logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

26/03/2011

2. CATASTROPHES NATURELLES !

Extraits de DOKEO +

Comprendre l'Actualité. Education citoyenne dès 10 ans

**

*

 

LA PREVENTION DES CATASTROPHES NATURELLES

Cyclones, séismes, tsunamis, sécheresse ou inondations

3 500 catastrophes depuis dix ans !

*

*

*


LES MOYENS DE PREVENTION


Les trois piliers de la prévention sont la mise en place de


SYSTEMES d'ALERTE

L'EDUCATION DES POPULATIONS

L'ADAPTATION DES CONSTRUCTIONS

*

*

Car ce ne sont pas les séismes qui tuent, mais les bâtiments.

*

La vague meurtrière du JAPON n'avait pas encore fait son apparition

quand le livre a été publié

*

En décembre 2003, le tremblement de terre de Barn, en IRAN, a fait 27 000 morts. Celui de San Simeon (CALIFORNIE), de même magnitude, n'avait fait que 2 morts, quatre jours plus tôt.

 

POURQUOI ?


Parce que les constructions californiennes sont adaptées aux risques sismiques.

*

*

Le JAPON, situé dans une zone à haut risque, est un champion en matière de prévention.

(Lire cela aujourd'hui, ... ça fait mal !.. c'était sans compter sur ce tsunami ravageur)

Son système d'alerte est le plus perfectionné du monde :

des sismomètres enregistrent en permanence les vibrations du sol, des stations climatologiques analysent des données sur les vents, les mouvements de la mer, les pluies. (sauf qu'ils n'avaient pas envisagé la vague meurtrière )

La population est informée et entraînée à bien réagir en cas d'alerte.

Enfin, les normes parasismiques de construction sont appliquées : les fondations bougent sans casser, les canalisations sont souples et ne risquent pas, en crevant, de provoquer inondations (eau) et incendie (gaz).

Les ETATS-UNIS, l'AUSTRALIE et le JAPON, le MEXIQUE, la TURQUIE, l'IRAN, la CHINE et l'ASIE DU SUD sont les régions les plus menacées par les catastrophes naturelles (climatiques ou sismiques).

Mais parmi ces pays, ce sont les plus pauvres qui comptent le plus de victimes.

Leur système d'alerte est insuffisant, les populations ne sont pas formées aux risques et les normes de construction pas respectées.


UNE QUESTION MONDIALE


Il suffirait de consacrer un dixième de l'aide humanitaire dans le monde à la prévention pour éviter qu'il y ait tant de victimes dans les pays en développement.

Les représentants de tous les pays du monde, réunis à KOBE en janvier 2005, pour la Conférence sur les catastrophes naturelles organisées par l'ONU, ont adopté un plan d'aide à la prévention, incluant un système d'alerte mondial auquel tous les pays seraient connectés.

L'expérience du tsunami (Asie), survenu trois semaines auparavant, a rappelé à tous que, dans ce domaine aussi, il était urgent de partager.


Lors des dernières catastrophes naturelles, un élan de solidarité sans précédent s'est déclenché dans le monde entier.

Les organisations internationales, les O.N.G. ont aussitôt envoyé des secours d'urgence. De l'argent public a été débloqué et surtout, les citoyens des pays riches ont fait des dons très importants.

 

Mais une fois l'aide d'urgence assurée et l'émotion passée, il faut penser à l'avenir.


La plupart des pays développés promettent des sommes importantes pour la reconstruction ou les aménagements nécessaires pour éviter de nouvelles catastrophes.

Dans le cas du tsunami de décembre 2004, les nations riches se sont mises d'accord pour réduire sensiblement la dette** des pays touchés par le raz-de-marée.


Cependant, ces promesses ne sont pas toujours tenues

et quand l'argent est versé, il faut veiller à ce qu'il soit bien utilisé !


Ainsi, en TURQUIE,  après les séismes de 1999, une partie de l'aide publique internationale avait été détournée par des ministres corrompus.

***

 




 

 

 

1. LES COLERES DE LA TERRE

Extraits de

Comprendre l'Actualité

Education citoyenne dès 10 ans

Enjeux écologiques

DOKEO +

*

 


CYCLONES, SEISMES, TSUNAMIS, SECHERESSE OU INONDATIONS :

depuis dix ans, la Terre a subi plus de 3 500 catastrophes naturelles, touchant près de 3 milliards de personnes ...

*

*

LES COLERES DE LA TERRE


Chaque année, une cinquantaine de volcans entrent en éruption et la Terre est ébranlée en permanence par des secousses sismiques.

Certaines causent parfois des raz-de-marée (tsunamis, en japonais).

Les séismes ne provoquent pas toujours des catastrophes, mais s'ils sont violents et qu'ils touchent une ville ou une région très peuplée, c'est la tragédie, qui se chiffre en milliers de morts.

Certains phénomènes climatiques sont redoutables. Les cyclones arrachent tout sur leur passage et génèrent des torrents de boue : au Nicaragua et au Honduras en 1998, 24 000 personnes sont mortes sous des tonnes de boue.

Les inondations et les sécheresses peuvent être meurtrières.

En 2003, la canicule a tué 30 000 personnes en Europe Occidentale et, en 2004, les deux tiers du Bangladesh se sont retrouvés sous l'eau entre juin et septembre.

Les experts estiment que les changements climatiques, liés au renforcement de l'effet de serre***, provoquent une augmentation des dangers naturels.

Certes, l'homme ne sera jamais maître des colères de la nature, mais il peut en limiter les conséquences grâce au respect des équilibres naturels et à la prévention.

*

L'effet de serre

Certains gaz de l'atmosphère terrestre,

comme le CO2 (dioxyde de carbone, ou gaz carbonique) et le méthane,

retiennent naturellement une partie des rayons du Soleil : c'est l'effet de serre,

qui permet à la Terre de maintenir une température moyenne de 15°C et non de -18 C

si celui-ci n'opérait pas.

Mais depuis une centaine d'années, la quantité de ces gaz a beaucoup augmenté à cause des activités humaines, surtout la combustion du charbon ou du pétrole (transports, usines, chauffage ....

Cet écran qu'ils forment dans l'atmosphère s'est beaucoup épaissi, et il retient une plus grande partie de l'énergie solaire, ce qui provoque un réchauffement de l'atmosphère.

Les scientifiques s'inquiètent : le climat de la Terre est en train de changer et les conséquences risquent d'être catastrophiques.

*

*


LES PLUS GRAVES CATASTROPHES NATURELLES DEPUIS TRENTE ANS


1976 Séisme en CHINE                                      242 000 morts

1984 Sécheresse en ETHIOPIE et au SOUDAN     450 000 morts

1985 Sécheresse au MOZAMBIQUE                     100 000 morts

1990 Séisme en IRAN                                          40 000 morts

1991 Cyclone au BANGLADESH                          140 000 morts

1999 Inondations au VENEZUELA                        30 000 morts

2004 Tsunami en ASIE DU SUD-EST                   176 000 morts

2008 Séisme en CHINE (Sichuan)                          87 000 morts

2010 Séisme en HAITI                                       200 000 morts

 

2011 LE JAPON : séisme, tsunami, accident nucléaire

Downloads3.jpg

24/03/2011

2. L'ENERGIE... On en parle !

Extraits de DOKEO +

Comprendre l'actualité des 10 ans. Education citoyenne.

Enjeux écologiques

 

*

*

Après la solution de l'énergie hydraulique ?

 

LE NUCLEAIRE EN QUESTION


L'énergie nucléaire utilise aussi des ressources fossiles (uranium), mais en très petite quantité.

Elle ne produit pas de CO2 et permet de produire une électricité bon marché, en très grande quantité.

Elle ne dépend pas des pays producteurs, comme le pétrole.

Pour toutes ces raisons, la FRANCE recourt au nucléaire pour produire son électricité.

 

***

*

*

Or, en EUROPE, certains pays ont abandonné ce procédé, surtout pour des raisons de sécurité.

La dramatique explosion de la centrale de Tchernobyl (URSS), en 1986, a révélé les risques d'une catastrophe nucléaire ( 160 000 morts, nombreux cancers ou malformations liés à la radioactivité diffusée au moment de l'accident).

Même si les centrales sont désormais très sécurisées, l'inquiétude demeure.

De plus, les déchets nucléaires restent dangereux longtemps (un dixièume d'entre eux demeure radioactif pendant 100 000 ans).

On n'a pas encore trouvé de solution pour s'en débarrasser : on les stocke dans des containers, mais c'est un cadeau empoisonné pour les générations à venir.

*

*

mes pensées, comme les vôtres, vont vers le JAPON

*

*

ET DEMAIN ?

Actuellement, ce sont les pays développés qui consomment le plus d'énergie. Mais le développement et l'urbanisation des autres pays créent

une demande énergétique toujours plus grande.


Les ressources actuelles tendant à s'épuiser, il faut trouver de nouvelles sources d'énergie, renouvelables et surtout non polluantes.


Dans le domaine hydraulique,

on réfléchit à des barrages beaucoup plus petits et adaptés à l'environnement.

On développe aussi les usines marémotrices, qui utilisent les courants marins et le mouvement des marées.

Energie renouvelable, propre et peu coûteuse, l'énergie éolienne ne peut cependant que servir d'appoint, car elle est tributaire des vents.


Avec la construction de piles "photovoltaïques"

l'énergie solaire fournit de la lumière, de la chaleur et de l'électricité !

 

La géothermie

qui exploite la chaleur de la Terre, peut aussi apporter l'énergie nécessaire au chauffage et à l'électricité.


L'hydrogène

utilisé dans des piles à combustible (PAC), derait devenir la source d'électricité la plus intéressante pour la vie quotidienne, notamment pour des transports garantis non polluants.


On produit aussi des biocarburants

à partir de végétaux. Mais les cultures spécifiques (canne à sucre, colza ...) se font au détriment des cultures alimentaires et aggravent la déforestation.

Mieux vaut privilégier l'utilisation des déchets verts !

 

*

LA FRANCE produit son électricité

12% hydraulique et éolien

10% géothermie

78% nucléaire

*

2 milliards de personnes dans le monde

n'ont pas encore accès à l'électricité

*

Consommation moyenne d'électricité par an et par habitant

Etats-Unis : 14 000 kwh

France : 7 000 kwh

Afrique : 520 kwh

*

En voilà des pistes de réflexion...



 

 

 

 

 

1. L'ENERGIE .. parlons-en !

Extraits de DOKEO +

Comprendre l'actualité dès 10 ans

Enjeux écologiques

*

*

La production de l'énergie nécessaire aux activités humaines provoque de graves pollutions. L'une des plus importantes sources d'énergie, le pétrole, s'épuise. Il est urgent de trouver d'autres ressources respectant l'équilibre écologique de la planète.


Qu'est-ce que l'énergie ?

L'énergie, c'est une force qui produit une action. La première source d'énergie est le Soleil, qui par son rayonnement a fourni la chaleur et la lumière permettant l'éclosion de la vie sur la Terre. Pour se chauffer, pour cuire ses aliments, l'homme a toujours eu besoin d'énergie. Mais depuis la révolution industrielle, à la fin du XVIIIe siècle, elle a pris une place centrale dans les activités humaines.

Aujourd'hui, non seulement on consomme de l'énergie, mais on en produit (par exemple l'électricité).

On distingue les énergies fossiles (le charbon, le pétrole, le gaz naturel, formés durant l'histoire de la Terre et qui existent en quantité limitée) et les énergies renouvelables, qui ne risquent pas de s'épuiser : les énergies solaires, hydraulique (produite par l'eau), éolienne (produite par le vent) et celle qui provient de la décomposition de la matière vivante (biomasse)...

Actuellement, dans le monde, on utilise surtout des énergies fossiles (80%).

Viennent ensuite les énergies renouvelables (13%) et enfin l'énergie nucléaire (7%).

Les pays développés consomment beaucoup plus d'énergie que les pays en développement, notamment pour l'industrie et les transports, mais aussi pour le confort de la vie quotidienne (chauffage, électroménager ....)


LA SOLUTION DE L'ENERGIE HYDRAULIQUE ?

Le pétrole et le charbon sont en partie responsables du renforcement de l'effet de serre et ils devraient s'épuiser bientôt.

L'énergie hydraulique peut-elle prendre le relais ? Elle est propre, bon marché et renouvelable.

Mais les barrages nécessaires à sa production bouleversent les écosystèmes et la vie des populations : des villes et des villages sont engloutis, des terres agricoles inondées et d'autres menacées de désertification.

A cela s'ajoutent des risques de conflits liés à l'eau autour des barrages sur l'Euphrate ou le Nil par exemple.

Alors que dans les pays développés, on n'érige plus d'énormes barrages (on en détruit même aux Etats-Unis sous la pression des écologistes), on en construit partout dans les pays en développement (1 600 sont en cours dans 40 pays), avec des conséquences très lourdes pour les habitants : en Chine, pour mettre en chantier le barrage des Trois-Gorges, on a déplacé un million de personnes !

 

****

*

LE CHOIX DU GAZ NATUREL


Le gaz naturel, beaucoup moins polluant que le pétrole et le charbon, représente une solution énergétique, en attendant l'avenir.

Le gaz est la plus propre des énergies fossiles et la plus respectueuse de l'environnement.

Le transport et la distribution s'effectuent par des canalisations souterraines, étanches et résistantes, véhicules "renifleurs" qui détectent la moindre fuite.

La combustion du gaz naturel ne génère ni poussière, ni suie. Elle émet peu de gaz carbonique, responsable de l'effet de serre, et peu d'oxyde d'azote et de dioxyde de soufre, responsables des pluies acides.


Pour le XXIe siècle, le gaz naturel apparaît donc comme une bonne solution.

Pourtant, les réserves ne sont pas inépuisables et doivent être utilisées avec sagesse. Certaines entreprises, comme Gaz de France, proposent des solutions pour consommer monis mais mieux le gaz naturel et le coupler à des énergies renouvelables, comme l'énergie solaire : ainsi, on préserve la ressource et on lutte contre l'effet de serre.

***

 

Les réserves d'énergies fossiles

CHARBON

230 ans

GAZ NATUREL

70 ans

URANIUM

50 ans

PETROLE

40 ans

 

*

On se couche un peu moins bête ce soir ?

Moi, oui

23/03/2011

LES CONSEQUENCES DE LA GUERRE

extraits de

COMPRENDRE L'ACTUALITE

Les grands enjeux du monde d'aujourd'hui

Pour les apprentis citoyens du monde dès 10 ans

DOKEO+...

Depuis la sortie du livre, du sang a encore coulé sous les ponts

**

*

Les guerres tuent non seulement des soldats, mais aussi des civils ... Elles bouleversent les relations entre les gens, démolissent les économies et accentuent les déséquilibres.


DES SOCIETES DETRUITES


Vivre en temps de guerre est terrible pour tout le monde. Pour les combattants, bien sûr, mais aussi pour les populations. On a peur des ennemis, on a faim parce que l'approvisionnement se fait mal. Les familles sont séparées : les hommes en âge de se battre sont sur le front et les femmes, les enfants et les personnes âgées se débrouillent seuls pour survivre.

Les villages sont pillés par les armées et les villes bombardées.

Les hôpitaux ne peuvent pas accueillir tous les blessés. Beaucoup d'enfants se retrouvent orphelins. Et les liens habituels entre les gens sont souvent détruits, surtout lors des guerres civiles.

Tout cela laisse des traces terribles dans les sociétés.

 

 

DES PAYS SANS LOIS


En temps de paix, les lois servent à canaliser la violence de chacun.

En temps de guerre, elles sont souvent oubliées. Quand la violence a en quelque sorte le "droit" de se déchaîner (il faut tuer les ennemis), elle peut entraîner les pires excès : les combattants peuvent se croire autorisés à tuer tous ceux qui les gênent, à violer les femmes, à voler les populations civiles.

En dépit de toutes les lois de la guerre, chaque conflit armé provoque des horreurs, qui sont des atteintes graves  à la dignité humaine.

Une fois la paix revenue, il est très difficile de ramener à une vie normale des hommes qui ont vécu sans loi pendant la durée des combats.

Dans beaucoup de pays qui sortent de la guerre, des groupes d'anciens soldats, devenus des bandes de brigands, continuent à semer la terreur ...

 

DES ECONOMIES EN PERIL

 

Dans un pays en guerre, il est rare de pouvoir travailler normalement.

Dans les villes, les bâtiments (bureaux, magasins) sont détruits, les moyens de transports fonctionnent mal.

Dans les campagnes, on ne peut pas cultiver les champs à cause des bombardements ou des mines.

Les hommes, qui sont au combat, ne peuvent participer aux activités économiques.

La guerre, en empêchant les gens de travailler, appauvrit les populations et freine le développement des pays.

Elle prive aussi d'éducation et de formation les jeunes générations (écoles détruites, enseignants à la guerre, enfants soldats enrôlé dans les combats) : elle compromet durement l'avenir.

Cela n'empêche pas certains de s'enrichir en se livrant au trafic d'armes ou, comme en Irak aujourd'hui, en enlevant des otages contre rançon ...


----***----***----

REFUGIES ET DROIT D'ASILE

De plus en plus de gens, fuyant la guerre ou une répression politique violente, quittent leur région ou leur pays d'origine, souvent sans argent et sans papiers.

Ils cherchent un pays qui veuille bien les accueillir.

L'O.N.U. a créé, en 1950, un Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR) pour aider ces populations. Selon les Conventions de Genève, de nombreux pays se sont engagés à les recevoir, en leur accordant un statut de réfugiés qui leur donne le droit de s'installer et de travailler sur leur territoire.

Pourtant, depuis les années 1990, la plupart des pays développés hésitent à accorder ce droit d'asile : avec la multiplication des conflits, les réfugiés du monde deviennent extrêmement nombreux. En outre, depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, de nombreux pays ont durci leur position sur l'accueil des réfugiés étrangers, pour des raisons de sécurité. Surtout, les pays développés soupçonnent bon nombre de ces demandeurs d'asile politique d'être plutôt des émigrés économiques.

******

*

Refoulés aux frontières des pays développés, beaucoup de ces réfugiés ne trouvent à s'installer que dans les pays voisins de celui qu'ils fuient. Ainsi, ceux qui ont fui la région du Darfour, au Soudan, ravagé par la guerre civile, se retrouvent au Tchad.

Souvent ces pays voisins ne sont pas sûrs et leurs économies sont bien fragiles : l'afflux de réfugiés pose des problèmes de sécurité et de survie pour leur propre population.

Les réfugiés sont placés dans des camps gérés par le H.C.R., normalement pour une période limitée, mais qui peut s'éterniser : des Palestiniens, chassés de leurs villages au moment de la création de l'Etat d'Israël en 1948, vivent dans des camps en Syrie, en Jordanie et au Liban depuis plus de 50 ans !

***

*

D'autres réfugiés, qui n'ont pu sortir de leur pays, trouvent refuge dans une autre région plus sûre, où les autorités installent aussi des camps : on ne parle plus alors de "personnes réfugiées", mais de "personnes déplacées".

La plupart d'entre elles ne bénéficient pas de l'assistance et de la protection du H.C.R. Elles se trouvent dans des situations d'extrême dénuement et courent les plus grands dangers, puisqu'elles n'échappent pas aux menaces de la guerre.

Sur 42 millions de réfugiés dans le monde en 2008, 25 millions seulement sont sous la protection du H.C.R.

***

*

"UN PAYS PAUVRE COURT 85 FOIS PLUS DE RISQUES DE SUBIR UN CONFLIT VIOLENT

QU'UN PAYS RICHE". PNUD 2004

***

"LES ETATS DE DROIT DEVRONT UN JOUR SUCCEDER AUX ETATS PREDATEURS"

Emmanuel Kant, philosophe du XVIIIe siècle, dans son Projet de paix perpétuelle

***

"LES NATIONS-UNIES N'ONT PAS ETE INVENTEES POUR CONDUIRE L'HUMANITE AU PARADIS,

MAIS POUR LA SAUVER DE L'ENFER".

Dag Hammarskjold, secrétaire général de l'ONU de 1953 à 1961


 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique