logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/03/2014

PANTINS HABITES

DE TOUS PAYS

 

DE TOUTES LES COULEURS

 

VOUS AVEZ DANS LE COEUR ...

 *

*

 

"... Il y a trop d'âmes en bois pour ne pas aimer des personnages de bois ayant une âme", déclarait Jean COCTEAU.

Aimées, les marionnettes l'ont été de tout temps.

Dans les sanctuaires égyptiens et les temples hindous, elles ont prêté aux dieux et aux légendes leurs apparences ou leurs ombres.

En OCCIDENT, elles ont amusé les princes et les peuples, recueilli et protégé des traditions théâtrales, présenté aux humains un double léger de la passion et du rêve.

img351.jpg

Avant de me séparer de mes ATLAS 1974 qui ont pris l'humidité

Ces jolis pantins habités et leur histoire*

 

"Tenez, regardez ! Une guenille ? Un copeau ?

Ma main s'introduit dans le sac, mon index s'enfonce dans la tête creuse,

mon pouce et mon index remplissent la paire de manches, et voilà !

Si je vous montre une belle marionnette, vernie, actionnée par des ressorts, vous ne pourrez oublier qu'il s'agit d'une poupée tandis que mon "burattino" obéissant à tous mes mouvements va, vient, salue, soufflette, frappe avec joie ou avec désespoir ..."

Ces propos sont de George SAND à qui l'on doit un regain d'intérêt pour le petit théâtre.

img332.jpg

Marionnettes à fil d'Ivo Puhonny - Puppentheatersammlung, Müchen

img353.jpg

Les marionnettes thaïlandaises s'habillent fastueusement.

Les "Kathputli" du Rajasthan (province indienne) gardent le souvenir des anciens rites :

elles finissent dans les eaux d'un fleuve sacré.

img333.jpg

Le "Bunraku" à OSAKA émerveilla Paul CLAUDEL.

"C'est dit-il, toute la vie au bout d'un bâton ..."

img354.jpg

Les marionnettes désincarnées ou ombres d'Orient :

pékinoises 

malaises

turques

img352.jpg

le fameux "karagoz"

(turques)

 

img338.jpg

 

img339.jpg

 Jolies "poupées" de Munich et mini-acteurs pour une pièce de G.B. SHAW

img337.jpg

Au pays de Goethe, (grand amateur de marionnettes),

le petit théâtre se nommait au XIXe siècle

"Royaume du Ciel "

img340.jpg

et le monde fantastique de Papa Schmidt

contrastait avec le pantin populaire

 

img341.jpg

Est-il arracheur de dents ce montreur ambulant qui fait danser Pierrot et Colombine

au son de la cornemuse ?

Le célèbre Mourguet l'était.

Vers 1808, il crée "Guignol", ce vrai "canut" lyonnais, ce naïf qui sait désarmer l'arrogant et se battre s'il le faut.

img355.jpg

Il arrive aussi que les marionnettes jouent la Révolution

img342.jpg

*

*

img343 - Copie (2).jpg

Créatures fantasques du théâtre roumain

img343 - Copie.jpg

MAINS-FLEURS d'Yves Joly, trouant l'espace

img344.jpg

Les marionnettes du "Puppentheater" de Leningrad

comme toutes leurs consoeurs russes, témoignent d'une technique très élaborée

img345.jpg

"Concert insolite" satire du music-hall des années 30

réalisée par Serge Obraztsov, animateur du "Théâtre central des Marionnettes" de Moscou.

Il nécessite 25 opérateurs.

img346.jpg

 La marionnette est née pour jouer, pour divertir, pour exprimer une idée.

Peut-elle remplacer l'acteur ?

Selon Bernard Shaw, "les acteurs de bois émeuvent au même titre que les êtres vivants, car l'imagination joue un rôle bien plus grand que les efforts des acteurs".

img347.jpg

Le théâtre de Turin mêle acteurs et marionnettes, le sculpteur Siegel invente des pantins.

Diversité des styles et des matériaux :

une marionnette israélienne à gauche (en bas)

une marionnette bulgare à droite

img348.jpg

Un Pierrot pathétique créé par Philippe Genty.

Comme Pinocchio, il fait l'apprentissage de la liberté.

D'abord recroquevillé sur lui-même, il s'ouvre peu à peu à la vie,

découvrant avec étonnement les mouvements de son corps.

Soudain, il prend conscience de sa dépendance : il tient par les fils que manie le marionnettiste.

Dans un geste de désespoir, il les arrache un à un, croyant accéder à la liberté absolue.

Mais privé de ses dépendances vitales, il tombe à genoux et meurt.

img349.jpg

Pantins de Gottingen, du sculpteur Kilian, du peintre Klee

et de Morach (ci-dessous)

img350.jpg

 *

"L'unique lieu apte à la renaissance de la marionnette

apparaît encore aujourd'hui la scène :

là où l'acteur, s'il le veut, peut devenir marionnette, et la marionnette, un grand acteur".

Mario SERENELLINI

20/03/2014

GAUCHE ? DROITE ?

 "Maman c'est quoi la différence entre gauche et droite ?"

 

Résumé en deux mots :

"La droite défend l'ordre et les privilèges"

L'Ordre ? Quel ordre ?

"La gauche défend l'intérêt général, l'intérêt collectif, 

travaille au bien commun"

Oui, là j'ai compris. C'est pas pour sa bobine,

c'est pour que ça profite à tous.

- Oui, c'est ça !

****

Tiens, je vais te citer un exemple précis :

A GAGNY, quand le maire (communiste) de l'époque, a demandé leur avis, aux habitants d'un quartier d'une zone pavillonnaire pour la réalisation d'un gymnase à côté de votre école, ils ont tous refusé :

"Non, on n'en veut pas, ça dévaloriserait notre pavillon, on le vendrait moins cher". "et puis on veut notre tranquillité, etc.."

Quid de l'intérêt des enfants ?

Et les élèves du Primaire ont continué à se rendre à pied au stade, perdant du temps sur leur cours de gymnastique, empruntant un trajet à risque avec la circulation des véhicules.

ça c'est un comportement de droite.

On défend son bien personnel, son intérêt particulier.

***

*

 

Depuis quand les notions de gauche et de droite ?

Rappelons-nous

Gravure satirique de la Révolution française :
le tiers état écrasé par la taille, les impôts et les corvées

 

L'Ancien Régime se caractérisait par une monarchie absolue et de droit divin et une inégalité sociale fondée sur des privilèges de naissance pour la Noblesse et le rôle important joué par le Clergé.

Il n'y a pas de constitution écrite et c'est le roi qui incarne l'Etat.

Bien que symbolisée par la prise de la Bastille, le 14 juillet 1789, l'abolition de l'Ancien Régime s'est déroulée en plusieurs étapes :
- Abolition des droits féodaux et des privilèges le 4 août 1789,
- Déclaration des droits de l'Homme et du Citoyen, le 26 août 1789,
- première Constitution écrite en 1791,
- abolition de la monarchie et proclamation de la République le 21 septembre 1792.

 

Atteinte dans ses biens après l'avoir été dans son orgueil par la suppression des ordres (noblesse, clergé) et des privilèges, la Noblesse a voué à la Révolution une haine inexpiable.

Historiquement, lors de la Révolution Française, les membres de l'Assemblée Constituante qui étaient favorables au roi avait pris l'habitude de se placer à droite de l'hémicycle, tandis que ses opposants s'installaient à gauche.

 

Ce positionnement droite/gauche au sein de l'Assemblée Nationale est demeuré, même après la fin du monarchisme, hormis pendant la première Assemblée nationale structurée en "gironde", en bas, (députés proches du pouvoir) et en "montagne", en haut (députés de l'opposition).

**

Les notions de droite et de gauche renvoient à une opposition en politique, qui depuis la France de 1789, s'est étendue dans une grande partie des systèmes politiques d'assemblée.

Politiquement, le terme "droite" désigne des courants ou partis mettant en avant la rigueur morale et un certain conservatisme, ce qui fait qu'en France, les hommes politiques ont longtemps refusé de se définir comme étant de "droite".

L'ordre, le travail, la famille et la responsabilité individuelle sont plutôt considérés comme des valeurs de droite,

tandis que la gauche s'intéresse davantage à la justice sociale, l'égalité, la solidarité, l'humanisme, la laïcité.

 

 **

*

Le parti de l'Ordre était en France en 1848, sous la Deuxième République, le regroupement non réellement structuré de personnalités conservatrices, partisanes – comme l'indique son nom – de l'ordre, de la sécurité et des bonnes mœurs.

Le parti était composé de monarchistes légitimistes, surtout d'orléanistes mais aussi de républicains adeptes de la république américaine. Ses chefs de file étaient Adolphe Thiers, François Guizot, le comte de Montalembert, le comte de Falloux ou encore Alexis de Tocqueville.

 Cette comparaison historique n'a pour mérite que de rappeler que le concept d'ordre traverse les différents courants politiques de droite en France depuis maintenant plus d'un siècle.

****

*

PARTI DE L'ORDRE... QUEL ORDRE AUJOURD'HUI ?

François FILLON, n'a pas dit autre chose quand il a affirmé devant les députés de la majorité sortante en février dernier: «L'UMP doit dire qu'elle est le parti de l'ordre.»

Comme l'a très bien énoncé Henri GUAINO à plusieurs reprises pendant la campagne, «la droite représente l'ordre et l'autorité, la gauche la justice et le progrès».

Cette présentation a le mérite de montrer que la ligne de partage entre la droite et la gauche traverse le cœur de chaque citoyen.

Il ne s'agit pas d'être manichéen en disant que la droite ne se soucie pas de justice ou la gauche pas d'autorité,

mais de reconnaître que ces deux grandes forces politiques, ...  ne mettent pas les mêmes principes ni les mêmes valeurs en avant.

**

*

 En cela, l'ordre est l'exact antithèse du progressisme dont se réclame le plus souvent la gauche, qui voit le progrès comme un mouvement irrésistible qu'il s'agit d'accompagner et non de construire.

****

L'ORDRE

Au-delà de la demande légitime de sécurité

 

L'ORDRE ECONOMIQUE

coût du travail

... Équilibre dans les échanges commerciaux avec la nécessité de redonner à la France de la compétitivité face à l'aggravation de son déficit commercial.

Cela passe par la question du coût du travail (et en particulier du financement de la protection sociale)

 

L'ORDRE SOCIAL

Les élus de droite et d'extrême-droite dans le cortège de la "Manif pour tous" à Paris (Thomas Samson/AFP)

En matière juridique, cela impose notamment de ne modifier le Code civil qu'avec beaucoup de précaution. Sans s'enfermer dans un conservatisme rigide, il est du devoir du politique de résister à certaines modes ou pressions issues de groupes sociaux. La droite agit trop souvent en réaction au progressisme de la gauche sur ces questions de société : c'est ce qui a conduit le groupe UMP de l'Assemblée nationale, sous l'impulsion du député Hervé Mariton, à lancer une réflexion en 2009 qui a aboutit à un très bon rapport intitulé "REPRENDRE LA MAIN SUR LES QUESTIONS DE SOCIETE.


L'ORDRE INSTITUTIONNEL

LES MODES DE SCRUTIN

L'ordre institutionnel passe aussi par un mode de scrutin qui permette de dégager clairement une majorité qui puisse appliquer son programme sans donner lieu à d'interminables négociations entre les partis d'une coalition gouvernementale.

La droite doit donc défendre jusqu'au bout la logique de le Ve République en refusant la proportionnelle et en faisant du président de la République le chef naturel de la majorité parlementaire.

 L'ordre est le principe qui semble le mieux correspondre à ce qu'est la droite,

et dépasse largement le seul sujet de la sécurité

***

 

... La droite obéit à l’idée d’un univers qui la précède, la légitime, et qu’elle doit soutenir.

La gauche est plus un projet (de vie moins dure, de plus grande justice, de recherche d’égalité) qu’une certitude qui s’appuierait sur un « ordre » préexistant ou sacré.

Si la droite soutient le monde, la gauche le construit.

Si la droite légitime l’ordre des choses, la gauche le conteste.

La droite c’est le choix de l’ordre, divin ou naturel, immémorial et sacré. Les hommes et la société doivent le maintenir et non le subvertir.

L’ordre des choses ne satisfait pas la gauche. Comme elle ne le trouve pas forcément respectable, elle est plus sensible à ses contraintes, ses abus, qu’à son caractère « sacré ».

La pauvreté, la domination politique, l’exploitation sont les manifestations concrètes de cet ordre, des réalités que la gauche conteste.

... Ainsi la droite croit en des frontières rigides balisant la vie sociale. Elle veut que chacun soit à sa place, que l’homme soit homme et la femme femme, que le serviteur soit le serviteur et le maître le maître, que le nègre soit le nègre et le blanc blanc, que les enfants soient les enfants et les parents les parents, etc. ...

Les Blancs et les Noirs, les patrons et les ouvriers, les juifs et les chrétiens, les Asiatiques et les Américains, les voyous et les princes, les gens de bonne éducation et les grossiers personnages ne doivent en aucun cas se mêler.

Et ils le font pourtant et justement où ? Au plumard. Car en effet, les femmes et les hommes doivent se mêler. Et se mêler au plus près, physiquement en quelque sorte. C’est le seul cas où les frontières doivent être franchies...

****

 

Tout ça c'est pas moi qui l'invente

*

 Alors, gauche, droite ?

Chacun fait ce qui lui plaît, plaît, plaît, plaît

EN TOUTE CONNAISSANCE DE CAUSE et ... EFFETS SECONDAIRES

 

 

 

19/03/2014

DOUBLE MIROIR

Avant de me séparer de mes ATLAS de 1974

img316.jpg

 

img317.jpg

Le photographe Roland MICHAUD, en rapprochant ici l'art et la vie, s'explique :

"Suivant l'exemple des miniaturistes orientaux,

nous recherchâmes avec beaucoup de conviction, de patience et de bonheur, la délicatesse des teintes qui les avaient enchantés, la subtilité des atmosphères qui les avaient conquis ; les activités, les aspirations et les joies de leurs semblables qu'ils avaient su si bien peindre.

C'est à travers ce double miroir que nous vous présentons l'Orient éternel".

 

Récemment mis à jour83.jpg

 

Quelque part sur l'ancienne route de la soie, dans un bazar d'Asie Centrale,

j'ai rencontré Mahmad Niyaz, matelassier de selles d'ânes et de chevaux.

Le drapé de son long manteau à rayures,

le traditionnel "tchapane" des Ouzbeks et des Turkmènes rapiécé et molletonné

me rappelait une miniature turque du XVe siècle.

Mahmad Niyaz interrompait de temps en temps son travail pour sortir d'un fourre-tout une rose

et c'est avec une délicatesse infinie qu'il la respirait.

 

Récemment mis à jour82.jpg

 

Ces visions couplées nous invitent à la méditation des pérennités humaines.

De longs siècles séparent la miniature de la scène qui lui est adjointe...

Sous les grandes mutations techniques et sociales qui changent actuellement la face du monde,

quelque chose perdure.

Ce sont gestes utiles ou gratuits qui constituent comme la graphologie élémentaire des peuples.

Ce sont paroles de bienvenue ou histoires contées de bouche à oreille,...

C'est une manière d'être parmi les choses et les gens.

C'est un savoir, c'est aussi une sagesse.

***

 

 

 

 

La steppe ondule sous le vent, comme une mer d'herbes rases, vertes au printemps, fauves en été ;

parfois, elle devient océan de poussière dans l'air tiède de l'automne.

Les villages sont rares. Ils semblent figés dans le silence

et se blotissent autour des saules d'une oasis.

Le long des hauts murs en pisé

derrière lesquels se cache une vie mystérieuse, des silhouettes de femmes se glissent furtivement.

 Une harmonie en nuances bleues et vertes, bleues comme le ciel de Boukhara

et vertes comme l'oasis de Khiva, règne dans la maison de Yakoub Bané.

Les murs aveugles entourent un jardin, image du paradis dont il est dit :

"C'est dans sa nature d'être caché et secret".

Yakoub Bané rehausse son teint clair non seulement d'un voile bleu,

mais, suprême coquetterie, d'une turquoise piquée dans sa narine.

 

Récemment mis à jour81.jpg

 ... Une ressemblance frappa le voyageur. Ce que l'artiste des miniatures avait autrefois fixé par un pinceau précis, Roland MICHAUD le retrouvait vivant sous ses yeux, en cette seconde moitié du XXe siècle, au hasard d'une fête turque ou d'un marché persan, à la halte des caravanes ou dans un village de la steppe. Alors l'idée lui vint de photographier l'oeuvre de l'artiste et l'oeuvre de la vie, la merveille d'autrefois et la scène présente. Il recueillait ainsi cet Orient dans un double miroir.

Il pouvait proposer la comparaison des gestes, des regards, des formes, des couleurs, la

délicatesse commune des teintes, la subtilité semblable des atmosphères.

Récemment mis à jour86.jpg

Pictures12.jpg

Récemment mis à jour87.jpg

Récemment mis à jour85.jpg

18/03/2014

POLITIQUE DE L'APOLITIQUE

 Apolitique -Définition-

 Qui refuse de prendre part à la politique

ça me titillait... on se dit apolitique et on se présente aux élections

bizarre ! vous avez dit bizarre !

*

N'étant pas la seule à m'interroger sur cette contradiction

j'ai cherché et trouvé cet  article sur le sujet

 http://lasseubevivant.over-blog.com/pages/La_politique_de_lapolitique_

 

La politique de l’apolitique !

 

    En tant que citoyens nous sommes toujours surpris de voir « fleurir » des listes dites apolitiques au moment d’élections locales. Pourquoi nous direz-vous ? N’est-ce pas la preuve que les élections locales n’ont pour but que le bien commun, quelles que soient les valeurs politiques des uns et des autres ? Pour répondre à cela nous commencerons par deux définitions :

    Politique vient du Grec «  politike » qui signifie science des affaires de la cité, le sens le plus large est la participation dans la structure et le fonctionnement d'une communauté, d'une société.
   
Apolitisme : l'absence d'opinion politique, d'en afficher ou encore le fait de se tenir éloigné du débat  politique,  soit par souci d'impartialité, soit par peur de s'engager ou encore par désintérêt. Cependant on peut s'intéresser aux débats sans pour autant y prendre parti.

Donc comment peut-on se présenter à une élection (acte politique) tout en se disant apolitique ( neutralité et non participation à la politique)? Le choix d’une politique municipale repose sur des valeurs éthiques partagées par une équipe, ces valeurs sont indispensables pour donner une âme au projet.
 
Nous considérons donc trois réponses à la question précédente :

-Soit le programme ne repose que sur un petit noyau (tête de liste et premier « cercle »), les autres candidats n’étant présents que pour « attirer » des voix tout en les considérants comme manipulables.

-Soit la liste n’a qu’un programme : être contre celui qui est en place, mais est-ce un programme ?

-Soit la liste n’assume pas son engagement politique et cherche à jouer sur le fait qu’elle ne fait pas de politique « politicienne ».

 Dans tous les cas de figures cette façade « apolitique » ne tient jamais longtemps, il n’y a qu’à se rappeler le triste destin de la dernière liste apolitique élue à la mairie, et si le seul ciment de la liste c’est d’être contre, une fois que l’ennemi commun a perdu, le programme « commun » ne tient plus.
Il suffit de voir à une échelle supérieure l’implosion du gouvernement Italien.  En conclusion de cette petite réflexion, nous disons simplement que la gestion d’une commune repose sur les valeurs de l’équipe en place, et pour pouvoir choisir clairement celle-ci il faut les connaître.
 
On n’est pas apolitique quand on participe à la vie politique, à moins de ne pas assumer ses idées ou ses valeurs…mais ça c’est une autre histoire…
 
**
*
 
Pour les élections municipales de 2014, c’est une nouveauté, tous les candidats dans les communes de plus de 1.000 habitants sont contraints de choisir une couleur politique pour enregistrer leur liste.
 
Au choix : un parti, quel qu'il soit,
ou les traditionnels "divers droite" ou "divers gauche".
Le "sans étiquette" ne figure pas parmi les choix proposés par l’administration. Et pour ceux qui, par conviction ou par mégarde, n’ont pas fait de choix, les préfectures l’ont fait à leur place.
 
 

ET DIEU CREA L'ETHIOPIEN

 

ethiopien,dieu,legende

 

 

Avant de me séparer de mes vieux ATLAS de 1974 ... j'engrange sur mon blog quelques belles histoires, quelques belles photos et je vous en fais profiter !

img308.jpg

Selon une vieille légende, Dieu fit une pâte ni trop blanche, ni trop noire qui lui donna entière satisfaction. Ainsi naquit l'Ethiopien ...

img309.jpg

Une légende éthiopienne raconte que lorsque Dieu, las de régner seul sur le monde, décida de créer l'homme, il façonna à son image un personnage d'argile qu'il mit à cuire dans un énorme four, mais dans sa hâte de voir le résultat de son travail, il sortit trop vite cette statue et, la jugeant trop pâle, la rejeta en Europe.

Un second essai fut encore un échec. Restée trop longtemps dans la chaleur du four, la statue en sortit noire et brûlée, et Dieu la rejeta en Afrique.

Enrichi par ces deux expériences, Dieu modela et mit à cuire une troisième statue ; mais cette fois il sut attendre avec patience le temps nécessaire à sa bonne cuisson et sortit du four une oeuvre parfaite qu'il plaça en Ethiopie après lui avoir donné la vie.

Ainsi était né le premier homme qui était un Ethiopien ...

Des millions d'années ont passé sur cette histoire de la création pleine de fantaisie, et la terre s'est peuplée d'hommes de toutes couleurs...

 

img310.jpg

Le maskal, marguerite jaune qui orne le front de cette beauté Harari,

annonce le retour du printemps

img311.jpg

 

img312.jpg

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique