logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/05/2018

LE BON SENS ... Le CAC 40 n'est pas solidaire des PME

RUFFIN et MELENCHON DEFENDENT UN AUTRE MODELE AGRICOLE.

Mélenchon & Ruffin défendent à la tribune un autre modèle agricole

 

 

 

25/05/2018

DANS LA GUEULE DU LOUP

REGARDEZ DANS LA GUEULE DU LOUP

Ce jeudi 24 mai après Le Journal,
retrouvez Dans la Gueule du Loup

La justice et ses réformes

 

En compagnie d'experts, Jacques Cotta a reçu des responsables politiques pour les questionner sur les réformes en cours menées par Nicole Belloubet et son ministère.


Pour en parler nous recevons

- Elisabeth Guigou, ancienne garde des sceaux
- Dominique Perben, ancien garde des sceaux
- Youssef Badr, magistrat et porte-parole du ministère de la justice

et les experts :
- Delphine Boesel, avocat, présidente de l’observatoire international des prisons
- Laurence Blisson, magistrate, membre du Syndicat de la Magistrature
- William Bourdon, avocat pénaliste, ancien secrétaire général de la FIDH et fondateur de l’association Sherpa
- Gérard Tcholakian avocat membre du Syndicat des Avocats de France.
 

REGARDEZ DANS LA GUEULE DU LOUP

 

DANS LA GUEULE DU LOUP

Présenté par Jacques Cotta, c’est le magazine de compréhension des grands phénomènes qui traversent notre société. Au Café de la Gare, politiques, spécialistes et socios sont invités à débattre sans langue de bois pour comprendre…. et agir ! Pluraliste, l’émission invitera des personnalités de tous bords car ce sont les divergences réelles qui créent les vrais débats.

 
 

 

 

 

Répartition des richesses et fiscalité

Les ministres passent, l’éducation trépasse

#3 – LA SYRIE, LES MISSILES ET LA GUERRE

 

 

DANS LA GUEULE DU LOUP | Le Média

https://www.lemediatv.fr/dans-la-gueule-du-loup

4 – LA JUSTICE ET SES RÉFORMES

 

 

Début de convergence, enfin !

Chronique d'Evariste

Début de convergence, enfin !

lundi 21 mai 2018
Par
Pour réagir aux articles,
écrire à evariste@gaucherepublicaine.org
 

Un processus de transformation sociale et politique ne peut démarrer que, si et seulement si, un ensemble de conditions liées à la période est réuni.

Ces conditions devraient être étudiées en séance de formation par tout cadre politique ou syndical. L’une d’entre elles est de développer l’esprit et la volonté de la convergence des luttes sociales et politiques.

Contre la loi Travail de Macron, il y avait bien trop peu d’organisations syndicales et politiques déterminées à une convergence réelle. Une défaite en rase campagne due à plusieurs conditions non réunies dont celle de la convergence.

Pour la séquence actuelle, cela a démarré comme pour la loi travail de Macron. Pourtant,  la convergence des luttes est nécessaire aussi à tous les niveaux, du plus local au niveau national, voire international quand c’est possible.  Pire, l’adversaire  d’un militant de gauche n’était pas la politique de Macron mais l’organisation la plus proche de sa propre organisation ! Macron, le gérant du capital, jubilait.

Et puis tout d’un coup, des médiations ont permis un accord de la Confédération CGT d’une part et des organisations politiques dont la plus importante, la FI,  pour une convergence le 26 mai, enfin ! Suivi par toutes les organisations qui rechignaient hier à la convergence

Sans doute cette convergence arrive un peu tard mais c’est mieux que rien et peut augurer sans doute un avenir moins divisé pour le camp qui dit lutter contre le capital

Il y a encore loin de la coupe aux lèvres. Mais nous pouvons espérer que l’écart entre le fait de se dire favorable à la convergence des luttes politiques et sociales et le fait d’être un auteur et un acteur de la convergence va petit à petit diminuer.

Il restera à réaliser toutes les autres conditions manquantes à toute avancée sociale et politique que ReSPUBLICA a, depuis longtemps, développées dans ses colonnes et dans des initiatives d’éducation populaire lorsque nous sommes invités à le faire.

 

 

L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin. Face à l’urgence sociale absolue, la question de la participation et de l’expression du plus grand nombre de citoyens – ceux du moins qui ne peuvent participer aux actions revendicatives – reste essentielle et parfois problématique

Face à l’urgence sociale absolue, la question de la participation et de l’expression du plus grand nombre de citoyens – ceux du moins qui ne peuvent participer aux actions revendicatives – reste essentielle et parfois problématique. La grève « par procuration » eut jadis son retentissement et ses raisons d’être, mais l’éclatement accéléré du « monde du travail » a ceci de réel qu’il épouse dorénavant toutes les formes d’aliénation et d’asservissement possibles. Puisque tout mouvement social aspire à l’élargissement de la contestation, en prise directe avec le pouls de la société, une date, celle du 26 mai, s’impose d’ores et déjà dans le paysage comme incontournable. Des organisations politiques de gauche, syndicales et associatives appellent en effet à une « marée populaire » dans la rue, à Paris et en région, avec pour objectif clairement affiché d’élargir au maximum le périmètre de cet appel.

Suite à une consultation interne, la CGT a annoncé hier, dans un communiqué, qu’elle s’associait officiellement à cette mobilisation et qu’elle participait à sa construction active. « Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors de l’emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action », explique le syndicat. L’événement a son importance. Car, dans le respect des prérogatives de chacune des organisations, l’élargissement souhaité se constate donc, depuis la toute première réunion début mai : Fondation Copernic, Attac, CGT, Droit au logement, Europe Écologie-les Verts, PCF, France insoumise, Génération.s, NPA, Snesup-FSU, Solidaires, Unef, etc. La liste est longue désormais…

Dire que les contre-réformes des derniers mois relèvent toutes d’une même logique – le recul de tous au bénéfice de quelques-uns – est un constat de plus en plus partagé. Le coup de force permanent de Macron et de son gouvernement, avec sa visée du « chacun pour soi » et son corollaire de moindres garanties et droits collectifs, nécessite un combat de tous les instants et une amplification des mobilisations, dans leurs spécificités. Cette lutte contre la destruction programmée d’une « civilisation » sociale, celle des services publics et d’une certaine idée de notre société, concerne tous les citoyens. Au nom de cette bataille sociale autant que culturelle, le mot « ensemble » est indispensable… et plus urgent que jamais.

Rédacteur en chef

 

Salariés, étudiants, syndicalistes, cheminots... manifestent à l’appel de plus de 60 organisations, dans 80 villes, contre la politique de Macron.
Samedi, des rassemblements festifs et des manifestations auront lieu dans toute la France.
 
Cela commencera
 
  • dès 10 heures à Bayonne, place de la Mairie ;
  • à Perpignan, devant la gare,
  • et à Orléans, devant la préfecture, comme à la bourse du travail de Narbonne.
  • À 10h30, le cortège d’Avignon partira de la gare centrale
  • et celui de Montpellier se rassemblera place du Peyrou.
  • À Lyon, les organisateurs de la Marée populaire ont choisi d’inviter à un grand rassemblement festif et revendicatif à partir de 11 heures sur les berges du Rhône, au niveau du pont de la Guillotière, dans le souci de ne pas faire concurrence à la manifestation antifasciste, prévue de longue date, qui partira à 14 h 30 de la place des Terreaux.
 
De nombreux rassemblements auront lieu également en début d’après-midi.
 
  • Les Marseillais se retrouveront à partir de 14 heures à l’angle du Vieux-Port et de la Canebière.
  • Même heure à Toulouse, place Jeanne- d’Arc ;
  • à Rennes, devant la poste au 66, mail François-Mitterrand ;
  • à Strasbourg, place Kléber ;
  • à Nancy, place Dombasle,
  • ou encore à Bordeaux, place Pey-Berland.
  • À Paris, le cortège partira de gare de l’Est à 14 h 30, passera par République et ira jusqu’à Bastille.
  • Les rassemblements à Nice
  • et à Metz auront lieu devant à la gare
  • et, à Lille, sur la place de Paris, à 14 h 30 également.
 

 

24/05/2018

26 mai / STOP MACRON... Tellement de raisons !

 

Ajoutée le 23 mai 2018
 
 
Adrien Quatennens : "Ce qui s'est passé au second tour de la présidentielle, c'est que quand nous avons fait une consultation interne pour avoir une photographie de ce qu'était le mouvement La France Insoumise, vous aviez trois blocs clairement constitués : vous aviez un tiers des gens de La France Insoumise qui ont voté Macron, vous aviez un tiers qui ont voté blanc et un tiers qui ne se sont pas déplacé..."

 

je pensais innocemment que le journaliste était là pour écouter l'invité, et surtout pas donner son avis???? ou alors il faut qu'il fasse de la politique.... vendu à Macron?
 
Il est tjs très clair Quatennens ! J'aimerai bien le voir encore longtemps faire de la politique !
 
UN GRAND BRAVO Adrien ! Entendez-vous d'autres députés QUE de la France Insoumise montrer leur mécontentement ! Moi, non !
Il est vraiment brillant Mr le Député....

 

Il n'ose même pas regarder notre député....chouuufffff la honte!!!!
wow le beau chien de garde... affligeant, j'ai l'impression qu'ils récitent tous la même chose ça fait vraiment peur...
 
Vous me decevez beaucoup Monsieur Durant c'est donc ça le métier de journaliste ? Bravo pour votre sang froid Monsieur Quatennes !
 
Guillaume Durand se comporte en bon toutou de journaliste militant , la voix de l'Elysée est partout sur l'ensemble du PAF .
Le Durand c’est comme Pujadas et Duhamel, ils sont toujours là, car toujours près du pouvoir qui leur profite bien, enfin ,lui ce n’est pas le pire En plus ils commencent à être énervés, car il sentent bien qu’il existe une vraie colère populaire Car ce n ‘est plus de l’opposition mais de la colère , et enfin une claire fracture idéologique.
 
DURAND est gerbant de parti pris.... c'est tellement énorme... le vote de Macron a été truqué... Adrien Quatennens Bravo pour votre argumentation

Ajoutée le 18 mai 2018
 
 
Après la réussite de la « Fête à Macron », diverses organisations se sont réunies afin de dialoguer et envisager ensemble un nouveau cadre d’action commun afin d’unir les forces syndicales, politiques et associatives dans ce rapport de force contre le gouvernement qui est amené à durer . La France insoumise s’était déjà prononcée il y a maintenant plusieurs mois en faveur d’actions unitaires où toutes les forces seraient engagées en même temps dans la bataille contre les politiques dévastatrices menées par le président Macron. La marche du 14 avril à Marseille en fut un bel exemple récent qui permettait alors d’envisager et d’espérer ce genre d’événement à l’échelle nationale. C’est pourquoi des organisations syndicales, associatives et politiques dont la France insoumise, ont annoncé travailler à des « marées populaires » le samedi 26 prochain dans toute la France.
 
Je suis content d'avoir respecté les consignes de vote de Mélenchon au 2e tour pas une voix pour Le Pen et sous-entendu pas une voix pour Macron aujourd'hui je ne regrette pas ce choix judicieux j'ai ma conscience pour moi je ne tomberai plus dans ce piège tendu à chaque élection évidemment le 26 je participerai le seul rempart face à ce gouvernement stupide
 
RESISTANCE
Merci Adrien ! Enfin un député, des députés de La France Insoumise qui nous ressemblent.
TOUS UNIS DANS LA RUE LE 26 MAI ET POUR LES MOIS A VENIR CONTRE la politique de destruction de notre patrimoine ordonnée par macron
 
 
 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique