logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

13/06/2015

1ère MARCHE INTERNATIONALE POUR LA PAIX ET LA FRATERNITE

 Isabelle Aubret, marraine d'honneur depuis 2002 de l'association La Vie en Marche sera la marraine de la Marche internationale pour la paix et la fraternité qui se déroulera à Mulhouse le dimanche 14 juin.
Isabelle, une femme debout, malgré les épreuves.
Avec ténacité, détermination et courage, elle a toujours répondu à l'appel des grandes causes humanistes.
Ce 14 juin à Mulhouse, elle sera le porte-drapeau du combat pour la paix, elle qui sait mieux que quiconque faire germer dans le cœur des gens les graines de la tendresse, de la compassion et de l'amour de la vie et du respect des autres.
Isabelle, juste quelqu'un de bien. Isabelle, UNIVERSELLE. 
Vous êtes à jamais et pour toujours dans nos cœurs.

 

 

Le parrain Louis Schittly, co-lauréat du prix Nobel de la Paix avec Médecins sans Frontières

 

Qui

veutmarcher

pour lapaix ?

Capture la vie en marche.JPG

 

MARCHE POUR LA PAIX ET LA FRATERNITÉ

Logo paix fraterniteMarche pour la paix et la fraternité

Tout au long de son histoire faite de guerres, de déchirements, de ravages, de massacres, d’atrocités, l’Humanité a toujours su se relever, mettre ses passés, ses dynamismes, ses volontés, ses cultures, ses intelligences, pour servir la paix et la fraternité.
Malgré les souffrances dues aux guerres, aux génocides, aux haines, des humains, tout simplement humains parmi les humains, ont choisi de se lever, de résister et d’agir contre l’égoïsme, l’exclusion, le rejet de l’autre, la stigmatisation de la différence, l’intolérance, la vanité, l’ignorance, la haine, la violence, le fanatisme. Avec quelle arme ? Celle que personne ne peut détruire, celle qui comme le vent, ne peut être emprisonnée dans les mains, celle qui sans cesse invite, accueille, partage, donne et reçoit. L’AMOUR. L’amour de l’autre, l’Amour pour un monde sans violence, sans haine, sans guerres. Un monde des nations réconciliées qui, parce que nous le voulons et que nous sommes déterminés, donnera naissance à la solidarité mondiale du genre humain et à la conscience commune que nous sommes toutes et tous des frères et des sœurs, partageant la même planète, reliés entre nous et interdépendants, vers un même destin universel comme le rappelait dans ses discours Nelson Mandela. Oui, mes frères et mes sœurs, les messages de Mandela, Luther King, Gandhi résonnent de plus en plus forts dans nos consciences. Ces redresseurs d’espérance sont les lumières, les phares de l’humanité et leurs rêves de paix et de fraternité éclosent partout, mobilisent partout, unifient partout, préparent à la fraternité universelle.
Le sillon a été tracé. Le chemin est caillouteux, semé d’embûches et de catastrophes mais il l’a toujours été. Le monde, notre monde s’est construit sur des douleurs humaines, des guerres, des séismes, des injustices, des maladies, des plaies atroces jamais refermées. Mais il y a toujours eu des individus de toutes origines et de toutes couleurs, capables de changer l’ordre établi et de donner à l’humanité, la vision de la renaissance, la vision d’un monde nouveau. Une nouvelle forme de pensée, une solidarité partagée, le souci et le respect de l’autre. Souvenez-vous : Aurions-nous pu imaginer qu’un jour la France et l’Allemagne vivent en paix ? N’aurions-nous plus aujourd’hui la force de penser que la paix et plus forte que la guerre ? N’aurions-nous pas aujourd’hui la conviction de choisir d’avancer ensemble pour créer l’unité dans la diversité ? C’est à nous, en qualité d’êtres humains, de déterminer notre avenir. Car ce qui a été possible, hier, entre la France et l’Allemagne, le sera demain en éveillant nos esprits à traduire en actes, notre volonté à faire de nous des citoyens terrestres solidaires, pacifistes et fraternels. 
Aujourd’hui, c’est à chacun de nous, à toi et à moi, à continuer l’œuvre de nos Anciens et d’inscrire nos actions au service de cette espérance universelle attendue dans le monde entier. À devenir des têtes de proue à la manière d’Aimé Césaire. À parler à nos cœurs pour façonner un monde nouveau.
Nous, Humains au milieu des humains, formulons le vœu d’un nouvel espoir, d’une révolution morale, d’un appel à l’action pour accéder à la paix, à la fraternité, à l’humanité, au respect planétaire de tous les terriens. Par nos actes et nos engagements, Humains avant toute chose et face aux problèmes globaux qui nous entourent, là où nous sommes, apprenons à réagir avec humanité, à dire bonjour à l’inconnu, à aider celui qui est seul, à sourire à celui qui a besoin de réconfort, à ne pas juger celui qui est différent de soi, à aller à la rencontre de l’autre, à servir celui qui est dans le besoin, à AIMER avec partage sans limites et sans frontières. A vivre pour aimer.
Soyons conscients que nos paroles, empreintes de bonté, nos écrits, respectueux de toutes les cultures, nos actes imprégnés d’altruisme, et nos engagements fondés sur les forces de l’unité humaine, des diversités culturelles et de la pluralité d’individus sont les signes fondateurs d’une humanité vivante à vocation universelle, interdépendante, interrelationnelle, où l’être humain a toute sa place dans son entité entière, biologique, sociale, économique, métaphysique. 
La bonne volonté ne suffit pas. Il faut vouloir réussir, Il faut vouloir le dialogue entre cultures, civilisations, pays, continents, religions. Mais avant tout, il faut vouloir le dialogue entre nous, la compréhension de l’autre.
Voici notre réponse face à la haine que prônent certains humains, brebis égarées sur les chemins de l’injustice et de la souffrance. Qui que nous soyons, quelles que soient nos convictions et nos croyances, devenons ENSEMBLE, les artisans, les travailleurs de la paix et de la fraternité comme les petits fragments d’une mosaïque où chacun a sa place et son rôle à jouer. A l’échelle planétaire, Oui, nous voulons être des frères et des sœurs, unis par l’Amour Universel
Mes Amis, mes compagnons, mes frères et mes sœurs. Tout reste possible puisque nous sommes Humains : L’aspiration à un monde meilleur et fraternel où les Droits de l’Être Humain, quelles que soient ses origines, ses croyances, ses idéologies, soient respectés et développés pour le bonheur de tous.
Du temps, il en faudra. Du travail, aussi. Des larmes, certainement. Mais nous sommes déterminés à réussir, à vouloir ce monde.
Notre révolution est celle de l’Esprit, celle qui donne à chaque individu la plénitude de la vie.
Il n’est pas loin le temps où on se rendra compte que l’humanité est appelée à la solidarité entre les peuples et où l’empathie sera le départ de toutes choses. Ce jour-là, vous pourrez dire : « J’ai agi pour cela ».
Alors, sur le chemin de la paix et de la fraternité, viens nous rejoindre, on t’attend. 
On a besoin de toi.

Capture marche pour la paix.JPG

SAUVONS LES SERVICES PUBLICS

Il y a dix ans, le 5 mars 2005, le collectif Convergence Services Publics avait rassemblé 6.000 personnes dans les rues de Guéret.

 

A l'initiative d'un collectif creusois, 10.000 personnes sont attendues dans les rues de Guéret pour manifester contre la fermeture des services publics en zone rurale.

 

 

A Guéret, grande mobilisation de défense des services publics

par Fanny Bouvard samedi 13 juin 2015 08:33
  • Share
En 2005, ils étaient 6.000 dans les rues de Guéret pour défendre les services publics © MAXPPP

En 2005, 6.000 personnes avaient manifesté à Guéret (Creuse) pour défendre le maintien des services publics. Ce samedi, 10 ans plus tard, une nouvelle journée de mobilisation nationale est organisée et, cette fois-ci, 10.000 personnes sont attendues.

Les services publics se font de plus en plus rares dans les campagnes et petites villes. Une manifestation nationale se prépare ce samedi à Guéret, commune de 14.000 habitants, contre la fermeture des petits hôpitaux, des bureaux de la Poste ou encore des gares.

10 ans après, toujours mobilisés

Mars 2005, ils étaient 6.000 à défiler dans les rues de Guéret (Creuse) pour dire leur colère après la fermeture de nombreux services de l’Etat. 260 élus avaient aussi présenté leur démission symbolique.
Dix ans plus tard, une nouvelle manifestation nationale est prévue et cette fois-ci près de 10.000 personnes sont attendues. Selon les organisateurs, depuis 2005, les choses ne se sont pas améliorées dans les zones rurales. Pour le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez : "Les pouvoir publics ne respectent plus rien. Ils investissent plus, ils mettent plus d’argent dans les services publics et donc il faut que ça change."

 France Info

Point départ d'un mouvement anti-austérité ?

Au-delà de la manifestation de ce samedi, des tables rondes et des débats sont prévues tout le week-end. Les organisateurs espèrent que ce sera le point départ d’un grand mouvement anti-austérité. Dès dimanche 14 juin, des assises nationales de défense et de développement des services publics seront officiellement lancées. 

 L’appel à manifester a été lancé par la convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics. Il a été relayé par des partis de gauche (PG, PCF, NPA, EELV), des centrales syndicales (CGT, Solidaires, FSU) et des mouvements comme Attac. - Michèle DELPY

Des autocars vont converger de toute la France vers Guéret aujourd’hui. La manifestation nationale pour les services publics a lieu dans un Limousin qui est parmi les perdants désignés de la métropolisation en cours.

Un poste supprimé dans une direction départementale, c’est moins visible qu’un poste de professeur dans une école rurale. Pourtant, il y a un rapport de cause à effet : en Limousin, la RGPP (révision générale des politiques publiques) a un impact démographique ravageur depuis plusieurs années.

Guéret, « ville de fonctionnaires », a perdu « 400 emplois publics et privés induits ces dernières années », selon le président de l’agglo, Eric Correia. Et les familles qui vont avec. A l’échelle de la Creuse, la perte sèche est évaluée à 350 fonctionnaires d’Etat depuis dix ans. Sur cette même période, l’Etat a effacé 1.434 agents de ses tablettes, la plupart étant transférés aux collectivités.

« 1.000 à 1.200 postes menacés
à Limoges »

Jusqu’ici, Limoges a été relativement épargnée par ses prérogatives régionales. En Corrèze, la facture a été allégée à plusieurs reprises grâce aux relais de ce département au sommet de l’Etat. Mais la réforme territoriale s’annonce douloureuse : « ce sera même pire que la réforme que projetait Sarkozy », prédit Daniel Clérembaux, ancien élu du Front de gauche à Limoges et responsable de la convergence des services publics sur la Haute-Vienne.

Actuellement, le conseil régional du Limousin emploie 1.600 fonctionnaires. Dans un premier temps, 10 % de l’effectif serait appelé à muter vers Bordeaux. Pour Daniel Clérembaux, qui est également délégué syndical de la FSU-Territoriaux : « le transfert va être progressif. Bordeaux va aspirer les jeunes cadres et dans la fonction publique d’Etat, ils n’auront pas le choix : Limoges va perdre 1.000 ou 1.200 postes généralement qualifiés et avec un bon pouvoir d’achat. Lorsque nous avons perdu 800 militaires, l’immobilier a chuté […] Je me souviens que l’ancien maire, Alain Rodet, disait : “ce qui est bon pour Limoges est bon pour Guéret”. Alain Juppé nous dira bientôt que ce qui est bon pour Bordeaux est bon pour Limoges?! La Haute-Vienne va être creusifiée sur l’autel de la réforme territoriale ».

Etat des lieux en Limousin sur trois services publics vitaux :

1. Education. La Creuse est toujours en première ligne avec une démographie scolaire légèrement négative et des ponctions continues dans le primaire (toujours en discussion pour la rentrée 2015). Analyse de Cathy Jean, enseignante et militante : « l’Etat privatise l’enseignement. L’instauration des activités périscolaires a accentué les différences entre les écoles. Les petites communes ne peuvent pas suivre, donc on ferme ». Dans le nord de la Haute-Vienne, la faiblesse démographique provoque aussi des regroupements d’écoles. Fort contraste en Corrèze entre les zones urbaines et le plateau de Millevaches, mais l’inquiétude porte sur plusieurs collèges ruraux, « dont plusieurs ont une centaine d’élèves ou moins », note Jean-Louis Puydebois, de la FSU.

 

Le maillage des collèges creusois est lui aussi très fragile. Dans les trois départements, des lycées professionnels sont régulièrement sur la sellette. Une fermeture de LP pourrait changer des petites villes comme Neuvic, Bort-les-Orgues ou Felletin.

2. Hôpitaux. Saint-Junien et Saint-Yrieix-la-Perche ont pu conserver leurs services d’urgences, Ussel redoute toujours de perdre sa maternité. Aubusson a déjà tout perdu. Après plusieurs situations tragiques dues aux distances à parcourir, un service d’intervention a été mis en place sur le Sud-Creuse par l’agence régionale de santé avec le concours de médecins libéraux volontaires.

« Désormais, c’est la psychiatrie qui est menacée à Aubusson », alerte Cathy Jean. Les défenseurs des services publics surveillent également les projets de fusion de cliniques et de centres hospitaliers, notamment à Brive.

3. Transports. Les perspectives sont très inquiétantes pour le rail : sans soutien de l’Etat (voir le récent rapport Duron), la Creuse pourrait ne plus avoir de gare connectée au réseau national. C’est en tout cas une hypothèse de la SNCF. Si la radiale Paris-Orléans-Limoges-Toulouse pourrait éviter le tronçonnage, c’est au prix de la suppression d’arrêts (Uzerche est dans le collimateur).

Pour le Limougeaud Daniel Clérembaux : « la desserte vers Toulouse est devenue très faible ». Vers l’est, c’est-à-dire l’Auvergne et Rhône-Alpes, les relations se limitent à Brive-Aurillac et Limoges-Montluçon. 

Julien Rapegno
julien.rapegno@centrefrance.com

12/06/2015

FN incendiaire pour rafler la mise à MITRY-MORY

Jouer sur l'insécurité, attiser la haine

voilà leur programme

et le "pauvre gogol" tombe dans le piège

-J'ai fini d'essayer de comprendre, d'excuser-

ça va comme ça

***

Meaux : l’ex-cadre FN qui entretenait l’insécurité en brûlant des voitures écroué

Guénaèle Calant | 10 Juin 2015, 11h24 | MAJ : 10 Juin 2015, 22h51
 
1/7RÉAGIR
155
INFO LE PARISIEN
 Villeparisis, le 6 juin dernier. Adrien Desport se vantait sur Twitter de s'être rendu ce soir-là au commissariat de Villeparisis pour "témoigner contre une bande de jeunes pour délits à Mitry-Mory".  
 
Villeparisis, le 6 juin dernier. Adrien Desport se vantait sur Twitter de s'être rendu ce soir-là au commissariat de Villeparisis pour "témoigner contre une bande de jeunes pour délits à Mitry-Mory".  DR

Audience hallucinante, en fin de soirée ce mercredi, au tribunal correctionnel de Meaux (Seine-et-Marne). Dans le box des prévenus, six militants du parti de Marine Le Pen, âgés de 19 à 25 ans, devaient répondre de « destruction volontaire par incendie en bande organisée, dégradation volontaire de bien privé et dénonciation de délit imaginaire ».

 


Parmi eux : Adrien Desport, ex-n°2 du FN 77 et candidat remplaçant aux élections départementales au canton de Villeparisis de Benjamin Attias, également prévenu, et aussi Jean-Baptiste Nadji, responsable-adjoint des jeunes FN du Val d’Oise. Qui, quand ils ne font pas de politique sont étudiant en médecine, fils de policier, courtier en assurances, autoentrepreneuse, conseiller vente...Il est reproché à ce petit groupe d’amis d’avoir, entre autres, incendié treize voitures à Mitry-Mory, dans la nuit du 8 au 9 avril 2015. Un fait divers sur lequel Adrien Desport n’avait pas hésité à dénoncer sur son blog et les réseaux sociaux « l’insécurité dans la ville ».

Face à eux, une salle remplie de victimes. Ces hommes et femmes, dont les voitures ont été brûlées, dégradées ou taguées avec des croix gammées, ont découvert avec stupeur que les auteurs étaient leurs voisins et des militants politiques. 
Par ailleurs, le 28 mars dernier, veille du second tour des élections départementales, Adrien Desport avait déposé plainte à la suite d’une agression au gaz lacrymogène alors qu’il collait des affiches électorales avec le responsable des jeunes FN 95. Il avait même fait état de cet incident sur son site, regrettant « l’indifférence des médias et de certains élus »... à propos de faits totalement inventés ! Les jeunes frontistes sont également poursuivis pour avoir tagué la voiture d’un conseiller municipal FN à Eragny (Val-d’Oise), ainsi que les abords de la maison d’une militante FN du secteur de Provins (Seine-et-Marne).
Au domicile d’Adrien Desport, les enquêteurs ont mis la main sur un gyrophare, un gomme-cogne déclaré en préfecture, des bombes de gaz lacrymogène et une paire de menottes. Une détention d’objets qui n’est pas illégale tant qu’on ne s’en sert pas.
Ces expéditions auraient été menées dans le cadre de soirées arrosées d’alcool et poudrées de cocaïne. « Je n’ai jamais forcé qui que ce soit », a expliqué Adrien Desport, pour tenter de s’extirper du mauvais pas où il se trouve. Ses co-prévenus, qui le décrivent comme manipulateur, ont bien l’intention de tout lui remettre sur le dos. Le parquet, qui craint la réitération des faits, a requis son incarcération. La substitute du procureur a fait allusion à un « projet de guet-apens contre des policiers » évoqué en garde à vue par un des prévenus.
Le tribunal a placé Adrien Desport en détention provisoire et ordonné une expertise psychiatrique. Les cinq autres, dont l’un a terminé l’audience en pleurs et une autre a exprimé ses regrets et sa peur des représailles, ont été placés sous contrôle judiciaire. L’audience a été renvoyée au 15 juillet.
L’enquête avait démarré fin mai suite à un signalement du Front national sur les agissements de son ex-responsable départemental (lire l’encadré). Adrien Desport a été adjoint du secrétaire départemental du FN 77, Renaud Persson, jusqu’en octobre. « Surpris », « dégouté par cette affaire », Renaud Persson a précisé qu’il avait « dégradé » son adjoint car il n’avait « plus confiance en lui ». « Il avait en charge la communication, adorait être en relation avec la presse. Je me suis rendu compte qu’il racontait souvent des histoires sans fondements ».

Au FN, on prépare les sanctions : "Adrien Desport doit passer en commission de discipline" prochainement, précisait, dans la journée, Wallerand de Saint Just, chef de file du FN aux élections régionales de décembre prochain en Île-de-France et ancien avocat du FN.
 

Les pyromanes confondus grâce à une enquête interne du Front national
C’est le Front national lui-même qui a découvert le pot aux roses. « Suite à des éléments qui nous ont été remontés (NDLR : la dénonciation d’une militante poursuivie), nous avons lancé notre propre enquête, puis sollicité la police », éclaire Nathalie Pigeot, responsable des fédérations au FN. Les instances nationales du parti lepéniste ont déposé plainte fin mai au commissariat de Nanterre (Hauts-de-Seine). Le FN devrait en profiter pour exclure ces militants. « S’ils ne l’ont pas encore été, c’est parce que la police nous a demandé de ne pas le faire le temps de l’enquête », justifie Nathalie Pigeot. A commencer par Desport, agaçant par sa propension « à toujours essayer de passer au-dessus de sa hiérarchie » et son « comportement étrange ».
En 2013, il avait déjà été épinglé pour des propos antisémites visant Jean-François Copé, sur sa page Facebook. Mais à l’aune de sa comparution devant un tribunal, comment Desport a-t-il pu accéder à la direction d’une fédération d’un parti qui joue les premiers rôles sur le plan national ? « On ne peut pas enquêter sur nos 80000 adhérents, rétorque la cadre frontiste. Rien ne laissait penser qu’il prenait de la cocaïne et brûlait des voitures la nuit ! »

A Mitry-Mory, ville communiste où Desport avait candidaté aux municipales, la maire PCF Charlotte Blandiot-Faride réclame une « sanction exemplaire. On apprend ces méfaits alors qu’Adrien Desport voulait accéder à la mairie. Ce sont des voyous ! » 

Thomas Poupeau

 

***

*
 Et dire que les citoyens qui n'ont aucune conscience politique votent pour ces voyous du FN au détriment du Front de Gauche, ça me laisse songeuse

***

En fouillant sur le Net, j'ai découvert ça !

"Plutôt Hitler que le Front Populaire "

et maintenant "Plutôt le FN que le Front de Gauche"

Il faut regarder cette vidéo de Public Sénat ... Rien que ça !

Je ne sais pas s'il faut en rire ou pleurer

Je rêve ? Mais non !

LE FN CHERI DES MEDIAS... ET PENDANT CE TEMPS-LA LE FRONT DE GAUCHE PASSE A LA TRAPPE


Public Sénat - Adrien Desport candidat pour... par fn77

Adrien Desport candidat RBM / FN aux élections municipales pour Mitry-Mory contre la mairie communiste. 
N.B.: Nous vous informons que quelques minutes après l'interview, un groupe, probablement communiste (selon les témoins), a attaqué Adrien Desport.

***

BANDE DE SALOPARDS ....

Plus le mensonge est gros, plus il passe ? Auprès des médias, oui !

 

Adrien Desport (FN) agressé samedi à la bombe lacrymogène

Sé.B. | 31 Mars 2015, 00h00 | MAJ : 31 Mars 2015, 00h00
 

 

ADRIEN DESPORT, membre du FN 77 et candidat remplaçant dans le canton de Villeparisis, a été agressé samedi, dans le canton de Nangis. Avec Jean-Baptiste Nadji, responsable des jeunes du FN du Val-d'Oise, ils ont été aspergés de gaz lacrymogène, par un homme qui les aurait suivis alors qu'ils s'occupaient de l'entretien des affiches officielles de leurs candidats.

 

Ils ont tous les deux porté plainte auprès de la gendarmerie. Ils fumaient une cigarette, dans la voiture d'Adrien Desport, arrêtés vers 14 h 30 sur le bas-côté d'une route qu'il n'a pas pu définir -- le candidat ne connaît pas le secteur --, quand leur agresseur est intervenu en passant sa bombe par une vitre ouverte. D'après nos informations, les faits se seraient déroulés dans les environs de Chartrettes.

> Venez débattre et poser vos que

Décidément, ce pauvre garçon ! Tout est bon pour se faire de la PUB

*** 

*

Il s'voyait déjà en haut de l'affiche §§ LALALALALALALALALA

emprunté sur sa page facebook

 

Pas un peu mégalo le garçon ?

*

 

09/06/2015

Lettre ouverte d'une infirmière à Martin HIRSCH, Directeur de l'APHP

 

 

 

Paris, le vendredi 22 mai 2015,

 

Lettre ouverte à Monsieur Martin Hirsch, Directeur de l’Assistance Publique des Hôpitaux de Paris.

 

 

Monsieur le Directeur, cette semaine j’ai perdu mon sourire, cette semaine j’ai perdu l’espoir, cette semaine j’ai perdu mon énergie, et surtout j’ai perdu ma foi en le service public. 

 

Je vous invite, vous et vos conseillers, à venir non pas un jour, mais une semaine au moins, examiner notre quotidien hospitalier, avec sa charge de travail, son lot de violence, d’exigences, de souffrances, de fins de vies, de soins palliatifs. 

 

Venez à nos places tenter de réparer les vivants, passer vos journées debout à courir sans avoir le temps de manger, ni même d’uriner, terminer vos journées avec ce mal de dos, ces jambes lourdes et le cœur serré d’avoir vu la décrépitude des corps. Venez croiser le regard des mourants, trouver les mots justes pour essayer de les réconforter, eux et leurs proches. Tout cela en exerçant de gestes techniques précis, en anticipant des situations à risque vital, en exécutant toujours plus de tâches administratives, en encadrant des élèves infirmiers, tout cela avec toute notre énergie, notre bienveillance, avec nos sourires et sans jamais nous plaindre.

 

Comment osez-vous penser une seule seconde à raccourcir notre temps de travail quotidien, et a supprimer des jours de congés, si précieux pour nous ressourcer ? 

 

N’avez-vous donc jamais mis les pieds plus d’une heure ou deux dans un service hospitalier. Nos jours de congés nous permettent de nous éloigner de cette masse de souffrance, de prendre soin de nous et de nos proches. 

 

Dois-je vous rappeler que nous travaillons en général un week end sur deux, voire plus ? Que nous ne comptons pas nos heures lorsqu’il faut rester plus tard pour gérer une situation de crise ? 

 

Nous ne sommes pas des fonctionnaires comme les autres. Je n’effectue pas des journées de sept heures trente, mais des journées de huit, voire de neuf heures, tout cela pour soigner correctement. 

 

Vous, vous nous proposez le pire, et nous ne pouvons l’accepter. Aujourd’hui, les services hospitaliers sont au mieux en surchauffe, au pire en crise. On fait face à un nombre croissant de malades, à la découverte de nouveaux types de cancers, bref à une population de plus en plus vieillissante, et donc polypathologique et extrêmement fragile. 

 

Vous voulez réaliser des économies sur notre dos : ce n’est ni éthique, ni moral. Nous prenons soin de vos grands-mères atteintes de Parkinson ou d’Alzheimer, de vos oncles atteints de leucémie, de vos enfants atteints de drépanocytose. 

 

Nous sommes passablement usés, mais avec votre projet de réforme, nous sommes désabusés. 

 

Il y a quelques années la durée de vie d’une infirmière à l’hôpital était de dix ans, aujourd’hui elle est de sept. Cela vous questionne-il ? 

 

Vous devriez gonfler le budget hospitalier et surtout nos salaires, nous, le petit personnel, qui avons les mains dans la merdre, au sens propre comme au sens figuré. 

 

Vous êtes en train de tuer le service public, tuer notre motivation et nos convictions. J’ai 31 ans, je travaille depuis 5 ans entant qu’infirmière pour le service public.

 

Après 3 années d’activité professionnelle dans un service de réanimation de 18 lits, que vous avez d’ailleurs eu l’occasion de visiter récemment, j’ai fait un burn out. 

 

Je ne me suis jamais vraiment remise de la mort d’une patiente de 60 ans. Nous l’avons faite sortir en urgence pour accueillir un autre patient atteint d’une insuffisance rénale aigue qu’il fallait dialyser en urgence. Je me revois installer cette patiente sur un brancard, lui expliquer en deux mots qu’on la transférait dans un service plus léger. J’ai vu dans ses yeux son inquiétude, et faute de temps, je n’ai pu prendre ne serait-ce que deux minutes afin de la rassurer. Toujours plus de patient et toujours moins de temps. Cette patiente est revenue quarante minutes après sa sortie de notre service, intubée, ventilée sous catécholamine Elle avait fait un arrêt cardiaque de stress. Elle est décédée trois jours plus tard. 

 

Et si cette femme avait été votre mère ? Que penser ? Que ressentir ? Que dire à ses deux enfants ? J’ai posé ma lettre de démission quelques jours après. 

 

Je vous donne une piste intéressante pour réaliser des économies : les laboratoires pharmaceutiques, qui devraient être une industrie tournée vers l’humain et non le profit. 

 

Trouvez-vous cela éthique et moral qu’ils facturent 41 000 euros trois mois de traitement par Sofosbuvir, médicament soignant l’hépatite C ? Ces entreprises pharmaceutiques dépensent seulement 12 % de leur fonds propres en recherche et développement, le reste étant financé par des fonds public. Commencez par vous servir dans l’argent que brassent ces entreprises. Et puis remettons le principal intéressé au centre de nos préoccupations : le patient. 

 

La qualité des soins du service public passe d’abord par du temps, un bon accueil, une bonne évaluation clinique. 

 

Vous allez faire mourir nos compétences, puisqu’on sera contraint d’en faire toujours plus avec moins de temps et c’est le patient qui va en pâtir. Le patient c’est vous demain, l’un de vos proche, votre bien aimée, vos enfants.

 

Mademoiselle Fensch Clémentine, infirmière à l’AP-HP.

 

Vidéo à retrouver sur le site la-bas.org

 

Le plan d'économies pour les hôpitaux révélé vendredi par "Challenges" est de 3 milliards d'euros sur trois ans.

 

Créteil : à Mondor, la grève s’envenime avec la fermeture du self

 Hôpital Mondor, ce jeudi. Le personnel de l’hôpital qui voulait protester contre le plan de Martin Hirsch dans les hôpitaux de l’AP-HP a envahi le self où déjeune le personnel, laissant certains prendre leurs plateaux sans les régler.

Hôpital Mondor, ce jeudi. Le personnel de l’hôpital qui voulait protester contre le plan de Martin Hirsch dans les hôpitaux de l’AP-HP a envahi le self où déjeune le personnel, laissant certains prendre leurs plateaux sans les régler. (DR.)
 
... Les incidents de jeudi sont les premiers à Mondor depuis le début de la grève francilienne dans tous les hôpitaux de l’AP-HP. « La direction fait barrage à chacune de nos actions de protestations, nous envoie des notes pour empêcher les assemblées générales dans le hall, fait venir les huissiers, interdit l’affichage, regrette Sylvie Richeton, déléguée SUD-Santé, qui travaille à Mondor depuis 40 ans. Du coup nous proposons à tous de partager un pique-nique ce lundi, sur le temps de la pause déjeuner, pour échanger autour de la réforme. On n’est pas des casseurs, on veut juste discuter avec le personnel étant donné qu’il n’y a plus de dialogue social avec la direction. »

08/06/2015

DECHETS NUCLEAIRES DANS LA MEUSE ? on manifeste

Manifestation contre un projet d’enfouissement nucléaire à Bure

L'actualité française et internationale par la rédaction d'Europe 1 - Politique, culture, faits divers, économie, médias.

Un projet unique en son genre est sous le feu des critiques de la population locale dans la Meuse.

Quatre-vingt six habitants et un millier de manifestants. A Bure, dans la Meuse, la population locale a manifesté dimanche contre un projet controversé d'enfouissement de déchets nucléaires dans le sous-sol de ce village. Baptisé Cigéo, le plan unique en France prévoit d’enterrer à 500 mètres sous terre les déchets radioactifs les plus dangereux du pays.

Les participants étaient environ 900 sur le site selon la préfecture et 1000 selon le collectif d'associations à l'origine de la manifestation. Des agriculteurs sont venus avec plusieurs tracteurs apporter leur soutien aux manifestants. Plusieurs randonnées parties dans la matinée ont convergé vers le site prévu, autour duquel des manifestants ont formé une chaîne humaine en début d'après-midi.

"Poubelle nucléaire". "Notre mot d'ordre était : ‘une mobilisation majeure pour un enjeu majeur’, nous avons réussi notre pari", a dit Corinne François, de l'association BureStop. "Ce projet comporte encore énormément de risques non résolus, un feu vert serait absurde et dangereux", a-t-elle fait valoir, tandis que le projet attend toujours d’obtenir des autorisations.

Les associations se sont lancées dans une bataille judiciaire contre Cigéo. Après avoir été déboutées fin mars dans une action en justice, elles ont fait appel. Elles accusent l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) de "mensonge" et lui reprochent d'avoir sous-estimé volontairement la richesse du sous-sol de Bure - des nappes souterraines d'eau chaude - pour faciliter l'implantation du futur centre dans cette zone rurale aux confins de la Haute-Marne.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique