logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

21/10/2014

POLITIQUE A GAUCHE

Si vous ne parvenez pas à visualiser ce message : http://www.jean-luc-melenchon.com/lettre/lettre143.html
N° 143 - 20 octobre 2014  

À LA UNE

Macron, le nouveau vizir en vue
L'économie allemande s'enfonce inexorablement dans la crise. Cela fait-il réfléchir le gouvernement Valls ? Pas du tout. Au contraire : le banquier Macron multiplie les cajoleries au Medef et parle maintenant de « tabous » lorsqu'il évoque les acquis sociaux... Pendant ce temps, dans le reste du monde, l'eau potable vient à manquer. Et la situation à la frontière turco-syrienne ne colle plus à la géopolitique de Disneyland...

Lire le billet...

L'AGENDA

Du 20 au 23 octobre
Session du Parlement européen à Strasbourg

Le mardi 21 octobre à 18h
Conférence à l'IEP de Strasbourg

Le jeudi 23 octobre à 19h
Invité de C à vous sur France 5

Le samedi 25 octobre à 12h
Rassemblement contre le barrage de Sivens (Tarn)

LA VIDEO

On n'est pas couché
Invité d' « On n'est pas couché », Jean-Luc Mélenchon a parlé de son nouveau livre : « L'ère du peuple », dont l'objectif est de redonner aux Français le goût du futur...
Voir la vidéo...

L'ARGUMENT DE LA SEMAINE

Transition énergétique : une loi dangereuse
Mardi 14 octobre, l'Assemblée nationale adopté le projet de loi « de transition énergétique pour la croissance verte ». Cette loi ne permet pas d'engager la transition énergétique dont le pays a besoin et contient des dispositions dangereuses pour la souveraineté populaire en matière de politique énergétique. Analyse...
Lire l'argument...

EUROPE

GMT, la farce de la transparence
La Commission européenne considère que les négociations sur le Grand Marché transatlantique sont parfaitement transparentes. Une blague de mauvais goût. Explications...

Lire le billet....

EN LIBRAIRIE

L'ère du peuple

L'INTERVIEW

6e République, mode d'emploi
C'est une idée qu'il défend depuis plus de vingt ans mais qui, à ses yeux, devient urgente sous le quinquennat de François Hollande.
Jean-Luc Mélenchon donne le mode d'emploi de la VIe République dans son livre L'ère du peuple, qui paraît chez Fayard...

Lire l'interview...
« En route vers les 100 000 ! »

Plus de 52 000 personnes ont signé pour la 6e République. Si chacun invite deux personnes à signer, nous serons plus de 100 000 ! Voici un outil pour inviter ses contacts mail.

Je signe...
Les archives du «Petit courrier»

Pour vous désinscrire, cliquez ici.
En cas de problème, vous pouvez également copier le lien ci-dessous et le coller dans votre navigateur:
http://www.jean-luc-melenchon.fr/newsletter?na=u&ni=188358&nt=b8e7fbbe829348e09b4dcfa419b117fe

17/10/2014

"L'ère du peuple" de JL Mélenchon : antidote face au "suicide" de Zemmour


L'antidote au livre de Zemmour c'est "L'ère du... par lepartidegauche

Le 9 octobre 2014, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de France Inter pour parler de son nouveau livre  « L’ère du peuple ».

Un livre qui propose de changer la règle du jeu et de rendre au peuple le pouvoir que l’oligarchie lui a confisqué. Il a également parlé du mouvement pour la 6e République.

 

Dans un ouvrage à paraître lundi, le député européen défend l’avènement de la souveraineté populaire.

Annoncé depuis l’été, le nouveau livre de Jean- Luc Mélenchon paraît lundi aux éditions Fayard. Son titre, l’Ère du peuple, résonne avec le Mouvement pour une VIe République qu’il espère voir grandir de même qu’avec l’actualité de la crise politique. Sans surprise, le président et sa politique en prennent pour leur grade. « Depuis un siècle, en France, aucun reniement à gauche n’égale celui de François Hollande en deux ans et demi. » Ainsi commence son ouvrage.

- See more at: http://www.humanite.fr/jean-luc-melenchon-appelle-une-%05ere-du-peuple%05-554227#sthash.BNVpMofL.dpuf
Dans un ouvrage à paraître lundi, le député européen défend l’avènement de la souveraineté populaire.

Annoncé depuis l’été, le nouveau livre de Jean- Luc Mélenchon paraît lundi aux éditions Fayard. Son titre, l’Ère du peuple, résonne avec le Mouvement pour une VIe République qu’il espère voir grandir de même qu’avec l’actualité de la crise politique. Sans surprise, le président et sa politique en prennent pour leur grade. « Depuis un siècle, en France, aucun reniement à gauche n’égale celui de François Hollande en deux ans et demi. » Ainsi commence son ouvrage.

Retrouvez notre grand entretien avec Jean-Luc Mélenchon dans l'Humanité, lundi 13 octobre

Et une nouvelle fois le scénario sur lequel miserait le chef de l’État en vue de 2017, à savoir un duel PS-FN pour s’assurer d’une qualification au deuxième tour, est dénoncé. « Un projet aussi glauque que dangereux ! » écrit-il tout en estimant, parallèlement, dans un entretien au Nouvel Observateur, que « ça se terminera entre Le Pen et nous ». Comme promis lorsqu’il a pris congé de ses responsabilités au sein du Parti de gauche, le député européen cherche aussi à prendre de la hauteur pour dresser le « tableau » du monde.

« Trois grandes bifurcations s’opèrent sous nos yeux, écrit-il. Celle d’une civilisation humaine confrontée à l’explosion du nombre de ses membres. Un changement climatique irréversible. Un retournement de l’ordre géopol i t ique.» Et d’interroger : « Pourrons-nous en changer à temps la trajectoire ? » S’il n’a cessé depuis le lancement de son mouvement de répéter que « le système n’avait pas peur de la gauche mais du peuple », Jean-Luc Mélenchon précise sa pensée.

Rendre le pouvoir au peuple décrit comme « les nuées humaines urbanisées » serait le meilleur remède, y compris au capitalisme : « Si la démocratie se mêlait d’organiser (les) affaires (de l’oligarchie), tout s’écroulerait. » C’est dans cette cohérence d’ensemble, « une théorie de la révolution citoyenne », que Jean-Luc Mélenchon veut inscrire deux de ses propositions phares : la convocation d’une Assemblée constituante et le référendum révocatoire.

« La refondation du système politique et des institutions qui l’organisent est devenue le point clef des problèmes de notre pays », assure l’auteur. Mais ces mots d’ordre ne sont pas les seuls développés ; on retrouve nombre de concepts que l’ancien candidat à la présidentielle maniait déjà à l’époque de la campagne de 2012 même si, inspiré du « printemps arabe », des « marées citoyennes d’Espagne » ou encore des mouvements d’Amérique latine, « tout (lui) paraît différent (depuis) », affirmet- il : révolution citoyenne, règle verte, protectionnisme solidaire, planification écologique, ou encore le « nouveau géant français » qu’est, à ses yeux, la mer…

Le tout parachevé par une référence à « l’écosocialisme » dont il cite 4 des 18 « thèses » qu’il a contribué à écrire en décembre 2012. Autant de « points d’appui », estime Jean-Luc Mélenchon, pour « changer de trajectoire ».

- See more at: http://www.humanite.fr/jean-luc-melenchon-appelle-une-%05ere-du-peuple%05-554227#sthash.yPRVhgW1.dpuf
Dans un ouvrage à paraître lundi, le député européen défend l’avènement de la souveraineté populaire.

Annoncé depuis l’été, le nouveau livre de Jean- Luc Mélenchon paraît lundi aux éditions Fayard. Son titre, l’Ère du peuple, résonne avec le Mouvement pour une VIe République qu’il espère voir grandir de même qu’avec l’actualité de la crise politique. Sans surprise, le président et sa politique en prennent pour leur grade. « Depuis un siècle, en France, aucun reniement à gauche n’égale celui de François Hollande en deux ans et demi. » Ainsi commence son ouvrage.

Retrouvez notre grand entretien avec Jean-Luc Mélenchon dans l'Humanité, lundi 13 octobre

Et une nouvelle fois le scénario sur lequel miserait le chef de l’État en vue de 2017, à savoir un duel PS-FN pour s’assurer d’une qualification au deuxième tour, est dénoncé. « Un projet aussi glauque que dangereux ! » écrit-il tout en estimant, parallèlement, dans un entretien au Nouvel Observateur, que « ça se terminera entre Le Pen et nous ». Comme promis lorsqu’il a pris congé de ses responsabilités au sein du Parti de gauche, le député européen cherche aussi à prendre de la hauteur pour dresser le « tableau » du monde.

« Trois grandes bifurcations s’opèrent sous nos yeux, écrit-il. Celle d’une civilisation humaine confrontée à l’explosion du nombre de ses membres. Un changement climatique irréversible. Un retournement de l’ordre géopol i t ique.» Et d’interroger : « Pourrons-nous en changer à temps la trajectoire ? » S’il n’a cessé depuis le lancement de son mouvement de répéter que « le système n’avait pas peur de la gauche mais du peuple », Jean-Luc Mélenchon précise sa pensée.

Rendre le pouvoir au peuple décrit comme « les nuées humaines urbanisées » serait le meilleur remède, y compris au capitalisme : « Si la démocratie se mêlait d’organiser (les) affaires (de l’oligarchie), tout s’écroulerait. » C’est dans cette cohérence d’ensemble, « une théorie de la révolution citoyenne », que Jean-Luc Mélenchon veut inscrire deux de ses propositions phares : la convocation d’une Assemblée constituante et le référendum révocatoire.

« La refondation du système politique et des institutions qui l’organisent est devenue le point clef des problèmes de notre pays », assure l’auteur. Mais ces mots d’ordre ne sont pas les seuls développés ; on retrouve nombre de concepts que l’ancien candidat à la présidentielle maniait déjà à l’époque de la campagne de 2012 même si, inspiré du « printemps arabe », des « marées citoyennes d’Espagne » ou encore des mouvements d’Amérique latine, « tout (lui) paraît différent (depuis) », affirmet- il : révolution citoyenne, règle verte, protectionnisme solidaire, planification écologique, ou encore le « nouveau géant français » qu’est, à ses yeux, la mer…

Le tout parachevé par une référence à « l’écosocialisme » dont il cite 4 des 18 « thèses » qu’il a contribué à écrire en décembre 2012. Autant de « points d’appui », estime Jean-Luc Mélenchon, pour « changer de trajectoire ».

- See more at: http://www.humanite.fr/jean-luc-melenchon-appelle-une-%05ere-du-peuple%05-554227#sthash.yPRVhgW1.dpuf
Dans un ouvrage à paraître lundi, le député européen défend l’avènement de la souveraineté populaire.

Annoncé depuis l’été, le nouveau livre de Jean- Luc Mélenchon paraît lundi aux éditions Fayard. Son titre, l’Ère du peuple, résonne avec le Mouvement pour une VIe République qu’il espère voir grandir de même qu’avec l’actualité de la crise politique. Sans surprise, le président et sa politique en prennent pour leur grade. « Depuis un siècle, en France, aucun reniement à gauche n’égale celui de François Hollande en deux ans et demi. » Ainsi commence son ouvrage.

Retrouvez notre grand entretien avec Jean-Luc Mélenchon dans l'Humanité, lundi 13 octobre

Et une nouvelle fois le scénario sur lequel miserait le chef de l’État en vue de 2017, à savoir un duel PS-FN pour s’assurer d’une qualification au deuxième tour, est dénoncé. « Un projet aussi glauque que dangereux ! » écrit-il tout en estimant, parallèlement, dans un entretien au Nouvel Observateur, que « ça se terminera entre Le Pen et nous ». Comme promis lorsqu’il a pris congé de ses responsabilités au sein du Parti de gauche, le député européen cherche aussi à prendre de la hauteur pour dresser le « tableau » du monde.

« Trois grandes bifurcations s’opèrent sous nos yeux, écrit-il. Celle d’une civilisation humaine confrontée à l’explosion du nombre de ses membres. Un changement climatique irréversible. Un retournement de l’ordre géopol i t ique.» Et d’interroger : « Pourrons-nous en changer à temps la trajectoire ? » S’il n’a cessé depuis le lancement de son mouvement de répéter que « le système n’avait pas peur de la gauche mais du peuple », Jean-Luc Mélenchon précise sa pensée.

Rendre le pouvoir au peuple décrit comme « les nuées humaines urbanisées » serait le meilleur remède, y compris au capitalisme : « Si la démocratie se mêlait d’organiser (les) affaires (de l’oligarchie), tout s’écroulerait. » C’est dans cette cohérence d’ensemble, « une théorie de la révolution citoyenne », que Jean-Luc Mélenchon veut inscrire deux de ses propositions phares : la convocation d’une Assemblée constituante et le référendum révocatoire.

« La refondation du système politique et des institutions qui l’organisent est devenue le point clef des problèmes de notre pays », assure l’auteur. Mais ces mots d’ordre ne sont pas les seuls développés ; on retrouve nombre de concepts que l’ancien candidat à la présidentielle maniait déjà à l’époque de la campagne de 2012 même si, inspiré du « printemps arabe », des « marées citoyennes d’Espagne » ou encore des mouvements d’Amérique latine, « tout (lui) paraît différent (depuis) », affirmet- il : révolution citoyenne, règle verte, protectionnisme solidaire, planification écologique, ou encore le « nouveau géant français » qu’est, à ses yeux, la mer…

Le tout parachevé par une référence à « l’écosocialisme » dont il cite 4 des 18 « thèses » qu’il a contribué à écrire en décembre 2012. Autant de « points d’appui », estime Jean-Luc Mélenchon, pour « changer de trajectoire ».

- See more at: http://www.humanite.fr/jean-luc-melenchon-appelle-une-%05ere-du-peuple%05-554227#sthash.yPRVhgW1.dpuf


"C'est le peuple qui doit décider, pas l... par lepartidegauche

 

 


"Les peuples peuvent s'opposer au monde de la... par lepartidegauche

RECONQUETE DE LA SECURITE SOCIALE

Campagne « reconquête de la Sécurité sociale » 

lettre aux parlementaires

 



 

A Madame/Monsieur Député-e de…………….

 

Sénateur-trice de…………..

 


Madame, Monsieur,

Le gouvernement vient de présenter les grandes orientations du Budget et du Projet de la Loi Financement de la Sécurité Sociale pour l’année 2015.

 

Sur les 21 milliards d’euros d’économies proposées 9,6 milliards doivent être dégagés dans le cadre des dépenses de la Sécurité Sociale (dont 3,2 milliards sur la branche maladie).

 

Ces mesures s’inscrivent dans les orientations de politique générale soumises à vos suffrages lors du vote de confiance au gouvernement, sur la mise en œuvre du Pacte de responsabilité.

 

Elles traduisent une quête toujours plus grande d’économies à réaliser auprès de celles et ceux qui constituent votre électorat.

 

Alors que l’emploi et les salaires constituent l’enjeu fondamental sur lequel repose tout notre système solidaire en matière de service public et de protection sociale, les mesures annoncées vont accroître les inégalités en matière d’accès à la santé, de prise en charge du handicap, de la vieillesse, de soutien aux familles, de l’assurance chômage.

 

Il s’agit ni plus ni moins que d’une déstructuration de notre pacte social républicain.

 

Les remises en cause des services publics, de l’accès aux prestations sociales, aux soins, les gels et baisses de salaires, l’augmentation des tarifs des énergies, des transports, du logement… sont autant de mesures compensant les cadeaux accordés aux entreprises. Celles-ci se voyant attribuer des allègements de cotisations et contributions sans aucune contrepartie en matière d’emploi et de salaires.

 

Dans chaque département, nous assistons ainsi à des fermetures d’établissements ou de services sanitaires et sociaux publics, au transfert de leurs activités vers le secteur marchand dont l’administration repose sur un actionnariat composé dans sa très grande majorité de fonds financiers spéculatifs.

 

Leurs objectifs ne sont évidemment pas de prendre soins des malades…mais bien de tirer profit de tout ce qui peut l’être ; la maladie, le handicap, la vieillesse pour ne citer que ces exemples.

 

Un des principes fondateurs de notre sécurité sociale, fondée en 1945, à partir du programme du Conseil National de la Résistance est bien :

« Chacun cotise selon ses moyens et reçoit en fonction de ses besoins ».

 

Ce n’est plus le cas aujourd’hui  quand les déremboursement de soins et de médicaments sont légion, quand des centres de sécurité sociale sont fermés aux motifs d’économies. Ce PLFSS 2015 présente une amputation sans précédent dans ces financements et va aggraver une situation déjà insoutenable.

 

Les plus démunis de vos administrés seront encore plus éloignés de l’accès à leurs besoins fondamentaux tandis que les salariés verront leursituation au travail se détériorer davantage.

 

Madame, Monsieur le/la….. (député-e, sénateur, sénatrice), alors que de nombreuses voix s’élèvent dans tout le pays comme en Europe pour une plus grande justice sociale, le gouvernement français a décidé de décliner avec plus de force une politique qui creuse les inégalités et conduit des milliers de nos concitoyens vers la plus grande précarité.

Nombre d’observateurs internationaux ont remarqué que le système social français, bien que très en difficulté compte tenu des politiques menées à son endroit, avait permis au plus fort de la crise, d’en atténuer les effets.

La sécurité sociale et tout notre système de protection sociale ne sont pas un frein à la croissance et au développement. Bien au contraire, il participe à la création de richesses.

Une nouvelle fois, nous réaffirmons que la Sécurité Sociale est effectivement malade. Elle souffre en effet d’un grand déficit de recettes, lié à une captation des richesses créées par le travail aux seules fins de profits financiers, au détriment de la satisfaction des besoins sociaux et environnementaux de celles et ceux qui les créent.

La CGT a fait des propositions pour financer notre système de protection sociale, pour permettre notamment la création d’un grand service public de la santé et de l’action sociale, le développement de services des organismes sociaux adaptés aux situations et aux besoins nouveaux d’une société qui se développe.

 

Cela passe évidemment par la recherche de ressources nouvelles permettant de répondre aux besoins de tous sans discrimination, dans le cadre des principes fondateurs de la sécurité sociale.

 

 Au-delà de ces ressources nouvelles qu’il convient de rechercher notamment dans la sphère financière, nous considérons que d’autres choix politiques en faveur de l’emploi et des salaires doivent être menées pour relancer la croissance et atteindre cet objectif économique et social.

 

Madame monsieur le……(député-e, sénateur, sénatrice), soyez assuré(e) que notre organisation syndicale mettra tout en œuvre pour gagner avec l’ensemble des femmes et des hommes (salarié-e-s, retraité-e-s, privé-e-s d’emploi), un autre projet pour la Sécurité sociale.

Nous considérons que la première étape est le rejet du PLFSS 2015 et sa réécriture selon les principes que nous vous avons développés brièvement.

 

Nous restons à votre disposition pour en débattre.

 

Dans l’attente de vous lire, veuillez agréer, Madame, Monsieur (député-e, sénateur, sénatrice), l’expression de ma considération distinguée.

 

USAGERS , ATTENTION DANGER !!!

HIER DEVANT LES PORTES DE L'HOPITAL DE DAX

LA C.G.T. ATTIRAIT L'ATTENTION DES USAGERS

explications à l'appui

img638.jpg

 

cgt,sante,organismes sociaux cgt,hopital dax

 

http://www.orgasociaux.cgt.fr/IMG/pdf/e/a/0/affichea3_secu_hdef01_1_.pdf

 

 

 

 

 Heureusement que la C.G.T ne ronronne pas !

Si ça ne bouge pas plus que ça par ailleurs

Y'a du mouron à se faire

comme disait mon père, ma mère,

mon grand-père,  ma grand-mère


ce qui signifie, se faire des cheveux, se faire du souci

ou encore de la bile

 

14/10/2014

16 octobre : journée d'action interprofessionnelle

 

La CGT, par la voix de son secrétaire général, Thierry Le Paon, annonce une journée nationale de grève, jeudi 16 octobre 2014. La mobilisation sera interprofessionnelle puisque FSU et Solidaires promettent de rejoindre le mouvement coordonné en amont de l’examen du projet de loi de financement de la Sécurité sociale 2015, par l’Assemblée nationale. Le point en Seine-Maritime.

À la reconquête de la Sécurité sociale

Cette initiative s’inscrit dans la campagne de reconquête de la Sécurité sociale, tant sur les questions de son financement que de la réponse aux besoins des salariés. Elle est l’un des versants de la campagne engagée depuis plusieurs mois par la CGT sur le coût du capital.

La CGT entend donc articuler les questions des salaires, de l’emploi et du travail, avec cette ambition de reconquérir la Sécurité sociale », défend Thierry Le Paon.

« La volonté affichée du gouvernement est de transférer une partie du financement de la Sécurité sociale, jusqu’ici basée sur les richesses créées par le travail, vers la fiscalité et les ménages », s’indigne le syndicat.
La mobilisation s’organise déjà. De nombreux mouvements sont programmés sur l’ensemble du territoire, à l’appel de différentes professions : l’éducation, la recherche et la culture, le bois et l’ameublement, la fonction publique, la santé, les services publics, les finances, la chimie, les organismes sociaux, la métallurgie, les retraités.

Capture cgt.PNG

 

Du coté des professions plusieurs appels ou préavis

- Education, Recherche et Culture : la FERC-CGT appelle l’ensemble des salariés actifs et retraités de l’éducation, de l’enseignement supérieur, des CROUS, de la recherche, de la formation, de la culture et du milieu associatif, à faire grève le 16 octobre 2014 et à participer aux manifestations du 30 septembre avec les retraités et du 16 octobre avec tous les salariés public-privé.

- Bois, Construction Ameublement : La FNSCBA CGT appelle les salariés militants et ses organisations de la région parisienne à rejoindre les salariés de Spie devant la Bourse à Paris. Dans les régions la fédération appelle les salariés de ces secteurs à se joindre aux actions en territoire. Des assemblées de personnel sont prévues

- Fonction publique : l’UGFF-CGT appelle les personnels, fonctionnaires et non-titulaires, actifs et retraités, à s’inscrire dans la journée d’action interprofessionnelle du 16 octobre prochain, par tout moyen et dans les rassemblements et les manifestations qui seront organisés sur l’ensemble du territoire. Elle a déposé un préavis de grève pour la journée du 16 octobre 2014, ainsi que pour les nuitées en amont et en aval de celle-ci pour les agents travaillant en horaires décalés. Ce préavis concerne l’ensemble de la Fonction publique de l’Etat.

- Santé : la Fédération Santé Action Sociale CGT appelle toutes ses organisations à une journée d’action du 16 octobre et propose d’aller au débat avec les salarié-e-s et les usagers, notamment pour proposer la signature d’une carte pétition (500 000 exemplaires).

- Services Publics : la Fédération CGT des Fiers du Service Public
ces publics a déposé un préavis de grève de 0 à 24H pour la journée du jeudi 16 octobre 2014, préavis couvrant l’ensemble des personnels de son champ de syndicalisation.

 

- Finances : appel à participer aux manifestations et rassemblement dans tout le territoire.

- Chimie : appelà la grève et aux rassemblements.

- Organismes sociaux : la fédération appelle à la grève et aux manifestations du 16 octobre dans le cadre de la campagne qu’elle mène conjointement avec la fédération CGT de la Santé et de l’Action sociale "Plus d’argent pour la Sécu"

- Métallurgie : La CGT métaux appelle à rassemblement le 16 octobre devant le mondial de l’automobile, puis à la manifestation parisienne et au meeting qui clôturera la manifestation. Les organisations de la CGT de la Métallurgie travaillent à des mobilisations locales et organisent la venue de manifestants sur Paris. , vise à crever le mur du silence médiatique

- Retraités : dans la poursuite de la mobilisation du 3 octobre sur le pouvoir d’achat et contre le blocage des pensions, l’UCR appelle les retraités et pensionnés à participer aux manifestations et rassemblements.

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique