logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

28/06/2018

LE MOUVEMENT EUROPEEN" MAINTENANT LE PEUPLE ! " s'élargit...

 

 

Ajoutée le 27 juin 2018
 
 
27 juin 2018 - Intervention de Jean-Luc Mélenchon à Bruxelles. Six formations politiques progressistes se sont réunies aujourd'hui à Bruxelles. Les partis progressistes L’Alliance rouge-verte (Danemark), le Parti de gauche (Suède) et l’Alliance de gauche (Finlande) ont rejoint la France Insoumise, Podemos (Espagne) et Bloco de Esquerda (Portugal) Conférence entière (mais le doublage en français est quasi inaudible...) http://web-events.streamovations.be/i...
Magnifique discours humaniste. Merci pour la mise en ondes et en images. Sur Twitter. Bacci.
Merci pour cette vidéo et bravo!c'est cette Europe là que l'on souhaite toutes et tous!
 
Merci pour cette vidéo et ce montage fabuleux. L'Europe parle de l'axe : quelle horreur et quelle honte ! Vivement 2022 et la présidence de Jean-Luc Mélenchon !
 
Bravo jlm, espérons espérons espérons et agissons à vos côtés.
vivement 2022 que l'on puisse avoir enfin une vraie politique de gauche en France
Bravo JLM et bravo aux députés européens qui comprennent qu'il est grand temps de se préoccuper de l'humain et de l'Humanité. Enfin si celle-ci veut sortir de l'indignité dans laquelle elle se trouve actuellement.
Sur la question européenne, voir cette vidéo du philosophe communiste Georges Gastaud : https://youtu.be/Wge-wK_yon4
 
oui c'est approximativement la même analyse que nous avons. Ce que dit Georges Gataud, la FI le dit et le répète également (Mélenchon a écrit tout ça dans un livre "Le hareng de Bismarck" en 2015). Et c'est pourquoi la FI propose une autre Europe, en association avec d'autres partis progressistes européens.
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
 

Maintenant le peuple ! Élargissement du mouvement

Maintenant le peuple !  Élargissement du mouvement

Par Gilles Smedts, Parti Humaniste International – Belgique Le 12 avril dernier à Lisbonne, la France insoumise, Podemos (Espagne) et le Bloco de Esquerda (Portugal) signaient le manifeste « Maintenant le Peuple ! Pour une révolution citoyenne en Europe ».

L’appel a depuis été entendu par trois nouvelles formations : l’alliance rouge-verte danoise,… »

https://melenchon.fr/wp-content/uploads/2018/04/2018-04-14-02.23.14.jpg

 Afficher l’image source

«Maintenant le peuple» s’élargit !

dans À la une, Actualités, Actualités du mouvement

Ce mercredi 27 juin 2017 se tenait à Bruxelles une conférence de presse pour annoncer l’élargissement du mouvement européen « Maintenant le peuple ».

 Fondé à Lisbonne le 12 avril 2018 par La France insoumise, Podemos (Espagne) et le Bloco de Esquerda (Portugal), ce mouvement s’est désormais élargi à trois nouvelles formations politiques : L’Alliance rouge-verte (Danemark), le Parti de gauche (Suède) et l’Alliance de gauche (Finlande).

Cette conférence de presse était diffusée en direct sur internet et peut être visionnée de nouveau en suivant ce lien.

Y participaient :
– Catarina MARTINS (Bloco de Esquerda – Portugal)
– Jean Luc-MELENCHON (France Insoumise – France)
– Younous Omarjee (France Insoumise – France)
– Pernille SKIPPER (Alliance Rouge-Verte – Danemark)
– Malin BJORK (Parti de Gauche – Suède)
– Merja KYLLÖNEN (Alliance de Gauche – Finlande)
– Miguel URBAN (Podemos – Espagne)

 

Les représentants des mouvements ont signé une déclaration additionnelle au texte « Maintenant le peuple » qui avait été signé à Lisbonne le 12 avril 2018.

Vous pouvez retrouver ci-dessous les textes de ces deux déclarations.  

delegation francaise

Pour cet évènement, la France insoumise avait envoyé à Bruxelles une délégation composée de l’eurodéputé Younous Omarjee et de Jean-Luc Mélenchon, qui participaient à la conférence de presse, mais également du député insoumis Adrien Quatennens et de la co-responsable du programme, Charlotte Girard.

 
 
«MAINTENANT LE PEUPLE»
Déclaration de Bruxelles, le 27 juin 2018
 

Ensemble, nous, forces progressistes, voulons un nouveau projet pour les peuples européens.

Nous nous opposons aux traités fondateurs de l’Union européenne qui placent les droits et les intérêts des entreprises au-dessus du droit et des intérêts des peuples et de la planète.

L’Europe n’a jamais été aussi riche tout en étant si inégale. 10 ans après l’éclatement de la crise financière, nous voyons que les dirigeants européens nous ont condamnés à une décennie perdue. L’application dogmatique et irrationnelle des politiques d’austérité n’a résolu aucun des problèmes structurels qui ont fait émerger cette crise. Au contraire, l’Union a sauvé les banques et leurs propriétaires, quand les coûts et les reproches ont dû être endossés par les peuples qui, eux, ont souffert et continuent de subir les sévères politiques d’austérité affectant leur bien-être et leurs droits. Cette politique doit être abandonnée.

Cela signifie que nous avons besoin d’autres règles européennes, libérées du dogme de la libéralisation du marché, des règles qui placent l’humain et la planète d’abord.

Il est temps de rompre avec les traités européens antidémocratiques. Il est temps de construire un nouvel ordre qui réfute l’austérité forcée et la promotion du dumping social et fiscal. Il est temps pour ceux qui croient en la démocratie et en la justice sociale de briser cette spirale descendante. Ensemble, nous voulons travailler à un changement réel pour les peuples, contre l’ancien ordre injuste.

Jamais le besoin n’a été aussi grand pour un mouvement progressiste et une coopération internationale fondée sur la démocratie et la solidarité. Le choix des peuples ne peut se trouver enfermé entre le statu quo néolibéral et l’extrême droite. Nous offrons une véritable alternative:

Nous lutterons contre le dumping social et pour des droits sociaux sécurisés. Les droits des travailleurs à la protection sociale, les lois et les conventions collectives doivent primer sur la libre circulation des entreprises. Nous nous opposons à ce que les travailleurs soient mis en concurrence les uns contre les autres, et voulons un espace de convergence sociale par le haut. Par conséquent, nous devons rompre avec les traités européens et abandonner le semestre européen. La coopération européenne doit être basée sur un protocole social qui place les conditions de travail et les droits sociaux et collectifs au-dessus de la libre circulation des services et des capitaux.

Nous exigerons une justice fiscale et un système financier équitable, car la libre circulation des capitaux ne doit pas être prioritaire par rapport au bien-être humain. Ensemble, nous nous opposerons à l’évasion fiscale et aux paradis fiscaux, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union européenne. Nous travaillerons ensemble pour faire en sorte que les banques servent l’intérêt général et non les intérêts d’une poignée. À cette fin, nous nous efforcerons aussi de garantir le droit au contrôle public et le droit à la propriété publique du secteur bancaire.

Nous lutterons contre le changement climatique et pour la durabilité écologique. La réduction des émissions de gaz à effet de serre doit être une priorité essentielle. Nous devons donc rompre avec l’approche de l’Union fondée sur le marché face au changement climatique. Au lieu de cela, nous avons besoin d’une approche claire basée sur le climat, ainsi que d’investissements publics dans des énergies propres et sûres et des technologies vertes.

Nous défendrons l’égalité et les droits des femmes. Les attaques de l’Union européenne contre les structures et les services sociaux dans de nombreux pays constituent une menace pour l’égalité et les droits des femmes. Cela doit changer et l’égalité doit être réalisée en faisant de ce principe un élément central de toutes les politiques européennes. Nous défendons le droit à des avortements sûrs et légaux et nous opposons à toutes les formes de violences sexistes.

Nous exigeons des politiques commerciales internationales démocratiques et durables et rejetons les accords de libre-échange. Les intérêts des grandes entreprises ne peuvent pas passer outre les décisions démocratiques visant à protéger et renforcer la sécurité sociale, économique et écologique. Par conséquent, les clauses d’investissement donnant aux entreprises le droit de poursuivre les États doivent être retirées de tous les accords commerciaux de l’Union européenne.

Nous défendons le droit d’asile et nous opposons à l’Europe forteresse. Des personnes fuient leurs pays à cause de guerres, de conflits et de la pauvreté, ces migrations sont aussi souvent la cause de politiques interventionnistes et militaristes conduites dans par des pays tiers. L’Europe doit être un continent où les personnes cherchant refuge se voient garantis leurs droits et leur sécurité. Nous nous opposerons aux politiques xénophobes et racistes partout où elles menacent la démocratie et la dignité humaine.

Nous nous opposons à la militarisation de l’Union européenne. Aucun fonds budgétaire ne devrait aller à l’armement. Nous voulons l’interdiction effective de l’exportation d’armes vers les dictatures, les pays en guerre et les pays qui violent les droits de l’homme. Nous travaillerons communément pour mettre fin aux politiques extérieures néo-coloniales de l’Union et à la spoliation des ressources des autres pays.

Dans l’esprit de la Déclaration signée à Lisbonne le 12 avril 2018, nous collaborerons et ferons campagne à travers l’Union européenne sur ces questions. Nous sommes pour un changement fondamental. Nous n’en pouvons plus d’attendre. Nous voulons une coopération juste et équitable – fondée sur la démocratie et la solidarité – qui respecte la souveraineté du peuple et serve les intérêts du peuple.

Il est temps de construire l’Europe des peuples!

Et maintenant, le peuple!

 

«MAINTENANT LE PEUPLE»
«Pour une révolution citoyenne en Europe»
Déclaration de Lisbonne, le 12 avril 2018
 

L’Europe n’a jamais été aussi riche qu’aujourd’hui. Elle n’a jamais non plus été aussi inégalitaire. Dix ans après l’explosion d’une crise financière pour laquelle nos peuples n’auraient jamais dû avoir à payer, nous constatons aujourd’hui que les gouvernants européens ont condamnés nos peuples à une décennie perdue.

L’application dogmatique, irrationnelle et inefficace des politiques d’austérité n’a réussi à résoudre aucun des problèmes structurels causés par cette crise. Au contraire, elle a généré une immense souffrance inutile pour nos peuples. Avec le prétexte de la crise et de ses plans d’ajustement, les gouvernants ont essayé de démanteler les systèmes de droits et de protections sociales qui ont demandé des décennies de luttes pour être obtenus. Ils ont condamné des générations de jeunes à l’immigration, au chômage, à la précarité, à la pauvreté. Ils ont frappé avec une cruauté particulière les plus vulnérables, qui sont ceux qui ont le plus besoin de la politique et de l’État. Ils ont essayé de nous habituer à ce que chaque élection se transforme en un choix entre le statut quo libéral ou la menace de l’extrême droite.

L’heure est arrivée de rompre avec le carcan des traités européens qui imposent l’austérité et favorisent le dumping fiscal et social. » L’heure est arrivée que ceux qui croient en la démocratie franchissent une nouvelle étape pour rompre cette spirale inacceptable. Nous devons mettre un système économique injuste, inefficace et insoutenable au service de la vie et sous le contrôle démocratique des citoyens. Nous avons besoin d’institutions au service des libertés publiques et des droits sociaux, qui sont la base matérielle même de la démocratie. Nous avons besoin d’un mouvement populaire, souverain, démocratique, qui défende les meilleures conquêtes de nos grands-mères et de nos grands-pères, de nos pères et de nos mères, et puisse léguer un ordre social juste, viable et soutenable aux générations futures.

Dans cet esprit d’insoumission face à l’état actuel des choses, de révolte démocratique, de confiance dans la capacité démocratique de nos peuples face au projet défunt des élites de Bruxelles, nous faisons aujourd’hui à Lisbonne un pas en avant. Nous lançons un appel aux peuples d’Europe pour qu’ils s’unissent sur la tâche qui consiste à construire un mouvement politique international, populaire et démocratique pour organiser la défense de nos droits et la souveraineté de nos peuples face à un ordre ancien, injuste et en échec qui nous emmène droit au désastre

Ceux qui veulent la défense de la démocratie économique, contre les grands fraudeurs et le 1% qui contrôle plus de richesses que tout le reste de la planète ; de la démocratie politique, contre ceux qui font ressurgir les drapeaux de la haine et de la xénophobie ; de la démocratie féministe, contre un système qui discrimine chaque jours et dans tous les domaines de la vie la moitié de la population ; de la démocratie écologiste, contre un système économique insoutenable qui menace la continuité même de la vie sur la planète ; de la démocratie internationale et de la paix, contre ceux qui veulent construire une fois de plus l’Europe de la guerre ; ceux qui partagent la défense des droits humains et des principes élémentaires du bien vivre trouveront dans ce mouvement leur maison.

Nous en avons assez d’espérer. Nous en avons assez de croire ceux qui nous gouvernent depuis Berlin et depuis Bruxelles. Nous mettons la main à l’ouvrage pour construire un nouveau projet d’organisation pour l’Europe. Une organisation démocratique, juste et équitable qui respecte la souveraineté des peuples. Une organisation à la hauteur de nos aspirations et de nos besoins. Une organisation nouvelle, au service du peuple.

 

 

23/06/2018

A LA TIENNE françois !! VICTOIRE des PICARDS!

LA VICTOIRE DU PEUPLE PICARD LIBRE !

6 414 vues
 

1,2 k 6 Partager

 
 
 
 
 
Ajoutée le 21 juin 2018
 
 
Une première victoire, maintenant des garanties !
Le président du Conseil départemental de la Somme vient d’annoncer le report de sa décision pourtant « définitive », pourtant « indiscutable », pourtant « irrévocable » de fermer trois collèges dans le département de la Somme.
Il annonce une commission d’enquête afin d’y associer les élus, les équipes éducatives, les parents d’élèves…
Grâce au réveil du Peuple Picard Libre, à coup de manifestations, de rassemblements et d’études solides et argumentées, le président du Conseil départemental n’avait pas d’autre choix que de reculer.
 
Cette commission d’étude, nous la réclamions. Et c’est avec sérieux et application que nous y participerons. Pour que soit enfin posée cette question : comment rattraper nos 50 % de retard en difficulté de lecture sur le reste du pays ?
Comment faire pour que la Picardie ne soit plus la région où la chance d’obtenir le baccalauréat soit la plus faible ?
Nous adressons nos félicitations aux parents d’élèves et enseignants de Domart, Feuquières et Guy Mareschal. Ainsi qu’aux militants de Picardie debout ! Cette victoire, c’est la leur. Et à la fin c’est nous qu’on va gagner ! François Ruffin et son équipe.
 
 
Bravo, François, je suis totalement d'accord avec toi ! Il faut qu'on se bouge ... et c'est effectivement la même chose dans tous les domaines ! Bravo à vous tous et merci pour ce bel exemple !
 
parfait !
Petit hit de référencement :p Et félicitations pour avoir obtenu cette victoire grâce à votre mobilisation ;p
NOUS ALLONS DEMANDER NOTRE INDÉPENDANCE ET NOTRE PRESIDENT SERA FRANCOIS RUFFIN ANCIEN DEPUTÉ DU ROYAUME DE FRANCE..... VOUS POUVEZ SI VOUS LE SOUHAITEZ DEMANDER LA NATIONALITÉ PICARDE....IL SUFFIT D ÊTRE CONTRE LE ROI MACRON ET VOUS SEREZ LES BIENVENUS DANS CE MAGNIFIQUE PAYS PREMIER PRODUCTEUR DE BETTERAVES ET DE POMMES DE TERRE....LES GENS QUI NE SONT RIEN SERONT PRIORITAIRES
 
Félicitations à vous tous
Voilà une belle victoire qui en engendrera bien d'autres ! Mais bon à l'échelle nationale le combat semble beaucoup plus dur
 
bien joué les gars, profitez bien de cette victoire, elles sont malheureusement trop peu nombreuse.
 
Franchement.bravooooo tchin tchin

21/06/2018

SUPER RUFFIN ! ..ma revue de presse du matin

 

 
Bravo François , à gauche toutes ! REVEILLEZ - VOUS COEURS ENDORMIS !
vous nous donnez la peche Mr Ruffin merci!!!
Ruffin a raison : il faut changer de modèle agricole. Non à la souffrance animale !
 

 

Tres bonne analyse de Mr Ruffin ! Que fait Mr Hulot ?
Le mouvement politique de la France Insoumise est actuellement le seul vrai contre pouvoir et c'est salutaire dans une démocratie. Je pense en outre François Ruffin que vous êtes un des plus prometteur pour rassembler le plus car vous avez les qualités pour cela : Humanisme, sincérité, intégrité, mais sans toute fois trop de dogmatisme comme certains de FI ! Par contre il faudrait éviter je pense lors des manifestations de ratisser trop large avec notamment des gens des quartiers qui scandent " Tout le monde détestent la police et les Gendarmes" Ce genre de slogan dessert totalement les causes que vous défendez qui doivent se faire dans une dynamique positive pour rassembler le maximum de gens qui se reconnaissent dans un mouvement de défense de l'environnement/ de la cause animale et avec des valeurs humanistes au dessus des valeurs de profit à tout prix !
Limpide, lucide. Du bon sens à l'état pur !
Bravo encore Mr Ruffin pour votre combat
 
Merci François Ruffin dommage qu'il n'y en ait pas plus comme vous pour nous représenter
 
bravo françois pour ton combat permanent et humaniste , mais change de chemise s'il te plait , je viens de perdre 3/10 éme !! lol !!!!
 
"POURQUOI vous inquiétez-vous du bien-être des animaux François Ruffin ? " Ca parait incroyable au " journaliste" qu'on puisse simplement etre humain ...
 
les députés fi sont très brillants franchement ils relèvent le niveau de la politique française bon courage à vous

Macron un président de honte
L assiette à 530 euros.....et moi qui hésite à changer ma machine à laver (200 eur) et mon frigo( 170 eur)......et d après le député de la royauté en marche notre francois fait du cinéma. .......je crois rêver. ....ou plutôt cauchemarder
 
Bravo Mr Ruffin, ce gouvernement est une honte.

20/06/2018

LES PAUVRES ONT TROP DE POGNON ? LES RICHES PAS ASSEZ ?

Jean-Luc Mélenchon

 

https://melenchon.fr/2018/06/19/les-pauvres-ont-trop-de-pognon-et-les-riches-pas-assez/

Les pauvres ont trop de pognon et les riches pas assez

Ce sera la semaine qui aura donné au quinquennat sa couleur. Avec le vote de la loi contre la SNCF et les délires sur les pauvres qui reçoivent trop, le président des riches est devenu aussi l’ennemi des pauvres et celui du peuple en général. Sa politique économique, fiscale et sociale est désormais publiquement une de ces politiques d’ajustement structurel digne de ce qui a été fait à la Grèce, à l’Espagne et à d’autres. Comme cela a été infligé à n’importe lequel des pays d’Amérique latine jusqu’à ce que la révolution citoyenne y fasse son œuvre. Les niveaux d’accumulation de fortune et de hauts salaires font de notre pays une sorte de paradis des riches, des fraudeurs du fisc, de l’égoïsme social et du pillage des biens publics.

Du coup on peut déjà dire que notre victoire impliquera de lourdes tâches de reconstruction de ce qui a été détruit. La liste connue dans ce domaine s’allonge. Le nouveau régime de la SNCF va beaucoup détruire. La pagaille va s’étendre, les dysfonctionnements se multiplier, les incidents se répéter. Tout remettre en ordre et en état de marche sera donc un défi. Il en va de même à l’hôpital et dans de nombreux domaines de l’éducation pour ne parler que cela.

Pendant ce temps, la crise politique se répand d’un pays à l’autre dans l’Union européenne. Au point de départ, on trouve toujours la politique économique asphyxiante imposée par l’Allemagne aux divers pays d’Europe. La situation italienne, puis celle de l’Espagne ont montré comment l’un après l’autre les pays touchent le fond de l’impasse. Mais à l’Est, rien ne va s’améliorant. On va voir bientôt se tendre les relations de l’Allemagne avec ses vassaux autrichiens, hongrois, tchèque et polonais. C’est d’ailleurs engagé. Une crise s’est donc ouverte dans la droite allemande entre CSU et CDU à ce sujet. Du jamais vu.

Évidemment, les eurobéats à la française, les candidats « bons élèves » de l’Europe ne voient rien, n’entendent rien et réclament toujours « plus d’Europe » sans s’interroger plus avant.

La lutte contre la pauvreté était mon thème de discours d’entré en campagne à la fête de l’Humanité en Septembre 2016. C’est le thème de la campagne en cours à « La France Insoumise ».  Jamais je n’aurais pensé que Macron s’attaquerait aux pauvres de cette façon frontale. Aujourd’hui, la pauvreté concerne 14% de la population du pays. Sans les aides sociales, la pauvreté engloutirait 22 % de la population. Plus d’une personne sur cinq en France. C’est le moment que choisit le président pour les mettre en cause. La phrase lui a fait très mal et il est probable qu’il se demande pourquoi.

« Ça coûte un pognon dingue et c’est inefficace », a-t-il dit !

Le pognon « dingue » c’est 25 milliards. Comparons.

C’est à peine plus qu’un pour cent de la richesse produite par le pays en une année. Mais c’est la valeur gagnée par le seul Bernard Arnault en 2017.

Si l’on compte plus largement en y incluant les prestations familiales et la CMU, ça fait certes 56 milliards. À mettre en rapport avec les 140 milliards alloués « aux entreprises » et les 80 milliards d’euros de fraude fiscale.

À mettre en rapport aussi avec le fait que les aides sociales concernent 11 millions de français tandis que la fin de « l’exit tax » touche 300 personnes, la suppression de l’ISF (4 milliards) quelques petits milliers.

Ces comparaisons permettent de n’oublier jamais de quelles masses financières et de population on parle. Pour les 10% de la population qui ont le moins de revenus, « les prestations sociales représentent 47,6% du revenu disponible ». Et seulement 0,5% pour les ménages les plus aisés qui ont accès à des prestations sociales universelles. Les aides sont donc bien ciblées pour ne concerner que les ménages ayant les revenus les plus faibles.

Il ne faut pas laisser passer le discours de Macron sans réagir. Ce discours fonctionne comme une offre de pensée. Une pensée dominante pour protéger les dominants.

Car comme ça « vient d’en haut » et que ça sonne comme une évidence du café du commerce, ce serait vrai. Ces formules fonctionnent pour donner bonne conscience à ceux qui les acceptent au moment ou un véritable coup de massue va être donné sur la tête des plus pauvres de ce pays.

Pied à pied, il faut démontrer l’arnaque.

Premier temps : ça coûte cher. Non ce n’est pas vrai. Deuxième temps. Ça coûte cher « Et les gens ne s’en sortent pas »…  Autrement dit ça ne sert à rien.  Archi faux ! Ces aides, en dépit de la modestie des sommes en cause dans chaque cas, maintiennent quatre millions et demi de personnes au-dessus du seuil de pauvreté. Les supprimer en fera donc basculer des millions dans des situations infiniment pires que ce qu’elles sont aujourd’hui.

Je l’ai dit en commençant ce billet : sans ces aides sociales, la pauvreté toucherait 22% de la population. Une immense quantité de gens n’ont la tête à peine hors de l’eau que grâce a ces dispositifs.

Aucun texte alternatif disponible.

 

 Car il faut aussi rappeler ce qu’est la situation « aujourd’hui ». La pauvreté est un phénomène de masse en France. Et contrairement aux idées reçues les gens « n’abusent » pas des aides. C’est le tout premier constat et le plus incroyable vu de loin. Les gens ne demandent pas les aides auxquelles ils ont droit. 40% des personnes qui ont le droit au RSA ne le demandent pas, 34% des personnes qui devraient bénéficier de la CMU, 31% des personnes qui devraient toucher les allocations familiales. Ce sont donc des quantités considérables de gens qui sont concernés. Nous le savons bien nous qui faisons chaque année une « caravane des droits » et aidons des milliers de gens à découvrir et toucher leurs droits.

Le point central de la situation c’est l’extension de la pauvreté dans le pays. C’est cela que le discours macroniste masque et enterre. Il y a 9 millions de pauvres en France. C’est-à-dire 14% de la population. Un enfant sur cinq vit dans une famille pauvre.

Aucun texte alternatif disponible.

 

POURQUOI LA FRANCE ENTRE-T-ELLE EN GUERRE AU YEMEN ?

 Jean-Luc Mélenchon

C’est à peine croyable mais c’est vrai. Macron a accepté une mission militaire à la demande des Émirs du Moyen-Orient. Les États-Unis eux-mêmes avaient rejeté ce projet. Il s’agit de déminer le port d’al-Hodeïda au Yémen alors que les forces « progouvernementales » du Yémen disent avoir repris l’aéroport de cette ville. Ce port est la cible de la bataille menées par les troupes yéménites, aidées par les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite. Il s’agit pour eux tous de reprendre aux rebelles « houthistes » réputés pro-iraniens la possession de cette ville stratégique sur la mer Rouge.

Tout cela nous est appris par un article du Figaro le 16 juin. Ce quotidien a sans doute la meilleure rubrique internationale du moment. Il note : « Comme l’engagement français dans cette guerre oubliée est source de contestation, le ministère des Armées avance sur des œufs. Il n’y a pas d’action militaire française aujourd’hui dans la région de Hodeïda”, a fait savoir la Grande Muette, peu après les révélations de Reuters ».

Pourtant, aux États-Unis, un responsable émirien venait d’affirmer le contraire.

Du coup le ministère français des Armées a dû reconnaitre les faits.

Mais il précise, comme si c’était une circonstance atténuante, que ce déminage « est actuellement envisagé après la fin des opérations militaires ».

Certes, il faut en effet que la ville soit reprise ! Ce n’est pas fait. Cela promet un combat dur et intransigeant. 600.000 personnes y subissent les horreurs d’une guerre sans merci et beaucoup cherchent à fuir les affrontements, comme on le devine. De leur côté les houthistes ont creusé des tranchées et positionné des snipers sur les toits. Tout cela va à nouveau déplacer des milliers de personnes vers les camps pitoyables où s’entassent des milliers d’autres.

Mais le plus grave pour les Français eux-mêmes est l’information que donne Le Figaro.

« Deux sources militaires contactées par Le Figaro révèlent également que des forces spéciales françaises sont présentes aux côtés des Émiriens au Yémen ». Que nos forces spéciales soient sur place et participent à leur façon au combat est un problème très sérieux. 

Je suppose que les Forces spéciales françaises opèrent dans le cadre des accords de défense signés avec les Émirats arabes unis. Je voudrais en avoir la preuve. Mais en toute hypothèse, je suis à peu près certain que ce type d’accord n’implique pas de participer à une guerre d’occupation !

Et si les Forces spéciales sont sur place depuis 4 mois dans le cadre d’une telle guerre, alors pour le coup c’est un problème grave de non-respect de la Constitution et de son Article 35 qui fixe les conditions dans lesquelles le Parlement est saisi de telles opérations.

Dans une démocratie normale on verrait déposer une motion de censure.

Le groupe « La France insoumise » n’en a pas le pouvoir puisqu’il ne compte que 17 députés sur les 59 qu’il faudrait avoir pour cette action.

Et nous sommes en monarchie présidentielle. Nous ne pouvons donc faire ce que font ces lignes : alerter. Après quoi peut-être pouvons nos espérer des réactions et peut-être des surprises.

***

 

http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/guerre-au-yemen-la-

Guerre au Yémen : « La France viole le traité sur le commerce des armes »

INTERVIEW. L'ONG Aser milite pour que la France cesse de vendre des armes aux pays engagés dans la guerre au Yémen. Et s'apprête à saisir le Conseil d'État.

Par

Combattants houthis sur le site d'un bombardement aérien de la coalition emmenée par l'Arabie saoudite près du palais présidentiel à Sanaa, au Yémen, en décembre. 

 

*

Aujourd'hui, JOURNEE MONDIALE DES REFUGIES

 

 

Des déplacements de populations sans précédent

Selon le rapport annuel de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés, les guerres, les violences et la persécution ont propulsé les déplacements forcés dans le monde vers un nouveau record, avec 68,5 millions de personnes déracinées en 2017, soit une toutes les deux secondes, soit environ la population de la Thaïlande.

Le terme « réfugié » fait référence à toute personne qui, « craignant avec raison d'être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ; ou qui, si elle n'a pas de nationalité et se trouve hors du pays dans lequel elle avait sa résidence habituelle à la suite de tells événements, ne peut ou, en raison de ladite crainte, ne veut y retourner », d'après l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Les réfugiés qui ont fui leurs pays pour échapper au conflit et à la persécution représentent 25,4 millions sur les 68,5 millions de personnes déracinées, soit un accroissement de 2,9 millions par rapport à 2016 et aussi la plus forte augmentation jamais enregistrée par le HCR pour une seule année. Parallèlement, le nombre de demandeurs d’asile qui étaient toujours en attente de l’obtention du statut de réfugié au 31 décembre 2017, a augmenté d’environ 300 000 pour atteindre 3,1 millions. Les personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays sont au nombre de 40 millions, soit un peu moins que les 40,3 millions de déplacés internes en 2016.et les pays en développement sont les plus affectés.

 ***

*

Plus convaincant de dire :

"arrêtez de vendre des armes !"

que

"on ne peut pas accueillir toute la misère du monde"

LA MISERE DU MONDE, CE SONT NOS GOUVERNANTS

QUI LA CREENT

et ensuite on refoule les réfugiés, on les stigmatise

 

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique