logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

18/05/2017

SAMEDI AU THEATRE CE SOIR AVEC LES HABASOURDIS

Le théâtre amateur dans les Landes

Quand le plaisir du théâtre vous arrache du fauteuil et vous pousse sur les planches...

 

THEATRE AMATEUR HABAS 001.jpg

La formule "théâtre amateur" date d'un demi-siècle à peine.

le théâtre amateur ne fait pas du théâtre son gagne-pain

Il a moins de métier que le professionnel,

Il passe pour certains pour une activité frivole, alors que c'est un loisir studieux

un travail artisanal : on dit "on va faire du théâtre"

En l'occurrence, samedi soir, fait par les gens d'HABAS pour les gens d'HABAS

en priorité, mais ouvert à tous.

Les comédiens amateurs dépensent beaucoup d'énergie à répéter après les journées d'études ou de travail,

à construire eux-mêmes leurs décors, confectionner les costumes, fabriquer des accessoires

Cela suppose un certain dévouement

Merci à eux, ces Habasourdis,

qui participent à la vie sociale, associative de HABAS

Ces amateurs appartiennent au monde de ceux qui sont venus les regarder.

On les reconnaît sur scène

et on les voit jouer autant qu'on voit la pièce jouer.

 le public se reconnaît dans le besoin de jouer, de rêver, de se cultiver

des comédiens amateurs

 

IL SERA PRESENT SAMEDI SOIR 20 MAI à 20 H 30

POUR LE SPECTACLE ANNUEL DES HABASOURDIS

 

On  applaudira les jeunes comédiens dans une pièce de Christian LAMBLIN : LE CAMBRIOLEUR

Plusieurs enfants sont réunis chez l’un d’entre eux pour une soirée pyjama. Ils sont sous la responsabilité de leurs hôtes adultes.  Malheureusement, ceux-ci  ont un contre-temps et arriveront avec beaucoup de retard. Les enfants sont seuls.
Ils apprennent par la radio qu’un dangereux malfaiteur rôde et entre dans les maisons...
Frissons (pour rire), quiproquos sont au rendez-vous.

 

 

 http://www.sudouest.fr/2016/11/28/le-beau-succes-de-vision-cultures-2582840-3328.php

VIVE ET QUE VIVE LE THEATRE AMATEUR

Le candidat de la France Insoumise dans ma circonscription

Président de Vision Cultures

 

Le beau succès de Vision cultures
Les comédiens des cinq troupes de théâtre ont posé pour la photo souvenir
Photo Leïla Bop

Les rencontres théâtrales en Pays tarusate ont connu leur épilogue vendredi soir dans la salle du Foyer des jeunes de Carcarès-Sainte-Croix.

« Les rencontres théâtrales en Pays tarusate ont désormais atteint leur rythme de croisière et fidélisent un public de plus en plus nombreux », s’est félicité Philippe Dubourg, le président de Vision cultures, vendredi, dans la salle du foyer des jeunes, transformée en auberge espagnole. Comme le veut la tradition, les cinq troupes amateur qui se sont produites à Boos, Souprosse, Meilhan, Lamothe et Bégaar, avaient amené leurs meilleurs cordons bleus pour terminer la saison sur une note « gastronomico-conviviale ».

 

L’occasion pour la Rionnaise, Jacqueline Malbec, cheville ouvrière de l’organisation, de féliciter tous les acteurs qui se sont donnés à fond pour satisfaire les spectateurs. Ainsi, des records ont été enregistrés à Meilhan et Bégaar.

2017 tout aussi attractif

D’où l’amertume de Philippe Dubourg qui considère que l’association Vision cultures a fait la preuve de son rayonnement communautaire et, qu’à ce titre, elle devrait bénéficier d’une subvention de la Communauté de communes du Pays tarusate qui, jusqu’à l’heure, lui a toujours opposé un refus. Pour autant, le maire de Carcarès-Sainte-Croix a tenu à remercier les municipalités ayant accueilli un spectacle et offert le pot de l’amitié.

Les bénévoles sont prêts à mouiller la chemise pour proposer une édition 2017 tout aussi attractive. D’autre part, Philippe Dubourg, attristé par la disparition de la troupe locale Sans sucre ajouté, envisage de créer un atelier théâtre, histoire de susciter de nouvelles vocations.

En attendant, les comédiens du Théâtre de l’amitié de Bégaar, ceux du Carton à chapeaux de Montfort-en-Chalosse, de TN 10 d’Aurice, du Trou de mémoire de Pontonx-sur-l’Adour et de La clairière de Morcenx se sont jurés de revenir en Pays tarusate, territoire béni pour le théâtre amateur dont ils sont d’excellents ambassadeurs.

Guy Bop


 

 

 

 

17/05/2017

LA MINISTRE DU TRAVAIL EN PLEIN BUSINESS.. FRANCE !

-Présidence de M. Jean-Claude Lenoir, président, puis de M. Gérard César,
vice-président
-

Audition de Mme Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France, ambassadrice déléguée aux investissements internationaux

La réunion est reprise à 10 heures 20.

M. Jean-Claude Lenoir, président. - J'ai le grand plaisir d'accueillir Mme Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France, ambassadrice déléguée aux investissements internationaux.

Madame la directrice générale, cela fait déjà un certain temps que la commission des affaires économiques envisage de vous entendre, mais notre agenda législatif a été extrêmement occupé depuis la rentrée de septembre. Une fenêtre s'étant ouverte la semaine dernière, c'est au dernier moment que je vous ai sollicitée pour cette audition - et vous avez tout de suite répondu favorablement à ma demande. Merci d'avoir accepté cette invitation.

Business France résulte de la fusion, décidée en février 2014, entre Ubifrance, l'opérateur de l'État jusqu'alors en charge de l'accompagnement des entreprises à l'export, et l'Agence française pour les investissements internationaux (AFII).

L'intégration a eu lieu début 2015. En ce qui concerne les ressources humaines, onze accords collectifs ont été signés à l'unanimité pour rendre possibles les évolutions statutaires nécessaires. Aujourd'hui, le nouvel ensemble compte plus de mille cinq cents collaborateurs, dont les deux tiers sont en poste à l'étranger.

Une part importante des exportations françaises - près du tiers - est réalisée par des entreprises étrangères installées en France. Attirer un investisseur qui produira en France, ce qui était le métier de l'AFII, c'est aussi renforcer le potentiel exportateur de notre pays. Business France, en fusionnant les activités d'exportation d'une part et d'investissements étrangers en France d'autre part, permet de lier deux activités réellement complémentaires.

Toutefois, la création de Business France ne met pas fin à la fragmentation de notre dispositif d'appui aux exportations. Il compte aujourd'hui trois acteurs principaux : Business France, Bpifrance et le réseau consulaire. S'y ajoutent les régions, qui disposent souvent de délégations assez importantes, très présentes sur le terrain, ainsi que le réseau associatif des CCI à l'international, que nous rencontrons lors de nos missions à l'étranger.

Une meilleure coordination de tous ces acteurs est donc évidemment nécessaire pour renforcer l'efficience de ce dispositif et offrir un service plus performant à moindre coût, dans le contexte budgétaire contraint que nous connaissons.

Je pense que vous souhaiterez nous dire un mot de votre vision de la France dans l'économie mondiale.

Vous pouvez compter sur le soutien de notre collègue Alain Chatillon, qui représente le Sénat au conseil d'administration de Business France, qui suit particulièrement ces dossiers grâce à son expérience de chef d'entreprise, d'exportateur et de représentant du département de la Haute-Garonne au Sénat, ainsi que sur celui de notre collègue Martial Bourquin, rapporteur.

Madame la directrice générale, vous avez la parole.

Mme Muriel Pénicaud, directrice générale de Business France, ambassadrice déléguée aux investissements internationaux. - Monsieur le président, mesdames et messieurs les sénateurs, vous me permettrez de saluer tout particulièrement le sénateur Alain Chatillon, qui représente le Sénat au conseil d'administration de Business France.

C'est un honneur et un plaisir pour moi, après deux ans et demi passés à la tête d'Ubifrance et de l'AFII, puis de Business France, de venir vous présenter le bilan de la création de Business France, et de partager avec vous les enjeux et les perspectives de notre action.

La loi a désigné Business France comme l'opérateur en charge de l'internationalisation de l'économie française. Notre raison d'être, c'est de servir les entreprises pour servir notre pays, aller chercher la croissance partout dans le monde pour favoriser la création d'activités, d'emplois et de valeur ajoutée au bénéfice de la France.

Nos missions sont au nombre de trois : développement international des entreprises basées en France et de leurs exportations, prospection, accueil et accompagnement des investisseurs étrangers, promotion de l'attractivité et de l'image économique de la France, l'AFII exerçant déjà un peu cette dernière, contrairement à Ubifrance.

.....

 

PAS SI CLEAN que ça !

https://actu.fr/normandie/havre_76351/edouard-philippe-premier-ministre-casseroles-patrimoine-flash-exces-vitesse-tacles-macron_2002016.html

Excès de vitesse, patrimoine, tacles à Macron… Les « casseroles » du Premier ministre Édouard Philippe

Homme pressé, Édouard Philippe ne l’est pas qu’en politique. Le maire du Havre, nommé Premier ministre lundi 15 mai, l’est aussi en voiture ou dans sa déclaration de patrimoine.

 

Édouard Philippe, maire du Havre (Seine-Maritime) et nouveau Premier ministre d’Emmanuel Macron, est un homme pressé. En politique, bien sûr, en voiture aussi, en déclaration de patrimoine surtout. En octobre 2015, l’avocat de 46 ans avouait s’être fait arrêter en grand excès de vitesse, sur l’autoroute A13, à Tourville-la-Rivière. En 2014, sa déclaration de patrimoine était épinglée, comme celles de 23 autres parlementaires.

Honnête, il avait rendu lui-même public son excès de vitesse, 150km/h au lieu de 110. « Cette infraction est regrettable », affirmait-il dans un communiqué. « Qu’elle soit la première en plus de vingt ans de conduite ne la rend pas excusable. J’en assume donc les conséquences et c’est normal. » Maire du Havre depuis 2010, Édouard Philippe avait été flashé au volant d’une voiture de la ville, en se rendant à une réunion de famille. 

Édouard Philippe, pas toujours fan d’Emmanuel Macron

L’engouement autour de sa nomination à Matignon aidant, les internautes se sont attelés à déterrer d’anciennes publications d’Édouard Philippe. Notamment ses déclarations sur son nouveau président, Emmanuel Macron. En août 2014, à sa nomination au poste de ministre de l’Économie et des Finances, le député-maire du Havre ironisait sur le métier de banquier d’Emmanuel Macron. 

Le 18 janvier 2017, dans l’une de ses tribunes sur Libération, il désignait Emmanuel Macron comme « Brutus ». Le député LR écrit douter que le futur président soit « le fils naturel de Kennedy et de Mendès France ». Il tacle à la gorge : « Le premier avait plus de charisme, le second plus de principes ». Et de continuer sur le « banquier technocrate en marche », qu’il traduit en latin : « ambulans »

Quand Édouard Philippe « plaisante » avec la transparence

Les finances d’Édouard Philippe sont aussi sujettes à discussion. Dans un article publié vendredi 12 mai, Mediapart évoque un blâme reçu au sujet de sa déclaration de patrimoine. En 2014, le député proche d’Alain Juppé aurait refusé « de fournir certaines informations sur sa déclaration de patrimoine de 2014, pourtant exigées par la loi ».

Selon Mediapart, Édouard Philippe a indiqué n’avoir « aucune idée » des valeurs de ses biens immobiliers. À savoir : un appartement à Paris, une résidence en Seine-Maritime et un bien en Indre-et-Loire. Édouard Philippe qui, avec le groupe UMP, s’était opposé aux lois sur la transparence en 2013, fait partie des 23 parlementaires (sur 1 048) à avoir eu une « appréciation ». C’est à dire l’ajout de la valeur fiscale estimée des « oublis ». 

Sur sa déclaration, Édouard Philippe manie une certaine forme d’humour. À la première question, celle sur « les activités professionnelles donnant lieu à rémunération », le nouveau Premier ministre s’est un peu amusé : « Je ne suis pas certain de comprendre la question », écrit-il concernant sa profession d’avocat. « Vous voulez connaître mon taux horaire au jour de l’élection ? Ma rémunération mensuelle moyenne ? Annuelle ? »

Un sarcasme avec la transparence pas neuf pour Édouard Philippe. Il aurait raconté, toujours selon Mediapart, avoir déjà rempli des déclarations du même type avec des points d’interrogation. 

 

https://actu.fr/normandie/havre_76351/edouard-philippe-macron-compatible-premier-ministre-payait-president-republique-emmanuel-macron_2009195.html

Sur les plateaux télévisés, Édouard Philippe déclarait qu’Emmanuel Macron était « un homme de gauche, socialiste, rappelant que c’est lui qui a organisé la politique économique de la France de 2014 à 2016 ». Cinglant, le député-maire de Seine-Maritime ne mâchait pas ses mots : « Il n’a pas fait grand chose de considérable. Il a été nommé par un Président qu’il a fini par trahir. » Le mot est lâché : Édouard Philippe, resté fidèle et loyal à son parti, n’aime pas les traîtres. Et pourtant… Certains pourront assimiler son départ pour Matignon à une haute trahison. Coup de poignard dans le dos de son camp ou coup de pouce pour les législatives ? 

 Et l’élu normand de s’enflammer : « Macron, qui n’assume rien mais promet tout, avec la fougue d’un conquérant juvénile et le cynisme d’un vieux routier (si j’ose dire, s’agissant du promoteur des autocars) ».

 

« J’aime bien Emmanuel Macron »

Pourtant, Emmanuel Macron, Édouard Philippe avoue l’apprécier. On n’ose imaginer les mots qu’il emploierait s’il n’avait pas un minimum de sympathie pour le nouveau Président : 

De quoi restera-t-il le nom ? D’une révolution manquée ou d’une victoire éclair ? D’une trahison misérable ou d’une ambition démesurée ? Personne ne peut le dire aujourd’hui. Car une chose est sûre depuis le début de cette campagne : en matière politique, au moins autant que nos ancêtres les Romains, nous sommes fous, nous les Gaulois.

Aucun doute, Édouard Philippe est bel et bien un Gaulois : il fait le pari de travailler avec « un homme de gauche, socialiste, nommé par un Président qu’il va finir par trahir… » Celui qui disait « ne pas se placer dans l’hypothèse de participer au gouvernement d’Emmanuel Macron » a bel et bien fait le choix de la « transgression ».

***

Pour manger à la gamelle, ils sont prêts à tout !

15/05/2017

La Lyre Habassaise... toute une histoire

2017-05-14 CAFE DE LA PAIX.jpg

racontée par Pierre PENDANX au Café de la Paix

ce dimanche matin

Approuvée par les témoignages des anciens

aux rencontres inter-générationnelles qui ont lieu chaque mois au café de la paix à HABAS
pour échanger et se remémorer l'histoire de HABAS d'ANTAN à NOS JOURS.

CAFE DE LA PAIX 018.JPG

Pierre PENDANX connaît bien la musique, puisqu'il l'a assidûment fréquentée depuis 1949

Capture PENDANX 3.JPG

Les novices en la matière ont appris de sa bouche

"qu'avant la LYRE HABASSAISE

IL Y A EU FANFARE ET ORPHEON,

à l'instar des villes les mieux outillées".

**

Une FANFARE

fondée en 1901 par Monsieur Adrien LABORDE.

Les frères LABORDE au nombre de 4 étaient tous chefs de musique militaire.

"ça aussi c'est à signaler parce qu'autrefois les chefs de musique militaire, ce n'était pas n'importe qui.

Même s'il était capitaine, on l'appelait Monsieur. C'était un Monsieur.

"La fanfare avait des membres honoraires, faisait des répétitions le soir, 3 ou 4 par semaine.

Elle jouait souvent le dimanche après les vêpres, sur les diverses places,

dans un kiosque qui se démontait à volonté".

CAFE DE LA PAIX 056.JPG

"Elle se fit entendre pour la Fête Dieu et pour les funérailles des sociétaires".

A ce propos, Monsieur PENDANX raconte que la fanfare a cessé de jouer aux funérailles,

 quand aux obsèques d'un jeune homme de Pomarez,

"tout le monde pleurait et la fanfare s'est arrêtée de jouer".

 

**

Un ORPHEON

- une chorale d'hommes d'environ 60 à 70 membres-

qui a laissé place à la LYRE.

Capture PENDANX.JPG

CAFE DE LA PAIX 059.JPG

CAFE DE LA PAIX 058.JPG


Naturellement, la Société a connu des hauts et des bas depuis sa création.

Capture Café.JPG

"En sommeil pendant les deux guerres mondiales, elle a repris chaque fois ses activités sous l'impulsion des dirigeants

que nous tenons particulièrement à remercier"

"La guerre de 14 a laissé dans ses rangs des vides tels que notre société a dû attendre 1936 pour refaire surface avec les rescapés de la guerre et quelques jeunes recrues".

CAFE DE LA PAIX 048.JPG

"Après la guerre 14 c'est Monsieur MEGRET qui a donné impulsion à la Lyre pour la remontée et ramasser les "morceaux" ; le docteur MASSIE en devient Président".

CAFE DE LA PAIX 051.JPG

 Malheureusement de nouveau la guerre plonge la LYRE dans un profond sommeil de 1939 à 1944

CAFE DE LA PAIX 014.JPG

 LA LYRE ... PAS QUE LA MUSIQUE !

"Dès ses débuts la Lyre a cherché à développer tous les dons artistiques de ses membres ;

elle organisa des soirées théâtrales.
Reprise en 1946 et amplifiée à partir de 1987; cette heureuse initiative a permis de découvrir
des talents d'acteurs, chanteurs, metteurs en scène, ou danseurs

qui ne demandaient qu'à éclore .

CAFE DE LA PAIX 054.JPG

Parallèlement à son ainée la LYRE, naît entre les deux guerres une société soeur,

la clique habassaise

à l'initiative et sous l'impulsion de Monsieur CAZAUX qui fut également un des pionniers à l'origine de la LYRE.

  La clique est dirigée par monsieur Gaston LALANNE puis Gérard CAZAUX, fils de Henri CAZAUX.

C'est à partir de 1950 que cette formation connaît une période faste jalonnée d'une moisson de lauriers dans les grands concours régionaux et nationaux."

Capture PENDANX 2.JPG

CAFE DE LA PAIX 029.JPG

En 1957 il cède la baguette à M. Georges CAZAUX à qui nous devons avec l'appui de la municipalité la création en 1961 de l'ECOLE DE MUSIQUE
Depuis lors les municipalités successives ont compris son importance dans la formation des jeunes et la pérénnité de notre société.

Depuis 1961 c'est le directeur de l'école de musique qui dirige l'Harmonie,

CAFE DE LA PAIX 055.JPG

CAFE DE LA PAIX 057.JPG

Actuellement la LYRE est forte d'une cinquantaine de membres

De nombreux jeunes se sont harmonieusement intégrés

LA LYRE se met au service de la commune

pour l'animation de toutes les manifestations locales , aux fêtes des communes voisines ainsi qu'à divers festivals et concerts".

 

CAFE DE LA PAIX 049.JPG

Dans l'assistance, Jean LALANNE, fin conteur et fin chanteur,

se souvient et raconte ...

LES AUBADES DU PREMIER DE L'AN

Il confirme que la musique adoucit les moeurs et détend

"On entendait les roucoulades"

CAFE DE LA PAIX 031.JPG

***

LA MUSIQUE / UN MOYEN DE CREER DU LIEN SOCIAL

 Un peu de nostalgie

On se souvient d'un temps...

"Avant - guerre, on mangeait bien, on faisait de fameux repas"

CAFE DE LA PAIX 028.JPG

LA LYRE NE VIT PAS QUE DE MUSIQUE ET D'EAU FRAICHE

Les rires fusent aux anecdotes des uns et des autres.

( Lulu nous a rapporté quelques photos de Robert, son mari, musicien à la LYRE

"le plus ancien" me dit-elle)

CAFE DE LA PAIX 026.JPG

CAFE DE LA PAIX 025.JPG

CAFE DE LA PAIX 027.JPG

Et chacune et chacun de se remémorer

les retrouvailles par quartier, sur les bancs ou "les chaises qu'on allait chercher"

"C'était fraternel" "On avait besoin des autres".

"Il n'y avait pas l'actualité télévisée, alors après manger on allait s'asseoir devant le pas de porte

et "on refaisait le monde".

"à la sortie des vêpres, les gens, même s'ils n'allaient pas à la messe, allaient au bistro".

 "Les enfants allaient à pied,  les plus grands s'occupaient des tout petits". "ils marchaient vachement à l'époque".

 TOUT LE MONDE PARTICIPAIT A LA FETE AU VILLAGE; IL Y AVAIT DU LIEN SOCIAL."

 

CAFE DE LA PAIX 053.JPG

Quelques regrets partagés :

"Avant, tout était bénévolat ; la Société a changé, on ne fait plus rien sans être payé"

CAFE DE LA PAIX 016.JPG

LA LYRE JOUAIT AUSSI DANS LES ARENES EN BOIS

OUI IL Y A EU A UNE EPOQUE ... DES ARENES EN BOIS A HABAS ...

CAFE DE LA PAIX 047.JPG

Jean LALANNE nous a raconté avec le talent qu'on lui connaît

l'histoire qui aurait pu mal se terminer pour le musicien

nullement affolé par la vache échappée dans l'arène et fonçant droit sur lui.

Croyant qu'il s'agissait d'un jeu, d'une plaisanterie,

il continuait de souffler  dans son bugle en regardant sa partition,

tandis qu'un musicien de la Lyre s'évertuait à faire des passes avec son drapeau

pour éloigner la bête.

 

CAFE DE LA PAIX 021.JPG

CAFE DE LA PAIX 050.JPG

2017-05-14 CAFE DE LA PAIX2.jpg

Il paraît que la BERGERONNETTE a été un gros succès de la LYRE

Alors la prochaine fois que je rencontre les musiciens

je leur demande ce morceau

Résultat de recherche d'images pour "LA BERGERONNETTE MUSIQUE"

Je n'ai pas perdu mon temps ce dimanche matin au Café de la Paix d'HABAS.

 

2017-05-14 CAFE DE LA PAIX1.jpg

Desktop7.jpg

Monsieur PENDANX a cité tous ceux qui ont contribué aux activités et à la réussite de la LYRE HABASSAISE

SES PRESIDENTS SUCCESSIFS

Albert DESTRIBAT, Albert MASSIE, Maurice CAMPAGNE, Paul TUQUOI, Jacques LACCASSAGNE, Jean GARROUTEIGT,...

SES CHEFS DE MUSIQUE

Adrien LABORDE, Auguste LARMAGNA, Pierre MAIGRET,  Georges CAZAUX, Antoine PONS, Roland DIANA, Serge DUTOURNIER.

 L'HARMONIE LYRE HABASSAISE A FETE SES 110 ANS EN 2011

14/05/2017

DISCOURS DE Jean-Luc MELENCHON A LA CONVENTION LEGISLATIVE

Ce samedi 13 mai se tient la convention législatives de la France insoumise. A 16h30, Jean-Luc Mélenchon fera un discours de conclusion. Participez sur les réseaux-sociaux avec le hashtag #LégislativesFi.

Législatives. Jean-Luc Mélenchon « Nous sommes candidats partout avec un objectif : gouverner le pays »

Julia Hamlaoui
Samedi, 13 Mai, 2017
Humanite.fr
Un millier de personnes ce samedi à Villejuif pour le lancement national de la campagne des législatives de la France insoumise. (Photo AFP)
Un millier de personnes ce samedi à Villejuif pour le lancement national de la campagne des législatives de la France insoumise. (Photo AFP)

La France insoumise est officiellement entrée en campagne pour les législatives lors de sa convention nationale, ce samedi 13 mai 2017 à Villejuif dans le Val-de-Marne.

Lisez gratuitement en numérique l'Humanité et l'Humanité Dimanche pendant un mois.
 

La France insoumise (FI) a réuni samedi à Villejuif plus de 1000 de ses candidats, titulaires et suppléants, et directeurs de campagne, selon les organisateurs, pour la deuxième convention nationale du mouvement consacrée au lancement de la campagne des législatives. Après les prises de parole de personnalités investies par FI pour le scrutin de juin, comme l'humoriste Gérald Dahan, la championne du monde de kick-boxing Sarah Soilihi ou encore le réalisateur de Merci patron ! François Ruffin, le fondateur du mouvement, Jean-Luc Mélenchon a prononcé un discours d’une heure, entre bilan de la présidentielle et entrée en campagne.

« Nous sommes candidats partout avec un objectif : gouverner le pays, constituer une nouvelle majorité », a-t-il d’emblée lancé répétant ensuite à plusieurs reprises : « nous ne sommes pas là pour une personne, ni même pour 577, mais pour un programme », l’Avenir en commun qu’il a défendu lors de l’élection présidentielle dont le résultat sera, selon lui, « un nouveau point d’appui ».

La vidéo du discours de Jean-Luc Mélenchon

Balayant les critiques à propos des « parachutages », alors que lui-même se présente à Marseille (Bouches-du-Rhône), Jean-Luc Mélenchon a estimé que « nous sommes continuellement des parachutés : personne ne choisit où il est mis au monde ».

"(VALLAUD et Najad VALLAUD-BELKHACEM iront respectivement dans une circonscription des Landes et à Villeurbanne sans que ça gêne quiconque et ce sont les mêmes qui critiquent JL M.. Ils ont la critique partisane ces pauvres malheureux de Benoît)." Miche

Il a également tenté d’évacuer les « polémiques » à propos de la signature de la charte que FI exige de ses candidats, en partie source du désaccord pour les législatives avec le PCF qui refuse de se présenter sous l’unique étiquette de ce mouvement. C’est « la garantie pour nos électeurs que ce pour quoi ils votent sera respecté par ceux qu’ils ont élus », a plaidé Jean-Luc Mélenchon envoyant au passage une pique au député Front de gauche qui a voté contre le mariage pour tous. « La condition numéro un que nous posons, à quelques exceptions près, à ceux qui veulent faire équipe avec nous c’est qu’ils déposent leur candidature en tant que France insoumise », a-t-il également insisté. Ces « exceptions », qui n’ont pas eu à signer la charte exigée  des autres candidats FI, concernent la député communiste sortante Marie-George Buffet, la porte-parole d’Ensemble !, Clémentine Autain, le député écologiste Sergio Coronado, la députée réunionnaise Huguette Bello et le journaliste François Ruffin, a listé l’animatrice du comité électoral de FI, Martine Billard. Une liste auxquels s’ajoutent les députés communistes sortant ayant parrainé Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle (2) , a annoncé son directeur de campagne, Manuel Bompard.

Du "pour" le programme de la France insoumise et du "contre" Macron

L’ex-candidat à la présidentielle a également fait du nouveau président Emmanuel Macron, le « seul interlocuteur politique » valable. Et de dessiner les thèmes d’une campagne que le fondateur de la France insoumise souhaite « nationale » : contre la casse du code du travail par ordonnances, contre la réduction du nombre d’élus au parlement, contre le grand carénage de 19 centrales nucléaires, contre le Ceta ou encore les 50 milliards d’économie budgétaire… autant de projets dans les cartons du président En Marche !.

Au-delà de la constitution d’une force d’opposition, Jean-Luc Mélenchon a engagé les électeurs qui s’étaient porté sur sa candidature à voter en juin pour permettre une « cohabitation » : « Votez aux législatives pour la France insoumise. On n'a pas envie de devoir être «contre». On veut enfin pouvoir être «pour» ».

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique