logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

19/05/2015

Licencié au Conseil des Prud'hommes !

« Quand un système de travail vous oblige à devenir un homme minable, ça questionne fondamentalement l'intime, notre propre éthique. Est-ce que pour un travail, on est obligé de tout accepter ?"

 

LA PROVENCE.COM

Le conseil de prud'hommes d'Avignon a validé ce mardi le licenciement d'un salarié de Veolia qui avait refusé d'effectuer des coupures d'eau pour des factures impayées.

Marc Fazio, âgé de 50 ans, a été débouté mardi de l'intégralité de ses demandes, il réclamait 362 062 euros d'indemnités ou sa réintégration au sein de Veolia, son employeur depuis 1994.

M. Fazio avait reçu une lettre de licenciement, datée du 4 avril 2013, pour "insubordination et désorganisation du service" à la suite de son refus d'effectuer depuis 2009 les coupures d'eau consécutives à des impayés.

Il avait expliqué refuser d'effectuer cette tâche qui lui incombait depuis une réorganisation des services à Avignon en 2005. Il disait préférer inciter les clients à solliciter un échéancier auprès du service de recouvrement de Veolia eau, ou une prise en charge par les services sociaux.

Lors des audiences, l'avocat de Veolia, Me Christian Delplancke, avait expliqué que M. Fazio avait cessé radicalement le recouvrement des impayés après le refus de la direction d'accorder aux sept employés de son service une prime mensuelle de 300 euros, et avait rejeté une revalorisation salariale mensuelle de 60 euros.

A l'issue d'une première audience en mars 2014, le conseil de prud'hommes n'était pas parvenu à trancher le litige et avait renvoyé l'affaire devant un juge départiteur qui avait examiné l'affaire en audience publique le 13 mars dernier.

 

Marc Fazio peut faire appel de cette décision.

**

*

Cette douloureuse histoire me ramène au film  qui a le plus secoué la Croisette : présenté en sélection officielle lundi, La Loi du marché, de Stéphane Brizé, a séduit le public et les critiques, et son acteur principal, Vincent Lindon, a eu droit à plus de dix minutes d’applaudissements nourris à l’issue de la projection. Une standing-ovation qui le place en tête des pronostics pour le Prix d’interprétation masculine du Festival.

Dans ce film qui flirte avec le documentaire social, Vincent Lindon se montre une nouvelle fois magistral dans le rôle d’un chômeur de longue durée qui après plusieurs tests d’embauche et humiliations, accepte un poste de vigile dans un supermarché. En charge de la vidéosurveillance dans les rayons, il va alors se retrouver dans une situation intenable, forcé d'espionner ses collègues alors que le directeur souhaite licencier du personnel.

« J'avais vraiment envie de montrer la brutalité de ces situations, non pas parce qu'elles sont organisées par des gens brutaux, mais juste parce que le système peut être très brutal », explique Stéphane Brizé, qui a choisi pour son troisième film des acteurs non-professionnels, sauf Vincent Lindon.

« Quand un système de travail vous oblige à devenir un homme minable, ça questionne fondamentalement l'intime, notre propre éthique. Est-ce que pour un travail, on est obligé de tout accepter ? C'est la question que pose le film ».

 

La Loi du marché sort sur les écrans français mercredi.

 Un film brutalement contemporain… Dans le bien nommé « La Loi du marché », Stéphane Brizé (« Mademoiselle Chambon », « Quelques heures de printemps ») met en scène au plus près un homme d’aujourd’hui, ballotté par une « logique » sociale, qui ne fait aucun cadeau à ceux qui se retrouvent au bord de la route, sacrifiés sur l’autel des restructurations économiques et de la rentabilité vraiment à tout prix.

15/05/2015

Demandez l'Huma Dimanche !

IMG_20150515_0009.jpg

IMG_20150515_0014.jpg

IMG_20150515_0015.jpg

QUI EST CHARLIE ?? Emmanuel Todd

IMG_20150515_0004.jpg

IMG_20150515_0005.jpg

IMG_20150515_0008.jpg

IMG_20150515_0007.jpg

13/05/2015

LE VIN ENTRE EN RESISTANCE AVEC J.Luc MELENCHON AU PARLEMENT EUROPEEN

À l'heure où le Grand Marché Transatlantique menace la viticulture française, défendre le vin naturel est une question de civilisation.
 
 

initiative vin

Le 20 mai, j’organise au Parlement européen

une initiative sur le vin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le mercredi 20 mai à 14h00, j'organise au Parlement européen à Strasbourg une projection du film « Résistance naturelle » de Jonathan Nossiter (salle S.21, bâtiment Louise Weiss).

La projection sera suivie d'un débat avec le réalisateur ainsi qu'avec Jean-Pierre Frick, vigneron résistant.

Enfin, une dégustation de vins naturels est proposée à l'issue de la projection et du débat (salle C.31, bâtiment Louise Weiss).

 

Attention : les inscriptions sont obligatoires !

Inscrivez-vous en cliquant ici !

 

Au programme : projection du film « Résistance naturelle » de Jonathan Nossiter et débat avec le réalisateur ainsi que Jean-Pierre Frick, vigneron résistant, puis dégustation de vins naturels.

Réunis sous le soleil de l’Italie, une poignée de vignerons et un directeur de Cinémathèque partagent leur passion du vin et du cinéma.
En quelques années, des agriculteurs libres ont transformé la conception du vin ainsi que son marché en produisant un vin dit « naturel ». Par goût de la liberté, de la transmission, de l’honnêteté artisanale et de la santé de la planète (et de ses habitants), ils sont entrés en résistance. Contre la tyrannie du marché et des gouvernements qui le servent.
Stefano Bellotti, le Pasolini des vignes (poète et rebelle !) dans le Piémont et Elena et Anna Pantaleoni, deux générations de femmes Émiliennes, ré-imaginent, souvent avec leur ironie, comment contester. Rejoins par Corrado Dottori dans les Marches et Giovanna Tiezzi en Toscane, ils partent tous à la recherche de la prochaine bataille.
Mais un engagement écologique envers la nature ne sert à rien s’il n’y a pas également une écologie de la culture.
Comme le vin, la transmission vitale et le rôle contestataire de la culture cinématographique sont menacés de disparition.
Dix ans après MONDOVINO, Jonathan Nossiter part à la rencontre en Italie de ses quelques résistants, de ces passeurs de vie.

 

 
Résistance Naturelle
Résistance Naturelle Bande-annonce VO

 
Résistance Naturelle
Natural Resistance - EXTRAIT VOST ''Corriger la couleur''

 
Résistance Naturelle
Natural Resistance - EXTRAIT VOST ''Beaucoup de lumière''


Résistance Naturelle
Natural Resistance - EXTRAIT VOST ''La nourriture et la société''

 
Résistance Naturelle
Natural Resistance - EXTRAIT VOST ''Être positif''''

www.cinemas-utopia.org/bordeaux/index.php?id=2570&mode=film

RÉSISTANCE NATURELLE

Jonathan NOSSITER - documentaire Italie 2014 1h23mn VOSTF -

 

RÉSISTANCE NATURELLEQuel régal ! Résistance naturelle est plus qu’un nouveau film sur le vin et la viticulture, c’est un véritable appel à la rébellion ! Mais une rébellion douce, sereine, avec un verre de Chianti naturel à la main. Jonathan Nossiter (qui avait déjà réalisé en 2004 le fameux Mondovino) est allé les rencontrer, ces vignerons pas comme les autres, qui résistent aux assauts de l’agro-chimico-industrie, du marché et de la mondialisation, en s’entêtant à produire un vin artisanal et naturel.
Ils sont quatre, vivent et cultivent en Italie, en Toscane, en Emilie-Romagne ou dans le Piémont, s’appellent Elena Pantaleoni et Stefano Bellotti - personnage principal du film et figure impressionnante, porteur d’un immense savoir, capable de vous convaincre en moins de deux que la nourriture industrielle est un pas vers le totalitarisme… savoureux ! – Giovanna Tiezzi et Stefano Borsa.

Tous, à leur manière, sont remontés contre ce monde qui continue à foutre en l’air la planète avec les pesticides et autres produits chimiques divers et variés. Contre ces papes de l’œnologie et vignerons suppôts du profit-roi qui jouent le jeu des actionnaires pour imposer toujours plus leurs lois et leurs pinards au goût sucré ou boisé… Contre ces normes industrielles et administratives absurdes appliquées à leurs produits de terroir (le mot, paraît-il, n’existe pas en italien), comme la DOC (Denominazion di Origine Controllata – l’équivalent des AOC, Appellations d’Origine Contrôlée françaises), qui bannissent de leur appellation des vins merveilleux comme par exemple le Chianti de Giovanna Tiezzi et Stefano Borsa, réalisé selon la tradition toscane, à partir des cépages historiques, et qui ne peut pas s’appeler Chianti car issu de vignes non traitées chimiquement… entre autres. On croit rêver…

Évidemment, on ne peut s’empêcher de penser à Emmanuel Giboulot, notre vigneron bourguignon qui, début avril de cette année, s’est vu condamné à 500 euros d’amende pour avoir refusé de traiter ses vignes chimiquement contre la flavescence dorée…
On connaît tous ce processus qui veut nous entraîner dans une docilité, une standardisation des productions dans tous les domaines, y compris le cinéma, et Jonathan Nossiter lance d’ailleurs des passerelles réjouissantes entre les vins et les films… Des extraits (Pasolini, Chaplin…) viennent nourrir les démarches des uns et des autres, y compris celle du réalisateur. De ce rapprochement entre culture, viticulture, agriculture, il résulte un film unique et riche, tonique et mobilisateur, aussi artisanal, naturel et joyeux que les vins qu’il défend.

C'EST QUOI, UN VIN NATUREL ? C’est le résultat d’un choix viticole et philosophique visant à retrouver l’expression naturelle du terroir. Il est issu de raisins travaillés en Agriculture Biologique, sans désherbants, pesticides, engrais ou autres produits de synthèse. Les vendanges sont manuelles et lors de la vinification, le vigneron s’efforce de garder la caractère vivant du vin. Les interventions techniques pouvant altérer la vie bactérienne du vin sont proscrites, ainsi que tout ajout de produit chimique, à l’exception, si besoin, de sulfites en très faible quantité. Les doses maximales de SO2 total tolérées sont de 30mg/l pour les rouges, 40mg/l pour les blancs.

 

Capture jlm vins.JPG

 

   

 

 

 

 

 

 

Le poison allemand


Mélenchon : «La réussite, ce n’est pas de... par lepartidegauche

 

 

 

 

 

   
 
 
 
     

Le hareng de Bismarck

(le poison allemand)

Jean-Luc MELENCHON

Le « poison allemand » est celui que la politique du gouvernement Merkel diffuse dans l'économie de ses voisins. Un poison asphyxiant qui condamne ceux-ci à la misère, au chaos social et politique. Dans ce pamphlet, Jean-Luc Mélenchon appelle à assumer une confrontation franche des points de vue avec l'Allemagne actuelle pour stopper la marche au chaos en cours.

Ceci est un pamphlet. Mon but est de percer le blindage des béatitudes de tant de commentateurs fascinés par l'Allemagne.
Je prends la plume pour alerter : un monstre est né sous yeux, l'enfant de la finance dérégulée et d'un pays qui s'est voué à elle, nécrosé par le vieillissement accéléré de sa population. L'un ne serait rien sans l'autre.
Cette alliance est en train de remodeler l'Europe à sa main. Dès lors, l'Allemagne est, de nouveau, un danger. Le modèle qu'elle impose est, une fois de plus, un recul pour notre civilisation.
Ce poison allemand est l'opium des riches. Changer la donne politique et faire changer l'Allemagne sont devenus une seule et même chose. Il faut le faire avant qu'il ne soit trop tard.

 http://www.alexis-corbiere.com/index.php/
 
 C’est un livre qui se tient à distance des petites polémiques du jour qui nourrissent nos chaines d’informations continues où une info chasse l’autre avec la durée de vie du kleenex les jours de grand rhume. C’est un livre qui nous sort des débats absurdes sur le nombre de bambins supposés musulmans dans les maternelles d’ici ou là. C’est un livre qui nous extrait du commentaire sur les disputes de la famille « Bélier contre immigrés » c’est à dire les Le Pen père, fille, petite fille et gendre. C’est un livre surtout qui plonge au cœur des problèmes économiques et sociaux de notre temps et qui a pour ambition d’expliquer pourquoi l’Union européenne mène à la chlague une absurde politique d’austérité qui provoque des dégâts sociaux dans toute l’Europe.

Ce livre, c’est le dernier ouvrage de Jean-Luc Mélenchon « Le hareng de Bismarck (Le poison allemand) » (Editions Plon). Le sous-titre annonce le contenu. Pour l’auteur, l’Europe souffre de l’arrogance politique de cette droite allemande (CDU-CSU) conduite par Angela Merkel enfermée dans le corset du capitalisme d’Outre Rhin. Là bas, comme l’explique Jean-Luc, le vieillissement de la population impose ses contraintes. Du coup, les retraités forment le gros des électeurs de cette droite. A la différence de notre modèle français où notre système de retraite est un système par répartition, le modèle allemand de retraite est un système par capitalisation. Pour assurer leurs vieux jours, les retraités allemands exigent toujours plus de dividendes et le maintien d’un euros fort. Donc, moins de salaires et d'investissements. Conséquence, c’est la finance qui règne sans partage et même le SPD (le PS allemand) la défend sans complexe dans des coalitions avec la droite.

Cet ouvrage fera peut être connaître au lecteur ce que l’on nomme « l’ordo-libéralisme » qui règne en Allemagne, c’est à dire cette théorie d’un ordre libéral non discutable dans l’espace public démocratique car selon lui les règles de l’économie sont sacrées et que la politique elle, est objet de passions non rationnelles et dangereuses pour la bonne marche de l’économie.

On découvrira en parcourant ces 200 pages que l’Allemagne n’est pas ce paradis écologique dont nous parlent certains. C’est même tout le contraire, le capitalisme allemand est particulièrement pollueur. Qui le savait ? Sur le terrain social, c’est une catastrophe, plus de 16 % de la population vit sous le seuil de pauvreté ce qui représente 13 millions de personnes ! Qui le dit ? Leur système éducatif est en crise. Leur service public à l’abandon. Leur système fiscal est de plus en plus injuste et de moins en moins redistributif, etc, etc… Et pourtant presque personne n'osent l'avouer dans le débat public français et qui n'a jamais entendu à la TV ou la radio un journaliste ou un politique (UMP ou PS, ils sont là dessus aussi interchangeables) nous asséner que "l'Allemagne, elle, a eu le courage de faire les réformes nécessaires..." ? On lira donc avec intérêts pour une fois les tristes et authentiques résultats de ces réformes.

Il faut donc lire le livre de Jean-Luc Mélenchon pour qu’enfin nous puissions discuter démocratiquement pour savoir si l’Allemagne est bien ce modèle économique que nous resservent les libéraux du soir au matin, et sur lequel nous devons prendre exemple séance tenante. Il permet aussi de comprendre que le gouvernement Merkel n'a pas la moindre légitimité pour insulter tous ceux qui, comme le gouvernement de M. Alexis Tsipras en Grèce, veulent sortir de l’austérité et de l’absurde remboursement d’une dette illégitime. La thèse de ce livre est qu'en Europe, et un premier lieu en France, c'est tout l'inverse de l'Allemagne qu'il faut faire. A propos de la sacro-sainte dette que, selon Mme Merckel (tiens et aussi Mme Le Pen, le saviez vous ?) chaque peuple devrait rembourser aux banques au prix des pires maux, ce « Hareng de Bismarck » rappelle comment, par trois fois, l’Allemagne n’a pas remboursé sa dette au cours du 20e siècle et ce fut tant mieux pour son peuple. Ce salutaire rappel historique permet de mieux mesurer la valeur éthique de la « fermeté » de cette droite allemande qui veut imposer aux autres peuples une doxa économique lorsque ses intérêts sont en jeu, mais qui rencontra plus de clémence dans son histoire de la part de ses mêmes autres peuples lorsqu’elle traversa des difficultés.

Plutôt que de se coucher piteusement face à elle, comme le fait le gouvernement actuel malgré les promesses de campagne du candidat Hollande, il est donc temps de tenir tête à cette Allemagne dont beaucoup de responsables politiques nous insultent ouvertement et nous espionnent même, sans que cela soulève un grand débat en France. Il est temps de lui résister politiquement, de refuser qu’elle serve de référence, par un quasi terrorisme intellectuel pour nous faire baisser les yeux sitôt que nous dénonçons l’injustice de notre monde et la folie des choix économiques de l’Union européenne sous influence allemande.

Non, il n’existe pas en Europe un pays de cocagne Outre Rhin que nous devrions regarder au garde à vous comme un exemple de réussite et en conséquence, balancer par dessus bord tous les acquis sociaux et notre conception républicaine de la Nation. L’Allemagne n’est pas ce pays imaginaire que tant d’observateurs ignorants ou malveillants nous chantent si souvent.

Un dernier mot. Le livre de Jean-Luc Mélenchon est un pamphlet. C’est à dire un texte qui s’assume comme tranchant et voulant provoquer le débat. Je connais un peu l’univers médiatique et devine d’avance que dès les premières pages (ou même la couverture) certains vont avoir des vapeurs et crier au scandale, à la germanophobie ou même y voir un appel à la guerre contre le peuple allemand. Il n’a rien de cela. Je laisse les ignorants à leur ignorance et les malveillants à leur malveillance, mais tout esprit libre et épris d'un idéal d'émancipation, trouvera dans ce texte des arguments rationnels à la recherche de l'intérêt général. Une chose est certaine, nous avons toujours considéré que le peuple allemand est un peuple frère et que la paix avec lui est quelque chose de précieux à chérir et maintenir. Le peuple allemand est un grand peuple qui a beaucoup apporté à la civilisation et à la France. Il a été le berceau de la pensée socialiste et du mouvement ouvrier. C’est le combat de nos frères de Die Linke, et notre ami Oskar Lafontaine, qui nous a servi de source d’inspiration pour quitter le PS et fonder le Parti de Gauche. Donc, malheur aux crétins qui viendront nous traiter de ce je ne sais trop quoi après avoir lu ce livre, ou sans même l’avoir lu.

L’expérience des siècles précédents nous apprend que la paix est une construction politique constante car fragile et qu'à contrario l’ultra libéralisme du 21e siècle fracture le vieux continent en repassant sur les mêmes failles qu’antan. Les trois guerres qui nous ont tragiquement opposé à l'Allemagne ne sont pas nées de la seule folie d'un Hitler ou je ne sais trop quels arguments psychologisants mettant l'économie et la politique à distance. N'ayant rien appris de cette histoire tragique, l'ultra libéralisme et les fanatiques qui l'impulsent, par leurs égoïsmes, exacerbent les vieux nationalismes se qui réveillent. Danger donc. Et l'un des mérites du livre de Mélenchon est aussi de mettre le doigt sur les propos agressifs et méprisants contre la France de beaucoup de responsables allemands.

Pour éclairer les consciences et lutter contre cela aussi ce livre est utile, et même indispensable car il apporte des faits, des arguments et des analyses. Vraiment, lisez ce livre intelligent.

 

http://www.alexis-corbiere.com/index.php/

 


Débat Mélenchon-Minc sur l'Allemagne par lepartidegauche

 

Invité de Laurence Ferrari sur i>Télé Le mercredi 13 mai 2015 à 19h10

 

Invité du Grand Jury RTL - LCI - Le Figaro

Le dimanche 17 mai 2015 à 18h30

 

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique