logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/01/2015

SYRIZA...SEUL CONTRE TOUS

Quelle bande de pourris !

(liberté d'expression... ) Pas politiquement correcte la Miche

parce que la grossièreté, la vulgarité, l'obscénité

c'est eux qui

affament, tuent, saignent les peuples

****

Et l'attelage à trois chevaux (ainsi nommé en russe : la troïka)

  • la Banque centrale européenne (BCE)
  • la Commission Européenne (CE)
  • le Fonds monétaire international (FMI)

peut frémir, hennir, gémir !

et avec eux, les médias, les politicards plus enclins à la caricaturequ'à l'information honnête

Dans l'immédiat, SYRIZA le parti anti-austérité

n'a qu'un objectif : sortir les grecs la tête hors de l'eau

A midi, ils piaillaient parce qu'il n'y avait pas de femme dans son gouvernement

Bande de rigolos !

La priorité elle est ailleurs ! Sont-ils seulement conscients de ce qu'ont vécu les grecs depuis que la troïka les a affamés, réduits en "cendres "?

*

Vers un affrontement très dur entre Syriza et les autorités européennes

Brève de Yéti

Seul... contre tous !
Seul... contre tous !

Ça commence très fort ! Le moment de grâce électorale de Syriza aura été très très court. Dès ce lundi matin, c’est une fin de non-recevoir brutale qu’auront opposée les autorités européennes aux propositions de négociations sur la dette grecque émises par Alexis Tsipras au soir de sa victoire électorale historique.

« Impossible de restructurer la dette grecque en possession de la BCE. Syriza doit payer, ce sont les règles du jeu européen, il n’y a pas de place pour un comportement unilatéral en Europe » (Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, sur Europe 1).

« J’espère que le nouveau gouvernement grec ne fera pas de promesses illusoires que le pays ne peut se permettre » (Jens Weidmann, président de la banque centrale allemande).

« Le futur gouvernement grec devra respecter les accords conclus entre Athènes et ses partenaires de la zone euro » (Günther Oettinger, commissaire européen à l’économie numérique).

« Il n’est pas question d’accepter un effacement de la dette grecque, une question d’équité entre pays européens. Il y a des règles internes à la zone euro à respecter. On ne peut pas faire des catégories spéciales pour tel ou tel pays » (Christine Lagarde, directrice générale du FMI).

On ne saurait être plus clair et plus définitif. La simple posture de fermeté qui précède généralement toutes négociations est ici largement dépassée. La fermeture prévaut sur la fermeté, sans doute imposée pour éviter ce qui serait le pire pour les autorités européennes : un contagion de la tornade Syriza à d’autres pays membres de la zone euro.

Rien de tout ceci n’était évidemment imprévisible, mais Syriza se trouve d’entrée placé au pied du mur : ou Alexis Tsipras et les siens se soumettent aux diktats européens, où ils cognent, mais alors très fort et très vite !


DERNIÈRE MINUTE : SYRIZA CHOISIT LA VOIE DURE

En s’alliant contre toute attente avec le parti des Grecs indépendants (droite souverainiste), rejetant en bloc les mesures d’austérité européennes, plutôt qu’avec To Potami (centre gauche), plus européen-compatible, Alexis Tsipras privilégie donc clairement la piste de l’affrontement avec les autorités européennes et financières.

P.-S.

Montage photo, de gauche à droite : Alexis Tsipras... Benoît Coeuré, Jens Weidmann, Günther Oettinger, Christine Lagarde.

 

27/01/2015

POUR UNE ECOLE DE L'EGALITE POUR TOUS

 

Communiqué - Mobilisation de l’école pour les valeurs de la République : 11 mesures pour que rien ne change ?

Communiqué du Réseau école du PCF

Quand notre capacité à vivre ensemble est mise à mal, il est légitime de se tourner vers l’école. Elle est le premier espace où se construit la culture commune d'une société. Oui, l’école doit transmettre les valeurs de la République. Elle doit surtout les construire et les faire vivre, avec la jeunesse du pays et sûrement pas contre elle. Elle le fait déjà, grâce aux efforts de tous les acteurs de l’éducation. Mais l’école subit de plein fouet les conséquences d’une politique d’austérité qui sélectionne, exclut, divise.
 
Croire qu’on peut répondre aux doutes et au malaise de notre jeunesse, aux difficultés des enseignants et à la volonté de vivre ensemble exprimée par des millions de Français le 11 janvier dernier par la mise en place de cours d’éducation civique et morale relève d’une grande naïveté ou d’une hypocrisie irresponsable.
 
Notre école est l’une des plus inégalitaires d’Europe. Trop de jeunes sont laissés sur le bord du chemin, exclus de la réussite et de la société. L’urgence est de construire l’école de l’égalité. .   La loi de refondation de l’école affirme que « tous les élèves sont également capables d’apprendre ».
 
Ce n’est pas un empilement de mesures, pensées à la hâte et sans lien avec la refonte des programmes en cours, qui construira l’école de la réussite de tous.
 
Ce qu’il faut c’est un service public national de l'éducation pour rompre avec toutes les logiques de territorialisation, une carte scolaire repensée, et non des mesures de sectorisation des collèges, à la marge.
 
Ce qu’il faut c’est développer les pré-recrutements et donner le temps aux jeunes enseignants d’entrer dans le métier ; reconstruire une formation initiale des enseignants inscrite dans un cadre national, qui articule valeurs, théorie et pratiques dans tous les domaines ; relancer une formation continue actuellement en voie de disparition pour redonner sens au métier d’enseignant. Et pas 1000 formateurs en éducation morale et civique… pour 800 000 enseignants.
 
Ce qu’il faut c’est une école qui apprenne aux élèves à questionner les évidences et à réfléchir ensemble, dans la solidarité et non la concurrence. C’est l’ensemble des programmes qu’il faut refonder avec cette ambition. Ce n’est pas avec des cours de morale et des sanctions que seront respectées les valeurs de la République mais par une éducation qui crée du commun et donne des perspectives. .
 
L’éducation aux valeurs de la République ne peut se satisfaire de discours. Ce qu’il faut, c’est que les établissements scolaires deviennent des lieux de débats démocratiques : donner des droits nouveaux aux lycéens, créer un statut de représentant de parents. Le travail avec les familles ne peut pas se résumer à leur imposer la signature d’une charte !
 
L’autorité des enseignants sera reconnue lorsqu’ils pourront exercer leur métier dans de bonnes conditions. Les élèves trouveront leur place dans la République lorsque celle-ci mettra en œuvre l’égalité de tous devant l’appropriation des savoirs, donnera à chacun les moyens de maîtriser sa vie et ses choix.
 
L’égalité des droits est la condition du vivre ensemble. Pour l’école, pour la République, il est urgent de rompre avec l’austérité et de développer l’ensemble des services publics.
Ne nous laissons pas imposer un projet de société qui nous conduit à la catastrophe: toujours plus de concurrence, de divisions et de peurs.
 
Il est grand temps de refonder l’école, pour refonder la société  !
*
*
 
 
 

 

 

 

POILUS D'AILLEURS

Dans mes mails

**

AU CINEMA LE ROYAL

Mercredi 4 FEVRIER 2015 - 20 Heures -

à MONT- DE- MARSAN

Landes

Entrée gratuite

 


Ils étaient venus d'ailleurs, ils se sont battus pour la France, un pays qui n'était pas le leur.
On les envoyait souvent en première ligne.
Nos livres d'histoire parlent trop peu d'eux.
Et pourtant ils font partie de notre histoire


http://www.mrap-landes.org/spip.php?article598

souhaitant vous rencontrer lors de cette projection

avec nos meilleures salutations

La Fédération des Landes du MRAP

 

poilusdailleurs

 

 

 

Ajoutée le 11 nov. 2014

Ils venaient de tous les coins du monde, enrôlés de gré ou de force pour se battre dès 1914 contre la Triple Alliance, en défense d'un pays qui les avait colonisés. Avec ce documentaire, Mehdi Lallaoui rend hommage à ces combattants oubliés qui, en ce centenaire de la Première Guerre mondiale, n'ont même pas eu droit à une véritable reconnaissance.

 

Une idéologie RACISTE, CRIMINELLE : le nazisme

Comment expliquer ce comportement apparemment banal des SS menant avec leurs familles une vie paisible et joyeuse dans ce territoire qui symbolise aujourd'hui la barbarie à l'état pur ?

 

IMG_20150127_0001.jpg

 A QUELQUES KILOMETRES C'EST L'ENFER

Aux portes mêmes de cet univers dantesque construit pour exterminer des êtres humains par dizaines et centaines de milliers, les SS avaient bâti un monde "ordinaire". Les photos de l'album de Karl Höcker sont à cet égard éloquentes. Comme chacun de nous, ils boivent, ils chantent, ils se reposent, ils apprécient les plaisirs de la chair et de .. la chasse, etc.

De l'autre côté des barbelés de Birkenau, ils disposaient avec leurs familles d'une piscine, d'un stade de football, d'une bibliothèque, du centre de repos de Hutte Solelat et d'un ... hôpital. Le domaine réservé aux SS d'Auschwitz et à leurs familles englobait une surface supplémentaire au camp de Birkeneau, de 40 km2.

Cet immense espace avait été créé de toutes pièces par la déportation des familles polonaises habitant dans les villages environnant Oswiecim. Un millier environ de maisons furent ainsi détruites.

C'est dans l'idéologie nazie qu'il faut chercher la réponse à l'inhumanité des tortionnaires et à leur tranquillité d'âme dans l'accomplissement de leur besogne criminelle.

Dès son arrivée au pouvoir en 1933, Hitler proclame : "Nous avons donné à la nation allemande une nouvelle conception".

C'est une idéologie de haine de la démocratie, du marxisme et des juifs, qui repose sur la conviction que les Allemands sont un peuple dominant, que le sang nordique est le meilleur et que l'Allemagne est au-dessus de tout et au-dessus de tous.

Le but suprême étant de créer une nation de laquelle seraient éliminés tous ceux qui ne correspondraient pas à la définition d'un allemand de "race pure".

Et logique avec lui-même, Hitler déclare en novembre 1937 : "Quant à nous il ne s'agit pas de conquérir des peuples, mais uniquement des terres pouvant être cultivées".

En 1939, il donne à ses troupes Totenkopf pour consigne à l'Est de : "tuer sans pitié les hommes, les femmes et les enfants d'origine et de langue polonaises. C'est la seule façon d'obtenir l'espace vital dans nous avons besoin".

C'est cette idéologie raciste qui conduira le peuple allemand, notamment les SS à la perte de tous les repères de la civilisation.

Ce rappel des monstruosités engendrées par le nazisme n'est jamais inutile tant il est vrai qu'il commande impérativement le rejet catégorique de toute complaisance à l'égard des manifestations racistes.

***

*

A AUSCHWITZ, le spectacle des détenus mourant d'inanition était aussi habituel que la vue des kapos bien repus ...(Hermann Langbein)

 

IMG_20150127_0003.jpg

Son règne sera sanglant

il se livrera à des expérimentations humaines

particulièrement cruelles.

Pour les médecins nazis, l'objectif est de nier définitivement l'influence du milieu extérieur, de l'éducation, du cadre social dans la constitution des caractéristiques des êtres humains.

Le postulat est le suivant : tout est transmis à l'être humain par la voie de l'hérédité ; les "qualités" et les "défauts" d'une race sont inscrits pour toujours, dans son patrimoine génétique.

Les nazis espéraient ainsi justifier de façon scientifique leurs mesures raciales discriminatoires avec la volonté de les présenter comme "une naturelle protection du peuple "supérieur" contre les agressions biologiques des races dégénérées".

.. C'est un homme jeune, plein d'ambition, d'une élégance raffinée qui a désormais droit de vie ou de mort sur des centaines de milliers de détenus."

 Une survivante d'Auschwitz, Olga Lengyell raconte :

"Quand Mengelé apparaît brutalement dans un blok, il fait aussitôt garder toutes les issues par des SS. Les femmes se rassemblent, terrorisées. Elle savent que leur vie va se jouer en quelques secondes. Il importe de présenter une allure convenable si on veut avoir une chance d'échapper à la mort. Les pauvres silhouettes décharnées essaient de se redresser, de dégager la tête, de s'avancer d'un pas assuré, malgré l'angoisse qui leur tord le ventre ...

Les prisonnières reçoivent l'ordre de se déshabiller. Elles sont parquées dans un coin du blok et doivent défiler une à une, nues, les bras en l'air, devant le médecin-chef assis au milieu de la salle. Ce dernier sifflote toujours... Devant chaque détenue, il fait un signe du pouce, à gauche, à droite. C'est un ballet macabre. Aucune réflexion ne préside à son choix ; il laisse faire le hasard. Il aime surprendre le regard affolé des femmes qui se voient condamnées à se ranger sur la gauche.

En principe, c'est la mort ...

Quand le défilé est terminé, le Dr Mengelé se redresse souplement. Toujours souriant, il annonce : "Le groupe de droite sera évacué".

Et il s'éloigne en sifflotant.

 ***

*

Dès l'accueil, on entendait : "tu vois ce nuage, ce sont tes parents qui brûlent !" J'ai entendu cela, rien de plus. Et effectivement, à cent mètres de là, on pouvait voir un grand nuage noir, comme un grand nuage lourd ... Une image curieuse, inquiétante : "ce sont tes parents qui brûlent !". Je l'ai vu, entendu, mais compris, non, je ne l'ai pas compris". M. POLLAK

IMG_20150127_0008.jpg

23/01/2015

VA VOIR CHEZ LE GRECS ... ILS VOTERONT Alexis TSIPRAS dimanche

Grèce : Alexis Tsipras et son parti Syriza, derniers espoirs pour des grecs exsangues par l'austérité


"Le climat en Grèce est très calme" par lemondefr

 


Athènes, Paris... : Démocratie ? (conférence... par fsl56-org

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique