logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/01/2018

RUFFIN : Merci d'exister ! merci l'Insoumis !

François Ruffin Ajoutée le 25 janv. 2018 ABONNÉ 37 K Subscribe Subscribed Unsubscribe

Mon discours lors de l'inauguration de ma permanence parlementaire à Amiens. Je voulais, simplement, vous remercier : sans vous je ne tiendrais pas. Bon visionnage et bonne continuation à toutes et tous. François.

 

Rejoignez nous sur : http://www.francoisruffin.fr Abonnez-vous à nos vidéos : https://www.youtube.com/c/francoisruf... Sur Facebook : https://www.facebook.com/FrancoisRuff... Sur Twitter : https://twitter.com/Francois_Ruffin Sur Instagram : https://www.instagram.com/francois_ru...

Norbert SANCHEZ
Mon pauvre François de te farcir ces 3 blaireaux est un pur exploit . Respect !!!
Mickael Deucalion
Quand on voit tant de propagande macronniene je me demande comment la france ose critiquer la russie et poutine. C'est l'hopital qui se moque de la charité.
 
Odette Lejeune
j'aime écouter François Ruffin il dit beaucoup de vérités , il n'a pas de langue de bois !!
 
fernand botelli
bravo M. Ruffin toujours juste et prêt des réalités du plus grand nombre - bravo et merci de porter cette parole ;)
 
MANOLOBLACK68
Ouaaaaa c'est quoi cette journaliste

 

Jyrque Rusk
incroyables ces agents du gouvernement, on se croirait en URSS..
 
 
Chérazad Derres
encore des bons journalistes en partie pris..... questions orientés et implicites; parole coupée....
 
Dainz C
C’est vrai, l’employeur il est pénalisé quand l’employé se jette par la fenêtre...le boulot prend du retard...
 
 
Chérazad Derres
logique que le burn out soit financé par les patrons en sont responsables avec leur management. c'est la collectivité qui paient encore pour eux...
 
 
 
bernard janotova
François, je suis admiratif devant ton calme qui doit te demander une dépense d'énergie énorme. Cette journaliste qui ressemble sans se forcer à une idiote, devrait aller faire un stage de quelque temps sur une chaîne de fabrication automobile par exemple, et vivre avec 1400€ par mois, sans aucune perspective d'avenir . Combien de temps tiendrait- elle le coup ?
 
 
 
Michel Wasil
Elle n'est pas sotte, elle défend la main qui la nourrit : un média de milliardaire.
 
 

 

LE TRAITE DE L'ELYSEE ...Cékoi ? Que veulent-ils en faire ? Les INSOUMIS expliquent...

*
 JE N'AI PAS PERDU MON TEMPS EN FOUILLANT SUR LE NET
 
QUE COMPTENT FAIRE MACRON ET MERKEL DE CE TRAITE ?
UNE NOUVELLE "FUMISTERIE" comme a dit DE GAULLE ?
ça se fera sans les Insoumis.
 

 

 

"Mettant leur pas dans ceux de Charles De Gaulle et Konrad Adenauer, les deux dirigeants promettent un nouvel élan européen.

(Leur pas ... ils sont loin d'avoir la pointure de DE GAULLE)

Côte à côte dans la vidéo, Emmanuel Macron et Angela Merkel se tiennent debout dans le salon Murat. C'est ici que le 22 janvier 1963 le général Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ont signé le traité de l'Élysée. Historique, le texte a consacré la réconciliation franco-allemande. Dans un message diffusé sur Internet, le président de la République et la chancelière rendent hommage à ce moment fondateur pour l'Europe. Ils promettent aussi un nouvel élan.

«Il y a cinquante-cinq ans, les Français et les Allemands osaient donner une nouvelle impulsion. C'est aussi ce que nous voulons aujourd'hui», lance Angela Merkel. «Nous voulons une Europe plus unie, plus efficace, plus protectrice, plus démocratique, qui s'affirme dans le monde et qui défend ses valeurs», complète Emmanuel Macron. Idée du chef de l'État évoquée dans son discours de la Sorbonne en septembre, la France et l'Allemagne veulent signer en 2018 un nouveau traité de l'Élysée." LE FIGARO.

