logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

30/03/2018

OSONS CAUSER

Ajoutée le 29 mars 2018
 
Sarkozy aurait été élu en trichant en 2007 avec l’argent de Kadhafi. Des témoins clefs sont morts ou dans le coma, peut-être assassinés. La police a retrouvé la trace de masses de cash non déclaré au QG de Sarkozy en 2007 et d’un immense coffre-fort loué par le numéro 2 de Sarkozy Claude Guéant pendant la campagne. Des éléments solides indiquent que le dictateur Kadhafi serait la source de dizaines de millions décisifs pour faire gagner Sarkozy. Malheureusement, des témoins clefs meurent dans des circonstances très bizarres… Découvrez un des plus gros scandales de la 5eme République, ou comment l’élection de 2007 a peut-être été volée avec l’argent d’un dictateur. ►► POUR NOUS SOUTENIR : https://www.tipeee.com/osons-causer ►LES SOURCES : http://www.osonscauser.com/sarkozy-el...

 

LE MEDIA c'est mon MEDIA

 

 

Le Média
 
1:10:45
 
 
Merci de continuer a approfondir le fond des sujets , même si cela dure plus longtemps .. Courage à toute l'équipe !!!
Bravo pour les explications sur la LDJ !!

 

 

L'ENTRETIEN EUROPÉEN - LE MÉDIA REÇOIT FRANÇOIS ASSELINEAU


 
47:19
 
 
 
Grande qualité d'interview, bravo au Média pour son professionnalisme. Si cette qualité avait été la norme durant la présidentielle à mon avis les résultats auraient été bien différents.
 
Extrêmement intéressant. Je suis pro Mélenchon pour ma part, mais M. Asselineau demeure une personne sensée et j'ai pris plaisir à l'écouter. Un grand merci à vous de l'avoir invité et d'avoir contribué au débat republicain
 
Excellent journaliste qui fait son métier : Poser des questions et conduire son interlocuteur au fond de son raisonnement. Bravo Le Média pour votre professionnalisme.
 
 
Chapeau Le Média. Votre éthique du débat et du pluralisme vous honore.
 
Entretien très intéressant, merci Alexis Poulain pour cet interview de qualité!
 
 
Asselineau ment si Mélenchon était au gouvernement il y a le plan A et le Plan B on négocie ou l'on sort des traités Européens et en tout dernier lieu nous avons prévu un référendum. Donc c'est le peuple qui décide. Non MELENCHON n'est pas TSIPRA, d'ailleurs il a dénoncé l'abdication de TSIPRA qui n'a pas respecté le référendum du peuple Grec !
 
 
31:13
 
Très émouvant hommage à celui qui a fait abstraction de sa personne pour sauver des vies. N'oublions pas non plus les autres victimes de l'assassin.
 
Très belle intervention de Paul Alliès. Allez voir par là "le fascisme chic" : https://blogs.mediapart.fr/paul-allies Bravo pour Le Media de plus en plus riche, diversifié. Merci !
 
Excellent journal ,de mieux en mieux . Après la météo sociale , la météo des Facs , demain quelle météo ?? Merci ...
 
superbe discours de Mélenchon. Les autres sont bien maladroits dans leur formulation... Le seul présidentiable, c'est Mélenchon!
 

29/03/2018

QUAND LA PUBLICITE SE FAIT CALOMNIE

Hier en feuilletant distraitement TV MAGAZINE SUD-OUEST, mon attention a été attirée par une page entière de publicité, je dirais de propagande visant les cheminots, intitulée : Les retraites "Première classe" de la SNCF.

J'ai payé un magazine pour lire le programme TV, pas pour cette page infâme.  Si ça devait perdurer, je n'achèterai plus SUD-OUEST le dimanche, qui véhicule TV Magazine.

Heureusement j'avais Politis dans l'autre main qui démontait toutes ces caricatures, ces mensonges entretenus.

"Ils peuvent partir à la retraite dès 50 ou 55 ans (52 ou 57 en 2023), au lieu de 62.

"Le niveau de leurs pensions est 100% garanti par l'Etat

"Leurs avantages sont payés par les contribuables, notamment via une subvention de 3,2 milliards d'euros".

Le régime spécial des agents de la SNCF est sans commune mesure avec celui des salariés du privé !

"Ils n'ont à la bouche que le mot "solidarité", mais ils sont prêts à bloquer le pays pour défendre leurs privilèges !"

 

POLITIS 1 001.jpg

 

POLITIS 2 001.jpg

POLITIS 3 001.jpg

Aujourd'hui, je ne suis pas seule à râler..

Contente de trouver cet article dans mon Huma quotidienne

HUMA 001.jpg

"La Loi sur le secret des affaires" ça vous parle ?

Le parti de M. Macron impose le secret des affaires, qui restreint la liberté d’informer

29 mars 2018 / Maxime Lerolle (Reporterre)

Au pas de course, l’Assemblée nationale a adopté une proposition de loi visant à protéger le « secret des affaires ». La loi a étendu ce « secret » au-delà du strict cadre commercial, menaçant journalistes et lanceurs d’alerte, et donc la liberté d’informer.

Mardi 27 mars, alors que s’ouvrait à Luxembourg le procès en appel d’Antoine Deltour à la suite de l’affaire des LuxLeaks, l’Assemblée nationale commençait à débattre de la proposition de loi concernant le « secret des affaires ». Hasard du calendrier ou coïncidence ironique ?

Quoi qu’il en soit, le gouvernement a décidé de passer en force sur une proposition controversée. Sa tactique ? Jouer la carte de la « procédure accélérée ». Sous prétexte de rapidité et d’efficacité, la proposition de loi aura été débattue et votée une seule fois, mercredi 28 mars, à l’Assemblée nationale, par 46 voix contre 20. Le Sénat, mi-avril, n’en parlera que durant une unique session. Contrairement aux propositions de loi ordinaires, il n’y aura pas de navette parlementaire entre les deux Chambres.

 https://reporterre.net/Le-parti-de-M-Macron-impose-le-secret-des-affaires-qui-restreint-la-liberte-d

 La loi sur le "secret des affaires", une menace pour les lanceurs d'alerte ?

Pour les signataires, dont font partie de nombreuses sociétés de journalistes, des lanceurs d'alerte et des militants anti-corruption,  "des scandales comme celui du Mediator ou du bisphénol A, ou des affaires comme les 'Panama Papers' ou 'LuxLeaks' pourraient ne plus être portés à la connaissance des citoyens".

 

En effet, si le texte examiné à l'Assemblée protège en théorie les journalistes, les lanceurs d'alerte pourraient malgré tout être poursuivis dans certains cas. Car la loi "Sapin 2" protège les lanceurs d'alerte quand ils révèlent des pratiques illégales, mais pas forcément des pratiques jugées immorales, contraires à l'éthique ou à l'intérêt général, comme celles précédemment citées. Dès lors, ce serait au juge de séparer les révélations qui protègent l'intérêt général de celles qui sont répréhensibles.

 https://www.lci.fr/politique/loi-sur-le-secret-des-affaires-une-menace-pour-les-lanceurs-d-alerte-2082764.html

 

 

Une quarantaine de personnalités, lanceurs d'alerte, journalistes, dont Patrick APEL-MULLER, directeur de la rédaction de "l'Humanité", représentants de syndicats et d'ONG, et une vingtaine de sociétés de journalistes, des personnels, des lecteurs, dont celles de "l'Humanité" alertent sur les dangers d'un texte garantissant "le secret des affaires" examiné au Parlement à partir du 27 mars, qui met "gravement en cause l'intérêt général et le droit des citoyens à l'information".

Plus de 143 000 personnes ont déjà signé cette pétition.

 

 

 "La loi sur le secret des affaires est un danger pour nos libertés fondamentales"

 

Mesdames, Messieurs,

Vous serez prochainement amenés à vous prononcer sur la proposition de loi portant sur "la protection des savoir-faire et des informations commerciales non divulgués (secrets d'affaires) contre l'obtention, l'utilisation et la divulgation illicites".

Ce texte est la transposition d'une directive européenne adoptée en 2016 malgré les mises en garde des ONG, des syndicats, des journalistes et l'opposition massive des citoyens.

 Elaborée par les représentants des lobbies des multinationales et des banques d'affaires, elle constitue une offensive sans précédent contre l'intérêt général et le droit des citoyens à l'information.

La loi "secret des affaires" a des implications juridiques, sociales et environnementales graves. Sous couvert de protéger le entreprises, elle verrouille l'information sur les pratiques des firmes et les produits commercialisés par les entreprises.

Des scandales comme celui du Médiator ou du biphénol A, ou des affaires comme les Panama Papers ou LuxLeaks, pourraient ne plus être portés à la connaissance des citoyens.

En gravant dans le marbre la menace systématique de longs et coûteux procès, cette loi est une arme de dissuasion massive tournée vers les journalistes, les syndicats, les scientifiques, les ONG et les lanceurs d'alerte.

Nous, signataires de cette pétition, lanceurs d'alerte, syndicats, ONG, journalistes, chercheurs et simples citoyens, nous opposons à l'application en l'état de cette loi en France et vous demandons de défendre le droit à l'information et l'intérêt des citoyens que vous représentez, en adoptant les amendements qui vous sont présentés pour restreindre son champs d'application aux seuls acteurs économiques concurrentiels.

 

Pour signer en ligne   info.pollinis.org/fr/stopsecretdaffaires/

 

 

Ajoutée le 28 mars 2018
 
 
Le mardi 27 mars 2018, Ugo Bernalicis intervenait pour défendre la liberté d'informer dans le cadre de la proposition de loi dite "secret des affaires". Il a rappelé que si le texte s'efforce de protéger les entreprises, la protection offerte aux entreprises ne doit toutefois pas se faire au détriment de la liberté de la presse. Il a critiqué le choix de la majorité de ne pas surtransposer ce que l'Union Européenne nous impose. Ugo Bernalicis a ainsi indiqué que nous pourrions faire mieux, nous pourrions inspirer les autres états membres. Soyons une force d'impulsion pour protéger les lanceurs d'alerte. "Vous érigez le secret des affaires comme une arme de dissuasion massive... Le rapport de force est si inégale que le lanceur d'alerte ou le journaliste renoncera à dévoiler l'information". Ugo Bernalicis a rappelé que les propositions de la France insoumise ne visaient pas à s'opposer aux entreprises mais à défendre nos libertés et droits fondamentaux. Il a milité pour qu'une dérogation en matière de terrorisme, proposée par la France insoumise soit ajoutée au texte. Il a souligné le risque que ce texte ne permettre que le droit de la presse ne soit entravé par le droit commercial.

 

 

 

 

Lettre ouverte au C.R.I.F. par Béatrice GOLDREICH

Béatrice Goldreich

Voici le texte que viens d'envoyer au CRIF.

C'est avec stupéfaction que j'ai appris que vous refusiez la présence de Jean Luc Mélenchon à la marche blanche en hommage à Mme Knoll. Premièrement, de quel droit ? Deuxièmement, et c'est le plus plus grave, ce faisant, vous insinuez que le FN ou La FI c'est la même chose ! Vous rendez vous compte de la gravité de votre acte ? Il n'y a dans la FI ni racisme, ni xénophobie ni antisémitisme ! Juive et Insoumise, j'ai le rouge de la honte qui me monte au front quand je vous entends (mais ce n'est pas la première fois !). Nous défendons, et moi la première, le droit des palestiniens à avoir une terre et le droit de vivre sans se faire humilier et massacrer chaque jour. Comment un peuple qui a subi un génocide, peut il en faire subir un à un autre peuple ? Je ne confonds pas le peuple israelien et l'administration israelienne, qui chaque jour déshonore un peu plus tous les juifs du monde. C'est d'ailleurs une ONG israelienne qui la première a parlé de crimes de guerre envers Netanyahu, et les manifestations se multiplient là bas pour dénoncer ce régime innommable. Le journal Haaret'z n'a de cesse de dénoncer la diaspora française pour sa complaisance à l'égard d'un gouvernement que je n'hésite pas à qualifier de fasciste ! Vous en êtes grandement responsable. Je ne me sens en aucun cas représentée par votre conseil qui ne représente plus que les politiques libérales et les intérets des lobbies d'affaires, juifs ou non. je n'habite plus la région parisienne depuis quelques mois, sinon je me serais fait un plaisir de venir rendre hommage à cette victime de l'antisémitisme, avec mon étoile de David et mon badge de la France Insoumise. Je ne vous salue pas, on ne salue que ceux que l'on estime. Mais j'attends une réponse. Ce texte sera diffusé sur les réseaux sociaux.
Béatrice Goldreich
13200 Arles

***

bravo Madame et merci

Heureusement que je ne me contente pas des infos télévisées aux ordres.

Sera-t-elle invitée sur les plateaux télés ? Je ne pense pas