logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/02/2018

LA SNCF et les CHEMINOTS DANS LA RUE LE 22 MARS

PAUVRE DEMEURE ... EUH ! PAUVRE DEMORAND !

 

 

UNE POLITIQUE ANTI-FERROVIAIRE

Rapport Spinetta

 | Espace presse
 

Le rapport Spinetta a été officiellement présenté le 15 février 2018. Les préconisations qu’il contient, si elles étaient retenues, porteraient un coup sérieux aux cheminots, aux usagers, aux chemins de fer français.

Ce rapport, commandé par le gouvernement, constitue la 4ème mauvaise proposition après le projet de loi Maurey/Nègre, les assises des mobilités et le rapport Duron. Les professionnels du service public ferroviaire que sont les cheminots, et les usagers qui, eux, en sont les premiers utilisateurs, n’ont donc, pour l’heure, pas été entendus.

Ce rapport vient confirmer la politique anti-ferroviaire du gouvernement et de la direction SNCF.

Depuis plusieurs mois, la Fédération CGT des cheminots pose la question : « POURQUOI veulent-ils en finir avec le train public ? » Ce rapport répond à la question « COMMENT veulent-ils en finir ? »

QUELS SONT LES GRANDS AXES DU RAPPORT SPINETTA ?

  •  Ouverture à la concurrence,
  •  Transfert obligatoire des cheminots vers les entreprises ferroviaires qui remporteraient un appel d’offres,
  •  Possibilité de mettre un terme aux recrutements à Statut,
  •  Filialisation du Fret SNCF,
  •  Fermeture des lignes jugées non rentables et concentration des moyens sur les métropoles,
  •  Transformation des EPIC Mobilités et Réseau en Sociétés Anonymes,
  •  Amplification de l’externalisation des fonctions dévolues à l’EPIC de tête.

Au-delà des attaques contre les conditions sociales des cheminots qui sont inacceptables, ces préconisations constituent une attaque inédite contre le transport ferré public et contre celles et ceux qui, au quotidien, font le choix du train, quel que soit la région ou le territoire.

La Fédération CGT des cheminots redit que d’autres choix sont possibles et nécessaires, tant sur l’organisation de l’entreprise publique, son désendettement, son efficacité et son fonctionnement, permettant de répondre aux besoins des populations.

Il faut maintenir et développer le service public ferroviaire, pas le saborder.

Le gouvernement s’apprête donc à confisquer à la Nation son entreprise publique ferroviaire.

Par le passé, de nombreux rapports ont fini dans les archives des ministères. Il reste encore de la place dans les armoires et sur les étagères.

C’est donc avec conviction et détermination que la Fédération CGT des cheminots abordera les rencontres prévues avec le ministère dans les jours et semaines à venir.

Si d’aventure, le gouvernement décidait de reprendre ces mauvaises propositions et tentait le passage en force, la Fédération CGT, avec les cheminotes et les cheminots, mettrait tout en œuvre afin d’envisager un autre avenir pour le service public ferroviaire que celui tracé par la direction de la SNCF et le gouvernement.

 

 

« La SNCF, certains veulent la descendre,
nous, on la défend ! »

 

LE 22 MARS 2018 

LE RETOUR DES CHEMINOTS À PARIS !

Manifestation nationale

 | Espace presse
 

Les conditions climatiques avaient contraint la Fédération CGT des Cheminots à reporter la manifestation nationale prévue le 8 février dernier. Conforme à ses engagements, la Fédération CGT donne à nouveau rendez-vous aux cheminots, aux associations d’usagers, aux usagers eux-mêmes le 22 mars prochain à Paris.

Les motivations qui avaient conduit à l’organisation du 8 février demeurent.

La Fédération CGT des cheminots travaille depuis plusieurs mois, en cohérence avec ses syndicats locaux à rassembler les cheminots autour des questions d’organisation de la production ferroviaire, de la réponse aux besoins des populations, du maintien et du développement du service public ferroviaire en tous points du territoire.