***

*

C'est en visionnant la vidéo d'Eric COQUEREL (ci-dessous) que je me suis intéressée à la question de ce fameux traité. J'ai cherché, j'ai trouvé pourquoi DE GAULLE s'est senti trahi par le préambule voté unilatéralement et rajouté à la dernière minute, par les allemands, dont les médias se sont bien gardés de parler.

 

Je ne suis pas intello, mais j'aime bien savoir de quoi l'on parle et ne parle pas.

22 janvier 1963

Le traité de l'Élysée

 

Traduction en Espagnol

Le 22 janvier 1963, le traité d'amitié franco-allemand, signé au palais de l'Élysée, à Paris, consacre le rapprochement des deux anciens ennemis. Il est signé par Charles de Gaulle (72 ans), président de la République française, et Konrad Adenauer (87 ans), chancelier de la République fédérale allemande.

Sa valeur est essentiellement symbolique. Il clôt près d’un siècle de rivalités diplomatiques et surtout guerrières et institue une nouvelle forme de concertation à la tête de la Communauté économique européenne, qui deviendra trente ans plus tard l’Union européenne. 

Mais le traité est vidé de son contenu par le préambule unilatéralement voté par le Bundestag, le 15 juin 1963 : les députés allemands réaffirment à cette occasion leur lien avec les États-Unis et le Royaume-Uni, à la grande colère de De Gaulle, qui voit réduite à néant son aspiration à une Europe indépendante...

 

https://www.herodote.net/index.php

....

Engagement symbolique et trahison allemande

C’est ainsi qu’est organisée la rencontre de l’Élysée.

Le texte du traité ne contient aucun engagement contraignant, simplement des engagements réciproques, en premier lieu celui d’une rencontre des chefs d’État et de gouvernement au moins deux fois par

an. Cet engagement sera scrupuleusement respecté et facilitera le dialogue entre les deux principales puissances du continent.

Pour le reste, le traité débouche principalement sur la mise en place d’un Office franco-allemand pour la jeunesse destiné à faciliter les rencontres et les échanges par-dessus la frontière. Rapidement apparaissent les limites de l’exercice. C’est que l’Allemagne fédérale, viscéralement pro-américaine et hostile à l’Union soviétique, ne tolère pas les velléités neutralistes du général de Gaulle.

Toutefois, à l’heure de ratifier le traité, le 15 juin 1963, les députés allemands du Bundestag lui ajoutent un préambule « assassin » qui rappelle leurs objectifs primordiaux 

« une association étroite entre l’Europe et les États-Unis d’Amérique » et une unification de l’Europe « en y associant le Royaume-Uni »De Gaulle fulmine. Il se voit trahi.

 

 QUELQUES MOIS PLUS TARD ...

 « Un ranch n’est pas un palais de l’Élysée » lâche Erhard fin décembre 1963, après son séjour au domicile du président américain, sans laisser de doute sur ses propres préférences. Le chancelier a confié à Johnson que la République fédérale et la France ne partagent pas de base commune sur les questions fondamentales.

Faute de pouvoir modifier les conceptions gaulliennes, jugées « rigides et inflexibles », Bonn décide d’ignorer les divergences profondes avec la France, en particulier au sujet de l’OTAN 

*** 

La situation s’envenime dès la mi-juin 1964. Ludwig Erhard, en visite à Washington, s’aligne complètement sur les positions américaines. Le chancelier souscrit au projet de force multilatérale MLF, poussé par les États-Unis à cette occasion ; il s’engage à ne pas reconnaître la Chine, et il promet de l’aide politique, économique et financière pour la guerre américaine au Vietnam. Le général de Gaulle en est sérieusement déçu. À son avis, les Allemands se mêlent fort inopportunément de l’Asie, ils font du traité de l’Élysée « une fumisterie » et ils souhaitent faire cadeau de l’Europe aux Américains

***

..Lors des entretiens à Bonn, les 3 et 4 juillet 1964, de Gaulle incite les Allemands à s’investir dans une construction européenne sans se subordonner à la politique américaine. La France disposant désormais d’un armement atomique, le moment est venu de transformer les relations de l’Europe avec les États-Unis et de viser une alliance d’égal à égal, professe le général. Encore une fois évoque-t-il avec passion et espoir le traité signé en janvier 1963 : « Ce traité devra devenir le noyau, la base, le ferment d’une unité européenne, tant économique, que politique et militaire – ou bien il sera vide et vain. » Mais son appel ne suscite aucun écho allemand. Apparemment, le général de Gaulle comprend à ce moment-là qu’il ne pourra pas réaliser ce qu’il avait espéré.

..Pour la RFA, avancent les atlantistes, seules comptent la puissance américaine et la défense organisée par le commandement de l’OTAN.

..Au fond, de Gaulle n’a pas changé d’opinion depuis juillet 1964. Dans sa conférence de presse du 28 octobre 1966, il reproche toujours à Bonn d’appliquer le préambule et non le traité franco-allemand

 

*

 
NOUS VOULONS UNE ALLEMAGNE EUROPEENNE ET NON UNE EUROPE ALLEMANDE
 
COMPRENDRE LES EVENEMENTS
POUR AGIR SUR EUX ET LES TRANSFORMER
 
Avec le Professeur MELENCHON, c'est toujours simple ! On est toujours plus cultivés après l'avoir lu ou écouté.
 
Jean-Luc Mélenchon
 
Sortir l’Europe de la crise : un nouveau Traité de l’Élysée

Déclaration de Dietmar Bartsch, Jean-Luc Mélenchon et Sahra Wagenknecht sur les 55 ans du traité de l’Elysée – Texte commun de La France insoumise et de Die Linke

Français et Allemands, nous apprécions positivement tout ce que la coopération entre nos deux pays a offert à l’histoire de l’Europe après la seconde guerre mondiale. Cinquante-cinq ans après la signature du Traité de l’Élysée, cette coopération entre nos deux pays doit être renouvelée pour faire face aux nouveaux défis de notre temps. Mais pour autant, nous n’acceptons pas que cela serve de prétexte à l’instauration d’un directoire de nos deux pays décidant pour les 26 autres États membres de l’Union européenne. Nous ne pouvons accepter une coopération franco-allemande qui repose sur la mise à l’écart des autres pays et qui se donne pour objectif de dominer le reste de l’Europe. Selon nous, aucune Europe n’est possible ni souhaitable si toutes les nations n’y sont pas à égalité.

Il faut agir, il est vrai. Car un demi-siècle après la terrible période de la deuxième guerre mondiale, la coopération franco-allemande et le modèle d’intégration européenne traversent une crise grave : la dévaluation interne allemande permanente au sein de l’euro à travers des réformes du marché du travail hostiles aux travailleurs, a approfondi la fracture sociale en Allemagne et sapé la prospérité en Europe. Depuis l’introduction de l’euro, des membres fondateurs de l’Union européenne tels que la France et l’Italie ont vu leur industrie perdre 25 pour cent de sa richesse. Après la crise financière, l’Europe du Sud a subi un putsch antidémocratique, piloté par le gouvernement allemand et l’oligarchie financière, qui a conduit à la réduction des salaires, des retraites, de l’État social et des investissements publics, à la privatisation de la propriété publique et, pour les parlements, à la dépossession de leurs pouvoirs. Le chômage des jeunes a augmenté de façon dramatique et il a créé en Europe une génération perdue, qui a dû prendre contre son gré le chemin de l’émigration.

Le marché intérieur européen a été mis au service des banques et des grandes entreprises par le biais des traités européens et de la jurisprudence de la Cour de justice de l’Union européenne au détriment des réglementations nationales en matière de salaires, de droits sociaux et de normes environnementales. Ce modèle est de plus en plus étendu à l’échelle mondiale au moyen d’accords de protection du commerce et des investissements tels que le CETA, le TISA ou le JEFTA et d’une « justice » privée parallèle, les tribunaux d’arbitrage sous la coupe des grandes entreprises.

Les gouvernements allemand et français veulent profiter de la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union européenne pour renforcer le complexe militaro-industriel par un réarmement permanent et pour étendre leur influence en Afrique, au Proche-Orient et en Europe orientale. Mais les guerres engendrées par les changements de régime, les guerres pour le pétrole et le gaz, l’absurde encerclement de la Russie et la dévastation économique qu’a entraîné notre politique commerciale et de voisinage ont produit la désintégration des États, facilité le recrutement du terrorisme et provoqué des vagues massives d’exil.

La chancelière fédérale Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron veulent consolider l’Europe des banques et des grands groupes, qui a favorisé l’essor des forces réactionnaires de chaque côté du Rhin. Le nouveau pacte franco-allemand pour la zone euro ordonne toujours plus de réformes structurelles, la réduction permanente des salaires, des retraites et des investissements publics, un « Agenda 2010 » à la française, au lieu du renforcement de l’économie intérieure et de la suppression de l’excédent commercial allemand. Les parlements nationaux doivent en outre être privés de leurs pouvoirs dans le domaine des traités commerciaux internationaux. Le pacte franco-allemand pour l’Union de la défense promet le réarmement au lieu du désarmement, la confrontation militaire avec la Russie, l’affaiblissement des parlements dans le contrôle de l’armée et l’exception aux règles du pacte budgétaire pour les investissements militaires.

Nous sommes unis par un désir d’une coopération toujours plus étroite entre Allemands et Français, fondée sur la liberté, l’égalité et la fraternité.

Nous voulons une Allemagne européenne, et non une Europe allemande.

Nous nous engageons donc – que ce soit au gouvernement ou dans l’opposition – à promouvoir les initiatives de collaboration pour le progrès et de bon voisinage entre l’Allemagne et la France. Pour nous, les bases d’un nouveau Traité de coopération franco-allemand seraient les suivantes :

  • L’Allemagne doit, conformément à la loi relative à la promotion de la stabilité de 1967, s’engager dans le cadre de l’Union européenne en faveur d’un commerce extérieur équilibré, pour le bien des travailleurs en Allemagne et de ses partenaires européens, et elle doit soutenir les salaires et les investissements publics. Les excédents commerciaux chroniques de l’Allemagne ou de la France devraient être sanctionnés par un dépôt ne portant pas d’intérêt, à reverser à la Banque européenne d’Investissement pour abonder des crédits d’investissements publics.
  • L’Allemagne et la France devraient prendre l’initiative d’une conférence européenne sur la dette et prélever un impôt sur la fortune auprès des millionnaires, suivant l’exemple de la péréquation des charges opérée en Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale. Le pacte budgétaire doit être suspendu et, en attendant une modification des traités européens, les investissements publics doivent être exclus des critères de Maastricht en matière de déficit.
  • La Banque centrale européenne et/ou la Bundesbank et la Banque de France devraient financer des investissements stratégiques communs à concurrence de deux pour cent du produit intérieur brut – par exemple dans la recherche, l’éducation, la lutte contre le changement climatique et contre le chômage des jeunes. À cette fin, et en attendant une nécessaire modification des traités européens et des statuts de la BCE, les banques de développement de l’Allemagne et de la France pourraient émettre des emprunts communs, qui seraient achetés par la BCE ou les banques centrales.
  • L’Allemagne et la France devraient ancrer dans une déclaration le principe du salaire égal pour un travail égal et la primauté des normes salariales, sociales et environnementales nationales face aux libertés du marché intérieur et à la jurisprudence de la Cour de justice européenne. Cela suppose notamment de cesser d’appliquer dans les deux Etats la directive sur les travailleurs détachés. Le salaire minimum en Allemagne et en France doit être harmonisé à moyenne échéance pour atteindre 60 pour cent du salaire moyen national.
  • L’Allemagne et la France doivent agir pour l’instauration d’une clause de non-régression des droits sociaux et environnementaux dans le cadre de nouveaux traités européens.
  • L’Allemagne et la France doivent s’accorder sur le taux plancher d’imposition sur les bénéfices des entreprises et prélèvent un impôt à la source sur tous les versements internes aux grands groupes, tels que dividendes, intérêts ou droits de licence, qui sont taxés à des taux réduits dans des paradis fiscaux, proches ou éloignés. Ensemble nos deux pays doivent mettre un taux de TVA réduit commun sur les biens de première nécessité.
  • L’Allemagne est la France doivent mettre en œuvre des actions conjointes y compris coercitives contre les paradis fiscaux, même s’ils sont des Etats membres de l’Union européenne
  • L’Allemagne et la France refusent tout nouvel accord commercial et d’investissement si celui-ci conduit à la privatisation et la libéralisation des services publics et municipaux, à l’affaiblissement des salaires, de l’État social, de l’environnement et de la protection des consommateurs. Nous excluons toute justice spéciale réservée aux grandes entreprises.
  • L’Allemagne et la France se fixent des objectifs mutuels en matière de désarmement, s’engagent pour un arrêt immédiat des exportations d’armes vers les zones de crise et pour le renforcement du dialogue sur la sécurité avec la Russie dans le cadre de l’OSCE.
  • À l’instar du conseil des ministres franco-allemand, les parlements d’Allemagne et de France doivent échanger régulièrement au sein d’une commission commune, et les chanceliers allemands et présidents français doivent présenter une déclaration gouvernementale sur les sommets franco-allemands.
  • Nous nous engageons à augmenter de manière significative les moyens en faveur des échanges entre jeunes français et allemands, du développement des cours de langue allemande ou française dans nos systèmes scolaires, des initiatives culturelles franco-allemandes et de la chaîne de télévision ARTE. Les jeunes domiciliés en Allemagne ou en France devraient pouvoir bénéficier, à leur majorité, d’une année de transport en train gratuit dans l’autre pays.
  • La France et l’Allemagne s’engagent à coopérer pour la sortie conjointe et coopérative de l’énergie nucléaire et des énergies fossiles. L’industrie nucléaire française doit cesser de menacer l’Europe, et les mines de lignite allemandes doivent cesser d’empoisonner l’Europe. Nous souhaitons la coopération la plus renforcée pour atteindre l’objectif de 100% d’énergies renouvelables.
  • La France et l’Allemagne s’engagent à respecter le droit d’asile et à le faire respecter dans l’Union européenne. Les deux pays s’engagent à agir sur les causes de migrations forcées, qui provoquent la misère, l’exploitation et la mort. A cette fin, ils rejettent les accords de libre-échange entre l’Union européenne et les pays tiers, réitèrent l’urgence d’une action pour contrer le changement climatique, et condamnent les opérations de déstabilisation militaire, qui sont à la source des migrations de masse. Ils appellent à une conférence annuelle des migrations sous égide de l’ONU.
  • La France et l’Allemagne devraient mettre au point ensemble un plan de sortie des pesticides dans le domaine agricole, définir des normes rigoureuses contre la souffrance animale et les élevages intensifs indignes, prononcer un moratoire sur l’extractivisme dans leurs pays respectifs et agir pour éradiquer l’obsolescence programmée
  • Les deux parties s’engagent à soutenir à l’ONU un tribunal international de justice économique pour juger les crimes financiers transnationaux (fraude fiscale internationale, spéculation, corruption) et un tribunal international de justice environnementale
  • Dans cet esprit, nous souhaitons l’adoption de nouveaux traités européens, soumis à référendum dans tous les États membres de l’Union européenne, et nous voulons avant cela mettre en œuvre les initiatives ci-dessus par la voie du travail commun franco-allemand et de la coopération renforcée.
 
 
 
 
Ajoutée le 22 janv. 2018
ABONNÉ 12 K
 
1ère séance : Allocution de M. Wolfgang Schäuble, Président du Bundestag ; Discussion de la proposition de résolution pour un nouveau Traité de l’Élysée + Discours d'Eric Coquerel (député France insoumise). Le 22/01/2018, Assemblée nationale.

j gir
Bravo les Insoumis, les Communistes et Die Linke
 
Sylvain Gautier
Bravo Monsieur Eric Coquerel
 
Jérôme Le Quéau
Merci Mr Coquerel union des insoumis d'Europe, RESISTANCE!!!
 
Alain Huard
Cette profonde débilité des députés LREM et autres soumis qu'on voit dans ces ricanements quand Chassaigne évoque les grands noms allemands, dont karl Marx ! Alors que putain, l'analyse de Marx est toujours d'une validité implacable à travers le temps ! C'est la médiocratie qui règne, voilà le nouveau reich !
Steph H
Magnifique discours et démonstration de la "pauvreté" du traité envisagé. J'ai encore plus apprécié ses propositions pour en modifier la teneur. Malheureusement ce beau discours ne risque pas d'être repris dans les médias mainstream. Cela aurait fait une bonne base pour des débats avec nos adversaires politiques. Mais on ne va quand même pas faire autre chose que de s'invectiver sur la petite phrase de machin ou de truc ...
 
Brigitte Silvestro
Entièrement d'accord avec FI . Beau discours de Chassaigne !
 
Patrickmoi Moi
Chassaigne très bien aussi bravo
 
Bruno Bate
Lrem ts des pantins ts autant qu'ils sont...
emmanuel jo
Ce Coquerel !!! Une grande fierté de l'avoir à nos côtés ! :D
 
Patrickmoi Moi
Super bvo tjrs très bien La.Fi. très grave là on va vers l extrême droite
 
TIGROUO8
La France Insoumise Die Linke et Chassaigne ont le même objectif, Merci  M. Coquerel et M. Chassaigne pour votre discours
Aigle Quatre
Bon, je ne veux rien dire, mais les en marche vers la dictature, applaudissent à s'en démonter les doigts, le premier des fossoyeurs du peuple grec

TheDidier06

le pauvre " chassaigne " et la " FI "prêchent malheureusement dans le désert, contre le mépris des LREM , c'est malheureux a dire mais il n'y a plus rien a faire a part les renverser !!!!!!!!
 
Aquablue03
Merci ÉRIC ? Pour De Gaulle , je ne savais pas , évidemment , ça change tout !
 
Vincent Bntd
Coquerel très bon, Chassaigne excellent, les autres ... ben à plat ventre et sous la carpette. Avec une assemblée comme celle-ci, la prochaine invasion se fera sous les applaudissements de tous les benêts et collabos habituels de bas étage. Shaüble peut ricaner, hélas, grace à sa représentation, notre pays a perdu sa dignité !
 
William Georges
Merci d'avoir parlé de de Gaulle et de son opposition aux Yankees . Je ne parle pas du peuple étasunien. L'Europe n'existe plus ... c'était justement le but recherché.
 
 
Aigle Quatre
Schauble, le nouveau Goebbels du Reich de Merkel.
pierrot
A nouveau Bravo Coquerel ( 1er ministre de la future 6ème République) mais aussi à André Chassaigne , et arrêtez de faire les singes à droites :-) et Mélenchon qui stresse et surveille le chronmètre , mdr :-)
 
 
samuel verstraete
insoumis et communiste donnent la leçon
l'Allemagne et la France ne sont plus en guerre mais macron est comparable à Pétain soumis à l'Allemagne ! Bravo à Eric Coquerelet à Chassaigne pour leur très beaux discours plein d'humanité
 
Jl Espinar
Bravo, bravo et bravo INSOUMIS à E Coquerel . Le "petit baron rugy" est indigne à la présidence de notre parlement.
 
 
Thierry Dournel
La France Insoumise dit non, et explique clairement pourquoi, se sont les seuls à le faire.
 
sylviane pantigny
Ah les moutons qui se lèvent un à un ! Pitoyable !
 
****
 
*
 
 
 
 
 
 

 

24/01/2018

RUFFIN... Les Insoumis Pour la reconnaissance de l'épuisement professionnel appelé burn-out.

Bravo François ! On ne perd pas son temps à l'écouter... Ils ne perdent pas le leur à l'Assemblée Nationale, même s'il faut déplorer la non-recevabilité de leurs nombreux amendements. Avec eux, on sait.

Les députés de la France insoumise demandent à ce que le syndrome d'épuisement professionnel soit pris en charge par la branche accidents du travail.

INTERVIEW

36% des Français déclarent avoir déjà fait un burn-out au travail, selon une enquête de la CFDT publiée en mars 2017. Si ce syndrome d'épuisement est pris en charge par l'assurance maladie, il n'est pas encore considéré comme une maladie professionnelle. Mercredi, l'Assemblée nationale se penche sur une proposition de loi soutenue par les députés de La France insoumise, et qui vise précisément à la reconnaissance du burn-out comme maladie professionnelle, ce qui permettrait une prise en charge par la branche accidents du travail, financée par les employeurs. "Ça ne serait plus la collectivité qui paierait, car aujourd'hui ce sont les assurés qui paient - même Agnès Buzyn, la ministre de la Santé le reconnait -, pour les défaillances managériales", relève au micro de la matinale d'Europe 1 François Ruffin, député LFI de la Somme.

Pousser les employeurs à renforcer la prévention. Pour l'élu, cette mesure aurait "une conséquence importante pour la prévention". "Aujourd'hui, la sanction est une prévention. Quel est l'intérêt d'un employeur de vraiment prendre en compte les risques psychosociaux, s'il n'a pas à payer pour les dépressions qu'il peut produire en série ou les troubles psychiques qu'il engendre ? Si jamais ça apparaît dans leur bilan comptable, ils vont avoir un intérêt à se dire : 'comment on réduit ça ?'", estime-t-il. 

Un mal (trop) difficile à cerner ? Pour autant, il est souvent argué qu'il est difficile d'identifier l'élément déclencheur d'un burn-out. Si un salarié qui se blesse sur une machine est factuellement victime d'un accident professionnel, comment déterminer si un employé soumis à une forte pression dans son travail n'a pas non plus craqué suite à un problème personnel ? "C'est ce qu'on a dit sur tout. Sur la silicose, on a dit que ça pouvait être à cause du tabac. À chaque fois qu'il y a une avancée sur le terrain des maladies professionnelles, on nous réplique que c'est multifactoriel", s'agace François Ruffin, qui veut faire valoir la dimension économique de la proposition qu'il défend. "Quand, aujourd'hui, on se bagarre pour économiser, là ce sont plusieurs milliards d'euros qui sont en jeu. À savoir : est-ce que la collectivité va pouvoir se décharger de ça ?"

 

Joel Petitjean
Merci Mr Ruffin pour defendre la vie des " ouvriers "
3
 
 
 
 
arlette bonnet
Merci François Ruffin !
 
 
 
Ajoutée le 24 janv. 2018
ABONNÉ 37 K
J'étais ce matin auditionné par la Commission des affaires sociales de l'Assemblée nationale pour défendre ma proposition de loi sur sur le Burn Out et sur la reconnaissance comme maladie professionnelle les troubles psychiques liés au travail. Alors, on ne vous met pas les 2 heures de débats, que vous pouvez retrouver sur ma page Facebook (on était en direct), mais mon discours de présentation et de conclusion, après qu'En Marche ait (sans blagues !) refuser notre proposition de loi. Bon visionnage à toutes et tous, n'hésitez pas à partager, commenter, etc., etc.
 

LE MEDIA ... FRAICHEUR ET DEMOCRATIE.. On ne coupe pas la parole aux invités

Un peu à l 'écart ces jours-ci des infos ... Je me suis rattrapée ce matin avec mon MEDIA CITOYEN... sur plusieurs jours ...

PAS DE LANGUE DE BOIS, PAS DE DENIGREMENT, PAS DE PAROLE COUPEE, DE HAINE....

ça fait du bien ! Et si l'on rate ce journal citoyen de 20 Heures un jour, pas de problème, on va sur Youtube !

 

18/01/2018

LE MEDIA... sur Youtube uniquement. L'information autrement.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique