logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

20/02/2015

MOTION DE GAUCHE CONTRE MOTION DE DROITE... PAS POSSIBLE !

PCF         @CNPCF

Nous avons essayé de déposer notre propre motion de censure mais nous n'avons pas eu les 58 signatures requises @Dartigolles @BFMTV

Les députés Isabelle Attard (Nouvelle Donne), Jacqueline Fraysse, André Chassaigne et Marie-George Buffet (communistes) ont proposé, en vain,  mercredi 18 février à leurs collègues de l'Assemblée une « motion de censure de gauche »
 
 

L'initiative des quatre députés n'a pu aboutir : pour être recevable, une motion de censure doit être soutenue par 10 % des élus du Palais-Bourbon, soit 58 députés

– un chiffre inatteignable,

le groupe « gauche démocrate et républicaine » (Front de gauche et élus d'outre-mer) comptant 15 élus et Mme Attard étant la seule députée Nouvelle Donne de l'Assemblée.

VOTE DE LA MOTION DE L'UMP-UDI

Les auteurs de cette « motion de censure de gauche » ont lancé notamment un appel aux députés PS frondeurs à signer leur proposition, sans succès. L'un d'eux, Pascal Cherki, a expliqué que « (son) débat, ça n'est pas de garder ou changer de premier ministre » mais de « l'influencer dans le sens du progrès social ».

Les écologistes avaient aussi déjà prévenu qu'ils ne voteraient pas la censure du gouvernement, malgré leur opposition à la loi Macron.

Leur proposition ayant échoué, les quatre députés devraient voter la motion de la droite. « C'est le seul moyen que nous avons pour nous opposer à la loi Macron, puisqu'on nous empêche de nous exprimer avec le 49-3 », a expliqué mercredi matin André Chassaigne, le président du groupe GDR.

*

*

C’était attendu. La motion de censure déposée contre le gouvernement a été rejetée ce jeudi 19 février par les députés. Elle n’a recueilli que 234 voix au lieu des 289 requises.

Tous les députés UMP ont voté la motion

 Dans le décompte des voix, on relève une mobilisation parfaite à l'UMP puisque les 198 membres du groupe l'ont voté. A l'UDI, sept des 30 députés n'ont pas voté le texte. Six des dix députés Front de gauche, une député apparentée écologiste, Isabelle Attard, et six députés non-inscrits -dont les deux du FN- ont voté la motion de censure.

 ****

**

 

49-3 : « Motion de censure de gauche »

Pour une motion de censure des députés progressistes

À la suite du choix de Manuel Valls de recourir à l’article 49-3 pour éviter un vote contre la loi Macron, plusieurs députés de gauche ont annoncé leur souhait de voter la motion de censure déposée par l’UMP et l’UDI. Ils expliquent les raisons de ce choix dans ce texte que nous publions ici, qui prend la forme d’une motion de censure alternative qui ne sera jamais déposée (il faut un minimum de 58 députés signataires).

« La loi MACRON et les atteintes qu’elle porte au dialogue social, au code du travail et au droit de l’environnement concrétise un modèle de développement auquel nous sommes farouchement opposés.

Le gouvernement a décidé de passer en force sans tenir compte de l’avis des parlementaires.

« Le 49.3 est une brutalité, un déni de démocratie. Une manière de freiner ou d’empêcher le débat parlementaire » affirmait François Hollande en février 2006. Manuel Valls avait déposé en mai 2008 un amendement destiné à supprimer cette procédure. Comment justifient-ils aujourd’hui d’y avoir recours ?

Au-delà de cette méthode d’une brutalité inattendue, il est temps que le gouvernement accepte un débat de fond sur sa politique économique et sociale.

Alors que, le 8 février, au deuxième tour de l’élection législative partielle du Doubs l’abstention atteignait 51 % des inscrits,

Alors que le Ministre de l’Economie reconnaissait lui-même le 2 décembre dernier « l’échec » de la politique mise en œuvre par le gouvernement,

Alors que le Chômage et la précarité atteignent des niveaux insupportables (6.200.000 inscrits à Pôle Emploi),

Alors que les événements tragiques qui ont frappé notre pays début janvier montrent la gravité des fractures qui morcellent notre pays et l’urgence qu’il y a à construire un nouveau contrat social,

le gouvernement doit accepter que le Parlement joue pleinement son rôle pour élaborer un nouveau modèle de développement.

Dans un moment crucial de la vie de notre pays, nous ne pouvons accepter sans réagir que le Parlement soit ainsi bâillonné.

Pour toutes ces raisons, nous appelons l’Assemblée nationale à une censure du Gouvernement en application de l’article 49 alinéa 3 de la Constitution. »

Cette «motion de censure alternative» est déjà signée par Isabelle ATTARD, députée Nouvelle Donne, André CHASSAIGNE Président du groupe de la Gauche Démocratique et Républicaine à l’Assemblée nationale, Jacqueline FRAYSSE, députée GDR, Marie-George BUFFET députée GRE.

Sergio CORONADO, député Europe Ecologie Les Verts, est également signataire de ce texte tout en précisant que lui ne votera pas la motion de censure déposée par la droite.

Source : Les invités de Mediapart, 18 février 2015

Texte de la motion de censure (pou la voir rn grand, cliquer sur l’image et cliquer à nouveau dans la page qui s’ouvre)

Le Front de gauche échoue à déposer
« une motion de censure de gauche »

Une poignée de députés du Front de gauche ont tenté mercredi, sans succès, de déposer leur propre motion de censure contre le gouvernement, après les remous provoqués par leur ralliement à la motion de censure du gouvernement déposée par la droite.
Dès que Manuel Valls a annoncé, mardi, le recours au 49-3 pour sauver la loi Macron, l’opposition de droite a saisi l’opportunité de déposer une motion de censure. Interrogé par LCP dans les couloirs de l’Assemblée nationale, André Chassaigne, le patron des communistes, a aussitôt déclaré qu’il ne pouvait « que voter la censure ». Quitte à mêler ses voix à celles de l’UMP et de l’UDI ? Le dilemme a rapidement semé le trouble dans les rangs du Front de gauche.

Mercredi après-midi, une poignée de députés communistes ont tenté, sans succès, de déposer leur propre motion de censure contre le gouvernement. Il leur fallait en effet la signature de 58 députés pour que leur motion de censure « de gauche » soit recevable. Les communistes Marie-George Buffet, Jacqueline Fraisse, André Chassaigne et Isabelle Attard de Nouvelle Donne (apparentée écologiste) n’ont pas atteint le seuil.

Rallier la droite faute de mieux

Ils ont pourtant lancé un appel aux députés PS frondeurs à signer leur proposition de motion. Mais ceux-ci n’ont pas adhéré. En réponse, Pascal Cherki a par exemple assuré que « (son) débat, ça n’est pas de garder ou changer de Premier ministre », mais de « l’influencer dans le sens du progrès social ».

« Si nous n’arrivons pas à faire cette motion de censure de gauche, nous voterons la motion de censure (UMP) contre ce gouvernement qui veut imposer la loi Macron », avait déclaré dans les couloirs de l’Assemblée Marie-George Buffet, à quelques minutes de l’heure couperet. « Le gouvernement nous prive de vote par le coup de force du 49-3 (…) Donc nous voterons la motion de censure, parce que c’est le seul moyen que l’on a pour nous opposer à la loi Macron », avait justifié la veille André Chassaigne, interrogé par l’AFP.

Les critiques de Mélenchon

Le chef de file des députés communistes s’est opposé sur le sujet à Jean-Luc Mélenchon. Mercredi matin, l’ancien candidat du Front de gauche à la présidentielle a directement interpellé ses représentants parlementaires sur France Info : « Le groupe à l’Assemblée pense qu’il est normal de faire ce qu’il veut sans consulter personne. »

« Il n’y a aucune chance que cette motion de censure passe. Donc qu’est-ce qu’on va se fourrer avec la droite dans une aventure pareille? » a encore réagi Jean-Luc Mélenchon avant d’ajouter : « Il ne suffit pas d’être contre, il faut montrer qu’il existe une alternative. »

Un message relayé sur Twitter par le député communiste Nicolas Sansu.
15-02-18 Sanson tweet motion de censure
Ce n’est pas la première fois que le PCF associe ses voix à une motion de censure déposée par la droite. Cela s’était déjà produit sous le gouvernement Rocard, en 1990 lors de la création de la CSG et en 1992 sur la réforme de la PAC.

Source : JDD, 19 février 2015

18/02/2015

Inspecteur FILOCHE et loi MACRON

LA LOI MACRON... passage en force !

 


Mélenchon : « La loi Macron est un échec pour... par lepartidegauche

 

 

 Manuel Valls a annoncé mardi devant l'Assemblée nationale le recours à l'article 49-3 de la Constitution sur le projet de loi Macron, qui sera donc considéré comme adopté en première lecture si une motion de censure ne renverse pas le gouvernement. La motion de censure déposée par les groupes UMP-UDI sera mise au vote jeudi à 18 heures.

 

 

Entretien Pour le secrétaire national du PCF, Pierre Laurent, l’utilisation du 49-3 atteste que « le gouvernement est minoritaire à gauche ». Il invite les forces progressistes à « se réunir en urgence ».

Le gouvernement a engagé hier sa responsabilité sur la loi Macron faute de majorité, privant l’Assemblée nationale de vote. Est-ce un tournant du quinquennat ?

 

Pierre Laurent. Oui, parce que le gouvernement a choisi le coup de force de manière totalement inédite contre la majorité de gauche et même contre une partie des députés socialistes avec lesquels il a refusé tout compromis. Manifestement Manuel Valls a définitivement choisi son camp, celui du patronat et du libéralisme. Ce n’est définitivement plus celui de la gauche. L’utilisation du 49-3, c’est l’aveu que sa politique y est définitivement minoritaire. C’est donc une période nouvelle qui s’ouvre.

 

Le rassemblement à gauche pour une politique alternative peut-il en sortir renforcé ?

 

Pierre Laurent. Incontestablement. Le débat a été marqué par une forte convergence de critiques et de propositions réunissant tous les députés du Front de gauche, des socialistes en grand nombre, des écologistes, des députés du MRC et de Nouvelle Donne. Ce rassemblement s’est fait contre l’acharnement du gouvernement à imposer le travail du dimanche sans compensation salariale, la libéralisation anti-écologique du transport, la privatisation d’aéroports, les facilités nouvelles données aux licenciements… Cela confirme que, sur de nombreux sujets, des forces de toute la gauche convergent pour demander l’arrêt des politiques d’austérité et un tournant dans la politique nationale. Après le coup de force gouvernemental, il nous faut d’abord construire une riposte commune forte. Car l’utilisation du 49-3 à l’Assemblée nationale ne met pas un terme au débat parlementaire sur la loi Macron qui doit revenir devant le Sénat. La mobilisation sociale et le travail de convergence parlementaire doivent donc s’amplifier pour exiger son abandon. Au-delà, ces forces favorables à une autre politique doivent travailler ensemble sur des objectifs qui redonnent à la gauche son vrai visage. Je les invite tous et toutes à se réunir en urgence.

 

Emmanuel Macron a reproché aux parlementaires qui refusaient de voter sa loi de « ne plus rien faire » contre le chômage. Souscrire à la logique de ce texte est-il le seul moyen d’agir ?

Pierre Laurent. Macron se moque du monde. Sa loi ne créera aucun emploi mais va uniquement faciliter le travail subi, déréglementé et précarisé. Ces recettes libérales sont celles qui ont lamentablement échoué. La lutte contre le chômage a besoin d’un cap radicalement différent qui soutienne l’investissement public pour des grands programmes de créations d’emplois et qui mette l’argent des banques au service de ce développement social.

 

 

17/02/2015

CENSURER LE CHANTAGE

Une mise à jour est prévue

Aujourd’hui, j’avais rendez-vous à l’Elysée pour parler de la Grèce. J’ai croisé en m’y rendant le conseil des ministres convoqué en hâte pour autoriser le recours au 49-3 pour faire passer de force la loi dont le banquier Macron n’a pas été capable de convaincre une majorité de parlementaires. Sa brutalité et son arrogance de classe ont réussi à diviser si fortement les socialistes, les Verts et même le MRC qu’il ne comptait plus que sur les béni-oui-oui et la droite pour faire passer son texte. Même ça aura été impossible. Certains jours font vivre en accéléré ce qui jusque-là semblait serpenter mollement. Il en va de même dans l’action politique. Le moment est passionnant.

Pour quelques heures, on va faire une pause dans les émissions non-stop sur l’islamisme radical, l’antisémitisme et toute cette bouillie glauque qui nous est instillée comme un gavage sans fin depuis des semaines.

Lire la suite »

 

Ma réaction sur l'utilisation du 49-3 par le gouvernement pour faire passer en force la - http://www.dailymotion.com/video/x2hfcyo_melenchon-la-loi-macron-est-un-echec-pour-le-gouvernement_news 

 

Show Media

 

  • mardi 17 février 2015

    14h45

    Entretien avec M. le Président de la République au sujet de la situation en Grèce

  • mardi 17 février 2015

    23h10

    Invité du "Divan" de Marc-Olivier Fogiel sur France 3

  • mercredi 18 février 2015

    07h45

    Invité de la matinale de France Info

 

10/02/2015

"Il faudrait un siècle, au rythme actuel, pour désendetter la Grèce"

Elle m'énerve la petite prout-prout

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique