logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

29/06/2013

TERRE SOLIDAIRE et PARADIS FISCAUX

 

 

15/06/2013

ILS MANIFESTENT POUR NOTRE SANTE

BELLA CIAO
de : MARTINE LOZANO
mardi 11 juin 2013 - 20h23

 

 

Samedi 15 juin 2013 à 13 h

 Place de la Bastille  

 

LA SANTE N’ EST PAS UNE MARCHANDISE

 LA SITUATION EST DE DEPENSER PLUS POUR SE SOIGNER MOINS

"Aujourd’hui se soigner devient de plus en plus difficile" "et coûte de plus en plus cher"

avec les 

franchises,

déremboursements des médicalements ;

l’imposition des indemnités journalières des victimes ,

remise en cause du 100% pour les affections de longues durée ,

dépassements d’honoraires.

 *

*

Rappelons que toutes les mesures qui empêchent le malade de se soigner correctement en France sont maintenues ; l’imposition des indemnités journalières des victimes d’accidents du travail ,de la vie et de maladies professionnelles. Cette taxation des accidentés du travail représente la double peine, la triple peine des salariés déjà victimes d’un accident du travail , Déjà confrontés à la souffrance du handicap et qui vivent avec des revenus diminués.

On se rappelle le film de Michael Moore relate une anecdote sur le système de santé américain : un homme qui souffre de fractures à deux doigts attend à l’hôpital le devis de la " réparation ; " Or il n’a pas les moyens de se faire soigner les deux doigts, le médecin lui demande alors " quel doigt voulez-vous que je vous soigne. "

*

*

 

 DIFFICULTE D ’ACCES AUX SOINS avec les

déserts médicaux,

les restructurations,

les fermetures de services et d’hôpitaux

des Réductions des emplois ;

*

*

 La durée de séjour dans le hôpitaux est réduite pour les malades. des fermetures de services interviennent tous les jours : maternités, radiothérapie d’Argenteuil ,chirurgie et maternité de Marie Galante, fermeture de services hospitaliers de maternité, de centre IVG, de centres de psychiatrie , de centres du handicap et baisse de la prise en charge des personnes âgées ;

JPEG - 103.7 ko

Rappelons que Sur l’hôpital La loi Bachelot« loi hôpital patient territoire » est maintenue, elle prévoit la privatisation de la santé aux prédateurs privés !

On est en train de transformer la santé en secteur marchand qui génère des bénéfices 

 

*

*

Pour le PERSONNEL c’est la DEGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL !

Le monde médical dans son ensemble n ’a jamais été dans une telle souffrance.

En effet on apprend selon le Docteur Pelloux médecin urgentiste que règnent aux urgences :

insécurité

violence

burnout chez le personnel soignant

 stress

fatigue

maladie musculo squelettique,suicides chez les urgentistes,

Selon le Docteur Pelloux un suicide par trimestre dont la presse parle peu, on banalise la souffrance chez le personne hospitalier comme on banalise le fait d’attendre.

Nous exigeons

Des salariés plus nombreux, mieux formés, mieux payés

 = plus de rentrées de cotisations,

JPEG - 81.2 ko

 

 

Professionnels de la santé , Usagers et Patients 

nous serons toutes et tous dans la manifestation le 15 JUIN 2013 à BASTILLE pour

 l’accès aux soins gratuits,

la reconquête de la sécurité sociale

 et pour un service public de santé !

Nous exigeons :

JPEG - 8.6 ko

 Un grand service public de la santé et de l’action sociale.
 Le retour à une protection sociale, ouverte à toute la population, basée sur le principe « chacun cotise selon ses moyens et reçoit selon ses besoins »
 Une réponse à tous les besoins sociaux pour mettre fin à toutes les formes d’exclusion
 L’accès à des soins de qualité pour toutes et tous partout de façon permanente
 L’arrêt immédiat des restructurations et fermetures pour en finir avec la loi HPST-Bachelot
 La défense et l’amélioration des statuts et des conventions collectives
 Des emplois plus nombreux et qualifiés répondant aux besoins Nous appelons à participer massivement à la manifestation nationale unitaire à Paris le samedi 15 juin, Toutes et tous ensemble Pour un financement de la protection sociale et de la sécurité sociale à la hauteur des besoins, pour un grand service public de santé et d’action sociale !

POUR LA SANTE, L’ACTION SOCIALE ,LA PROTECTION SOCIALE

notre sante est en danger Partout en Europe on assiste à des réactions populaires !

RETRAITE : des efforts efficaces, courageux, lucides

 Photo

 

Politique - le 14 Juin 2013

 

Retraites: pour Jean-Marc Ayrault, les Français devront faire des efforts

 

 

"Il y aura des efforts à faire mais ces efforts ne seront pas écrasants", a tenté de rassurer le premier ministre ce vendredi après avoir reçu le rapport Moreau sur les retraites.

Pourtant, les retraités comme les actifs ont de quoi s'inquiéter au vu de la façon dont le chef du gouvernement a accueilli ce rapport qui préconise rien de moins que d'allonger sévérement la durée de cotisation, de baisser les pensions et d'aligner les régimes des fonctionnaires sur celui du privé, afin de réaliser 7 milliards d'économies en grande partie sur le dos des particuliers.

Dans une allocution de Matignon, Jean-Marc Ayrault salue un rapport "riche, dense et utile et surtout d'une grande lucidité". Un rapport sur lequel se fonderont les concertations entre syndicats et représentants du patronat qui s'ouvrent par la conférence sociale jeudi et vendredi.

Courage et lucidité

Par ailleurs, le premier ministre a usé de son vocabulaire emprunt de rigueur, appelant au "courage" et à l'"efficacité", expliquant qu'il y avait un "devoir de vérité".

"L'ambition, qui doit être collective, c'est d'assurer la retraite de tous pour aujourd'hui, demain et après-demain, c'est la clé même de la confiance dans notre pacte social", a-t-il jugé. "Je refuserai toute opposition entre jeunes et retraités, actifs et retraités ou entre les différents régimes" public et privé, a prévenu M. Ayrault, pour qui "ce serait une mauvaise méthode".

 

QUI VA ENCORE TRINQUER ?

 


Rapport Moreau : Pierre Laurent (PCF) charge... par LCP

13/06/2013

Du brouillard sur la ligne... ALLO ? NON mais ALLO QUOI ?

 

TAPIE trop heureux de la victoire de SARKO en 2007 ... Maintenant on sait pourquoi 

 Comme d'autres pour échapper à l'impôt ou profiter de petits arrangements.

Ces gens-là, les bobos, les bling-bling,  ont souvent les convictions politiques 

 bien enfouies dans le porte-billets !

 

Affaire Tapie : le PDG d'Orange, Stéphane Richard, mis en examen pour escroquerie en bande organisée

Stéphane Richard, PDG d'Orange, a été mis en examen pour escroquerie en bande organisée mercredi 12 juin. L'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde lorsqu'elle était ministre de l'Economie a passé 48 heures en garde à vue. La police l'a interrogé sur son rôle dans la décision de recourir à un arbitrage, en 2007, pour mettre fin au litige entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. Il a ensuite été présenté aux juges d'instruction chargés de l'enquête, mercredi matin.

 

Par Francetv info avec AFP

Mis à jour le 13/06/2013 | 10:49 , publié le 13/06/2013 | 06:55

"Ça y est, j'ai les sous !" Voilà ce qu'aurait lancé Bernard Tapie le 6 mai 2007, le soir de l'élection de Nicolas Sarkozy à la présidentielle. C'est un ancien proche de l'homme d'affaires, Benoît Bartherotte, qui décrit la scène dans un entretien au journal Sud Ouest publié mercredi 12 juin. Un récit qui soulève plusieurs questions, d'autant que l'intéréssé a démenti avoir tenu ces propos, jeudi matin. 

Quelle est la version de Benoît Bartherotte ?

"En 2007, le soir de la victoire de Nicolas Sarkozy, on l'a tous vu exulter : 'Ça y est, j'ai les sous !'", déclare Benoît Bartherotte, qui a connu Bernard Tapie dans les années 80. Ce soir-là, Bernard Tapie "semblait sûr de lui, l'avenir a prouvé qu'il avait raison, mais à court terme", poursuit-il, faisant référence à la procédure d'arbitrage pour régler le différend entre Tapie et le Crédit lyonnais, qui a donné raison à l'homme d'affaires.

Le Girondin reconnaît avoir eu depuis quelques démêlés avec Tapie. Il décrit un homme "malin", "drôle" et doté d'une "incroyable énergie". Mais à qui il "manque seulement quelques principes moraux". Bernard Tapie est "le thermomètre qui permet de mesurer l’état de déliquescence et de corruption de la société française", juge-t-il.

Quelle est celle de Bernard Tapie ?

Bernard Tapie s'est dit scandalisé et a démenti ces propos, jeudi matin. "Ce type dit n'importe quoi sur moi." "Le soir de l'élection de Sarkozy, j'étais chez moi, avec mes parents, mes enfants, et sauf si ce monsieur était caché dans un placard à balais, je ne vois pas comment il a pu entendre ce que je disais ce soir-là", a-t-il affirmé à l'AFP.

"Que les médias reprennent cette info-là pour en faire une info majeure, ça prouve qu'on est en train de changer de monde", a-t-il encore regretté.

Quel rôle a joué Benoît Bartherotte ?

Benoît Bartherotte s'enorgueillit d'être celui qui a offert à Bernard Tapie sa première victoire face au Crédit lyonnais. Il est celui qui a créé, en 1996, l'Association des petits porteurs pour l'annulation de la vente litigieuse d'Adidas, dont les membres s'estimaient aussi grugés par le Lyonnais. La justice avait condamné la banque, le 7 novembre 1996, à payer une provision de 600 millions de francs (91,5 millions d'euros) aux liquidateurs des sociétés de Bernard Tapie. Le début du feuilleton judiciaire qui a abouti à la décision d'arbitrage.

Que dit-il sur l'arbitrage ?

Benoît Bartherotte estime que Bernard Tapie a été "incontestablement" victime du Crédit lyonnais. Il juge la décision d'arbitrage "logique mais scandaleuse".

Pour convaincre l'Etat de choisir la voie de l'arbitrage pour régler son différend, procédure qui lui a rapporté 403 millions d'euros en 2008, Benoît Bartherotte fait une hypothèse. "Tel que je le connais", dit-il "il aura su promettre un arrangement électoral, comme par exemple se présenter à une élection pour bloquer la gauche à un moment décisif". "Le problème aujourd'hui ne viendrait-il pas du fait que le contrat n'a pas été rempli?", s'interroge-t-il.

 

 *****

*

*

Richard et Jean-François Rocchi mis en examen se sont rejetés la responsabilité de l'initiative d'envisager un arbitrage.

Haut-fonctionnaire, Jean-François Rocchi a affirmé qu'il n'avait fait que "mettre à l'étude", à la demande de Stéphane Richard, une proposition des liquidateurs du groupe de Bernard Tapie suggérant un arbitrage. Est-il un bouc émissaire ? "Je pense un peu ça, et j'utiliserais le mot de lampiste s'il n'avait pas une connotation désagréable", a déclaré son avocat. "Il paye le fait qu'il a suivi les instructions qui lui ont été données."

Stéphane Richard, lui, a affirmé que l'initiative était venue de Jean-François Rocchi, lors d'une réunion à l'été 2007 en présence du secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant. Et l'ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde a au passage répété qu'il n'y avait eu "ni ordre, ni instruction, ni pression particulière" de l'Elysée pour aller à l'arbitrage. Mais selon Le Canard enchaîné, Stéphane Richard a soutenu le contraire, évoquant une instruction transmise par Claude Guéant lors de cette réunion.

 

*****

*

 

Jeudi, avant son audition par les juges, le PDG d'Orange, cité par Le Monde, disait avoir "eu l'assurance de François Hollande [qu'il resterait] à [son] poste." "Ma position personnelle, dans l'affaire Tapie, c'est qu'elle n'a rien à voir avec mes responsabilités à la tête d'Orange. (...) Si ma mise en examen devait advenir, c'est à mon conseil d'administration et à lui seul de statuer sur mon cas", avait-il poursuivi. Jeudi, avant son audition par les juges, le PDG d'Orange, cité par Le Monde, disait avoir "eu l'assurance de François Hollande [qu'il resterait] à [son] poste."  (...) Si ma mise en examen devait advenir, c'est à mon conseil d'administration et à lui seul de statuer sur mon cas", avait-il poursuivi. 

 

 

10/06/2013

PRISE DE CONSCIENCE contre le FASCISME et ceux qui poussent au crime

 

prise de conscience,fascisme,bourgeoisie,jean cassou

Ils avaient pris possession des boulevards parisiens  le 8 mai 2011 sans problème

 

****

 

FASCISME... FASCISTES ... FACHOS... Qu'est-ce qui se cache sous ces maux-là ? Si nous sommes un certain nombre à le savoir et à les combattre, d'autres s'en soucient comme de l'an 40, et d'autres ignorent. Alors en feuilletant en ce début d'après-midi dans la série "L'humanité en marche" - Liberté - Egalité - Fraternité - Préface Jean CASSOU : LE FRONT POPULAIRE", quelques heures avant d'aller rejoindre le rassemblement à MONT DE MARSAN contre le fascisme après le décès du jeune Clément mort sous les coups d'un facho, il m'a semblé utile de livrer à votre réflexion ces propos de Jean Cassou (1972)

 

prise de conscience,fascisme,bourgeoisie,jean cassou

 

 

"Une situation, lorsqu'elle devient phénomène de conscience, perd son inertie, s'anime, prend forme d'évènement". Ainsi des prises de conscience ont-elles déterminé des évènements de notre histoire, auxquels, ultérieurement, il plaît à notre conscience de revenir : 48, la Commune, l'Affaire Dreyfus, la Résistance, le Front Populaire. C'est au Front Populaire qu'on l'invite ici à revenir. Il lui faut revenir à ce moment préliminaire où la situation lui est apparue avec une soudaine, péremptoire clarté.

Ceux qui ont vécu ce moment ne peuvent l'oublier. C'est-à-dire qu'y penser, pour eux, c'est le revivre, et dans ses circonstances mêmes, dans sa nouveauté, dans son présent.

Un présent, une situation présente dont la révélation s'imposait comme insupportable : c'était le fascisme et le nazisme. L'histoire peut se dérouler dans l'inertie, sinon selon un mécanisme pareil à l'inertie, mener son train comme si elle était immuable. Et quelle que soit la révoltante iniquité de certains de ses aspects, elle se laisse supporter : cela se fait sans que la plupart y pense. Mais une réalité insolite, monstrueuse surgit, qui rompt cette somnolence : l'esprit s'éveille, il prend connaissance de la chose et désormais n'a de cesse qu'il ne l'examine, l'analyse, en découvre toutes les raisons, constate que celles-ci la préparaient depuis longtemps sans qu'il y eût pris garde. Mais à présent, toute la situation s'étale jusqu'à ses moindres recoins, avec tous ses facteurs et tous ses caractères. Et aussi toutes ses menaces.

 

 L'énorme horreur que Mussolini et Hitler allaient déclencher sur le monde n'apparaissait pas seulement comme des réalités italienne et allemande, mais comme des réalités pouvant aussi avoir leurs sources chez nous, en France. Et c'est cela surtout qui me semble important dans cette surprise et cette anxiété qui ont saisi un certain nombre de Français dans les années 33-34, en particulier ceux, dont j'étais, qu'on appelait les intellectuels.

Un regard soudain éclairé découvrait rétrospectivement que la France avait sa part dans la préparation des perversions et des absurdités à quoi les vociférations des deux dictateurs donnaient un si brutal éclat.

(...) Le hargneux confort de cette bourgeoisie trouvait sa complaisance dans les appels au meurtre de l'Action Française et autres feuilles du même venimeux acabit, leur niaise mythologie royaliste, leurs ordurières diatribes contre la Gueuse. Les Camelots du roi, par leur agitation de rue, leur terrorisme, leur fanatisme, fournissaient un modèle aux futures bandes à chemise de toute couleur. (...)


 

Aujourd'hui les « camelots du roi » ne sont plus très connus. Il s'agit pourtant d'un mouvement qui existe encore et qui entre la première et la seconde guerre mondiales était l'un des principaux mouvements fascistes.

 

 

Selon certains historiens, les royalistes de l'Action Française ont formé en France le premier mouvement fasciste du monde et les « camelots du roi » en formaient les « troupes de choc ». Aujourd'hui encore, les « camelots du roi » sont à l'origine de la culture de l'étudiant facho : blouson de cuir, barre, casque, chaussures rangers, le chèche (foulard blanc typique des légionnaires et des royalistes).

 

(..) Les Roycos sont peu visibles car ils recrutent essentiellement dans les milieux catholiques ultra-conservateurs, avec évidemment une préférence pour le milieu aristocrate tel qu'il existe par exemple à Versailles.

(...)
La référence principale des « camelots du roi » est par conséquent Jeanne d'Arc, prétexte à un culte religieux, nationaliste, engagé militairement. La logique est celle de l'engagement, de l'affrontement, du sacrifice: bref il s'agit d'une idéologie très utile en temps de crise pour avoir une mobilisation d'extrême-droite.

http://actionantifasciste.fr/2010/11/les-camelots-du-roi/

 

ET QUI FETE JEANNE D'ARC CHAQUE ANNEE ?

LE PEN

N'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir

N'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre

 

*

"Divers sont les chemins qui mènent à la bestialité : il en est, comme on voit, de sinueux. Celui de l'Action Française était plus direct et concerté. Par tout un travail de sape, elle avait entrepris de disqualifier les valeurs spirituelles, éthiques, sociales de l'histoire du peuple français. Un travail complémentaire, -positif, celui-là-, s'était acharné à réveiller les passions viscérales, à exciter les plus ignobles frénésies.

La bourgeoisie aussi se lasse de l'inertie de l'histoire, inertie qui, d'ailleurs, est de son fait. N'est-elle pas la classe dominante ? Donc elle s'assure de son ordre, puis, si elle le sent en péril, s'empresse de prendre toutes mesures utiles. Car les temps sont proches où il ne suffira plus de s'abandonner tranquillement au cours de cette autre sorte de valeurs que sont les valeurs boursières. Des nuages s'amoncellent du côté du prolétariat exploité. Dès lors, il faut recourir à une politique, et une seule est possible : la férocité.

La bourgeoisie, au moindre accès d'inquiétude, devient enragée. Elle passe sans transition au degré du délire, un délire -paradoxalement- systématique.

 

Le fascisme,

c'est l'hystérie se faisant doctrine et machine.

Rien ne saurait être plus scandaleux pour l'esprit.

Mais en réagissant à ce scandale, l'esprit découvre son antithèse : la vérité. Vérité historique : le peuple français, son histoire.

 

Et par conséquent, son génie, ses créations de siècle en siècle, ses travaux et ses peines. Il se révèle à l'esprit dans les moments les plus aigus de ses prises de conscience : ses révolutions. Sous la menace grondante du fascisme et du nazisme, devant les criminels espoirs que la bourgeoisie française soi-disant nationaliste mettait dans leur succès, après la convulsion du 6 février et, brusquement, le merveilleux élan de fraternisation populaire du 12, durant les deux années qui suivirent jusqu'aux élections de 36, il y eut dans tout ce pays redevenu véritablement, plus que jamais le nôtre, un climat d'allégresse et de confiance que l'on ne peut se remémorer sans une singulière émotion. (...)"

 

(...) Quand la bourgeoisie pousse à l'outrance sa bêtise,

elle pousse également à l'outrance sa violence.

Les ligues n'avaient pas désarmé....(...) "

*

*

Réfléchissons enfin sur tout ce qui s'est passé sous le règne sarkozyste

les stigmatisations des uns contre les autres

avec des médias complaisants

comme il en va encore aujourd'hui, hélas !

et qui conduisent tout droit au fascisme, au crime

 Dissoudre ces groupes est une chose

Les empêcher de briller sur les plateaux télés en est une autre

Allez chiche, les bourgeois !

 

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique