aiment l’identité nationale.

 
 

 

 

À l'attention : de tous les citoyens

Car il y a un fort sentiment de défiance au sein de la population française votante quand à l'impartialité des résultats des scrutins en vue de l'élection présidentielle 2017.

Des suspicions de manipulations et de corruptions au sein des organismes chargés de veiller à l'impartialité des scrutins.

Nous, peuple français, demandons une commission d’enquête et/ou d'audit des différents membres concernés.

Dans un souci de transparence et afin d'écarter toute volonté de détournement des votes dans un but anti-démocratique et d’intérêts personnels des candidats présents à l'issu des votes.

Le rapport de cette enquête devra être soumise à l'étude par une instance indépendante et compétente afin d'évaluer la menace éventuelle au bon déroulement des votes.
 
http://www.mesopinions.com/petition/politique/commission-enquete-resultats-votes-election-presidentielle/29785
 
 
Des abstentionnistes  vont devoir aller vérifier en mairie si quelqu’un n’a pas signé a leur place sur le registre…

2. AUTOPSIE D'UN COUP D'ETAT ... un « 18 Brumaire de la bienveillance » ?

 https://networkpointzero.wordpress.com/2017/03/24/2017-le-coup-detat/

L'article est long, alors je publie quelques extraits en plusieurs notes parce que ça vaut vraiment le coup pour qui n'est pas très politisé de savoir comment on peut en arriver là.

 

La candidature de Macron : un « 18 Brumaire de la bienveillance » ?

Un article signé Bruno Roger Petit, dans le numéro de « Challenges » du 15 mars 2017 et titré « Mélenchon et sa constituante : l’inquiétante promesse d’un coup d’état permanent… » raconte : « Depuis des mois, sous prétexte de renouveau démocratique, Jean-Luc Mélenchon promet une assemblée constituante pour aller à la VIe République. En apparence, c’est démocratique, mais si l’on y regarde de plus près, ce projet du futur Mélenchon s’apparente à un coup d’État populiste ».

Cet article est, en vérité, un contre feu. Il est l’arbre qui cache la forêt.

Après s’en être pris, sur le même registre, à Fillon et à Le Pen, Bruno Roger Petit qualifie, avec une mansuétude consternante, la candidature de Macron de « 18 Brumaire de la bienveillance ». Mansuétude ? Pas tant que ça. L’employeur de ce journaliste n’est autre que Claude Perdriel, patron de presse et… soutien actif de Macron.

L’observation est cocasse dans la mesure où c’est en France, à l’occasion du 18 Brumaire, que nait l’expression « coup d’État », celui de Bonaparte…

Ce journaliste serait-il assez pervers pour nous suggérer de façon subliminale ce qui en train de se tramer dans cette élection ?

Après l’analyse, pour le moins farfelue, de la constituante de Mélenchon (que dire alors de la Constitution de 1958 !?!), voyons si la candidature de Macron est un « 18 Brumaire de la bienveillance » ?

AUTOPSIE D’UN COUP D’ÉTAT

D’un point de vue historique – y compris dans l’époque contemporaine – le coup d’État a été l’un des moyens les plus fréquemment utilisés pour accéder au pouvoir. D’ailleurs selon les spécialistes plus de la moitié des gouvernements du monde le seraient devenus grâce à ce procédé.

On peut décrire de manière assez précise les techniques opératoires, violentes ou non, de la prise de pouvoir. Ainsi, on observe qu’il s’agit d’abord, pour les auteurs, de s’emparer des structures de l’État, de s’assurer de la maitrise de l’opinion publique, de veiller à une synergie avec le contexte international avant de légitimer le processus, soit par la force, soit par des élections.

Nous allons dans cette publication analyser tous ces points, un par un, en cherchant, à chaque fois, à valider l’hypothèse avant de conclure sur la dangerosité de l’avènement de ce pouvoir en France.

  1. S’emparer de l’appareil d’État

La technique de base du coup d’État consiste à s’emparer des organes centraux de l’administration et en l’occurrence, des institutions de la République. Les auteurs, nous disent les spécialistes, appartiennent le plus souvent eux-mêmes, aux structures étatiques. Nous y sommes.

Qui sont les commanditaires ?

Il ne fait plus de doute maintenant que c’est François Hollande et son homme de confiance, Jean Pierre Jouyet, le Secrétaire Général de l’Élysée, qui sont à l’origine du projet qu’il faut bien définir comme un véritable coup d’État.

 

Hollande et Jouyet sont amis depuis 35 ans, des bancs de l’ENA jusqu’à l’Élysée. Les deux hommes se rencontrent à 23 ans. Ils viennent de réussir le concours de l’École Nationale d’Administration et doivent effectuer leur service militaire ensemble, à Coëtquidan, où ils partagent leur chambre avec Michel Sapin. Les trois jeunes hommes se lient d’une forte amitié qu’ils entretiennent sur les bancs de l’ENA (la promotion Voltaire). Hollande déborde d’initiatives, et souvent, Jouyet accepte de le seconder dans ses projets. À la sortie de l’ENA, lors des affectations, François Hollande, classé 8e, laisse le dernier poste accessible à l’Inspection générale des Finances à Jean-Pierre Jouyet.

Leur amitié n’a jamais été mise à mal. Quand en 2014, Jouyet prend les fonctions de secrétaire général de l’Élysée, il déclare : « c’est l’aboutissement de ma vie publique et d’une vie avec lui». Et de préciser : «« Pendant les réunions, je suis secrétaire général, après je redeviens le copain, on sépare ce qui est public et privé de façon plus simple que ce que je croyais» Il promettait alors pour conclure: «Je suis là pour le servir, pas pour le gêner. Je l’ai gêné une fois, cela n’arrivera plus ».

La gêne dont parle Jouyet, c’est quand il a accepté d’entrer dans le gouvernement de François Fillon, au poste de secrétaire d’État chargé des Affaires européennes. François Hollande l’aurait très mal pris. « Mal pris » étant sans doute un peu fort…

Pour quel scénario ?

Hollande et Jouyet sont loin d’être des tendres, il faut que ce soit bien clair pour tous les lecteurs. Ce sont de fins observateurs – et acteurs – de la vie politique. Ils en connaissent les rouages, les stratégies, les us et coutumes, les trahisons et les fidélités.

Media et journalistes sont les instruments de leurs stratégies politiques et ils ont fait l’objet de manipulations constantes qu’ils ont parfois du mal à déjouer, tant leur connivence est forte et parfois incestueuse avec le pouvoir. C’est un jeu que maitrisent parfaitement les deux amis.

Pour Hollande et Jouyet (et d’autres qui leurs sont proches) ce n’est pas l’économie qui est en crise, mais le système politique.

Chez nos concitoyens, la rancœur est à son comble. « Cela fait plus de 40 ans que le libéralisme est au pouvoir, plus de 40 ans qu’on leurs demande de se serrer la ceinture, ceux là promettant des jours enchanteurs sans jamais qu’ils arrivent. 1000 milliards de déficit public en 10 ans (Sarkozy/ Hollande cumulé) disent-il, 10 millions de chômeurs et précaires, des pauvres de plus en plus pauvres, des riches de plus en plus riches ». Ils sont au bord de l’explosion et ne trouvent leur salut que dans des discours qui consistent à tirer un grand trait sur le passé. Force est de constater que nous sommes arrivés, aujourd’hui, à un point de rupture.

Les deux amis  en sont , évidemment, conscients et pour eux, l’heure est grave.

Il apparait, dès lors, trop dangereux de ne pas intervenir sous peine de laisser les « populismes renverser la table ».

Il faut agir vite, trouver l’antidote et résoudre la crise....

 

2) Le contrôle des media.

Justement. Le candidat dispose maintenant d’un bon encadrement politico-économique, il faut susciter  un mouvement d’opinion autour de lui. D’aucuns vont s’attacher à le provoquer.

Si la quasi totalité des media est acquise à la cause, c’est bien sûr parce que la dizaine de milliardaires qui soutient Macron en est propriétaire à 90%.

Voici ce qu’en dit Daniel Schneidermann (Arrêt sur Image) : « S’agissant de Macron (…) Xavier Niel et Pierre Bergé, copropriétaires du groupe le Monde, lui ont plus ou moins publiquement déclaré leur flamme. Rien, dans ce que l’on sait de lui, et du peu que l’on sait de son programme, n’est de nature à effaroucher MM. Dassault, Arnault, Pinault, Lagardère, Bolloré ou Drahi. Ce qui ne signifie pas que les oligarques français soient pendus au téléphone chaque matin pour commanditer des unes, des éditos, ou des sondages favorables. Simplement, par capillarité intellectuelle, ils ont nommé à la tête des rédactions de «leurs» médias des journalistes macrono-compatibles, éventuellement macrono-indifférents, en tout cas jamais macrono-opposés, encore moins macrono-hostiles ».

Macron ne laisse rien au hasard. Il a organisé sa communication privée.

 

3) Contrôle de l’opinion publique.

 

Quand Macron ne déclare avoir nul besoin d’expérience politique et encore moins de programme pour être candidat. Il suffira pour lui d’avoir une bonne côte de popularité. Jouyet et Hollande l’ont bien compris. Ce sont eux et les économistes qui réfléchissent pour lui.

Seule l’image compte, car si on entre dans le dur du programme, on s’apercevra rapidement de quels ventriloques Macron est le nom.

Et en voici la parfaite illustration :

Macron est intégré pour la première fois dans un sondage pour les élections présidentielles en janvier 2016. Le Monde titre : « Sondage : Emmanuel Macron préféré à Manuel Valls ou François Hollande pour 2017 » et en sous titre « Un sondage Odoxa pour « Le Parisien/Aujourd’hui en France » estime que le ministre de l’économie pourrait devancer le premier ministre et même le président ». Il est placé d’entrée de jeu à 22%.

Mais qui sont les commanditaires de ce sondage – test ?

Sans aucun doute le staff de Bernard Arnault, patron de LVMH et propriétaire du « Parisien/ Aujourd’hui en France ». Signalons que Nicolas Bazire, proche de Sarkozy, est l’un des administrateurs de LVMH en même temps que l’un de ceux de l’institut de sondage IPSOS. Mais ce qui est le plus intéressant ici, c’est qu’il est gérant associé de la Banque Rothschild…Il connaît très bien Macron avec qui il a travaillé dans la même banque. Quant à Odoxa, les deux fondateurs sont d’anciens de l’institut de sondage BVA dont Vincent Bolloré et… le fond d’investissement Rothschild ont été actionnaires.

Ce sont donc des proches de Macron qui l’ont mis en selle. On se doute bien à la demande de qui.

Curieusement sa côte moyenne était de 17% dans les sondages tout au long de l’année 2016. Elle a bondi de 7 points en janvier 2017, à 24% pour arriver à 26% des intentions de vote en mars, le plaçant en tête de tous les sondages. Et comme on sait que les élections se jouent dans les trois mois qui précédent les élections, on comprend mieux ces scores…

Il en sera de même, bien sûr, pour Marine Le Pen, challenger indispensable à la réussite du coup d’État. Elle est créditée de 25% des intentions de vote. Normal.

En cherchant un peu on constate que plus de 80% des instituts de sondage appartiennent à la sphère d’influence qui soutient Macron. Son conseiller en la matière n’est autre que Denis Delmas, ancien président de TNS Sofres. Autant vous dire que, celui là, il connaît la musique.

La majorité des instituts de sondage appartient à des milieux financiers  (fonds d’investissement, grandes entreprises, publicitaires etc…) dont est issu Macron et dont la proximité politique, elle,  ne fait pas de doute.

 

4) Le contexte international

L’important, pour s’assurer de la réussite d’une prise de pouvoir c’est de ne pas froisser ses alliés. En tous les cas, il faut leur donner des gages de non agression. Dans le cas contraire les auteurs s’exposent à une déstabilisation. Il faut donc que les planètes soient alignées. Pour Macron, ses parrains ont rassuré tout le monde. Le candidat reste bien dans l’orbite assignée : atlantiste et européiste, deux points d’un équilibre indispensable.

 

5) La régularisation du coup d’État

Enfin, il s’agira de valider la démarche par les élections. Ce sera relativement simple.

Si le scénario arrive à son terme, Marine Le Pen sera en face d’Emmanuel Macron.

Les commanditaires joueront sur la fibre républicaine et rafleront la mise.

 

ILS RAFLERONT LA MISE SANS MOI

LE PEN A FAIT LE PLEIN DE SES VOIX

Et MACRON aura suffisamment de voix

du dépôt de gros encombrants pour passer

Tranquille ! La France aura fait un choix peu glorieux

vote-blanc-vote-nul.jpg

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique