logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

31/12/2017

REVEILLON EN CHANSONS AVEC LA FRANCE INSOUMISE.. RETROSPECTIVE ... ce soir on danse, on sourit

 

 

CHARLOTTE L'Insoumise, rebelle et belle

BONNE SANTE !

B9712240341Z.1_20170607090257_000+GMN97394R.1-0.jpg
 
Ajoutée le 26 déc. 2017
 
"Si jamais vous n'êtes pas fou en y rentrant, vous êtes fou en en sortant" François Ruffin a visité un hôpital psychiatrique à Amiens. Voilà ce qu’il a vu.


Loïc Prud'homme questionne la ministre de la santé sur les failles du projet BAHIA qui aboutira à la disparition de l'hôpital Robert-Picqué en 2021 et le manque flagrant de transparence, alors que l'administration refuse sans raison de communiquer le dossier aux associations comme aux élus.
MOINS
 
 
 

 

Avec des infirmiers surchargés de travail, la mortalité augmente

Si on fait passer de dix à six le nombre de patients à gérer, la mortalité diminue au contraire de 20 %.

À l'heure des contraintes budgétaires et des personnels soignants au bord du burn-out, une étude vient nous rappeler que la pression sur le personnel soignant dans les établissements de santé est surtout néfaste pour les patients. En effet, selon une étude publiée sur le site du British Medical Journal , dans les hôpitaux où les infirmières s'occupent de six patients, le taux de mortalité est inférieur de 20 % à celui des hôpitaux où elles sont en charge de dix patients.

Ces résultats confortent ceux de travaux antérieurs. En 2014, une vaste étude publiée dans The Lancet montrait que dans les hôpitaux où chaque infirmière est chargée de six patients en moyenne et où la majorité de l'équipe a le niveau licence, le risque de décès d'un patient dans les 30 jours est pratiquement inférieur d'un tiers à celui des établissements où chaque infirmière a à sa charge huit patients et où seulement 30 % d'entre elles possèdent ce degré d'éducation. Cette étude révélait notamment que chaque patient supplémentaire par infirmier augmentait le risque de mortalité de 7 %.

Des quotas en Australie et en Californie

Existe-t-il pour autant un quota d'infirmières par patient qui permette de garantir un seuil de sécurité? Les auteurs de l'étude du BMJ restent très prudents et estiment que leur étude ne permet pas de le déterminer. Seules l'Australie et la Californie ont mis en place des quotas de un infirmier pour quatre patients.

«Ils ont démontré l'intérêt des quotas sur la qualité des soins. Certes, cela augmente le coût en personnel mais il est compensé par la diminution des complications, des durées d'hospitalisation et de la mortalité», estime Thierry Amouroux, secrétaire général du Syndicat national des professionnels infirmiers (SNPI). En France, les quotas de personnels infirmiers existent uniquement pour certains services particulièrement sensibles comme les services de réanimation (deux infirmières pour cinq patients).

«Nous devrions avoir le temps de dialoguer»

Peut-on pour autant estimer que le nombre de patients par infirmière est devenu trop important? Certainement, répond Thierry Amouroux. Pour le représentant syndical, si le nombre de malades dont un infirmier doit s'occuper n'a pas évolué depuis dix ans, la charge de travail s'est considérablement alourdie. «En raison de la diminution des durées de séjour et du développement d'alternatives à l'hospitalisation, les patients qui sont hospitalisés sont des cas plus lourds qu'il y a dix ans», affirme-t-il.

Résultat: les infirmiers sont devenus des techniciens du soin au détriment de la relation avec les patients. «Or nous ne sommes pas uniquement là pour enchaîner les soins. Nous devrions avoir le temps de dialoguer avec le patient. C'est souvent le personnel infirmier qui lui traduit les paroles de l'interne, qui lui explique ses traitements», poursuit le représentant du SNPI, qui alerte sur la lassitude des personnels. Sur 25.000 personnes formées, un quart change de métier au bout de cinq ans Le risque est donc de faire face à un manque de personnel infirmier dans les années à venir.«Les remplacer par du personnel moins bien formé peut-être imprudent», mettent en garde les auteurs de l'étude du BMJ.

 

 carte-postale-voeux-muscadet.jpg

 

22/12/2017

MELANCHOLIA (1856) V. HUGO ... Qu'en est-il aujourd'hui ??? JOYEUX NOEL LES ENFANTS !

Le travail s'oppose souvent à l'éducation de l'enfant. L'assurance que tous les enfants aillent à l'école et que leur éducation soit de bonne qualité sont les clés de la prévention du travail des enfants.

Melancholia est un poème de Victor Hugo, paru en 1856 dans le recueil Les Contemplations. Victor Hugo y dénonce le travail des enfants.

 

Extrait

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu'on voit cheminer seules ?
Ils s'en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l'aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d'une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l'ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d'airain, tout est de fer.
Jamais on ne s'arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre Père, voyez ce que nous font les hommes ! »
Ô servitude infâme imposée à l'enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu'a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait — c'est là son fruit le plus certain —
D'Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l'âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d'un enfant ainsi que d'un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? Que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l'homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l'on s'abâtardit,
Maudit comme l'opprobre et comme le blasphème !
Ô Dieu ! qu'il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l'homme heureux !

57e74fdc2ccc425385ccf8918cd6ab04.jpg

 

nanniecolson.jpg

 

images VICTOR HUGO.jpg

Qu'en est-il aujourd'hui ?

 

expos-oral-dibtissam-zaidouni-le-travail-des-enfants-dans-le-monde-10-638.jpg

dans-la-famille-juri-on-est-paye-un-peu-moins-de-5-pour-la-confection-de-1000-jouets-destines-aux-oeufs-kinder-afp-1508313090.jpg

France/Monde | Hygiène, travail des enfants: un scandale ébranle ...

Le Dauphiné Libéré1600 × 1200Recherche par image
Dans la famille Juri, on est payé un peu moins de 5€ pour la confection de 1000 jouets destinés aux œufs Kinder... AFP

 

 Des enfants au travail font les poubelles aux Philippines |

 

UNICEF

travail-des-enfants-unicef.jpg

 

philipine.jpg

Des garçons immergés dans une rivière polluée à Navotas City, au nord de Manille, trient les déchets pour collecter les produits recyclables. UNICEF.

 

index travail des enfants.jpg

1932574.image.jpg

 Siddiqullah,12 ans, se rend au marché de Karachi pour y vendre des pommes de terre. [Reuters]

Child_20140612_600_855.jpg

 Concerned by Amended Child Labour Bill in India: UNICEF

 

7645568.1246bdcf.640.jpg

 

1387978570.jpg

1071010006_small.jpg

images.jpg

wcms_574718.jpg

nike-le-scandale-arton2027-c6cea-.jpg

fille-exploitee-bangladesh.jpg

index travail des enfants.jpg

ob_06ace4_10341120-millions-pushed-into-child-la.jpeg

wcms_222051.jpg

 

REVUE DE LA SEMAINE avec Jean-Luc MELENCHON

Ajoutée le 21 déc. 2017
 
Dans ce 49e numéro de la Revue de la semaine, Jean-Luc Mélenchon revient sur un accord de partenariat renforcé entre l'Union européenne et le Kazakhstan adopté à l'Assemblée nationale cette semaine. Puis il parle de la situation à l'hôpital où les coupes budgétaires provoquent le mal-être des soignant·e·s. Enfin, il explique pourquoi la France insoumise s'oppose à la pratique barbare qu'est la pêche électrique. ***SOMMAIRE*** - 00:28 : Kazakhstan, Venezuela : deux poids deux mesures - 13:20 : À l'hôpital, la situation catastrophique après les coupes budgétaires - 21:11 : Pourquoi nous sommes opposés à la pêche électrique - 28:14 : Conclusion, bilan et retour sur une nouvelle manipulation médiatique ***LES LIENS*** - Intervention de Jean-Luc Mélenchon sur l'accord de partenariat UE-Kazakhstan : https://youtu.be/VAAY3brn6kI - Le Parlement européen décerne son prix Sakharov 2017 à l’opposition vénézuélienne : http://www.lemonde.fr/ameriques/artic... - Kazakhgate: 5 millions d'euros de commissions ont été livrés en cash à Paris : https://www.mediapart.fr/journal/fran... - Vente d'hélicoptères au Kazakhstan : une enquête vise l'entourage de Sarkozy : http://www.lemonde.fr/societe/article... - Marseille : le pronostic vital des hôpitaux engagé : http://www.laprovence.com/article/edi... - Télécharger le numéro de CNews matin avec l'article sur l'hôpital : http://www.ojd-suivivn.com/track?link... - Voir la vidéo de Sabrina l'interne : https://youtu.be/Or29PuSrWXA - Cette députée LREM interpelle frontalement Collomb sur les migrants, elle est applaudie par la France insoumise : http://www.huffingtonpost.fr/2017/12/... - Intervention d'Adrien Quatennens sur la pêche électrique : https://youtu.be/dXc8d-yWg44 - Vidéo de Younous Omarjee sur la pêche électrique : https://youtu.be/E39CkD_k4ZY - Notre pétition pour la création d'un conseil de déontologie du journalisme : https://www.change.org/p/pour-la-créa...

 

Superbe Revue de la Semaine !
 
J'ai appris tellement de choses cette année grâce à vous!!!!! C'est long mais ça fait son chemin votre travail!!! Merci :-)
 
93
 
 
 
 
 
Repos bien mérité. A l'année prochaine
Vive les Insoumis ! Heureusement que vous êtes là pour nous éclairer sur des informations dont les médias officiels ne nous parlent pas. Bonnes fêtes de fin d'année à tous !
 
96
 
 
Et bonne fêtes à tous, courage pour la reprise, on lâche rien ;)
 
32
 
 
Merci pour tout! Joyeux Noel et Bonne Année 2018
 
37
 
 
Superbe Revue de la Semaine !