La direction SNCF et le gouvernement veulent en finir avec le train. Le rapport SPINETTA, paru le 15 février dernier, constitue la 4ème mauvaise solution proposée après le projet de loi NÈGRE/MAUREY, les assises des mobilités, le rapport DURON.

Le gouvernement confirme donc sa politique anti-ferroviaire. La direction SNCF, quant à elle, semble satisfaite d’un texte dont une partie significative a vraisemblablement été rédigée par elle-même.

Cette manifestation constitue donc une nouvelle étape dans une démarche plus globale qui vise à amplifier les convergences entre cheminots et usagers afin de gagner un service public SNCF de qualité.

Les recommandations de ce rapport vont à l’inverse du développement du service public ferroviaire : ouverture à la concurrence, fermeture programmée de 4000 à 9000 km de lignes d’ici 2026, filialisation du FRET SNCF, transformation des EPIC Mobilités et Réseau en sociétés anonymes, possibilité de mettre un terme aux recrutements à statut, transférabilité des cheminots, etc…

La Fédération CGT des cheminots réaffirme que l’heure n’est pas au sabordage du chemin de fer français mais bien à son maintien et à son développement face aux défis environnementaux, sociaux et d’aménagement des territoires auxquels la Nation est confrontée.

Par le passé, de nombreux rapports ont fini dans les archives des ministères. Il reste encore de la place dans les armoires.

Si d’aventure, le gouvernement décidait de reprendre ses mauvaises propositions et tentait le passage en force, la Fédération CGT, avec les cheminotes et les cheminots, mettrait tout en oeuvre afin d’envisager un autre avenir pour le service public ferroviaire que celui tracé par la direction de la SNCF et le gouvernement.

C’est à ce titre et conformément à ce qu’elle avait annoncé le 8 février dernier, que la Fédération CGT appelle les cheminotes et les cheminots ainsi que toutes celles et tous ceux qui veulent en finir avec la casse de l’entreprise publique SNCF, à s’inscrire massivement dans la manifestation nationale des cheminots le 22 mars 2018 à Paris.

« La SNCF, certains veulent la descendre, NOUS, on la défend »

 

SILENCE DANS LES RANGS !

 | Fédération
 

Les objectifs des ordonnances Macron sont clairs : réduire le rôle des organisations syndicales, affaiblir les Instances de Représentation du Personnel, mettre au pas les salariés du public et du privé sur tout le territoire de notre République.   Les premiers dirigeants de la SNCF décident de supprimer le dialogue indispensable en Proximité.

Y avait-il à attendre autre chose du Président du monde des affaires, le représentant des plus fortunés, de la finance folle et débridée, pour qui toute contestation de ses choix est un obstacle à la réalisation de son dogme « libéral ».

« Nos » premiers dirigeants s’engouffrent sans hésitation dans le sillage de cette guerre antisociale. Ils y trouvent leur compte d’un triple point de vue, financier, politique et stratégique.

FINANCIER, car l’amaigrissement des Instances Représentatives du Personnel est perçu par ces dirigeants obsédés par le « cash » comme une aubaine. Dans un contexte où le travail s’intensifie (forfait-jours, suppressions de postes imposées par Bercy…), c’est pour eux l’opportunité de ne plus dégager de la production des cheminots, élus, mandatés mais aussi cadres en responsabilité engagés dans la gestion des différentes instances.

POLITIQUE, car leur amour du dialogue social peine à cacher leur antipathie pour les organisations syndicales exigeantes. Le dialogue social conduit dans l’entreprise n’est qu’une parodie qui ne débouche sur rien, sans le recours indispensable à une forme de rapport de forces. Les hauts dirigeants ne jouent ce jeu que pour la communication avec un manque de sincérité évident.

STRATÉGIQUE, car l’éloignement des Instances de Représentation du Personnel présenté par la direction comme « un dialogue social plus qualitatif que quantitatif » dissimule à peine le désir, illusoire et dangereux, de tordre le cou à la conflictualité sur le terrain, dans les services. Les salariés de tous collèges sont aujourd’hui méprisés. Les dirigeants locaux sont également embarqués dans une spirale destructrice, pris dans des situations pleines de contradictions (suppressions des pôles d’appui, de son propre poste) qui se traduisent par des pertes croissantes d’autonomie et de marges de manoeuvre.

Le refus de la direction de négocier une représentation du Personnel de proximité emmène les dirigeants de terrain dans le mur !

CASSER LE THERMOMÈTRE N’A JAMAIS FAIT BAISSER LA FIÈVRE.

Ce sont les dirigeants opérationnels qui risquent d’apprécier la vigueur de cette évidence. Les instances de proximité sont des éléments indispensables à la perception des problèmes, à leur traitement. Elles sont incontournables pour des dirigeants qui souhaitent piloter la production en mesurant au plus près les difficultés et les moyens de les résoudre. En les privant de ces outils les hauts dirigeants, bien loin du « front », laissent à ces encadrants de proximité le soin de gérer des situations pour lesquelles ils n’auront plus aucune visibilité et plus aucune prise. Les problèmes, les mécontentements, voire les exaspérations ne manqueront pas de se développer dans la période. Ils ne disparaîtront pas avec les élus et les mandatés.

Une chose est sûre, les milliers de militants de la CGT, élus et mandatés, qui engagent quotidiennement leurs convictions, leur énergie, leurs savoir-faire dans un dialogue social de proximité ne renonceront pas à l’action.

QUI DÉFENDRA L’ENCADREMENT DE PROXIMITÉ ?

Les évolutions envisagées par la direction portent également atteinte à la représentation de l’encadrement qui, si l’on en croit le projet qu’elle a présenté aux organisations syndicales, serait réduite à la portion congrue. Un des fantasmes de nos hauts dirigeants consiste à faire des managers une catégorie à part. La Direction de l’entreprise a en effet pris pour habitude dans ses discours et ses documents de dissocier « encadrement » et « salariés ».

C’est tout ce qui nous sépare : pour l’UFCM-CGT les encadrants ne sont pas des militants de la direction. Ce sont des salariés à part entière avec des droits, des aspirations (qualité et sens du travail, autonomie, équilibre vie personnelle/vie professionnelle…) et une production à organiser. Comment demander aux cadres de relayer une politique qui se traduit par la réduction continue de leurs moyens indispensables à la bonne réalisation du travail ?

Dans le projet d’accord porté par les 4 organisations syndicales représentatives, nous revendiquons que chaque cheminot puisse être entendu et chaque dirigeant dispose réellement de l’autorité des moyens et des compétences nécessaires à l’exercice de ses responsabilités.

AVEC L’UFCM-CGT DEFENDONS DES INSTANCES DE REPRESENTATION DE PROXIMITE, OUTILS DE TRAITEMENT DES PROBLEMES DE PRODUCTION ET FAVORISANT LA PRISE EN COMPTE DES BESOINS ET DES DROITS DE SALARIES !

DEFENDONS UNE REPRESENTATION DES MAITRISES ET CADRES A LA HAUTEUR DE LEUR PLACE, LEUR ROLE DANS L’ENTREPRISE ET LES PROCESSUS DE PRODUCTION !

 

 

 

 

Accueil

Mise en place des CSE

L' prévoit le remplacement des CE, DP et CHSCT par un CSE (Comité social et économique) d'ici le 1er janvier 2020. Réponses aux questions que se posent élus du personnel et salariés suite à la publication des décrets et arrêtés d'application.

 

Suite à la parution du  voici les modalités de fonctionnement du CSE (Comité social et économique) notamment le nombre des membres élus (titulaires et suppléants) et leurs heures de délégation.

Ce décret s'applique en l'absence d'accord.

 

Que deviennent les CE, DP et CHSCT ?

 Le Comité d’entreprise, les délégués du personnel et le Comité hygiène-sécurité et conditions de travail fusionnent en une seule entité appelée CSE (Comité social et économique).

Ce CSE se substitue aux délégués du personnel (DP) dans les entreprises de 11 à 49 salariés inclus et aux IRP (instances représentatives du personnel) que sont le CE, les DP et le CHSCT  dans les entreprises de 50 salariés et plus.

En conséquence, les élus CE, DP et CHSCT disparaissent et sont remplacés par des élus ou membre du CSE.

 

 

 

16/02/2018

MON MEDIA ET LA REFORME EDUCATION

Diffusé en direct il y a 15 heures
Avec Aurélie Filippetti, Philippe Poutou et Paul Vannier. Vraiment Politique, la nouvelle émission en direct sur Le Média. Nous parlerons de la réforme de l'éducation. --
Le Média est en accès libre grâce aux Socios, rejoignez-les !

15/02/2018

"L'INSOUMIS" CENSURÉ au Cinéma "Les Variétés" à MARSEILLE

 

Capture INSOUMIS.JPG

Le film

Résumé

Avec ses hauts, ses bas, sa tendresse, son humour et parfois sa virulence, Jean-Luc Mélenchon est un vrai personnage de film. Qu’il soit haï ou adulé, il ne laisse personne indifférent, et tout le monde -ou presque- s’accorde à lui prêter des qualités intellectuelles brillantes.
Sa campagne présidentielle de 2017 n’a ressemblé à aucune autre dans le paysage politique contemporain. C’est durant ces moments intenses de sa vie, et de ceux de la France, que Gilles Perret l’a accompagné au plus près. Une période propice à la découverte des cotés moins connus d’une personne indissociable de sa pensée politique.

Pour en savoir plus sur le contexte du tournage, découvrez l’entretien donné par Gilles Perret aux Inrocks.

 

Le réalisateur Gilles Perret

Gilles Perret a réalisé 12 documentaires. Ses films ont pour lien ce pays qui est le sien, les Alpes. A s’attarder chez ses voisins de vallée, il aborde la réalité du monde politique, économique et social. Partir du local pour raconter le global.

  • C’est ce regard singulier qui a fait le succès de ses derniers films sortis en salle comme « Ma Mondialisation », « Walter, retour en résistance », « De mémoires d’ouvriers », « Les jours Heureux » ou dernièrement en 2016 « La Sociale ».

Consultez l’interview de Gilles Perret (document pdf téléchargeable)


 

Capture ISOUMIS 3.JPG

Capture INSOUMIS 2.JPG

 

 

Genre : Documentaire L'INSOUMIS Bande Annonce © 2018 - Jour2fête

 

 "L'insoumis", le dernier film de Gilles Perret plonge dans le quotidien de Jean-Luc Mélenchon durant la campagne pour l'élection présidentielle de 2017. Trois mois aux côtés du candidat de la France insoumise, ses coups de gueule, ses questionnements, ses moments de sérénité, loin de toute caricature, on découvre un nouveau visage de ce personnage charismatique. Le film est en salle le 21 février.

 Coups de gueule et petites phrases, c'est bien le vrai Mélenchon que l'on suit dans le film de Gilles Perret. Le documentariste a passé trois mois dans l'intimité du candidat de la "France insoumise". Trois mois durant lesquels, il envoie balader les hologrammes et tombe le masque. "Jean-Luc Mélenchon c'est quelqu'un qui n'accorde pas sa confiance facilement, mais quand il l'accorde, il l'accorde vraiment. Moi j'ai eu open-bar !", raconte-t-il.

Un portrait intime

A partir du moment où le réalisateur réussi à instaurer ce climat de confiance avec le candidat et son équipe, le pari est gagné. Il peut briser la caricature et percer l'autre Mélenchon. "Il ne s’agit pas de faire une hagiographie ou un film de propagande. J’ai essayé d’être sincère dans ce qu’on a vécu dans la proximité" dit-encore le réalisateur dans une interview à France Bleue

 

Avant-première Le film l’Insoumis de Gilles Perret déprogrammé à Marseille

MARDI, 13 FÉVRIER, 2018
L'HUMANITÉ

 

Sortie en salle sous haute tension pour « L’Insoumis », de Gilles Perret

Le documentaire, qui relate la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, a été déprogrammé à Marseille.

LE MONDE |  • Mis à jour le 

 

Marianne

Gilles Perret, réalisateur du film "l'Insoumis", consacré à la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon, dénonce une "censure" de son film à Marseille, entérinée ce dimanche 11 février. Le propriétaire du cinéma, clairement anti-Mélenchon, assume son refus de diffuser un "panégyrique" à la gloire du tribun de la France insoumise.

« Je n’ai jamais vécu ça pour aucun de mes films, c’est de la folie » Réalisateur expérimenté, avec une vingtaine de films à son actif, Gilles Perret a du mal à se faire à l’accueil totalement binaire accordé à son dernier long-métrage, l’Insoumis, en salles à partir du 21 février.« Certains me disent qu’ils le passeront, sans même l’avoir visionné. Et pour d’autres, c’est par principe hors de question ». Le sujet n’y est sans doute pas étranger : il s’agit d’une immersion au cœur de la campagne présidentielle de Jean-Luc Mélenchon.

Cette cristallisation extrême des réflexions sur l’objet même du film, peu banale dans le milieu du cinéma « art et essai » où l’on revendique souvent l’ouverture d’esprit comme une valeur cardinale, a trouvé son paroxysme au cinéma « Les Variétés » de Marseille, qui se trouve… dans la circonscription de Jean-Luc Mélenchon. Alors que le film y était programmé , que deux dates spéciales – une projection presse et une avant-première – étaient déjà calées, le propriétaire a subitement décidé, ce dimanche 11 février… de tout annuler. « La censure est évidente », regrette Gilles Perret, qui pointe le fait que le propriétaire du cinéma, Jean Mizrahi, a pris cette décision… sans même avoir vu le film.

 

Ajoutée le 14 févr. 2018
 
POUR VOIR LE FILM A MARSEILLE ,l'avant première c'est le 16/02/2018 à 20 h au Cinéma PATHE Madeleine 13004 Marseille (merci Fabiola) *****CLIQUEZ POUR PLUS D'INFOS***** Vous pouvez pré-commander le DVD ici https://www.linsoumis.org/souscription/ En complément de cette vidéo, des liens et des captures d'écran sur mon blog http://www.michelle-tirone-insoumise.... Pour ceux qui veulent participer à ma cag

 
 

 

 

Fabiola luna
Merci Michelle ,l'avant première c'est le 16/02/2018 à 20 h au Cinéma PATHE Madeleine 13004 Marseille ,dans mon quartier et j'ai ma place achetée par un ami pour plusieurs ,afin de n'être pas privée par l'afflux de personnes ❤ Gilles Perret sera présent ,sous un tonnerre d'applaudissements y a fort à parier
 
Cyrille Colnat
Merci pour cette vidéo. Je professe la bienveillance pour tous. Mais comment se comporter face à ce directeur de cinéma qui a appris à mentir avec une hypocrisie toute naturelle. C'est consternant la façon dont certaines personnes peuvent prendre les gens pour des imbéciles ! Réveillez vous les gens. À la prochaine occasion votez pour un meilleur Avenir en Commun.

 
 
 
Adrien Roussel
Merci Michelle, merci mille fois pour Gilles et la culture cinématographique française, reconnu mondialement. Ce "minable" directeur de "salle" (que je n'ose pas appelé cinéma) Les Variétés de Marseille bafoue notre Art, par son attitude qualifiable d'obscurantisme. J'ai préparé un courriel que je n'ai pas eu le temps d'envoyer, faute de temps ; mais je vais le faire sur le champ. Insoumis Fronton 31620
 
Sur mon blog, les captures d’écran des échanges (qu'il a effacées) avec Jean Mizrahi http://www.michelle-tirone-insoumise.com/2018/02/l-inousi...

 

Pré-commandez votre DVD pour nous aider

Pour ce long métrage, nous n'avons pour le moment aucun moyen financier et nous ne souhaitons pas solliciter d’organisme dont nous serions dépendants. C'est un gage de liberté, certes, mais les professionnels qui travaillent à la réalisation de cette œuvre ne vivent pas que d'amour et d'eau fraîche, c'est pourquoi nous avons besoin de vous !

Pré-commandez votre DVD pour nous aider au prix de 25 euros (ou plus pour les plus riches…)
Vous recevrez votre DVD quatre mois après la sortie nationale du film, comme la loi nous l’impose

SOUSCRIRE EN LIGNE
PAIEMENT CB SÉCURISÉ
    FORMULAIRE PDF PAPIER
PAIEMENT PAR CHÉQUE

 

 Tout comme Mélenchon, "L'insoumis" ne remportera certainement pas tous les suffrages.
Certains directeurs de cinéma, sans avoir vu le film, ne souhaitent pas le programmer.
Qu'importe, "Le bouche à oreille fonctionnera !", assure, confiant, Gilles Perret. 
 
 
 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Luc Mélenchon, visiblement affecté, vient de publier une vidéo ou il parle d'articles du Monde à propos des comptes de campagne et aussi à propos du film https://youtu.be/Plu27NN57g0
 

JEAN-LUC MÉLENCHON
Si vous souhaitez signer la pétition pour un conseil de déontologie des médias, c'est ici : http://change.org/deontologiemedias.
 
Michelle Tirone
Merci de nous expliquer tout ça...J'espère que vous trouverez le moyen de faire que le Monde et les autres qui suivront soient obligés de corriger leurs articles.
Si Macron a perçu la limite des dons autorisés c'est qu'il se perçoit comme étant au dessus des lois. Il n'en a rien à foutre des français. C'est juste un vampire à la solde du capital. 5 ans de sa présidence et la France sera exsangue. Il faudra plusieurs décennies pour reconstruire la France avec ses acquis sociaux, ses contrats aidés, le retour de l'ISF... Nous n'avons pas voté pour Macron au deuxième tour, nous avons voté contre Marine Lepen. Il devrait faire profil bas et arrêter de détruire l'Etat Providence.
Documentaires sur un monde qui change
Nous sommes entrées dans la règne de la désinformation, les médias n'ont qu'ont un seul but écarter toutes les oppositions aux puissants et aux oligarques, désolé nous ne sommes plus réellement en démocratie. Réveillons nous!
Boycottez Le Monde !
gotwam 798
Pendant que l on attaque Mr Mélenchon, car nous dérangeons ,on ne regarde pas les comptes de la république en marche, mais quand notre tour de prendre le pouvoir arrivera, car cela arrivera, il faudra remettre l ordre et la vérité en marche.
 
Tarik
Tout est bon pour salir la première et seule opposition au monde Macron !
 

14/02/2018

LE BON SENS et l'IRONIE d'Antoine... OSONS CAUSER

 

 

Ajoutée le 11 févr. 2018
La hotline d'En Marche reçoit vos appels et répond à vos questions. Elle essaie de vous venir en aide pour les petites choses du quotidien. N'hésitez pas à nous appeler !
 
 
 
azen kan
C'est excellent franchement Antoine du Grand Art. En plus tu as juste remis les arguments des uns et des autres en face et malgré que ce soit drôle ça reste encore un peu triste. Vivement la prochaine comme celle-ci avec le même humour et la même dénonciation des injustices. Bravo !
 

10/02/2018

A L'ASSEMBLEE NATIONALE JL MELENCHON : nous ne voulons pas d'un monde de précarité

Ajoutée le 6 févr. 2018
Intervention de Jean-Luc Mélenchon le 6 février 2018 à l'Assemblée nationale sur la ratification des ordonnances du gouvernement sur le code du travail.
 
Le président du groupe « la France insoumise » a dénoncé la vision étriquée de l'entreprise que portent ces textes et a dénoncé le monde de précarité qu'ils vont créer.
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique