logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/07/2018

"LE ROI DES RICHES" le "MONARQUE" est à VERSAILLES... A SA PLACE !

9 JUILLET 1789, l'Assemblée Nationale se donne le nom d'ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUANTE

 

Le 9 juillet 1789, l’Assemblée nationale se donne le nom d’Assemblée nationale Constituante.

 

En ce 9 juillet, il y a exactement 223 ans, notre pays vivait l'un de ses moments qui ont fait l'histoire de France grâce à l'action des représentants du peuple (Le Tiers État) et du clergé, rejoint par quelques nobles.
 
Alors que les états généraux sont réunis depuis le 5 mai 1789 pour la première fois depuis 175 ans (1614 étant la dernière réunion des États généraux) les trois ordres (Noblesse, Clergé, Tiers-États) se réunissent en une "Assemblée nationale constituante", dont seront issus

  • l'abolition des privilèges féodaux (4 août 1789), , 
  • le décret proclamant la liberté des opinions religieuses et la liberté de la presse (23 et 24 août 1789),
  • la déclaration des droits de l'homme et du citoyen (26 août 1789)
  • les grands principes de la Constitution (fin 1791)
  • création de 83 départements  (fin 1789)
La souveraineté n'est plus exercée par le Roi qui devient Roi des Français mais n'est plus Roi de France, la primauté de la Nation devient l'élément clé de cette "révolution" qui fût d'abord constitutionnelle.
 
Mais pour bien comprendre ce jour il faut auparavant savoir que cela ne c'est pas passé facilement, la volonté du Tiers État qui représentait 97% de la population a été la clé de voute de ces jours de Mai,  Juin et Juillet 1789.
 
Les États généraux réunissaient 3 ordres (Noblesse, Clergé, Tiers État) composés de 291 députés du clergé, 270 de la noblesse et 578 du Tiers État mais chaque ordre possédait une voix et par conséquent le Clergé et la Noblesse s'alliaient pour contrer les idées du Tiers État qui n'avait qu'une voix Il est donc facile de deviner que sans la volonté marquée du Tiers Etat, le Roi aurait fait passer ses réformes décevantes avec l'appui des 2 ordres "à sa botte".
 
Mais les députés du Tiers État on entamé une épreuve de force face au Roi et aux autres ordres. Dès le 6 mai 1789 les députés du Tiers État refusent de se réunir séparément des deux autres ordres et exigent le vote par tête. Si chaque député dispose d’une voix cela change forcément beaucoup de chose. Il est à noter que cette démarche était appuyée par quelques réformistes de la noblesse et du clergé. 
 
Évidemment le Roi refuse et après d'interminables négociations rien ne se passe si ce n'est une évolution de la part d'une partie des membres du clergé favorable aux députés du Tiers État, il faut dire que le Clergé est composé majoritairement de simples curés. Alors, le 17 juin 1789 une motion des députés du Tiers État fait d’eux l’Assemblée Nationale, la seule à pouvoir consentir l’impôt. Les députés du clergé, soutiennent ce qu'il faut bien appeler un coup d’État non violent et décident le 19 juin de se joindre à ceux du Tiers Etat. L’heure du triomphe se rapproche.
 
Ce 17 juin 1789 est une date importante de l'histoire de France car c'est ce jour là que furent construits les fondements de la représentation nationale et des pouvoirs de son assemblée qui perdurent encore de nos jours.

 

Mais bien évidemment Louis XVI résiste et décide d'empêcher tout débat et toute nouvelle décision nouvelle avant qu'il ne réunisse le 22 juin lui-même l'ensemble des 3 ordres. Par conséquent, le 20 juin 1789, le Roi fait interdire par ses gardes l’accès, aux députés du Tiers État, à la salle de l’hôtel des Menus Plaisirs, où se tenaient les états généraux. Qu'à cela ne tienne, les députés se réunissent alors dans la salle du Jeu de paume, à Versailles. 149 représentants du Clergé et deux représentants de la noblesse se joignent aux députés du Tiers État.
 
Et là, se produisit un haut fait de l'histoire de France, les députés firent serment de ne pas se séparer avant l’élaboration d’une Constitution :  
"ne jamais se séparer, et de se rassembler partout où les circonstances l’exigeront, jusqu’à ce que la Constitution du royaume soit établie et affermie sur des fondements solides".

 

 Le 23 juin, Louis XVI croyant encore en son pouvoir, casse les décisions du Tiers Etat et interdit toute réunion des 3 ordres en commun tout en promettant des réformes, il ordonne aux députés de se retirer ce que le Tiers État refusa, s'en suit alors une séquence célèbre et présente dans tous les manuels d'histoire.

Les gardes veulent disperser par la force les députés du Tiers qui refusent d’obéir. Après que quelques députés de la noblesse, dont La Fayette eurent mis la main à l’épée, Mirabeau prononce alors  la fameuse phrase :

 Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous ne quitterons nos places que par la force des baïonnettes ! "

Le 27 juin 1789, le Roi capitule devant tant de volonté et enjoint au Clergé et à la Noblesse de se joindre au  Tiers Etat en une chambre qui le 9 juillet devient "Assemblée Nationale Constituante".

Cette assemblée vivra ainsi jusqu'au 30 septembre 1791 ou "L'assemblée Législative" prit la suite.

 http://www.perdre-la-raison.com/

 

 

 

 

 

 

 

A 14 H... MANIF EN LIGNE DE LA FRANCE INSOUMISE CONTRE LA MONARCHIE PRESIDENTIELLE ABSOLUE

 
 L’image contient peut-être : 1 personne, mème et texte
 
"Lundi 9 juillet à 15h, Emmanuel Macron s'exprime devant le Congrès réuni à Versailles. Il choisit de faire cette convocation alors que vont commencer les débats sur la réforme constitutionnelle.
 
Il choisit de la faire le jour anniversaire du 9 juillet 1789 où les députés des États généraux se sont proclamés Assemblée nationale constituante. Par ses actes, Emmanuel Macron donne le signal de l'abaissement du Parlement.
 
Par la réforme de la Constitution qu'il propose, le président des riches transforme peu à peu la monarchie présidentielle en monarchie présidentielle absolue", est-il expliqué sur leur site.
 
 
 

"On veut introduire en France la culture de la manif en ligne", explique Jean-Luc Mélenchon. Le chef de La France insoumise a annoncé dimanche 8 juillet, lors du "Grand Rendez-vous" Europe 1-Les Echos-CNews, que les députés de son groupe, qui boycotteront lundi le discours d'Emmanuel Macron devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, organiseront à cette occasion une "manifestation en ligne".

Concrètement, les internautes sont invités à "publier des tweets avec le hashtag #MacronMonarc" lundi à 14 heures, une heure avant le discours présidentiel, ainsi qu'à rejoindre un événement Facebook. Le tout "pour protester contre la dérive autoritaire du président et proposer une autre voie, celle d'une nouvelle Assemblée constituante et d'une VIe République sociale, écologique et démocratique", a expliqué le patron des "insoumis".

"On va dans le seul espace de liberté qui reste"

Alors que les parlementaires communistes ont décidé de faire référence à la Révolution française en prêtant "le serment de défendre une République démocratique" devant la salle du Jeu de paume avant d'assister lundi au discours présidentiel, Jean-Luc Mélenchon a révélé que les élus insoumis avaient une inspiration similaire.

"On voulait aller dans la salle du Jeu de paume, impossible ; après on a voulu aller dans la salle des Menus plaisirs,là où [se sont] tenus les états généraux, impossible ; après on a dit on va au jardin des Tuileries, parce que c'est joli, et puis impossible, c'est interdit aussi. Alors comme tout est interdit, on va dans le seul espace de liberté qui reste, c'est à dire la toile", a argué le député marseillais.

 
 

29/06/2018

EN FAVEUR DE LA CONDITION ANIMALE. Tous les amendements de la France Insoumise rejetés

 

Voici quelques uns des amendements portés par la France insoumise dans l’hémicycle, en faveur de la condition animale et rejetés :

 

Le 1er juin 2018, j’ai eu le grand plaisir d’être convié par le groupe thématique des animalistes insoumis·es situé à Toulouse à une réunion publique autour de la condition animale, avec Mauricio Garcia-Pereira, ancien employé de l’abattoir de Limoges et lanceur d’alerte sur le scandale de l’abattage des vaches gestantes. Il a pu décrire la réalité des abattoirs, machine infernale qui broie les hommes comme les bêtes qui sont victimes d’une violence extrême.

Dans ce cadre, j’ai pu réaffirmer la position de la France insoumise en faveur du bien-être des animaux, et contre la maltraitance animale, à la fois dans les élevages mais aussi et surtout, dans les abattoirs où 3 millions d’animaux sont massacrés tous les jours en France, au profit des « intérêts des filières ».

En effet, lors de la campagne pour l’élection présidentielle notre candidat Jean-Luc Mélenchon avait largement développé cette thématique. En cohérence, actuellement dans l’hémicycle, le groupe de la France insoumise a déposé nombre d’amendements à divers projets de loi afin de réduire la souffrance animale, notamment à l’occasion du projet de loi sur l’agriculture et l’alimentation. Tous ont été rejetés. Vous pouvez lire ici le compte rendu des débats sur cette thématique.

Depuis le début de la législature, nous avons porté 13 initiatives en faveur de la cause animale telles que l’introduction d’une alternative végétarienne dans les cantines scolaires ou l’interdiction de la chasse à courre… De plus, lors de la discussion du projet de loi sur la moralisation de la vie publique, nous avons défendu un amendement relatif à l’interdiction d’exercer un mandat électif pour toute personne condamnée pour avoir commis des sévices sur des animaux.

Pour retrouver l’intégralité de nos actions en faveur des animaux, voici un site de L214 regroupant l’ensemble de notre travail parlementaire.

Vous pouvez également avoir accès au compte-rendu du groupe thématique Condition Animale de La France insoumise de Toulouse.

Documentation sur la souffrance animale
Plus de 150 personnes ont participé à la réunion
Comment cuisiner sans produits d'origine animale ?
Mauricio Garcia-Pereira et Bastien Lachaud
Buffet vegan proposé par les insoumis·es
 

En remplissant ce formulaire, j'accepte que la France Insoumise utilise ces données pour m'envoyer des informations.

Si vous habitez à l'étranger, cliquez ici.

 

DES ORIGINES CHRETIENNES DE L"EUROPE à l'instauration de la VIe REPUBLIQUE avec Bastien LACHAUD

WITT/SIPA
WITT/SIPA
 Marianne

Vive la laïcité : Éric Ciotti veut inscrire les "racines chrétiennes" de la France

dans la Constitution !

Le député des Alpes-Maritimes estime que "la France est une république laïque d'influence et de valeurs chrétiennes" et souhaite, pour cela, inscrire ses "racines chrétiennes" dans la Constitution. Une bien curieuse façon de défendre la laïcité...

Ils sont nombreux, en ce moment, à vouloir toucher à la Constitution. Éric Ciotti, président LR du conseil départemental des Alpes-Maritimes, veut par exemple inscrire les "racines chrétiennes" de la France dans le texte fondateur de nos institutions. Il déposera même une proposition de loi dans les prochaines semaines, "après la réforme constitutionnelle", dit-il, pour ne pas brouiller son message et troubler les esprits concentrés sur la suite des attentats de novembre: "La France est le fruit de ses racines chrétiennes. Notre devoir est de faire en sorte que la France reste la France !", a-t-il justifié, lors de la présentation de ses vœux à ses concitoyens niçois. Pour que la France reste la France, si l'on comprend bien, il faut qu'elle défende le christianisme. Curieux...

 

Ajoutée le 27 juin 2018
 
 
Amendement à contre-sens de l'Histoire présenté par le député Eric Ciotti (LR) sur les origines chrétiennes de l'Europe. L'insoumis Bastien Lachaud, député France Insoumise, lui rappelle quelques éléments d'Histoire...
 
Bastien Lachaud a exercé le métier de professeur d'histoire
 

 

 

Tradition chrétienne dans la constitution , mais où va-t-on ?? Alors on reste définitivement dans votre vieux monde ?? On doit "figer" notre passé , donc on fige notre présent , et donc impossible d'avancer . Ah si , on avance , on a un président chanoine , grande avancée . Pu... naise il y a bien des claques qui se perdent , et de plus en plus :-((
Petit rappel bien utile à l'heure de toutes les provocations et de cette foutue novlangue qui pourrit absolument tous les domaines de la communication ! Merci, Bastien !
 
Merciiiiiiiiii M Lachaud.. excellente rétorique ❣️❣️❣️❣️❣️
 
 
on le voit encore meme si ça ne discute plus, le groupe LFI regroupe vraiment les politiques les plus cultivés et surtout les plus terre_a_terre ^^. Toujours heureux d'etre un insoumis et ça ne risque pas de changer ^^.

 

Rappel rafraîchissant du député LFI !! La France aurait-elle peur de se regarder en face ??
Ciotti ne veut pas figer le passé, il veut figer le present et le futur!
Une bonne leçon d’histoire donnée à l'inculte Ciotti. Merci Monsieur le député Bastien Lachaud
 
Et pan sur le bec de l'horrible Ciotti ! Merci Mr le député Lachaud !
Ciotti me donne envie de vomir. Gros malaise quand Ciotti présente ses amendements contradictoires : République laïque et chrétienne !!!

 

 

Bastien Lachaud

Bastien Lachaud est député de la 6e circonscription de Seine-Saint-Denis. Il est membre de la commission de la défense nationale et des forces armées.

 

 

SEUL LE PEUPLE DOIT POUVOIR DECIDER DE SA CONSTITUTION !
 
Bastien Lachaud
mardi ·
 
Le 26 juin 2018, Bastien Lachaud est intervenu en commission des lois, lors de la discussion générale de la révision constitutionnelle.

Bastien Lachaud a rappelé à quel point l’histoire de la Ve République est celle de la confiscation de la souveraineté populaire. En effet, la constitution d’octobre 1958 a été élaborée dans le secret des cabinets sans que le peuple puisse y contribuer. Cinquante ans plus tard, c’est Nicolas Sarkozy qui trahira la volonté des Français·es en ratifiant le traité de Lisbonne, alors que le même texte a été rejeté trois ans plus tôt.

La révision constitutionnelle s’inscrit dans cet esprit anti-démocratique, où l’on refuse au peuple le droit d’exercer pleinement sa souveraineté, ne serait-ce que par la voix de ses représentant·e·s élu·e·s à l’Assemblée nationale.

Le Président de la République, tel un monarque absolu, condamne le Parlement a être la chambre d’enregistrement de ses volontés. Dès lors, impossible d’exercer le rôle de contre-pouvoir à l’exécutif.

Le seul moyen d’empêcher cette mise à mort d’une démocratie déjà à bout de souffle, est de réunir une assemblée constituante dans laquelle les citoyen·ne·s, constitué·e·s en assemblée souveraine, pourront décider de leur destin commun et instaurer une VIe République.
Voir ici le livret Constituante de la La France insoumise : https://avenirencommun.fr/livret-assem…
 

 __________________________________________________________________________

 

 Il dépose en janvier 2018 un rapport sur la proposition de loi constitutionnelle visant à faire de l'accès à l'eau un droit inaliénable[pertinence contestée]

 


  LE SAVIEZ- VOUS ?


Début 2018, il dépose une proposition de loi à l'Assemblée nationale visant à interdire la chasse à courre. Elle est signée par des députés de la majorité, malgré le règlement du groupe LREM qui interdit à ses membres de signer des propositions de loi émanant de l'opposition.

 

Proposition de loi visant à interdire la chasse à courre

dans Assemblée nationale, Bastien Lachaud

J’ai rédigé et déposé une proposition de loi visant à interdire la chasse à courre.

PROPOSITION DE LOI

relative à l’interdiction de la chasse à courre,

(Renvoyée à la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, à défaut de constitution d’une commission spéciale dans les délais prévus par les articles 30 et 31 du Règlement.)

présentée par Mesdames et Messieurs

Bastien LACHAUD, Mathilde PANOT, Jean-Luc MÉLENCHON, Adrien QUATENNENS, Michel LARIVE, Alexis CORBIÈRE, Éric COQUEREL, Ugo BERNALICIS, Caroline FIAT, Loïc PRUD’HOMME, Émilie GUEREL, Éric STRAUMANN, Jean-Paul LECOQ, Marie-George BUFFET, Sébastien JUMEL, Florence GRANJUS, Maud PETIT, Erwan BALANANT, Patricia GALLERNEAU,

députés.

 

La chasse à courre, à cor et à cri est une pratique nobiliaire (Qui appartient à la noblesse.

  • La société enrichie la veille par des spéculations, honnêtes ou non, joignait à ses richesses des titres nobiliaires ; chacun s'improvisait comte, marquis ou baron. — (Général Ambert, Récits militaires : L'invasion (1870), p.240, Bloud & Barral, 1883) ; oligarchique et barbare, digne d’un autre âge. Elle doit être interdite dans notre pays, comme la Grande Révolution de 1789 l’avait déjà fait.

Elle concerne une infime minorité des chasseurs de notre pays. Un équipage coûte 150 000 € par an. 450 équipages (10 000 pratiquants, 17 000 chiens et 7 000 chevaux) massacrent cerf, chevreuil, sanglier ou, plus modestement, renard, lièvre ou lapin. Cette activité ne concerne que 0,01 % des 1,2 million de chasseurs, bien loin d’être une tradition populaire de notre pays.

La chasse à courre est interdite dans de nombreux pays européens. Après l’Allemagne il y a plusieurs décennies, la Belgique en 1995, l’Écosse en 2002, l’Angleterre et le Pays de Galles ont interdit en 2005 la chasse à courre sur leur territoire. Notre pays devient le terrain de jeu des équipages de ces pays.


 -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

En mars 2018, Bastien Lachaud a déposé une proposition de loi relative à l'allongement du congé paternité en cas d'accouchement prématuré ou d'hospitalisation du nouveau-né.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique