logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

09/10/2014

NOTRE DAME DES LANDES ... EJECTEE !

 

Capture POLITIS.PNG

Le conseil général se débarrasse d’une élue hostile à l’aéroport

 

Françoise Verchère n’en revient pas. L’élue (Parti de gauche) du canton de Rezé, en Loire-Atlantique, vient tout juste d’apprendre son éviction de la Commission consultative de l’environnement de l’aéroport de Nantes-Atlantique, où elle représentait le conseil général.

Pour la conseillère, également membre du Collectif des élus doutant de la pertinence du projet d’aéroport (Cedpa), il n’y a pas de doute, cette expulsion est politique :

« Je posais des questions gênantes, sur les trajectoires, le plan d’exposition au bruit... En ce moment il y a une véritable guerre des nerfs sur cette nuisance sonore. M’évincer à six mois de la fin de mon mandat, c’est d’une petitesse ! Même la droite ne m’avait pas fait ce coup-là ! Mais ça montre bien qu’ils sont fébriles. »

Françoise Verchère est d’autant plus agacée que la décision du conseil général de la remplacer par un autre élu local, Gérard Allard (PS), ne date pas d’hier. « Ils ont pris la décision en juillet, et je découvre aujourd’hui par le biais d’un arrêté préfectoral de mi-septembre que je n’en fais plus partie ! Même Gérard Allard ne savait pas qu’il entrait dans cette commission pour me remplacer ! Et je ne suis même pas sa suppléante alors que mon canton est le premier concerné. »

 

  Le financement du tronçon routier reliant le futur aéroport aux deux routes nationales est estimé à 97,7 millions d’euros

08/10/2014

DUVALIER échappe à la Justice et MARTELLY lui rend hommage. Pouah !

Capture RFI.PNG


 
Haïti
Publié le 05-10-2014 Modifié le 05-10-2014 à 14:55

La mort de Jean-Claude Duvalier fait vivement réagir les Haïtiens

mediaJean-Claude Duvalier en 2011 au lendemain de son retour en Haïti.Photo: Amélie Baron/RFI

L'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier est mort ce samedi 4 octobre d'une crise cardiaque. Succédant à son père en 1971, celui qui a été surnommé « Bébé Doc » a maintenu le pays dans la terreur d'un régime répressif durant quinze ans.

Soulagement que le dictateur ne soit plus de ce monde, regret qu'il n'ait pas pu répondre de ses crimes devant la justice, appel à honorer les victimes du régime mais également respect à l'endroit de l'ancien dirigeant, les réactions à l'annonce de son décès ont été nombreuses et parfois polémiques.

Avec notre correspondante à Port-au-Prince,

« Il n’y a jamais lieu de se réjouir de la mort de quelqu’un ». Alix Fils Aimé fait partie des victimes du régime de Jean-Claude Duvalier qui ont porté plainte pour crimes contre l’humanité. L’annonce du décès de l’ancien dictateur lui laisse un goût amer : « Mon histoire est noyée dans l’océan de crimes que les Duvalier père et fils ont commis. Je regrette beaucoup qu’il soit mort avant la fin du processus judiciaire. »

Nulle haine vengeresse de la part de ceux qui ont subi les arrestations arbitraires, les tortures, l’emprisonnement mais plutôt la détermination de lutter pour obtenir justice.

Les anciennes victimes veulent également faire savoir ce qu’était la vie sous la dictature, quand, au quotidien, des individus disparaissaient sans que personne n’ose poser de questions pour savoir si ces citoyens avaient été arrêtés, tués ou si, par chance, ils avaient pu prendre l’exil.

Raconter la violence

Raconter et aussi expliquer la violence des abus commis par les sbires du régime. Robert Duval a passé huit mois dans la sinistrement célèbre prison politique de Fort-Dimanche. « Je me suis retrouvé dans une cellule où il y avait 400 personnes et, en huit mois, j’ai vu 180 d’entre nous mourir. C’était une sorte de camp d’extermination : on vous donnait 300 calories par jour, on n’avait pas la place pour dormir, on ne voyait jamais le jour, on était toujours en cellule, nus, sans installations sanitaires. Le but était réellement de nous exterminer sans nous exécuter par les armes. »

Que Duvalier ne puisse pas répondre de ces crimes commis sous son régime est un regret partagé par tous les défenseurs des droits humains, en Haïti comme à l’étranger.

Reed Brody, d’Human Right Watch, a qualifié aujourd’hui de « honte » le fait que « Bébé Doc » décède avant que ses nombreuses victimes puissent le voir dans le cadre d’un procès. « La mort de Duvalier prive les Haïtiens de ce qui aurait pu être le procès de droits humains le plus important de l’histoire du pays », dit encore Reed Brody.

 
 
 

APPEL SOLENNEL de Gérald BLONCOURT

AUX ÉTUDIANTS DE JACMEL ET DE PORT-AU-PRINCE

En 2007, j’étais invité par l’Université d’Haïti aux évènements qui rendaient hommage à Jacques Roumain.


Je vous ai rencontré. Nous avons beaucoup parlé, discuté. Quelques-uns d’entre vous me demandaient que faire ? devant l’incurie des gouvernants de l’époque.


Je répondais, instruisez-vous, cultivez-vous, organisez-vous,
patience …


Aujourd’hui 6 Octobre 2014 je vous demande de vous insurger contre les décisions de Martelly actuellement et provisoirement « président » d’Haïti, qui veut rendre hommage à l’ex-dictateur Duvalier.

Il n’est pas question que cet assassin, poursuivi pour Crimes contre l’Humanité, soit honoré par les autorités de notre pays.

Je vous demande d’avoir le courage de vos ainés de 1946 qui au cours des Cinq Glorieuses ont mis à bas un pouvoir autoritaire et contraire aux intérêts de la nation.


Debout, jeunesse haïtienne. Joignez-vous au peuple, aux opposants, à tous les démocrates, à tous les patriotes et imposez le respect dû aux milliers de victimes, vilement torturées, liquidées dans les geôles de Fort-Dimanche et dans toutes les prisons du territoire.
Insurgez-vous contre ce pouvoir qui bafoue la mémoire des Jacques Stephen Alexis, Marc Romulus, et de tant d’autres patriotes !
Ne demeurez plus dans l’ombre ! Agissez !
Dommage qu’avec mes 88 ans je ne puisse être parmi vous !

Debout jeunesse étudiante !
Vive Haïti, Libre et Démocratique !

Gérald Bloncourt
6 octobre 2014

" BRAVO Gérald !"
 
 

COMMUNIQUÉ
L'ancien dictateur haïtien Jean-Claude Duvalier est mort samedi matin à Port-au-Prince d'une crise cardiaque.


Il aura échappé à la justice. Poursuivi pour "crimes contre l'humanité" il évite le verdict qui aurait été prononcé de toute évidence contre lui.
Je salue la mémoire des 60.000 victimes qui ont connus les cachots, la torture et les exécutions, durant son règne et celui de son père.


Gloire aux milliers de patriotes qui ont résisté à leur sinistre et sanglant pouvoir.


Gloire à mon frère de lutte et d'espérance Jacques Stephen Alexis assassiné par les sbires de ce régime de terreur.


Honneur et respect à toutes celles et à tous ceux qui se sont investi dans la gigantesque lutte contre l'IMPUNITÉ en Haïti.

La lutte n'est pas terminée. Ils en reste encore de ces assassins en liberté.

À tous mes compagnons, "KENBE FÈM ! PAS LAGÉ !"

Gérald Bloncourt
Président du Comité pour Juger Duvalier.
Ce 4 octobre 2014
----------------------------------------
http://www.haitiluttecontre-impunite.org/

  • 119 personnes aiment ça.
  • Nicole Paternot HoffmeyerJe ne comprends pas qu'il ait pu vivre impunément en Haïti dans une belle villa sur les hauteurs de la ville. Qu'attendais-t-on pour lui faire son procès depuis deux ans qu'il était revenu de son exil de France ?
  • Gérald Perrottonet dire qu'il était bien au chaud en France....!!
  • Patrick BezzolatoPersonne ne regrettera Bébé Doc, surtout pas le peuple Haitien qui en a tant souffert et dont la blessure est encore bien ouverte aujourd'hui dans les mémoires surtout que ce diable n'a jamais été jugé. N'oubilons pas au passage que le France Giscardienne a participé a ce déni de justice en ouvrant ses portes à ce psychopathe sanguinaire. Remarquons que c'était tendance à la fin des années 70 d'abriter les dictateurs en herbe (Khomeini) ou confirmé (Bokassa). Aujourd'hui la transparence va un peu trop loin puisque qu'elle s'immisce dans les chambres à coucher mais on ne va pas regretter cette apologie du mensonge et surtout du mépris des peuples opprimés et massacrés.
  • Marie Claude Saint YvesA croire que les peuples ont besoin de tyrans

07/10/2014

ORTHEZ : COMMUNIQUE DE PRESSE... CGT...

Capture cgt maternité communiqué.PNG


Capture CGT MATERNITE.PNG

Capture communiqué.PNG

 

 

04/10/2014

ETAT DE PALESTINE reconnu par la SUEDE

AFP 03-10-2014 - 22:51

Proche-Orient: la Suède va reconnaître l'"État de Palestine"

 

La Suède va reconnaître l'"État de Palestine", a annoncé vendredi son Premier ministre, Stefan Löfven, ce qui serait une première pour un pays occidental de l'UE.

"Une solution à deux États suppose une reconnaissance mutuelle et la volonté d'une coexistence pacifique. C'est pourquoi la Suède va reconnaître l'État de Palestine", a déclaré M. Löfven dans son discours de politique générale.

Cela doit se faire dans le respect "des exigences légitimes à la fois des Palestiniens et des Israéliens quant à leur autodétermination et leur sécurité", a-t-il précisé.

Cette annonce a été saluée par les autorités palestiniennes mais a suscité la réticence des Etats-Unis, qui ont jugé cette démarche "prématurée".

Selon un décompte de l'AFP, au moins 112 pays ont reconnu l'État de Palestine.

D'après l'autorité palestinienne, ils seraient 134, dont sept membres de l'Union européenne : la République tchèque, la Hongrie, la Pologne, la Bulgarie, la Roumanie, Malte et Chypre.

Le nouveau gouvernement suédois formé vendredi, qui allie sociaux-démocrates et Verts, est plus favorable à la cause palestinienne que le précédent, qui suivait la ligne des grands pays d'Europe de l'Ouest sur la question.

La reconnaissance de l'État palestinien et le soutien "actif au travail de réconciliation" sont cités dans le programme de gouvernement du parti social-démocrate, qui souhaite également que "les crimes de guerre d'Israël soient examinés et l'occupation de Gaza levée".

Le Premier ministre n'a pas précisé si la reconnaissance par Stockholm de l'État palestinien serait soumise au vote du Parlement, où le gouvernement est minoritaire.

Interrogé par l'AFP, le ministère des Affaires étrangères n'a pas voulu s'exprimer sur ce point.

À la radio publique SR, la nouvelle chef de la diplomatie Margot Wallström a souligné que la Suède était "en bonne compagnie puisque 130 pays dans le monde l'ont déjà fait". "Nous pensons aussi que c'est un signal important pour pouvoir parvenir à un solution à deux États", a-t-elle ajouté.

Le négociateur en chef palestinien Saëb Erakat a aussitôt salué la décision "courageuse" annoncée par la Suède et a appelé les autres pays de l'Union européenne à suivre cet exemple.

"Nous saluons l'annonce faite par le Premier ministre suédois", a-t-il dit à l'AFP, "nous espérons que tous les pays de l'Union européenne prendront la même décision courageuse et remarquable que la Suède puisqu'il n'existe aucune raison de ne pas reconnaître l'Etat de Palestine".

"Le moment est venu pour le monde entier de reconnaître l'Etat de Palestine", a dit à l'AFP un porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina.

Et le ministre palestinien des Affaires étrangères Riyad al-Malki a salué l'engagement "historique" de la Suède en faveur de la liberté, de la dignité et des droits de l'Homme.

- Geste "prématuré" pour Washington -

Les Etats-Unis ont pour leur part prévenu que toute "reconnaissance internationale d'un Etat palestinien" était "prématurée".

La porte-parole du département d'Etat Jennifer Psaki a réaffirmé le "soutien" de Washington au principe d'un "Etat palestinien", mais par le biais d'un processus de paix, d'une "solution négociée" et de "reconnaissance mutuelle" entre Palestiniens et Israël. "Ce sont les parties qui doivent vouloir et pouvoir aller de l'avant", a-t-elle plaidé.

L'annonce de la Suède a coïncidé avec Yom Kippour, jour le plus saint du judaïsme. Un porte-parole du gouvernement israélien s'est refusé à tout commentaire.

La Suède, qui compte une importante communauté palestinienne, a aussi pris cette initiative à un moment où les efforts déployés depuis des décennies pour tenter de résoudre le conflit israélo-palestinien semblent dans une impasse complète, alors que les capitales occidentales se demandent comment en sortir et que la frustration des dirigeants palestiniens est proche de son comble.

La Suède avait voté en faveur du statut d'observateur de la Palestine à l'ONU en 2012, qui lui a été accordé à une imposante majorité malgré l'opposition des États-Unis et d'autres pays. L'année précédente, le pays nordique s'était opposée à son entrée à l'Unesco.

 

GUANTANAMO s'améliore ! OBAMA avait promis...quoi donc ? Sa fermeture

AFP 03-10-2014 - 23:26

Alimentation forcée à Guantanamo: une juge ordonne la publication de vidéos

Alimentation forcée à Guantanamo: une juge ordonne la publication de vidéos
voir la photo

Une juge fédérale de Washington a ordonné vendredi la publication de 28 vidéos classifiées montrant les procédures d'alimentation forcée à Guantanamo, malgré l'opposition du gouvernement Obama.

Dans un rebondissement spectaculaire deux jours avant une audience clé sur la procédure controversée de l'alimentation par sonde des grévistes de la faim à Guantanamo, la juge Gladys Kessler donne raison à seize médias qui réclamaient la publication des vidéos filmées à Guantanamo.

Ces 28 vidéos montrent "l'équipe d'extraction de force" menotter le Syrien Abou Dhiab, le conduire à la chaise d'alimaentation forcée "soit en le portant soit en l'attachant à une planche, le sangler sur la chaise, mettre une sonde dans son nez et le nourrir de force", a rapporté à l'AFP Eric Lewis, l'un des cinq avocats ayant pour l'heure, visionné les onze heures d'enregistrement.

Abou Dhiab, un Syrien enfermé sans inculpation ni jugement depuis 2002 et que les autorités américaines ont jugé libérable depuis 2009, a porté plainte pour que cesse son alimentation forcée qu'il juge "inhumaine". Le procès doit s'ouvrir lundi devant la juge Kessler.

"De notre point de vue c'est extrêmement douloureux et inutile", a encore déclaré à l'AFP Eric Lewis, qui s'est dit "satisfait du jugement qui trouve un équilibre entre les questions de sécurité et le droit du public de voir ces vidéos très troublantes".

La juge, nommée par le président démocrate Bill Clinton, a déjà rendu un jugement contre le gouvernement, jeudi, en refusant le huis clos pour l'audience sur l'alimentation forcée, comme le réclamait le parquet.

Interrogé par l'AFP après le jugement de jeudi, le ministère de la Justice avait indiqué "examiner cette décision et réfléchir aux options".

Le procès très attendu doit s'ouvrir lundi pour deux jours d'audiences devant le tribunal fédéral de Washington.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique